AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782711861491
47 pages
Éditeur : Réunion des Musées Nationaux (05/10/2013)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Suivre des commissaires en prison... C'est dans cette aventure peu banale que s'est engagée Cendrine Borzycki, illustratrice. Elle accompagne un groupe de personnes détenues tout au long de leur travail de conception d'une exposition sur le thème du "Voyage", qui sera présentée dans l'enceinte du Centre Pénitentiaire Sud-Francilien. Elle assiste aux séances hebdomadaires au cours desquelles s'élabore le projet, avec le concours de professionnels venus partager leurs... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
topocl
  22 septembre 2014
En 2007 a ouvert t la prison de Réau, autrement dit Centre pénitentiaire sud-francilien, prison "modèle" non surpeuplée, neuve, propre, où presque chaque détenu a sa chambre personnelle.
Le service "publics empêchés " de la Réunion des Musées Nationaux y a mis en place une exposition, entièrement montée avec/par un groupe de détenus considérés comme détenus-commissaires de l'exposition, formés à cela, sélectionnant les oeuvres, participant à toutes les décisions, partie prenante dans la scénographie comme dans l'élaboration du catalogue. C'est eux qui ont choisi le thème le voyage, comme une évidence, avec des tableaux et des objets des 5 continents qu'ils ont scrupuleusement sélectionnés sous la conduite de Vincent Gilles, assisté de nombreux intervenants, qui leur en ont donné les moyens par un très sérieux travail de transfert de connaissances..
Le projet était budgétisé avec 150 00 euros, sur un fond privé donné par la Fondation Carasso.
On assiste aux réunions de travail avec les détenus pour le montage du projet, mais aussi à des échanges plus intimes, à des discussions avec des gardiens, aux rencontres à l'extérieur de l'auteur avec les intervenants, les conservateurs qui prêtent des oeuvres.
C'est l'un des intérêts du livre: tout le monde a la parole
Les dessins sont dans un camaïeu de gris-beige-bleu avec des personnages griffonnés qui se détachent en blanc sur le fond. C'est très doux, pas du tout les couleurs qui s'imposent à moi quand je pense « prison ». Quelques planches, notamment des dessins à l'extérieur , s'autorisent une couleur très vive et jaillissante.
Donc, globalement c'est très intéressant, sujet pas vu sur lequel on apprend beaucoup, je dirais même qu'on y brise certains préjugés.
Il n'empêche que
C'est sans doute lié à la forme BD, mais j'ai regretté que, si beaucoup de pistes sont abordées, beaucoup de questionnements envisagés, les réponses restent en suspens, rien n'est vraiment creusé; mais c'est finalement l'ouverture de ces pistes de réflexion qui est le plus intéressant du livre, qui ne se contente pas de relater des faits..
-Quelle est la motivation réelle des intervenants (bonne conscience et publicité personnelle, part de voyeurisme, de paternalisme)? En tout cas, pour tous c'est l'occasion d'un grand bouleversement personnel, apparemment.
-Sur 800 détenus, une quinzaine ont participé à ce projet. Sur auto-proposition puis sélection du personnel d'encadrement. Évidemment on ne peut s'empêcher de penser que ce n'est sans doute pas ceux là qui ont « le moins besoin » de ce type de projet pour s'en sortir. D'ailleurs Cendrine Borzycki raconte qu'au fil du temps, au fur et à mesure que le projet avançait, qu'on en parlait de plus en plus dans les couloirs de la prison, plein de prisonniers qui ne s'étaient pas proposés initialement se sont montrés intéressés. Quid de ceux là?
-150 000 euros ont donc été utilisés pour cette opération. En même temps c'est formidable, mais... Pour des raisons de sécurité bien compréhensibles, seuls les détenus et leurs familles ont pu voir l'exposition, d'une part. D'autre part, quand on pense à ce à quoi cet argent pourrait servir , soit dans des prisons plus mal loties que ce centre pénitentiaire, soit pour des projets plus « humbles » , moins spectaculaires, mais pas forcément moins « payants » cela laisse un peu rêveur, cette question-là . D'ailleurs, je ne sais y répondre, c'est un de mes questionnements récurrents: le caractère absolument vital de la culture, sa place dans la société, l'argent qui lui est consacré et qui pourrait servir à autre chose, c'est un problème vraiment insoluble pour moi : la culture en même temps besoin primordial et luxe suprême. Je me questionne et j'admire complètement cette initiative.
Enfin, j'ai trouvé dommage que la BD s'arrête avant la mise en place de l'exposition, sans explication, je suis restée sur ma faim
En somme j'ai beaucoup aimé cette bd, mais pas forcément que pour elle même. Je l'ai trouvée très intéressante, nourrissante, même si elle m'a laissé un sentiment d'incomplétude sur beaucoup de points, et aussi l'impression que l'image transmise est un tout petit peu trop belle. Donc, à lire pour bien des raisons, même si c'est imparfait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cronos
  21 mai 2020
C'est une BD sur un beau projet, celui d'organiser une exposition d'oeuvre d'art dans une prison… enfin un centre pénitentiaire. le projet est rapporté par l'auteure qui s'est greffée au projet en cours de route. J'ai aimé qu'elle introduise quelques conversations avec les détenus, sur le quotidien, même bref, c'est des questions que je me pose n'ayant jamais mis le pied de ce type d'établissement.
L'auteure relate une partie du parcours à affronter pour ce type d'exposition, mais d'après les intervenants, ce n'est pas le lieu qui pose problème pour le prêt mais plutôt la fragilité des oeuvres. le fait de ne pas avoir accès à internet pour choisir les oeuvres sur le thème du voyage, il a fallu s'adapter. Les commissaires-détenu avaient l'air curieux et intéressés par ce beau projet culturel. C'est pour eux mais c'est avant tout par eux que l'exposition existe.
Commenter  J’apprécie          20
audreylectures
  22 septembre 2020
Cendrine Borzycki a suivi les organisateurs d'une exposition artistique dans leur centre pénitencier ayant pour thématique le voyage . Elle a documenté l'expérience et tous ses intervenants ( professionnels de l'Art, surveillants pénitenciers, prisonniers participants à l'activité ).

Il est très intéressant de découvrir à la fois une nouvelle facette de l'univers carcéral dans cette prison ultra-moderne et comment s'organise une exposition d'art.
Les commissaires-prisonniers sont dépeints avec humour et sans complaisance, pour beaucoup, ils finissent passionnés par l'Art. L'oeuvre participe à modifier l'image stéréotypée du bagnard inculte et violent.
Les intervenants extérieurs (conférenciers, directeur de musée, prêteurs d'oeuvres d'art) confient leurs ressentis à l'auteur, décrivent leurs craintes et leur agréable surprise.
Les interactions enrichissent tout le monde, le voyage est dans la rencontre de l'Autre et l'Art devient une arme défensive pour qui se l'approprie.
En ressort une oeuvre réaliste au dessin austère mais aux messages plein d'humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Melisende
  04 septembre 2014
Le concept de cette bande dessinée m'intriguait : la RMN Grand Palais (la Réunion des musées nationaux s'est associée à un centre pénitentiaire de la Seine-et-Marne ouvert en 2011 pour mener à bien des projets culturels. le projet mis en place alors est l'organisation d'une exposition au sein du centre (sur le thème du voyage), exposition gérée de A à Z par les détenus volontaires qui ne connaissent rien à l'art pour la plupart.
Voilà une « intrigue » qui me semblait assez prometteuse et intéressante à traiter en bande dessinée… mais à vrai dire, si la découverte a été agréable, elle n'a pas non plus été extraordinaire. La réflexion sur l'art dans les prisons (qui permet de s'évader) est pertinente, l'illustration des différentes étapes de l'organisation d'une exposition vaut le coup d'oeil (ce n'est pas si simple et rapide que ça, loin de là !) et les témoignages des détenus sur cette expérience originale sont enrichissants… mais il m'a manqué un truc, un je-ne-sais-quoi pour que je sois embarquée et/ou touchée.
Les illustrations, généralement de simples crayonnés légèrement relevés de couleurs discrètes, sont légères et assez douces. Mais moi qui m'attendais à feuilleter des planches similaires à l'illustration de couverture, ça a été un peu la déception, je dois l'avouer.
Un témoignage original, une réflexion intéressante sur un sujet de société, le tout servi par des illustrations sympathiques… mais sans plus, encore une fois !
Lien : http://bazardelalitterature...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Aproposdelivres
  16 février 2020
Cette BD reportage, nous ouvre les portes d'une prison…
En effet, en 2013, la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais s'est associée au centre pénitentiaire Sud Francilien, implanté en Seine-et-Marne, à Réau, au nord de Melun, pour monter une exposition au sein même de l'établissement pénitentiaire. Les commissaires de l'exposition sont des personnes détenues et volontaires.
Pendant une année, Yacine, Selhim, Marc, Jean-Claude et les autres vont se retrouver chaque semaine pour préparer cette exposition dont ils ont choisi comme thème : « le voyage », choisir les oeuvres, la scénographie…
Cendrine Borzycki, l'auteure de cette BD, va assister aux séances hebdomadaires durant lesquelles le projet s'élabore, avec le concours de professionnels venus partager leurs savoir-faire. Elle visite les musées qui ont accepté de prêter des oeuvres pour l'exposition. Elle raconte également des instants de la vie du Centre Pénitentiaire dont elle est témoin lors de ses visites. C'est très intéressant et instructif de découvrir cette expérience autour de l'art en prison à travers cette BD.
L'exposition a eu lieu durant deux mois, mais seuls les détenus, le personnel et les familles ont eu le privilège de la visiter…
Lien : https://aproposdelivres.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
michel.carlier15michel.carlier15   10 octobre 2016
Le voyage peut permettre de dépasser certains préjugés . Sans aller bien loin d'ailleurs .
On a peur de ce qui nous est étranger . Aller à la rencontre de l'autre c'est dépasser cette peur .
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Cendrine Borzycki (2) Voir plus




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
175 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre