AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258118638
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/05/2015)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.68/5 (sur 1167 notes)
Résumé :
Rien n'est plus éphémère que la mémoire d'un enfant.
Quand Malone, du haut ses trois ans et demi, affirme que sa maman n'est pas sa vraie maman, même si cela semble impossible, Vasile, psychologue scolaire le croit.
Il est le seul... Il doit agir vite.
Découvrir la vérité cachée. Trouver de l'aide. Celle de la commandante Marianne Augresse par exemple. Car déjà les souvenirs de Malone s'effacent. Ils ne tiennent plus qu'à un fil, qu'à des bouts ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (356) Voir plus Ajouter une critique
Woland
19 avril 2015
Merci aux Editions "Les Presses de la Cité" et à Babélio qui m'ont expédié un exemplaire de ce livre à titre gracieux. ;o)
Je sens que je vais en décevoir plus d'un (plus d'une ? ) mais franchement, je n'ai pas du tout accroché et, pour tout dire, la lecture de ce malheureux livre fut pour moi pratiquement un pensum assez somnifère. Il est d'ailleurs curieux d'observer que son thème principal est la mémoire - bon, d'accord, chez un enfant très jeune mais la mémoire tout de même - et que, j'ai beau faire, moi qui n'ai en général pas de trous noirs en ce domaine, j'avais à peine achevé la dernière page que je peinais à me rappeler les détails importants de l'intrigue.
Alors, disons, comme ça, en gros, qu'y a un môme de trois ans, Malone, dans un aéroport, avec sa maman et son doudou. le problème, on va s'en apercevoir bientôt, c'est que, pour Malone, si son ours est bien son doudou privé, personnel et favori (alors là, je suis formelle sur la question et je ne tolèrerai aucune remarque sur mes petites cellules grises ), la femme qui se dit sa maman n'est pas sa maman. Il lui semble aussi - et il me semble du même coup - que son papa non plus n'est pas son papa : même que le soir, quand il va se coucher, son doudou, que l'auteur compare à une espèce de rat d'un gris sale - la peluche classique, en somme, quand on l'utilise beaucoup - Gouti, (là, je veux bien admettre ne pas être sûre du nom ), lui parle de son vrai papa, de sa vraie maman et de sa vraie vie.
Comme de juste, survient alors le conseiller scolaire de service qui s'aperçoit, épouvanté (on le comprend) que le petit ne semble pas tourner très rond (même s'il est charmant, c't'enfant, ça, je me le rappelle très bien et je ne vous conseille pas de me contredire sur ce point ). Forcément, comme c'est un psychologue consciencieux, il s'inquiète. Tant et tant même qu'il s'en va droit chez les flics, où, par l'un de ces hasards étranges qui parsèment les livres et les films mais plus rarement la vie réelle - ne me dites pas que vous n'avez pas encore remarqué ce curieux phénomène, tout de même ? -, il rencontre le commandant Marianne Augresse. Lui, le psychologue scolaire, c'est Dragonball ... euh, pardon, Dragonman, qu'il s'appelle : difficile de zapper deux noms comme ça, même si vous n'accrochez pas du tout à ce qu'ils racontent.
La "commandante" - car l'auteur, règlement-règlement, n'a pas oublié le "e" si cher à nos pseudo-féministes de l'ère Hollandoise - ne dit pas que l'histoire du petit n'est pas intéressante, seulement, notre commandante se trouve, pour le moment et pour utiliser un autre terme qui fera aussi très "dans le vent" (du moins, je l'espère ) , surbookée : toute une série sordide de sombres cambriolages qui tournent plus ou moins mal et qui tiennent son équipe en haleine depuis ... Disons, un temps certain. Neuf ou dix mois, je crois - ah ! et puis, flûte, ne me cherchez pas de poux sur ce point-là, hein ! J'ai saturé trop tôt, c'est tout. Ca ne vous arrive jamais, à vous ? ... ;o)
Là-dessus ...
Ah ! ah ! Je vous ai eus ! Vous pensiez que j'allais vous dire que je ne me rappelais rien, n'est-il pas ? Eh ! bien, non ! Là-dessus donc, les deux intrigues, après s'être heurtées de front, s'entrelacent, s'imbriquent, tout ce que vous voudrez et, en prime, Dragonman et Augresse sympathisent très fort. Il y a aussi tout plein de choses qui se produisent pour nous faire aboutir à une happy end classique qui bénéficie à tout le monde sauf aux "victimes collatérales." Et, bien entendu, les "méchants" n'ont pas droit non plus à une part de gâteau. Bien fait !
Voilà, voili, voilou ... Bref, si vous aimez la simplicité un peu "téléphonée" (à mon sens), un style correct mais sans plus et des personnages qui ont bien du mal à sortir du stéréotype, "Maman A Tort " est fait pour vous - petits veinards, va ! ;o) Bonne lecture et inutile de me jeter des pierres si vous n'êtes pas d'accord avec mon opinion : tous les goûts sont dans la nature et on ne peut pas toujours être du même avis que son voisin d'en-face. Vous imaginez l'ennui ? ... Non ? ... Eh ! bien, moi, oui - et je déteste ! ;o(
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622
jeranjou
03 juin 2015
[le psy] ♫ ♪ Où est ta maman ?
Dis-moi où est ta maman?
Sans même devoir lui parler
Il sait ce qui ne va pas
[le garçon] Ah sacré maman
Dis-moi où es-tu cachée ?
Ça doit, faire au moins mille fois que j'ai
Compté mes doigts
Où t'es, maman où t'es ?
Où t'es, maman où t'es ?
Où t'es, maman où t'es ?
Où, t'es où, t'es où, maman où t'es ?♪ ♫
Voilà en chanson ce qu'aurait dévoilé le petit Malone Moulin à Vasile Dragonman, le psy de l'école maternelle, s'il était capable à 3 ans de chantonner l'adaptation « Mamanoutai » de Stromae !
Malheureusement, le petit Malone n'est pas belge mais bien français…
Afin de communiquer avec l'enfant, le psychologue d'origine roumaine (comme Vlad II Dracul dit « le Dragon », d'où DragonMan), va donc utiliser des méthodes beaucoup plus simples comme le dessin.
Malone décrit comme il le peut, avec le trait de crayon d'un enfant de trois ans, ce lieu insolite où il vivait avec sa maman, au bord d'une plage près d'un château aux quatre grandes tours non loin d'un bateau de pirate. Avec sa vraie maman, pas Amanda Moulin sa maman actuelle !
A partir de ces confessions intrigantes, Vasile va chercher à convaincre la commandante de police Augresse de s'intéresser de près à la famille Moulin alors qu'une autre affaire beaucoup plus préoccupante concernant la traque d'un braqueur nommé Timo Soler accapare toute l'attention du commissariat du Havre.
Michel Bussi va alors nous embarquer dans une histoire alambiquée comme il en a le secret et quelque peu tirée par les cheveux à certains moments. Plus qu'à certains moments diront certains... Certainement...
Ayant la chance de le rencontrer demain à Paris, j'aimerais lui demander si le prénom d'Angie et le dilemme terrible apparaissant à la fin du livre s'avère être un clin d'œil à « Gone, Baby, Gone de Dennis Lehane ou au moins à son thème fétiche de l'enfance maltraitée. Difficile tout de même d'imaginer une simple coïncidence…
En conclusion, ce livre m'a beaucoup plus emballé que « N'oublier pas », son précédent roman, peut-être car j'ai en mémoire différentes anecdotes sur des histoires plus ou moins invraisemblables d'enfant en tant que parent et conjoint et fils de professeures des écoles.
Néanmoins, contrairement à ce que j'avais ressenti dans l'excellent « Nymphéas noirs », l'auteur devrait gommer selon moi les nombreux effets caricaturaux de style ou d'appellation rencontrés dans ses deux derniers romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          583
Ellane92
02 juin 2015
Marianne Augresse, à la tête de son commissariat, connaît bien des déboires : le braqueur qui a participé au casse de Deauville vient d'échapper aux mailles du filet dressé à son intention, qui comportait pourtant pas moins de 10 flics et 5 voitures pour l'encercler, et sa vie sentimentale est désespérément vide tandis que son horloge biologique lui laisse tout au plus 2 ans avant de finir sans enfant. Il y aurait bien ce psy Roumain, aux yeux terres de Sienne, envoyé par sa copine Angie pour lui parler de Malone. Un psy, ça doit faire un bon père, non ? Mais bon... Donc, ce Malone... du haut de ses 3 ans et demi, il n'arrête pas de déclarer que sa mère n'est pas sa mère, pas plus que son père d'ailleurs. Il se souvient bien de sa maman d'avant, sa vraie maman, avec ses longs cheveux. Ils habitaient une maison d'où l'on voyait un château à 4 tours, avec vue sur le bateau de pirates et la forêt des ogres. Malone se rappelle bien qu'il faut se méfier de l'ogre qui a un tatouage en forme de tête de mort en bas du cou et qui porte une boucle d'oreille. D'ailleurs, quand sa mémoire défaille, Gouti, son doudou de race indéterminée, lui rappelle tout ce qu'il y a à savoir. Au-delà de ces élucubrations de gamins, ça ne ressemblerait pas au signalement de l'un des complices du braqueur qui échappe à Marianne, tout ça ?
