AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Amutio (Traducteur)Ignacio Echevarría (Éditeur scientifique)
ISBN : 9782267021455
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (01/02/2011)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Ce recueil présente des textes écrits entre 1998 et 2003, soit pendant les cinq dernières années de la vie de Roberto Bolano: discours, conférences, récits autobiographiques ou non, etc

Borges se flattait plus des livres qu'il avait lus que de ceux qu'il avait écrits. Dans l' « autoportrait » qui ouvre ce recueil, Bolaño, lecteur assidu de Borges, assure être « beaucoup plus heureux en lisant qu'en écrivant ».
Ce volume réunit la majorité des c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
sweetie9
  08 janvier 2015
Claire Béchet a écrit un récit mystérieux posant sur ses personnages un regard d'entomologiste aussi perspicace que tendre avec une justesse et une vérité qui lui a valu le Prix du premier roman en 2001
Commenter  J’apprécie          51
Taor
  13 mai 2013
Recueil de chroniques et d'articles , ainsi que de certains prologues et discours (dont le "discours de Caracas" prononcé à l'occasion de la remise du prix Romulo-Gallegos en 1999) où l'on retrouve l'homme passionné par son objet, la littérature, critique sans concession, capable d'encensé comme de démolir les auteurs de son siècle. Indispensable si l'on s'intéresse de près à la vie et à la personnalité de Monsieur Bolaño.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
nadejdanadejda   23 mars 2011
Alors, qu'est-ce que c'est qu'une écriture de qualité ? Eh bien, ce que ça a toujours été : savoir mettre la tête dans l'obscur, savoir sauté dans le vide, savoir que la littérature, fondamentalement, est un métier dangereux. Courir au bord du précipice : d'un côté l'abîme sans fond et, de l'autre, les visages que l'on aime, les visages souriants que l'on aime, et les livres et les amis et les repas. Et accepter cette évidence, même si parfois elle pèse sur nous plus lourd que la dalle qui recouvre les restes de tous les écrivains morts. La littérature, comme dirait une folkloriste andalouse, c'est un danger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
1ded61ded6   12 mai 2011
Alors qu'est-ce que c'est qu'une écriture de qualité ? Eh bien, ce que ça a toujours été : savoir mettre la tête dans l'obscur, savoir sauter dans le vide, savoir que la littérature, fondamentalement, est un métier dangereux. Courir au bord du précipice : d'un côté l'abîme sans fond et, de l'autre, les visages que l'on aime, et les livres et les amis et les repas.
Commenter  J’apprécie          40
1ded61ded6   12 mai 2011
Le problème avec Lamborghini est qu'il s'est trompé de profession. Il s'en serait mieux tiré s'il avait travaillé comme tueur à gages, ou comme prostitué, ou comme fossoyeur, des métiers moins compliqués que celui d'essayer de détruire la littérature. La littérature est une machine cuirassée. Elle ne s'inquiète pas des écrivains. Parfois, elle ne se rend même pas compte que ceux-ci sont vivants. Son ennemi est différent, plus grand, beaucoup plus puissant, et qui à la fin finira par la vaincre, mais c'est une autre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadejdanadejda   23 mars 2011
Probablement nous tous, écrivains et lecteurs, commençons notre exil, ou du moins un certain type d'exil, en laissant derrière nous l'enfance. Ce qui conduirait à conclure que l'être exilé, la catégorie de l'exilé, surtout en ce qui concerne la littérature, n'existe pas. L'émigrant existe, et le nomade, le voyageur, le somnambule, mais pas l'exilé, puisque tous les écrivains, par le seul fait de pointer leur nez en littérature, le sont, et tous les lecteurs, par le seul fait d'ouvrir un livre, le sont aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadejdanadejda   23 mars 2011
Epigramme à "Entre parenthèses"
De ce qui est perdu, de ce qui est irrémédiablement perdu, je ne désire que récupérer la disponibilité quotidienne de mon écriture, des lignes capables de me saisir par les cheveux et de me remettre quand mon corps désormais n'en pourra plus.
Roberto Bolano, Anvers
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Roberto Bolaño (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roberto Bolaño
Soirée d'hommage 1ere partie
autres livres classés : chiliVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
232 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre