AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070296224
224 pages
Éditeur : Gallimard (15/03/1977)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 14 notes)
Résumé :
"Je considère ces textes brefs, ces silhouettes et ces souvenirs-notes sur certains gens, sur certains sites-comme une sorte d'atlas personnel, de géographie de ma vie d'écrivain tout au long de trois décennies : en gros, de 1945 à ces dernières années.
Tout dans ce livre est emprunté à la réalité, ce qui ne veut pas dire que ce soit là le réel à l'état brut ; mettons que c'en est la meilleure approximation possible pour moi : un reportage même, à tout prendr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
isanne
  14 juin 2019

Vingt-trois textes plus ou moins brefs qui se lisent comme des nouvelles pour certains. Ils évoquent des lieux, des personnes, des souvenirs.
Truman Capote aiment ces lieux, apprécie les personnes dont il parle en racontant une anecdote ou en dissertant sur un trait de leur caractère, il parle d'animaux, de villes, de quartiers, de bâtiments...
C'est le genre de recueil que l'on découvre en le lisant une première fois, dans l'ordre ou le désordre suivant ce que l'on veut découvrir en premier et que l'on va écorner, user parce qu'on va le garder à portée de mains pour l'ouvrir et y revenir souvent !
Je ne connaissais pas l'écriture de Truman Capote et cela a été une révélation : un désir avide de lire encore et encore, tant il sait nous emporter dans ses visites géographiques et nous faire côtoyer des artistes connus en dévoilant d'eux, quelque secret. C'est la vérité ou c'est l'imagination qui parle mais qu'importe, c'est un enchantement.
Son style m'a réellement envoûtée, il y avait longtemps que je n'avais pas vécu cela.

Une merveilleuse découverte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Corboland78
  19 mars 2014
Truman Garcia Capote - né Truman Streckfus Persons - en 1924 à La Nouvelle-Orléans, décédé en 1984 à Los Angeles, est un écrivain américain auteur de romans, nouvelles, reportages, portraits, récits de voyages, adaptations théâtrales et scénarios de films. Ses romans les plus connus, Petit déjeuner chez Tiffany (1958) et surtout de sang-froid (1966).
Les chiens aboient est un recueil de textes datant de 1951 à 1973. Initialement paru en France en 1977, il vient tout juste de ressortir dans cette nouvelle édition. Sous-titré Souvenirs, sites, silhouettes qui donne leur titre aux trois chapitres, il regroupe 23 textes courts et autobiographiques.
« Je considère ces textes brefs, ces silhouettes et ces souvenirs – notes sur certaines gens, sur certains sites – comme une sorte d'atlas personnel, de géographie de ma vie d'écrivain tout au long de trois décennies : en gros, de 1945 à ces dernières années. Tout dans ce livre est emprunté à la réalité, ce qui ne veut pas dire que ce soit là le réel à l'état brut ; mettons que c'en est la meilleure approximation possible pour moi : un reportage même, à tout prendre, ne peut se dire vérité pure ; et pas davantage l'objectif d'une caméra. Car enfin, l'art n'est pas de l'eau pasteurisée : notre façon de percevoir, nos préjugés, le choix opéré par notre sensibilité, tout cela vient troubler le cristal du Vrai absolu. »
Tous les textes ne sont pas d'un intérêt égal il est vrai. Mais on se régalera de la Rose blanche où l'auteur narre sa rencontre avec Colette dans son appartement du Palais-Royal, de Lola sorte de nouvelle se déroulant lors d'un séjour en Sicile où le personnage central est un corbeau femelle aux ailes rognées. le portrait d'Ezra Pound et Autoportrait sont deux textes excellents eux aussi.
Truman Capote a l'écriture précise et on se délecte de l'acuité de ses jugements ou de ses portraits comme par exemple quand il évoque Humphrey Bogart « Toujours le même rôle, c'est vrai, mais il n'est rien de plus difficile à rendre sans cesse intéressant que la répétition. »
On trouvera dans ce court ouvrage des détails sur l'adaptation cinématographique de son roman de sang froid, des impressions de voyage en Sicile où il croise André Gide, à Venise ou à Tanger. Les portraits, bien qu'extrêmement courts hélas, croquent Karen Blixen, Mae West « inimaginablement virginale », Jean Cocteau et Gide, Maryline Monroe dont il note « le tortillement rythmique de volumes toujours en mouvement qui luttent pour plus d'espace dans l'infini de son décolleté ». Avec en fil rouge, une réflexion sur l'Art.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cicou45
  13 août 2011
Recueil de vingt-trois textes auxquels il est impossible de n'accorder qu'un seul genre puisqu'il s'agit à la fois de souvenir -sortes de mini-nouvelles-, de descriptions de villes, de voyages ou encore de portraits de personnalités célèbres. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore Truman Capote, c'est une bonne opportunité pour eux que de venir découvrir ce livre car ils auront ainsi un aperçu des divers genres de littérature que Truman Capote a abordés au cous de sa vie, sans compter son analyse journalistique.
En tous cas, ce que je peux vous dire est que ce livre est envoûtant, déroutant par moments mais absolument fabuleux. Comme le dit l'auteur lui-même, tout ce qui est écrit dans ce livre est la vérité mais cela ne veut pas forcément dire qu'il s'agit de la vérité pure. Voilà tout l'intérêt de ce livre qui démontre vraiment toute l'ingéniosité de l'auteur et son brio. A vous de déceler le vrai du faux...
Commenter  J’apprécie          70
liratouva2
  08 août 2011
Le texte intitulé Lola se trouve dans le livre de souvenirs de Truman Capote: «Les chiens aboient».
Ce recueil qu'on ne trouve plus désormais que dans les bibliothèques rassemble vingt-trois textes brefs que l'auteur, dans sa Préface, considère «comme une sorte d'atlas personnel, de géographie de (sa) vie d'écrivain tout au long de trois décennies : en gros, de 1945 à ces dernières années.» (Écrit en 1973)
Lola est une vilaine corneille hargneuse aux ailes rognées dont l'auteur pleure la disparition. Il l'a reçue comme cadeau de Noël 1952 de la part de sa jeune servante Graziella alors qu'il se trouvait sur les pentes de l'Etna, en Sicile près de Taormina.
Il fallut attendre six mois avant que les ailes du corbeau femelle ne repoussent. Pendant ce temps, elle devint l'amie des deux chiens de la maison dont elle apprit à se faire respecter et elle avait sa cachette secrète où cacher ses larcins, dans la bibliothèque juste derrière les «Oeuvres complètes» de Jane Austen. Tout ce qui brillait l'attirait et cela allait du dentier d'une Lady amie de l'auteur jusqu'à ses clés de voiture, ses boutons de manchette préférés et un bouchon de cristal. Elle semblait très heureuse de cette vie mais ne volait toujours pas: elle se prenait pour un chien et se comportait comme tel.
(...)
Lien : http://liratouva2.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nico6358
  20 septembre 2014
Ce livre est pour moi un livre "papillon" qu'on lit une première fois, où on découvre les textes, puis auquel on revient périodiquement au hasard de ses propres intérêts:
au hasard d'une visite qu'on aura faite et que Capote avait décrite avant nous, d'une photographie dont l'auteur a sa description dans le livre...

Le recueil en lui même est assez difficile à décrire. C'est l'édition de notes collectées par Truman Capote au cours de sa vie, et qui retracent dans un style impeccable le monde dans lequel il évoluait il y a quelques décennies.
Difficile cependant de classer ces textes comme une simple autobiographie. le recueil rassemble à la fois les souvenirs de l'ambiance d'une ville, d'un voyage, d'une personne croisée fugacement ou avec laquelle Truman Capote a entretenu une longue amitié.
Il décrit ainsi l'oeil d'observateur de Truman Capote, celui de son inspiration, pas le déroulement de sa vie.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
liratouva2liratouva2   23 juillet 2011
Il y avait peut-être un millier de ces « presse-papiers » couvrant deux tables de chaque côté du lit : des demi sphères de cristal emprisonnant des lézards verts, des salamandres, des mosaïques millefiori, des libellules, un panier de poires,des papillons posés sur des feuilles de fougère ; des tourbillonnements de blanc et de rose, et de bleu et de blanc, ruisselant comme un feu d’artifice ; des cobras entrelacés dans leur lutte ; de jolis parterres de pensées,d’éclatantes poinsetties.(...)
Elle m’expliqua que c’était là le dernier raffinement de l’art des cristalliers, de ces artisans inventifs de la joaillerie du cristal qui firent la réputation des créations françaises de Baccarat, de Saint-Louis et de Clichy. Prélevant comme au hasard l’un de ces presse-papiers, particulièrement beau et grand, qui explosait de mille feux aux mille coloris, elle me montra l’endroit où était cachée la date, 1842, à l’intérieur de l’un de ses minuscules boutons de fleur.
Les plus beaux sulfures, me dit-elle ont été fabriqués entre 1840 et 1880. Depuis lors, toute cette industrie a périclité. Il y a environ quarante ans que j’ai commencé cette collection. C’était passé de mode à l’époque et il y avait des aubaines magnifiques au marché aux puces. Aujourd’hui, bien sûr, une belle pièce coûte une fortune. Les collectionneurs se comptent par centaines, alors qu’il n’existe peut-être que trois ou quatre mille pièces en tout qui méritent un coup d’œil. Celle-ci, tenez (elle me tendit un sulfure de la taille environ d’une balle de base-ball), c’est un Baccarat. Il porte un nom : la Rose blanche.
C’était une pièce taillée à facettes, exempte absolument de bulles d’air et décorée d’un seul motif très simple : une rose blanche, montée directement sur centre fixe, avec quelques feuilles vertes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liratouva2liratouva2   08 août 2011
Un des textes de ce livre, Lola, a toute une histoire, très curieuse: écrit en vue d’exorciser le fantôme d’un ami perdu et acheté par une revue américaine, il resta pendant des années dans un tiroir, parce que le rédacteur en chef avait décidé qu’il «n’aimait pas ça»: il affirmait ne pas savoir «de quoi il était question» dans un tel récit, qui lui semblait d’ailleurs «inquiétant», «noir». Noir? Je ne trouve pas. Mais je comprends très bien ce qui s’est passé dans l’esprit de cet homme: d’instinct, il avait pénétré au-delà des déguisements sentimentaux de cette «histoire vraie», et ressenti confusément – mais sans le reconnaître le moins du monde – ce qui en constituait le sujet véritable: les périls (éventuellement mortels) qui menacent tout être vivant quand il ne sait pas, ou n’accepte pas, les limites de cette «identité» et de cette «classification» qui lui sont imposées par les autres. Ici, il s’agit d’un oiseau qui croyait être un chien! Ainsi, naguère Van Gogh affirmait qu’il était un artiste; Emily Dickinson croyait qu’elle était un poète. Et pourtant, sans de telles erreurs, sans de telles croyances, les mers n’auraient jamais été dérangées de leur sommeil et les neiges éternelles seraient restées inviolées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
liratouva2liratouva2   23 juillet 2011
J’eus d’abord un mouvement de surprise… Rougeaude et le cheveu crêpelé, de type presque africain. Des yeux de chat des faubourgs, obliques et bordés de khôl : un visage tout de finesse, mobile comme l’eau. Les joues fardées de rouge. Les lèvres, d’une minceur et d’une ductilité de fil d’acier, mais rehaussées d’écarlate comme celles d’une vraie fille des rues.
Et la chambre renvoyait au luxueux confinement de ses romans les plus profanes – disons, Chéri et La fin de Chéri- avec des rideaux de velours, dressés contre la lumière de juin. On s’apercevait bientôt que les murs étaient tendus de soie : que la lumière, rosâtre et chaude, filtrait de lampes drapées dans des foulards rose pâle. Un parfum – quelque mélange de roses et d’oranges, de tilleul et de musc – se balançait dans l’air comme une buée : comme une brume légère.
Ainsi elle était là, calée par des couches d’oreillers à bordures de dentelles, les yeux liquides de vie et de gentillesse et de malice. En travers de ses jambes, un chat d’un gris singulier était étendu, plutôt comme un couvre-pied supplémentaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alice_Alice_   17 février 2014
Q : En matière de loisirs, quelle est votre occupation préférée?
