AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Robert Amutio (Traducteur)
EAN : 9782267019124
152 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (19/04/2007)
3.89/5   59 notes
Résumé :
Nocturne du Chili met en scène un Chilien, critique littéraire et poète qui, le long d'une nuit d'agonie, tâche de se défendre des accusations qu'il entend et qui ne sont probablement qu'une dernière manifestation de sa conscience. Sur son lit de mort, le père Icabache revient fébrilement sur son passé.
À mesure que le récit se rapproche de notre présent, le prêtre glisse vers l'enfer, sans rien perdre de sa mégalomanie ni de son aveuglement, lesquels atteign... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 59 notes
5
6 avis
4
1 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Dandine
  23 février 2021
23.02.2021
Encore une fois. Je suis flou alors je renfloue un vieux billet disparu. Je le lui avais ecrit quand elle etait bebe. Elle a maintenant quatre ans et une petite soeur d'un mois. Je dois me preparer, etre en forme pour de nouvelles randonnees avec la nouvelle. Si elle me laisse du temps j'ecrirai de nouveaux billets. J'espere qu'elle (et vous aussi) sera comprehensive et conciliante…
NOCTURNO DE CHILE
Ma petite derniere etait une gueularde. Ses hurlements faisaient fremir les fondations de la maison. Je la sortais alors promener pour que l'air frais de la nuit et les tressautements sur les trottoirs cahotiques l'endorment. Je donnais aussi de la voix pour qu'elle se sente completement en securite. Ca allait de vieilles rengaines coquines du temps de ma mere (… la culpa la tiene Utrera / y el vagon de primera / y el vaiven del tren / y el vaiveeen del tren.) jusqu'a des ballades plus modernes, a ma sauce particuliere (… parslisay rosmary entaim / rimembermi touwan hulaivder / si ouanzouas etrou lovofmain.). Apres une longue randonnee on rentrait, calmes, le nez rouge, heureux = endormie!
Trente ans plus tard elle m'amene son hurlante a elle. Mais je n'ai plus la forme d'alors, les trottoirs sont moins cahotiques, et surtout beaucoup moins surs la nuit. Alors je chante intra muros, et quand elle est specialement longue a se detendre et mon repertoire ne suffit plus, je lui lis a haute voix mes livres du moment et de toujours. Elle aime ca. Elle aime ma voix, mon intonation, et elle apprecie les passages que je choisis pour elle. Elle en saisit le sens et la portee mieux que moi. Elle a souri a Nocturne du Chili. Qu'y a-t-il a sourire, ma petite fille? Qu'est ce que moi je n'ai pas compris dans cette histoire de decheance morale? Est-ce le rythme de l'ecriture de Bolano? L'alternance de longues et de courtes phrases? L'humour des histoires qu'il intercale dans la trame principale?
Je te souhaite de la chance, ma petite fille. Bolano nous a fait bien comprendre que la descente aux enfers est faite de millions de petites marches microscopiques. Il est tres difficile de se rendre compte qu'on a entame cette descente, et encore plus de savoir a quel niveau on se trouve. Je te souhaite que ton entourage te serve de boussole et non d'appat. Que tu aies la chance de pouvoir discerner les differentes teintes de gris. Que tu aies la chance d'aimer les plus claires. Que tu ne tombes pas dans un engrenage que tu n'auras pas pu pressentir a temps, comme le heros de Nocturne du Chili, Sebastian Urrutia Lacroix. Pour que tu n'aies pas l'impression qu'il a en conclusion de sa vie, d'etre dans une tempete de merde. Je te souhaite la chance d'avoir du discernement. Et surtout je te souhaite la chance d'avoir le choix. Dors, ma petite fille.
