AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 224600263X
Éditeur : Grasset (01/06/2001)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 21 notes)
Résumé :
La Chine a changé. Le fils du consul a grandi. Après quelques pages qui rappellent la vieille cité de Tcheng Tu, magnifiée par la magie de l'enfance, d'un seul regard, il s empare du haut plateau du Yunnan : . mon lac, mes temples, mes remparts, mes montagnes, ma ville »; Tout le burlesque tragique de la Chine d'antan, mais qui s'étend aussi à la Chine nouvelle, à la Chine de la Révolution. Chine des années folles, où, pour la première fois, les Blancs ont peur. Ch... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
GeorgesSmiley
  09 avril 2019
Après Monsieur le consul qui lui avait valu le prix Interallié, Lucien Bodard poursuit le récit de ses souvenirs d'enfance. C'est toujours aussi fascinant, les pages tournent comme dans un bon roman policier et tout est passionnant : la Chine et les Chinois, aussi bien que les Bodard et leurs rapports familiaux.
C'est un peu comme si Hervé Bazin avait été invité par Alexandre Dumas à rentrer dans un de ses romans.
Albert, le père, est toujours consul mais la famille a quitté Chendgu pour s'installer à Yunan Fu (Kunming aujourd'hui) la capitale du Yunnan, province frontalière de l'Indochine.
Il rêve toujours de mener à bien la prolongation jusqu'à Chengdu du chemin de fer qui relie Hanoï à Kunming. Nous sommes en 1925 et si les Seigneurs de la guerre sont toujours là, de plus en plus nombreux, toujours aussi avides et sanguinaires, on commence à parler de Sun Yat-sen, de prolétariat, de syndicats et de commissaires politiques. Tchang Kaï-chek est à cette époque « pour tous les Blancs…l'incarnation du bolchevique sauvage ». Mais, dans la Chine éternelle, tout est fugace et les renversements de rôles sont courants et parfois prévus longtemps avant comme le confiera à Albert le consul de Grande-Bretagne, éminent membre de l'Intelligence Service.
La misère et l'horreur quotidienne sont toujours là : «Dans la Chine des campagnes, le respect des anciens c'était souvent une blague, en cas de disette ils mourraient vite» ; Lucien reçoit de son père une gifle « jamais oubliée, jamais pardonnée », sa mère Anne-Marie parée pour une fête somptueuse veut « mourir belle. Vous le savez bien, la mort est sur nous. A chaque instant nous pouvons être égorgés ». Les Seigneurs de la guerre continuent de s'entretuer jusqu'à la victoire du protégé d'Albert. Tous les membres des états-majors rivaux sont décapités, seul un obscur colonel du nom de Chou-teh parvient à s'échapper. Ironie de l'Histoire, c'est ce Chou-teh qui, dix ans plus tard devenu communiste par opportunisme, unira ses maigres forces à celles d'un certain Mao pour lui permettre de résister à l'anéantissement qui lui était alors promis.
La famille Bodard se rend, à l'invitation du gouverneur de l'Indochine, à Hanoï et découvre la « belle vie » de la haute société coloniale. Anne-Marie est courtisée, Albert profite de quelques bonnes fortunes et Lucien accompagne le gouverneur en tournée d'inspection. le chemin de fer ne sera jamais prolongé, Albert navigue encore avec brio dans son panier de crabes du Yunnan; il gagne l'estime et le soutien du gouverneur, bien aidé par la beauté et le charme d'Anne-Marie, laquelle se montre beaucoup plus attentive, presque charmante vis-à-vis de son époux. Lucien a dix ans, sa mère décide que l'heure est venue pour lui de découvrir la France et d'y entamer de solides études. La famille va rentrer ? Albert ne peut pas car le Quai d'Orsay ne lui a pas trouvé de successeur digne de confiance. La mort dans l'âme et la larme à l'oeil, il va devoir laisser la mère et l'enfant rentrer seuls.
« le paquebot manoeuvre pour s'écarter du quai où s'agitent des centaines de mouchoirs, mais le plus large, celui qui remue le plus longtemps c'est celui de monsieur le consul. Anne-Marie et moi sur le pont supérieur du navire nous lui répondons, mais avec des gestes beaucoup plus mesurés. Anne-Marie a ses traits nets et l'oeil luisant. Enfin elle se détourne et je la suis. Nous sommes libres »
Dernière phrase terrible qui annonce le dernier volet de la trilogie intitulé « Anne-Marie », lequel sera couronné du Goncourt…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   07 avril 2019
Je suis né au-delà des Chines connues, des Chines colonisées, au-delà des terribles gorges du Yang Tsé Kiang à plus de trente jours de jonques de Shanghaï, dans la province du Sseu Tchouan. Une vieille province de quatre-vingts millions d'habitants, séparée du reste de la Chine par les massifs les plus hauts du monde, une province très vieille, très féodale, très superstitieuse, très belle, très riche. C'était encore la Chine antique : les villes, leurs murailles, les champs de riz, les collines, les montagnes, les fleuves immenses, les populations immenses, la misère immense, toutes les fleurs, les rhododendrons et les lis sauvages, et aussi la gaieté. La joie de vivre, la joie d'avoir sa bouchée de riz.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   07 avril 2019
Qu'Albert Bodard soit conformiste et poltron, c'est une évidence. Mais en même temps il est un aventurier. Un aventurier qui se condamne lui-même à l'héroïsme. Dans un poste, il ne peut rester tranquille. Il lui faut machiner, et ce n'est pas peu de choses que de machiner avec les Chinois.
Comme il est différent des diplomates français de haut rang, de belle prestance, qui ont l'art accompli de ne rien faire, de ne rien entreprendre, de ne rien esquisser, d'esquiver toutes les difficultés par un sourire à la Talleyrand. beaucoup sont peu intelligents sous leurs figures qui se font les miroirs du néant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   09 avril 2019
"Mais que faites-vous Anne-Marie ?
Je veux mourir belle.
Que dites-vous ?
Je veux mourir belle. Vous le savez bien, la mort est sur nous. A chaque instant, nous pouvons être égorgés.
Albert veut la prendre dans ses bras. Elle le repousse.
Je n'ai pas besoin de vous pour mourir. Mon fils me suffit."
Commenter  J’apprécie          10
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   08 décembre 2017
C'est peut-être à partir de ce moment-là que je me suis senti plus proche de ma mère et que s'est précisé mon éloignement à l'égard de mon père. Car cette gifle-là, je ne l'ai jamais oubliée, je ne l'ai jamais pardonnée, jusqu'à ce que cinquante ans plus tard je le voie sur son lit de mort.
Commenter  J’apprécie          10
GeorgesSmileyGeorgesSmiley   05 décembre 2017
J'ai eu une enfance magique. mais il s'agissait d'une magie contrôlée par les règles de la "face", de l'étiquette, des rites. Une barbarie codifiée. la marque de la Chine. Une indifférence de feu.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Lucien Bodard (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lucien Bodard
Bref portrait du journaliste et écrivain Lucien Bodard
autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
832 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre