AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266262859
224 pages
Pocket (10/03/2016)
3.91/5   32 notes
Résumé :
Virgine Lupesco, ex-étudiante en lettres, est tombée dans la prostitution. Elle travaille sous le nom de Bégonia Mars à la Jonquera, dans une de ces boîtes proches de la frontière, le Gran Madam s. Quand elle ne se plie pas aux désirs de Ludovic, son mac, elle prend des coups. Et pourtant c est ensemble, et avec l aide du Chinois, qu ils vont assassiner le patron du Gran Madam s, le Catalan. Ils déposent son corps au sommet du monument pyramidal qui, sur l autoroute... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 32 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

DoubleMarge
  02 septembre 2020
"Bégonia Mars, alias Virginie, petite pute de la Jonquera, s'enfuit du bordel industriel le Gran Madam's avec son mac, le Boss, alias Ludovic, et l'homme de main de celui-ci, le Chinois après qu'ils aient réglé de façon expéditive le problème du Catalan, dernier supérieur hiérarchique qu'ils avaient tous les trois. le road Movie qui devait les emmener à Paris pour une brillante carrière prostitutionnelle s'arrête à Leucate, quand ils ramènent chez elle, à la station-service de ses parents, une gamine trop grosse, Marielle, qui fugue tout le temps de chez elle. Comme on l'imagine, les trois vont découvrir un univers sans délinquance mais non sans crime, et à quel point les gens normaux peuvent être bien plus horriblement féroces qu'eux-mêmes. (...) Dans ce court roman, qui décrit de façon terriblement physique les atteintes au corps, on a aussi la lente et douloureuse émancipation de Bégonia, qui finit par abandonner son nom de guerre, redécouvre l'amour en se réappropriant sa capacité à sentir et ressentir, et d'une certaine façon se guérit et cicatrise par personne interposée. La violence sexuelle est au coeur de la narration, elle forme à elle seule un décor, une toile de fond. Les issues à cette tyranie obscure, sous-jacente mais essentielle dans la définition des hiérarchies à l'oeuvre, ne sont ni sociales, car les dés sont et restent pipés pour les plus vulnérables, ni matérielles. Elles résident d'abord dans la capacité de se réapproprier sa propre personne, et au-delà de l'usage de son corps, cette miraculeuse capacité qu'il a de ressentir, goûter, désirer, jouir. C'est le parcours long et accidenté, chaotique d'une décolonisation intérieure qui est raconté, mais aussi la dimension des corps, non comme des marchandises ou des outils, mais comme des entités sensorielles compliquées et mystérieuses qui à la fois génèrent et supportent l'esprit. En se réappropriant la capacité de désirer et ressentir, la jeune femme qui fut Bégonia réintègre aussi son autonomie mentale. Tout au long du roman elle grandit, se déploie, regagne du terrain sur elle-même. Au cours de l'histoire triviale qui se raconte, des changements qui s'opèrent en chacun des personnages, dans la chaleur accablante et l'aigreur du rosé, c'est cette lente et inexorable réintégration qui se joue, et qui donne à ce roman si noir une nuance lumineuse."
Les papiers de Lonnie in Double Marge (Extrait)