R (Truman Capote) : Pas la sexualité... bien que j'ai connu, là aussi, des périodes d'enthousiasme. Mais si ce doit être plus qu'un passe-temps occasionnel, c'est, pour un loisir, de trop haut prix, trop brûlant, quel que soit le sens que vous donnerez à cette dernière qualification. Ce que j'aime vraiment, c'est lire. Et depuis toujours. Les auteurs contemporains dont je suis passionné ne sont pas nombreux; cependant - pour ne parler que de nos propres compatriotes - j'admire beaucoup Flannery O'Connor dans ses œuvres de maturité, et aussi Norman Mailer, William Styron, Eudora Welty, Katherine Anne Porter, les premiers livres de Salinger. Et aussi... oh, une quantité d'autres!
(Autoportrait)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Corboland78Corboland78   19 mars 2014
Gide avait l’habitude, tous les matins, de rêvasser sur la place ensoleillée, assis le dos au mur, et sirotant une bouteille d’eau salée fraîchement remplie à la mer, mandarin immobile enfoui dans une pèlerine d’hiver en laine noire, et coiffé d’un sombre chapeau mou dont le large bord ombrageait sa longue et triste figure au teint sulfureux. Une idole, à sa façon ; sacrée mais sans emploi ; ne parlant jamais et n’écoutant personne, si ce n’est quelque Ganymède de village qui avait suscité un instant sa fantaisie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Truman Capote (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Truman Capote
Frissons et effrois à tous les étages Tous les titres à retrouvez : https://www.librest.com/nos-selections/voir-toutes-nos-selections/les-barbares/liste,1048-814.html?modeAffichage=liste&librairie=Le-Genre-Urbain&isMedialog=&nbResult=32&tri=SortDatParut&debut=0
- "LES GRANDS PROCÈS DE L'HISTOIRE. DE L'AFFAIRE TROPPMANN AU PROCÈS D'OUTREAU", PIERRAT EMMANUEL, MARTINIERE BL - "REDEMPTION", RONAN VANESSA, RIVAGES - "LES BIENVEILLANTES", LITTELL JONATHAN, GALLIMARD - "LE LIVRE NOIR DES SERIAL KILLERS - DANS LA TETE DES TUEURS EN SERIE", BOURGOIN STEPHANE, POINTS - "LE SILENCE DES AGNEAUX", HARRIS THOMAS, POCKET - "UN SINGULIER GARÇON", SUMMERSCALE KATE, 10 X 18 - "L'ORANGE MECANIQUE", BURGESS ANTHONY, ROBERT LAFFONT - "LE POETE", CONNELLY MICHAEL, LGF - "L'ETRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE", STEVENSON R L., GALLIMARD - "EICHMANN A JÉRUSALEM", ARENDT HANNAH, GALLIMARD - "AVENUE DES GÉANTS", DUGAIN MARC, GALLIMARD - "UNE SI JOLIE PETITE FILLE - LES CRIMES DE MARY BELL", SERENY GITTA, POINTS - "L'ELIMINATION", PANH RITHY, LGF - "DE SANG-FROID", CAPOTE TRUMAN, GALLIMARD - "MONSTER INTEGRALE DELUXE T1", NAOKI URASAWA, KANA - "LA BARBARIE DES HOMMES ORDINAIRES", DANIEL ZAGURY, L'OBSERVATOIRE - "BLACK-OUT", DELARUE CECILE, PLEIN JOUR - "LA MORT EST MON METIER", MERLE ROBERT, GALLIMARD - "MON AMI DAHMER, BACKDERF DERF, POINTS - "CALIFORNIA GIRLS" LIBERATI SIMON LGF CE SOIR JE VAIS TUER L'ASSASSIN DE MON FILS EXPERT JACQUES LGF RAGE NOIRE THOMPSON JIM RIVAGES LA DEPOSITION ROBERT-DIARD PASCALE GALLIMARD UNE SAISON DE MACHETTES HATZFELD JEAN POINTS DANS LA TETE DES TUEURS DE MASSE COLLECTIF INCULTE LES ARPENTEURS ROMAN ZUPAN KIM GALLMEISTER
+ Lire la suite
autres livres classés : recueil de textesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Truman Capote

Truman Garcia Capote (nom de naissance Truman Streckfus Persons) est né à la Nouvelle-Orléans en ...

1904
1914
1924
1934

10 questions
99 lecteurs ont répondu
Thème : Truman CapoteCréer un quiz sur ce livre