Souris, ma petite fille. Je te souhaite de lire Nocturne du Chili quand tu seras grande. Bolano y traite du passé, des annees de fer de la dictature de Pinochet, mais il ecrit pour l'avenir, pour toi. Il y traite de ce que d'autres ont appele "la trahison des clercs", d'une certaine inconstance sinon impuissance de la litterature, mais il croit encore aux mots, a l'espoir qu'ils peuvent eveiller, au baume qu'ils peuvent dispenser. C'est pour cela qu'il a ecrit comme un forcene jusqu'a son dernier souffle. Je te souhaite de lire Bolano, ma petite fille. Dors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5410
Creisification
  23 février 2021
Je ne sais pas si NOCTURNE DU CHILI, ainsi qu'il a été exprimé dans un certain nombre de critiques à propos de ce livre, serait vraiment une bonne porte d'entrée à l'oeuvre de Roberto Bolaño. Personnellement, je ne conseillerais pas aux lecteurs désireux de découvrir l'univers de cet immense écrivain chilien, de commencer par ce récit, mais plutôt, dirais-je, par ses recueils de nouvelles, par exemple «Le gaucho insupportable», «Appels téléphoniques» ou «Des putains meurtrières». Quoique en apparence moins impressionnant que les gros pavés de l'auteur (150 pages, alors que «2666» ou «Les détectives sauvages», à classer selon mon humble point de vue parmi les chefs d'oeuvre majeurs de la littérature contemporaine, font chacun environ 1000 pages), NOCTURNE DU CHILI m'a semblé, en effet, d'une telle densité, les thèmes récurrents de l'univers de Bolaño s'y retrouvant tellement ramassés, condensés, que son approche par un lecteur néophyte me paraîtrait plus qu'hasardeuse. Si c'était une étoile dans l'oeuvre de l'écrivain chilien, ce roman serait sans aucun doute, je pense, une «naine blanche» : une cuillerée à café de matière y prélevée pèserait à peu près l'équivalent d'une tonne !
De quelle matière s'agit-il en l'occurrence ? de la matière littéraire hautement relativiste et en fission permanente dont le noyau de l'oeuvre de Bolaño est constitué : de cette intertextualité omniprésente qui l'ancre et la situe constamment par rapport à l'histoire de la littérature, ainsi qu'au rôle de celle-ci dans L Histoire, à sa quête en tant que lecture possible et miroir du réel ; de cette obsession à cerner l'attirance exercée par le Mal chez l'homme, qu'aucun humanisme n'a jusqu'à présent réussi à endiguer et dont le souvenir la mémoire collective s'empresse d'effacer comme elle peut ; de cette ambition de circonscrire le récit subjectif qui se tisse pour chacun de nous dans les replis de l'espace-temps, parcours mystérieux parallèle à la rationalité et aux injonctions de la réalité extérieure, défiant toute chronologie linéaire dans sa construction (les «puits aveugles de la mémoire») ; de cette mise en abyme de la narration qui, même si tout finit par s'emboîter, avance en superpositions successives, procède régulièrement par des fragmentations, des digressions, des suspensions, des sursauts et des enchaînements inusités.
Vous l'aurez peut-être compris, en tant que lecteur inconditionnel de cet auteur malheureusement disparu trop précocement, Roberto Bolaño incarne à mes yeux le génie littéraire contemporain par excellence.
NOCTURNE DU CHILI devrait tout d'abord pouvoir se lire d'un seul trait, comme un long et unique paragraphe. Récit extrêmement méandrique, appuyé sur une syntaxe sinueuse, à texture élastique, j'ai personnellement éprouvé le besoin, après chaque pause, à chaque interruption, de reprendre la lecture plusieurs pages en amont afin d'en retrouver complètement, à la fois le fil et la respiration.
Il s'agit, concrètement, du long monologue silencieux d'un homme qui sent approcher sa dernière heure. le personnage de Sebastián Urrutia Lacroix, prêtre chilien Opusdéiste, poète et critique littéraire, concentre en lui tous les paradoxes de l'homme de lettres qui, soit par une hiérarchisation des valeurs entre action et contemplation, soit par convenance personnelle, voire les deux selon les moments et les contextes, est amené à dissocier oeuvre et occurrence historique, engagement artistique et responsabilité citoyenne, esthétique et politique.
Le Père Urrutia adresse son monologue, mi confession, mi plaidoyer, à «un jeune homme aux cheveux blancs» que lui seul voit. Cet interlocuteur n'est pas tout à fait matérialisé par l'auteur : ni personnage, ni hallucination, celui-ci ressemble plutôt à une métaphore laissée librement à l'appréciation du lecteur : conscience morale ? idéal de jeunesse auquel le mourant se mesurerait ? figure de la réévaluation de l'histoire passée au regard des générations d'après ?...
Ce serait donc par un mécanisme proche de l'association d'idées que des fragments de souvenirs littéraires émergeront et partageront, avec d'autres souvenirs personnels, le discours silencieux du père Urrutia à l'intérieur duquel, selon lui, «(il) divague, rêve et essaie d'être en paix avec (lui-même)». Certains de ses souvenirs, tel cette vision du grand poète Pablo Neruda déclamant ses vers au clair de lune, ou celui du récit par un diplomate et écrivain chilien de ses échanges à Paris, pendant l'Occupation, avec Ernst Jünger, seront imprégnés d'une aura véritablement légendaire et mythique. D'autres, tels la série de cours improbables sur la théorie marxiste qu'il aura été amené à administrer à Pinochet et aux généraux de la junte militaire chilienne responsable du coup d'état de 1973, ou de sa fréquentation du salon littéraire de Maria Canales (épisode par ailleurs inspiré de faits réels, Maria Canales étant un nom d'emprunt de l'écrivaine chilienne Mariana Callejas) se déroulant dans l'immense résidence de celle-ci située dans la banlieue de Santiago et où, en même temps, dans les souterrains, la police politique du régime militaire (DINA) pratiquait des interrogatoires sous torture, seront en revanche dans un lien plus factuel et étroit avec la réalité politique du Chili au cours de la deuxième moitié du vingtième siècle. La voix intérieure du père Urrutia cherchera dans un ultime élan erratique de l'esprit à retrouver la cohérence d'une vie qu'il avait voulu consacrer avant tout à l'oeuvre qu'il avait projetée, «une oeuvre destinée au futur, une oeuvre à l'ambition canonique qui n'allait se cristalliser qu'avec le passage du temps». Et à éviter ainsi, à l'orée de sa mort, le discrédit qui aurait pu être prononcé à l'encontre de sa vie personnelle arrivée bientôt à son point final.
Faut-il faire remonter à chaque fois la vérité telle «un cadavre du fond de la mer ou du fond d'un ravin»? Devrions-nous rappeler par exemple que l'immortel Pablo Neruda avait aussi fait acte d'allégeance au régime stalinien et avait accepté de recevoir le prix Staline de la Paix en 1953 ? Ou qu'Ernst Jünger avait publié des centaines d'articles entre 1919 et 1933 dans divers organes de la mouvance d'extrême-droite nationaliste allemande et que, pendant l'Occupation, malgré son horreur déclarée de ce qui s'était emparée de l'Allemagne, il avait intégré l'état-major parisien de la Wehrmacht. Quelle solution?
Au final, aucune réponse ici, aucun appel implicite ou explicite à une sorte d'épuration discrétionnaire et invalidante (aujourd'hui, on dirait plutôt de la «cancel culture», phénomène sociétal qui prend de nos jours une ampleur inouïe, provoquant actuellement des débats aussi passionnés que contradictoires).
Comment in fine pouvoir apprécier en toute liberté une réalisation de l'esprit? Faut-il à chaque fois dissocier l'or pur d'une oeuvre, son ambition à l'universalité et à l'immortalité, du grotesque qui insiste à assigner la condition humaine aux vanités les plus insensées, aux jeux d'influence et aux compromissions les plus répugnantes, aux conforts personnels les plus indifférents?
Sans chercher à la simplifier, ni à la passer au crible manichéen et idéaliste, ou aux tamis idéologiques et partisans, prenant acte de toute sa complexité labyrinthique et inextricable, l'oeuvre de Bolaño semble poser invariablement, comme ici, cette question : que peut la littérature face au Mal?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          167
vibrelivre
  09 avril 2020
Nocturne du Chili
Roberto Bolaño (1953-2003)
roman/poème en prose
traduit de l'espagnol par Robert Amutio
Christian Bourgois éditeur, 2000/2, 153p




Roberto Bolaño est né à Santiago du Chili. Il a quitté le pays à l'âge de 15 ans. Il a vécu au Mexique, puis en Espagne. Ses influences littéraires sont Borges, qui a donné son entier soutien à la junte, et Nicanor Parra, l'anti-poète, aux positions ambiguës, dérangeantes.Il passe pour être l' un des auteurs majeurs contemporains. La médiathèque a son oeuvre sur ses étagères.
Nocturne du Chili se passe de nuit, et quelle nuit, une nuit d'agonie, celle du narrateur à la première personne, un prêtre chilien de l'Opus Dei, fou de littérature, lui-même critique littéraire et poète. Il a cinq ou six ans à la fin des années cinquante, soit l'âge de Bolaño.
Il fréquente un célèbre critique littéraire, Farewell (qui a réellement existé) dans la villa de qui il rencontre Néruda (qui défendit la cause communiste et stalinienne) ce dernier récite des vers à la lune. Je n'ai pas distingué quel regard il porte sur Néruda, j'ai cru sentir de l'ironie.
Dans la villa du critique, le père est en soutane, et sent confusément que Farewell pose ses mains sur ses fesses tout en parlant de Sordello, quel Sordello ? La phrase revient plusieurs fois dans le récit, ainsi que l'image d'un jeune homme aux cheveux blancs, qui pourrait être le narrateur, voire sa conscience. le prêtre semble d'un équilibre précaire, usé par ses derniers moments et les tourments que lui inflige « la tempête de merde » -c'est le titre que Bolaño souhaitait donner à son livre-qu'il a traversée en lâche, « dans ce pays que la main de Dieu a délaissé », et dans lequel la littérature fut impuissante, ou les hommes cultivés indignes. Il repasse sa vie, la chasse à la fauconnerie pour lutter contre les pigeons et la merde qu'ils laissent, et le faucon se fait tuer alors qu'on s'attendait au passage des volatiles pour leur tirer dessus, la maison où se retrouvent les écrivains restés au pays et dans le sous-sol de laquelle on torture les dissidents. La mémoire se veut oublieuse du passé, « de ces années d'acier et de silence ». de plus, on n'était pas là ou si peu, « comme si on se trouvait dans un rêve », ce bout de phrase revient souvent. Peut-être la soutane se levait-elle jusqu'à ses yeux sous les coups d'un vent violent.
le prêtre se défend d'être marxiste, mais il reconnaît qu'il a chez lui des livres marxistes, que la doctrine n'est pas difficile à comprendre ni à enseigner, et le voilà en train de donner des cours de marxisme à la junte, et à Pinochet qui lui parut être un homme cultivé. Il craint-vainement- que cet enseignement ne lui porte tort.
Il est question du Chili sous la dictature de Pinochet. le père brosse un portrait des Chiliens. Il dit d'eux qu'ils sont des sodomites (tiens, tiens) des bavards incontinents, de mauvais buveurs ; qu'ils ont le sens du ridicule ; qu'ils font leurs études en France. Il parle aussi des rues jaunes, du ciel bleu, des vice-directeurs, des cafés, des quartiers dangereux. C'est surtout le pays qui l'obsède, quand il se demandait s'il n'allait pas « se transformer en un monstre que plus personne ne [peut] reconnaître ». Les événements pourtant qualifiables se succèdent, et le prêtre lit les historiens antiques et les auteurs grecs, Pindare, Platon, Zénon d'Elée. Il dresse un état de la littérature, qui se soucie des auteurs d'hier, qui est pétri de culture, qui est aidé par la littérature pour combattre un régime infâme ? Il se déclare non-coupable quand tout son récit témoigne du contraire.
Je referme le livre, et je ne suis pas sûre de l'avoir bien compris. La lecture en est difficile, essouffle. C'est un long monologue ininterrompu. Il n'y a pas de division par chapitres. Les phrases sont longues. L'ambiance est tout de suite posée, la peur, l'égarement, un sentiment d'immensité, la passion pour les livres. L'humour est présent, avec ses amies, l'ironie et la satire.Mais dominent les sentiments d'impuissance et de dégoût.
Je relirai Bolaño, un auteur très engagé dans le champ littéraire, la poésie, un auteur qui ne politise pas la littérature, mais littératurise la politique, aux dires de Bernardo Toro. Les détectives sauvages passent pour son plus grand livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MarianneL
  26 avril 2013
Exilé au Mexique avec sa famille, Roberto Bolaño était revenu au Chili en 1973. Il avait vingt ans et fut brièvement emprisonné après la chute d'Allende.
Toute son oeuvre, et en particulier celle-ci, est habitée par le même questionnement sur le mal et le rôle des intellectuels face au mal.
Dans "Nocturne du Chili", le père Icabache, Sebastian Urruta Lacroix, sur son lit de mort, revient sur son parcours et son passé.
«Je ne sais pas de quoi je suis en train de parler. Parfois je me surprends appuyé sur un coude. Je divague, je rêve et essaie d'être en paix avec moi-même. Mais parfois j'oublie jusqu'à mon nom. Je m'appelle Sebastian Urruta Lacroix. Je suis chilien.»
Prêtre intellectuel, critique littéraire et poète, il a été un des hommes les plus cultivés du Chili. Mais il a aussi été membre de l'Opus Dei, et, à la demande de Messieurs Etniarc et Eniah [à lire à l'envers, vous savez, comme ce jeu d'enfants], il a enseigné le marxisme à Pinochet et aux membres de la Junte, pour que ceux-ci puissent combattre leurs ennemis plus efficacement, et il a participé à des soirées dans la maison d'un agent américain qui torturait les opposants au régime Pinochet.
L'histoire du Chili remonte à la surface, «comme un cadavre qui remonte du fond de la mer ou du fond d'un ravin» mais le père Icabache, lui, n'a pas de regrets ; il ne reconnaît pas son aveuglement, il accuse ses détracteurs (dans le récit un jeune homme aux cheveux blancs) d'être les coupables.
Magnifique récit d'une confession sans remords qui se déroule comme un long poème en prose (génialement traduit par Robert Amutio), comme le déroulement d'un rêve qui se mue en cauchemar.
« le Chili tout entier s'était transformé en arbre de Judas, un arbre sans feuilles, apparemment mort, mais encore bien enraciné dans la terre noire, notre fertile terre noire où les vers mesurent quarante centimètres. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
Apoapo
  08 février 2016
Sur son lit de mort, dans un monologue (intérieur ?) ininterrompu et ondulant, un vieux prêtre chilien, qui est aussi critique littéraire et poète à ses heures, dresse un bilan autobiographique de ses rapports aux lettres - voire des lettres au Chili ou par moments de la condition universelle du lettré - , semblable à une confession du péché d'acédie (couardise plus que paresse). Taraudé par la culpabilité qui s'incarne en un jeune homme aux cheveux blancs, l'on devine que le vieillard s'en prend surtout à sa propre conscience, mais d'une façon obscure et sans véritable repentir.
La prose obscure est le fait de cet auteur : j'en suis désormais persuadé. Elle est réalisée par l'ondulation à laquelle je viens de faire référence, qui s'opère au moins sur trois plans : 1. stylistique - alternance de phrases très courtes et longues (voire très longues), de métaphores lisibles et absconses (ex. "l'ennui comme un porte-avions gigantesque" p. 127) ; 2. dans la fabula - alternance de digressions (états d'âme, retours sur le moment de la narration, méditations intemporelles, rêves actuels) et de récits d'anecdotes - presque des nouvelles ; 3. dans le plan de la narration - alternance d'une progression chronologique avec des références historiques spécifiques (élection de Salvador Allende, coup d'état de Pinochet, répressions, défascistisation manquée lors du retour à la démocratie) avec des récits qui ne relèvent pas de cette chronologie ou qui ne sont pas situables dans le temps. Ces ondulations renforcent l'idée du monologue intérieur et éventuellement celle de la probable sénescence du narrateur.
Toutefois, ce qui me semble être le fil rouge du roman, c'est de viser à une histoire littéraire du Chili à partir des années 50 ; c'est le sens de l'omniprésence du personnage secondaire du récit, sorte d'alter-ego du narrateur ou son Virgile dantesque, à savoir le critique dénommé Farewell, qui le conduit ou l'accompagne dans la rencontre des hommes et femmes de lettres qui constituent les principaux éléments des micro-récits.
Sans plus tarder, je vais citer parmi ceux-ci les récits qui m'ont le plus marqué et essayer de les situer dans la chronologie, lorsque c'est possible :
- Visite de la propriété de Farewell - rencontre avec Pablo Neruda - années 50
- Récit de Salvador Reyes (Figueroa) - rencontre de celui-ci avec Ernst Jünger et le peintre guatémaltèque - à Paris sous l'Occupation
- Récit de Farewell - le cordonnier sujet austro-hongrois et la Colline des Héros - dans l'Empire avant la Première Guerre
- Première rencontre avec Eniah et Etniarc - voyage en Europe et récits d'églises et de fauconnerie (NB le père Antonio de Burgos et son faucon Rodrigo) - fin des années 60
- Retour au Chili - réformes politiques d'Allende, manifestations de rue et lecture des classiques grecs - septembre 1970 à septembre 1973
- Deuxième rencontre avec Eniah et Etniarc - enseignement du marxisme à Pinochet et autres membres de la Junte - sans doute dans les premières années après le coup d'état
- Les "soirées" chez Maria Canales (personnage fictionnel) - ou comment les "nouveaux intellectuels" du régime, foncièrement et crassement incultes, remplacent les exilés, jusqu'à l'épisode de la découverte macabre des caves de Maria Canales - pendant et après les années de la dictature
- Retour chez Maria Canales - ou la question de la repentance - après le restauration de la démocratie.
J'aime les monologues intérieurs, les divagations erratiques ne me dérangent pas a priori. La chère Ingannmic a raison de conseiller ce roman pour plusieurs raisons : parce qu'il est court, parce qu'ici ces divagations ont une explication méta-narrative acceptable, parce que les problématiques de l'histoire littéraire et de la responsabilité des lettrés face à L Histoire sont importantes, parce que certaines anecdotes sont agréables à lire. Personnellement, je n'adhère pas, parce que, malgré le faible nombre de pages, je ne peux m'empêcher de juger cette prose de prolixe - suis-je peut-être trop héritier de Boileau ("Ce qui se conçoit bien...") ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   24 juillet 2018
Peu après je partis pour Paris, où je passai environ un mois à écrire de la poésie, à fréquenter des musées et des bibliothèques, à visiter des églises si belles qu’elles me mettaient les larmes aux yeux, à jeter sur le papier, lors de mes moments de loisir, les grandes lignes de mon rapport sur la protection des monuments d’intérêt national, en insistant particulièrement sur l’emploi des faucons, à adresser mes chroniques littéraires et mes comptes rendus, à lire des livres que l’on m’envoyait de Santiago, à manger et à me promener. De temps à autre et sans aucune nécessité, monsieur Etniarc m’adressait quelques mots. Une fois par semaine je me rendais à l’ambassade chilienne, où j’avais l’habitude de lire les journaux du pays, de bavarder avec le conseiller culturel, un type sympathique, très chilien, très chrétien, pas excessivement cultivé, qui apprenait le français en faisant les mots croisés du Figaro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   24 juillet 2018