Lien : https://doublemarge.com/gran..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
encoredunoir
  21 février 2015
Toujours surprenante, la Manufacture de Livres nous offre avec Gran Madam's un nouvel objet de curiosité littéraire. Sur une trame de roman noir, Anne Bourrel livre un roman qui parle surtout d'amour, de rédemption, de la recherche désespérée d'un semblant de pureté.
Souillée chaque jour par les clients qui se succèdent, Bégonia Mars, prostituée officiant dans un de ces bordels géants de la Jonquera, à la frontière hispano-française, le Gran Madam's, se lance avec son mac, Ludovic, et l'homme de main de ce dernier, le Chinois, dans une expédition punitive. Si l'on ne sait pas vraiment ce qu'a pu faire le Catalan pour provoquer l'ire du trio, sa fin rapide sous forme de sacrifice maya au sommet de la pyramide de Ricardo Bofill au poste frontière du Perthus annonce une drôle d'échappée. le crime commis, Bégonia, Ludo et le Chinois rencontrent une jeune fugueuse qu'ils prennent sous leur aile et ramènent chez elle, dans une petite ville des Corbières. Là, accueillis par la famille de la petite, ils vivent, au milieu d'un été caniculaire, une parenthèse presque enchantée qui prend rapidement l'allure d'une sorte d'impasse propre à les faire basculer dans l'horreur.
Si donc, bien vite, la cavale initiale stoppe à Capendu, dans la station-service des parents de la petite Marielle, elle ne cesse jamais vraiment. Et c'est cette échappée arrêtée qui est au coeur du roman d'Anne Bourrel. Ici s'ouvre face à Bégonia la possibilité de rêver à autre chose qu'aux projets d'escort de luxe à Paris que Ludovic a pour elle. Et, d'ailleurs, même ce dernier semble voir dans cette famille pourtant mal en point un point d'accroche potentiel et, pourquoi pas, l'occasion de changer de cap. Mais Anne Bourrel n'est pas là pour conter une histoire à l'eau de rose. Et dans la touffeur de cet été torride en bord de nationale, elle instille peu à peu la suspicion. En quelques images, quelques paroles, elle laisse planer les présages d'un basculement. Si ce suspense bien maîtrisé accroche le lecteur, il y a aussi bien entendu les personnages auxquels ils peut s'attacher avec l'auteur et en particulier ces femmes, Marielle, Bégonia, Sylvie… plus fortes qu'elles paraissent mais aussi victimes perpétuelles d'un monde qui n'est pas forcément prêt à accepter de les voir lever le menton.
Si le sens de l'ellipse d'Anne Bourrel peut parfois déstabiliser le lecteur et même, à certains moments, rendre les situations où les personnages secondaires un peu caricaturaux, il n'en demeure pas moins que celui-ci lui permet d'offrir au lecteur une véritable liberté d'interprétation de ce qu'il lit. C'est là quelque chose d'assez rare pour être signalé et c'est ce qui fait de Gran Madam's un roman noir d'une belle complexité.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
delphlabibliovore
  17 mai 2016
" Gran Madam's" est un roman noir rempli de sentiments. J'ai fait connaissance de Bégonia Mars, une pute fréquentant le bar de la Jonquera. Son boss, Ludovic préfère se la couler douce et lui piquer son fric normal pour un boss. Toujours accompagné de son bras droit, le chinois, Ludovic décide d'abattre le patron du club. Pour Bégonia Mars ce sera la fin des passes et de son dernier soir au Gran Madam's.

Une autre vie semble commencer pour ce trio, au volant de la Dacia ces derniers partent en direction de Paris mais croisent sur le chemin Marielle, une jeune fille qui apparemment semble avoir fugué.


Bégonia, le Boss et le chinois décident de la ramener chez elle et feront connaissance par la suite de Sylvie et Jean-Louis, les parents de Marielle. Mais la visite de ce trio perturbe les habitants du village et font entendre qu'ils ne sont pas les bienvenus...


Quand j'ai commencé ce roman, je me suis dit accroche-toi ce ne sera pas de la rigolade!
En effet dès le début le ton est donné, Bégonia nous fait vivre et ressentir son univers; du sexe, les clients sans visages qui alimentent le parcmètre.


" Je ne suis pas une call-girl bien payée, je suis une pute bon marché.
La majorité des clients s'en contentent. Pourquoi ils m'embrasseraient? Ils ne veulent pas des bouches, ils veulent du sexe."

L'univers est glaçant, oppressant mais au fur et à mesure de la lecture une subtile saveur d'amour subsiste, les sentiments des personnages se font ressentir; les rires, l'amour, l'amitié s'installent. Je me suis prise d'affection pour Bégonia et le trio recherche en quelque sorte une nouvelle vie mais sera-t-elle aussi radieuse ?


Anne Bourrel a su totalement m'emporter dans cette histoire noire et dans les déboires de ce trio, c'est rudement réussi!!!


On a l'espoir de penser que la vie de ces protagonistes sera normale jusqu'au dénouement de l'histoire.


" Gran Madam's" est un roman magnifique avec des personnages hauts en couleurs et où la noirceur de l'histoire devient intense.
Encore une auteure à suivre de près! C'est vraiment une belle découverte ce roman.
Lien : http://delphlabibliovore.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CinemaLitterature
  15 janvier 2017
Une fois que vous l'avez commencé, impossible de vous arrêter. Vous êtes pris au piège. Anne Bourrel vous ensorcellera par son écriture si singulière et si délicieuse. Elle manie le verbe à la perfection et nous embarque dans une folle histoire noire. Rédemption et road trip se télescopent dans ce livre qui nous charme et nous émeut.
Un livre noir mais un livre lumineux sur le destin d'une jeune prostituée tourmentée entre son envie de quitter le monde infernal de la prostitution et celui de vivre une vie "normale" pour une fille de son âge.
Les personnages secondaires de l'intrigue sont par ailleurs construits avec un humour parfaitement distillé au rythme de pages qui se dévorent telles une glace lors d'une canicule estivale.
Je n'oublierai jamais la lecture de ce livre : Gran Madam's m'a permis d'appréhender et d'affectionner la littérature.
Commenter  J’apprécie          10
NicolasElie
  28 juillet 2016
« Grand Madam's » – Anne Bourrel
La Manufacture de livres
Anne Bourrel, elle a écrit une espèce d'ovni, et ça s'appelle « Gran Madam's ».
Un ovni, parce que ça se lit à la vitesse de la lumière, genre pendant un après-midi pluvieux sur ton canapé, ou sur un banc dans un jardin public avec le vent qui souffle doucement dans les branches…
Des phrases, d'abord, qui te font toucher du doigt quelque chose qui est pourtant loin de toi.
Quelque chose dont on ne parle pas trop dans les journaux à grand tirage…
Ça fait quoi d'être une pute dans un bouge plus ou moins immonde ?
Tu ressens quoi quand ton corps est bafoué par des types qui ont le pouvoir sur toi parce qu'ils ont filé un biffeton à ton mac ?
La réponse, tu la prends dans la gueule, pleine face comme ils disent :
« La prostitution, ça pèle un être humain. Je suis à vif. »
Et ce genre de phrases, il y en a plein. Ça tue.
Un récit fait de rencontres, de hasards, mais pas de coïncidences.
Les coïncidences, ça n'existe pas.
Bégonia tisse une toile qui nous amène, l'air de rien, à une conclusion qu'on sent approcher mais à laquelle on n'a pas très envie de croire, parce que les choses s'arrangent, et que merde !
Elle a bien mérité de vivre !
Ce à quoi on veut croire, c'est à un moment d'amour qui pourrait durer un peu plus longtemps, s'éterniser après ces 188 pages…
Mais « Le chagrin d'amour d'une pute, ça compte pour personne », alors t'es triste pour Bégonia… et tu finis par l'aimer.
Peut-être parce qu'on a tous eu envie, une fois, d'aider une de ces filles que nos yeux ont croisée au détour d'un carrefour.
Hier, j'étais pas très sûr de mon ressenti après l'avoir refermé.
Aujourd'hui, je suis convaincu que c'est un vrai texte, fort, beau, et parfaitement écrit.
Fais-moi confiance…
Lien : http://www.leslivresdelie.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   09 mai 2016
Les gendarmes savent que cette petite finit toujours par revenir, mais ils ont bien expliqué que, si elle tardait encore à rentrer, ils devraient en référer aux services sociaux. Il faudrait placer Marielle, dans un foyer, loin de la maison, la séparer de ses parents, incapables d’élever correctement leur enfant adolescente, incapables de la tenir chez eux. Ça ne peut plus durer, avait dit le chef de brigade, vous le comprenez bien que ça ne peut plus durer, ça va mal finir. Il faut trouver une solution.
Alors, d’entendre ce type qu’il avait pris pour un client ordinaire lui parler de sa fille, Jean-Louis, blême, s’adosse au mur jaune de la station et supplie le Boss de lui en dire davantage.
Le Boss ne sait pas par où commencer. Alors c’est moi qui parle la première. Jean-Louis sursaute, je crois qu’il ne m’avait pas encore remarquée.
– Elle dort, elle est avec nous dans la voiture, sur le parking.
Sylvie arrive à ce moment-là. Elle regarde Jean-Louis. Jean-Louis montre le bout de la piste. On se met à courir jusqu’au parking, là où est garée la voiture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Charybde2Charybde2   09 mai 2016
Ludovic bâille, le Chinois l’imite bruyamment, la sueur coule en grosses larmes entre mes seins et sur mes tempes. Le Chien fait sa vie un peu plus loin, la truffe dans le sable, il semble chercher la sortie.
J’ai la bouche pâteuse et des torsades dans le ventre. Le Boss à peine réveillé se lève, il marche tout droit vers la mer. Les pieds dans l’eau, il pisse longtemps. De notre place, on regarde le jet d’urine couler en un demi-cercle parfait dans le bleu de la mer, et ça nous suffit pour le moment comme spectacle.
Son petit chapeau de cuir noir et ses lunettes de soleil font bien ressortir son côté italien. Le Chinois marmonne un truc incompréhensible.
– Quoi ? Qu’est-ce que t’as dit ?
– Dire que c’est le seul type avec qui on pouvait taper la causette.
– Le… le Catalan ?
On reste silencieux.
Ludovic revient vers nous et, avant qu’il ne soit trop près, le Chinois en rajoute une couche :
– On n’aurait peut-être pas dû.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde2   09 mai 2016
Je ferme la porte, ça recommence.
Ils sourient tous de la même manière quand ils s’approchent de moi après avoir déposé l’argent dans le parcmètre : là, à cet instant, ils montrent leur visage en pleine lumière, pour que je voie jusqu’à quel degré d’hilarité et d’horreur ils se prennent pour les maîtres du monde. Ils me croient soumise mais, c’est sûr, ils ne paient que l’ouverture des jambes, le reste, ma haine qui les pénètre, ils ne la sentiront que plus tard. C’est avec cette pensée-là que je supporte, en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   24 novembre 2019
Il entre, s’affale, son souffle s’accélère, ses coups aussi, ça va durer longtemps, je suis secouée comme un arbre, secouée, secouée, secouée. J’ai mal au cœur tellement il me secoue, ça va bientôt finir cette affaire ? Mentalement, je m’encourage, je gémis un peu, il s’en fout, il reste dans son délire, pas la peine que je fasse mon numéro, il continue seul sur la lande, ah, il vient, non, toujours pas, toujours pas, toujours pas, il a dû prendre un truc pour que ça dure aussi longtemps
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   24 novembre 2019
il est en sueur, le tissu de sa chemise est hérissé de piques, il me souffle fort dans l’oreille, on dirait un train à vapeur, il me retourne, il rit tout seul, je lui dis, non, pas là, il grogne et il re-rentre en me tenant la taille entre ses deux mains, il secoue, il secoue, je me tiens comme je peux au dossier du lit, j’ai la peau des joues qui vibre, je pense pas, je ne peux pas penser, je suis trop secouée, secouée, secouée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de ‎ Anne Bourrel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de ‎ Anne Bourrel
Anne Bourrel - L'invention de la neige .A l'occasion de la 6e édition du Polar se met au vert à Vieux Boucau (Landes), rencontre avec Anne Bourrel autour de son ouvrage "L'invention de la neige" aux éditions La Manufacture de Livres. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/75298/anne-bourrel-l-invention-de-la-neige Notes de musique : Whats that by David Szesztay. Free Music Archive Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : proxénétismeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'invention de la neige" de Anne Bourrel.

Quel est le métier du père de Gabriel ?

docteur
pharmacien
dentiste
chirurgien

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : L'invention de la neige de ‎ Anne BourrelCréer un quiz sur ce livre