Contre l’un des murs s’empilait ce que la poésie et la narration chiliennes avaient produit de meilleur et de plus remarquable, chacun des ouvrages étant dédicacé à Farewell par son auteur, avec des mots ingénieux, aimables, affectueux, complices. Je me dis en moi-même que mon amphitryon était sans doute l’estuaire où se réfugiaient, pour des périodes courtes ou longues, toutes les embarcations littéraires de la patrie, des yachts fragiles jusqu’aux grands cargos, des odoriférantes embarcations de pêche jusqu’aux extravagants cuirassés. Ce n’était pas par hasard que quelques instants plus tôt sa demeure m’était apparue pareille à un transatlantique ! En réalité, me dis-je intérieurement, la demeure de Farewell était un port. Ensuite j’entendis un bruit léger, comme si quelqu’un rampait sur la terrasse. Piqué par la curiosité, j’ouvris une des portes-fenêtres et sortis. L’air était de plus en plus froid, et il n’y avait là personne, mais dans le jardin je distinguai une ombre oblongue comme un cercueil qui se dirigeait vers une sorte de décor de branchages, plaisant clin d’œil grec que Farewell avait fait élever à côté d’une étrange petite statue équestre en bronze, haute d’une quarantaine de centimètres, qui sur son piédestal de porphyre paraissait être éternellement en train de surgir de ce fond de branchages. Dans le ciel sans nuages la lune se détachait avec netteté. Le vent fit voltiger ma soutane. Je m’approchai d’un pas décidé de l’endroit où s’était cachée l’ombre. Je le vis auprès de la fantaisie équestre de Farewell. Il me tournait le dos. Il portait une veste de velours, une écharpe et, sur le crâne, un chapeau à bord étroit rejeté vers l’arrière et d’une voix profonde il murmurait des paroles qui ne pouvaient être adressées à personne d’autre qu’à la lune. Je me figeai sur place comme si j’avais été le reflet de la statue, avec la patte gauche suspendue en l’air. C’était Neruda.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TaorTaor   13 mai 2013
[...] mes lectures, le bonheur, le bonheur, la joie retrouvée, la signification réelle de la prière, mes prières qui s'élevaient jusqu'au-delà des nuages, là où rien n'existe que la musique, ce que nous appelons le chœur des anges, un espace non humain mais sans aucun doute le seul espace que nous pouvons habiter, ne serait-ce que conjecturellement, nous les humains, un espace inhabitable mais le seul espace qui mérite d'être habité, un espace où nous cesserons d'être et cependant l'unique espace où nous pouvons être ce que nous sommes vraiment, [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SonnyKnevelerSonnyKneveler   24 juillet 2017
Le matin, je le passais à marcher de la paroisse aux champs en friche, de ces terres abandonnées aux faubourgs, des faubourgs au centre de Santiago. Un après-midi, deux malfrats m'agressèrent. Je n'ai pas de fric, mes enfants, leur dis-je. Bien sûr que t'as du fric, espèce d'enculé de curé, répondirent les voyous. Je finis par leur donner mon portefeuille et par prier pour eux, mais pas beaucoup. Le dégoût que je ressentais était cruel. L'abattement ne me quittait pas d'une semelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   24 juillet 2018
Maintenant ma mort est là, pourtant j’ai encore beaucoup de choses à dire. J’étais en paix avec moi-même. Muet et en paix. Mais tout à coup les choses sont apparues. C’est ce jeune homme aux cheveux blancs qui est le coupable. Moi, j’étais en paix. Maintenant je ne suis pas en paix. Il faut éclaircir certains points. Je m’appuierai donc sur un coude, lèverai la tête, mon noble chef tremblant, et rechercherai du côté des souvenirs ces actions qui me justifient et démentent donc les infamies que le jeune homme aux cheveux blancs a répandues pour mon discrédit en une seule nuit étincelante d’éclairs. Mon prétendu discrédit. Il faut être responsable. Cela, je l’ai dit toute ma vie. Chacun a l’obligation morale d’être responsable de ses actes et aussi de ses paroles et même de ses silences, oui, de ses silences, parce que les silences montent aussi au ciel et Dieu les entend, et seul Dieu les comprend et les juge, attention donc avec les silences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Roberto Bolaño (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roberto Bolaño
Roberto Bolano - Entre parenthèses .Ignacio Echevarria vous présente l'ouvrage de Roberto Bolano "Entre parenthèses" aux éditions Bourgois.http://www.mollat.com/livres/roberto-bolano-entre-parentheses-9782267021455.html
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : chiliVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
299 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

.. ..