Michel Bussi nous emmène une nouvelle fois en Normandie, ses plages, ses villes riches en bord de plage, et la désolation des villages qui étaient miniers dans le temps et qui sont simplement désertés aujourd'hui. le rendu de la vie dans ces petits village, les relations entre ses habitants, la déprime qui les gagne tous, les regards que l'on jette de derrière ses rideaux, parce qu'il ne s'y passe jamais rien, l'obligation pour les enfants de partir pour tenter de se trouver un avenir, est particulièrement bien rendu.
Maman a tort est un thriller divisé en 3 parties, chacun portant le nom d'une femme qui y jouera un rôle particulièrement crucial, tandis que le récit s'entrecroise sur Malone, un petit bout de chou très sympathique et particulièrement (un peu trop peut-être ?) bien éveillé pour son âge. J'ai trouvé les personnages de Marianne et d'Amanda bien réussis et très réalistes ; je suis un peu plus dubitative quant au personnage interlope d'Angie.
Dans cet opus, Bussi travaille sur l'axe émotif de son lecteur : Malone est un petit garçon auquel on s'attache finalement bien vite et qu'on aimerait savoir à l'abri de tout et de tous. Personnellement, j'ai un peu moins aimé "Maman a tort" que d'autres livres de cet auteur : l'histoire m'a paru s'égarer à un moment donné, à l'occasion d'un nouveau retournement de situation, et comme j'avais deviné une partie de l'intrigue, le récit m'a paru s'étirer en longueur et manquer de ressorts. La dernière partie est menée tambour battant, mais à ce moment-là, il y a, à mon gout, un abus de nouvelles révélations qui nuisent à la qualité de l'intrigue. Enfin, j'ai souvent du mal avec les dernières pages des livres de Bussi (Nymphéas noirs, N'oublier jamais, par exemple), sorte de happy end un peu amer et terriblement sentimental qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe.
Ceci dit, Maman a tort, en cette période de fête des mères (si la vôtre est fan de thriller pas trop sanglant, voici une idée cadeau toute trouvée qu'elle appréciera surement !) est une lecture agréable, avec du suspense et des personnages bien réussis. On y apprend pas mal de choses sur les mécanismes de la mémoire des petits enfants, explications bien amenées, bien intégrées et récits, et aussi instructives que faciles à comprendre. L'idée de "envie-de-tuer.com" est très séduisante, c'est d'ailleurs bien dommage que ce site n'existe pas... ça permettrait de se défouler sans faire de mal à personne ! Enfin, j'ai juste A-DO-RE les contes de Gouti. Dites, Michel Bussi, quand est-ce que vous vous lancez dans l'écriture de livres pour enfant ?
Enfin, il me reste à remercier chaleureusement ma jolie nièce, connue ici sous le pseudo Selena_974, d'une part parce qu'elle m'a prêté ce livre, et ensuite parce qu'elle m'a proposé de l'accompagner à la rencontre organisée par Babelio avec l'auteur. C'est beau, la famille !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Epictete
07 novembre 2015
En prenant ce livre je n'étais pas encore familier de l'oeuvre de Michel Bussi. J'ai bien l'impression que c'était en réalité un premier pas pour attraper le virus Bussi.
Malone trois ans et demi rencontre sur la décision de certains adultes un psychologue scolaire (on voit le genre) en effet cet enfant n'arrête pas d'assurer que sa mère n'est pas sa mère. Une bonne démarche d'alerte, que d'essayer d'en savoir plus, alors que la famille s'énerve de son côté. le psy va déceler quelque chose qui le chagrine, mais se confrontera à des théories en particulier au sujet de la non persistance de la mémoire des enfants comme à l'immobilisme de certaines administrations
La police est saisie et c'est un commandant de gendarmerie en l'occurrence une femme, avec ses propres interrogations, ses propres problèmes, tant professionnels que personnels qui va se charger de l'affaire.
Les thèmes traités vont aborder la petite enfance, les contes pour enfants, le rapport à la maternité, le rôle de chaque parent, la mémoire et l'amnésie chez l'enfant. Bref il y a là de quoi nourrir un texte très riche en réflexions. Il est intéressant d'ailleurs de lire avec attention les entretiens entre le commandant (même si je suis pour la féminisation des textes, certaines appellations comme « substitute du procureur» ou "commandante" qui nous égarent quant au sens des mots me gênent un peu) Augresse et le psy (qui malheureusement finira mal).
C'est un roman bien documenté avec beaucoup d'éléments pour nourrir notre réflexion. L'énigme se met en place après une centaine de pages ; en effet au début on erre un peu au milieu des faits et des états d'âme de chacun et puis on se concentre sur l'histoire et on attend l'issue de l'énigme avec impatience.
L'auteur sait vraiment construire une histoire avec un suspense une tension latente.
Michel Bussi et un conteur pour enfants et bien sûr pour le plus grands.
Avant toute chose je dois dire que j'ai adoré ce récit et sa construction.
Il faut se jeter sur ce livre car il offre un excellent moment de plaisir à ses lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Stoufnie
11 mai 2015
Michel Bussi nous fait douter. Pourquoi un enfant de trois ans raconterait que ses parents ne sont pas ses parents ! on aurait tendance à le croire mais son doudou lui parle, de plus Malone ne doit pas être touché par la pluie et il raconte des histoires de châteaux, de fusée ou bateaux pirates ...Bon ok, ce môme à l'imagination débordante !!

Oui mais alors pourquoi un psy se démènerait pour qu'une enquête soit réalisée auprès de cette famille! Ah vous aussi vous douter maintenant hein ...
Sans l'ombre d'une preuve, que sur les dires de ce gamin, la responsable du poste de police va avoir sa curiosité éveillée par ce psy.
En parallèle, notre commandante est sur la piste de deux braqueurs de boutiques de luxe. Deux sont déjà mort, il leur reste à retrouver les deux motards et le butin.. Facile me direz vous ! Eh bien non, c'est qu'ils sont filous ces méchants. Cela fait tout de même 10 mois qu'ils sont sur leurs traces !
Voila la toile de fond de ce bouquin, la plume de Michel Bussi est impeccable, pas de fioriture, pas de digressions.
Là où je suis un peu septique, c'est sur les raisons pour lesquels cette enquête est menée ( la première hein vous suivez ??) . Un commandant de police qui croit sur parole un psy ( accessoirement elle le trouve craquant, elle recherche désespérément un homme non un géniteur !) et fait passer l'Affaire avec un grand A en second plan. Surtout une femme qui a toujours mis sa carrière avant sa vie perso. C'est le point négatif de cette histoire, enfin négatif il me titille mais pas suffisamment pour faire défaut au bouquin.
Ce psy avait des yeux étoilés à vous persuader qu'il existe une vie sur Mars, à vous convaincre de monter à deux dans une fusée pour aller la repeupler.
En dehors de cela, Michel Bussi est un génie ! il nous raconte des histoires de pirates, de chevaliers et autres, toutes avec leurs petites morales de conte de fées. Tout imbriqué parfaitement dans son intrigue psychologique.
Et le plus ! Mesdames et Messieurs, tout le roman est aussi un gigantesque conte de fée polarisée! Je m'explique ... Vous allez avoir à faire avec Mme Augresse , Monsieur Dragonman, Pierrick Pasdeloup et J-B Lechevalier. Tous les quatre vont essayez de comprendre ce qu'il se passe dans la tête de ce gosse !
Un bon bouquin donc qui se lit tout seul.
Lien : http://lesciblesdunelectrice..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413

Les critiques presse (1)
LaPresse27 octobre 2015
Un admirable page turner où tous les éléments sont réunis pour passer un bon moment de lecture divertissante et intéressante.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations & extraits (178) Voir plus Ajouter une citation
POCA88POCA8824 juin 2017
Les chansons servent à ça, se disait-elle, même les plus idiotes, à se souvenir des émotions toutes bêtes.
Et entendre ton rire s'envoler aussi haut que s'envolent les cris des oiseaux.
Ces paroles et d'autres de la même chanson, les derniers mots avant les dernières notes de piano, quand Renaud dit que le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants.
Des vérités toutes bêtes.
Commenter  J’apprécie          00
SossolectureSossolecture18 juin 2017
En quittant le lit défroissé, Vasile n’avait pas pris le temps de s’habiller. Il offrait le spectacle de ses fesses nues, légèrement de trois quarts, de son torse couvert de duvet brun, de son sexe libre, à la jolie fille restée sous les draps. Elle se leva et marcha vers lui, vint coller ses deux seins à son dos, son pubis à ses fesses, enroula ses bras autour de sa taille et, de ses doigts, joua avec les poils de son bas-ventre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
canelcanel17 février 2016
- On panique après le braquage de Deauville. On s'étonne, on s'inquiète. Ça vire même à la psychose. Mais ce qui me sidère, moi, c'est plutôt que les braquages soient si rares. Tu vois, que les passants n'aient pas plus souvent envie de se servir directement dans les magasins. Tu ne trouves pas ça étrange, Marianne, tous ces gens qui passent devant toutes ces vitrines sans les exploser ? Qui se contentent de regarder à travers elles comme s'il s'agissait d'un écran virtuel, sans même oser envisager que tous ces objets qu'ils ne pourront jamais se payer, après tout, ils y ont droit autant que les autres. Sans même se dire que puisque le fric est un truc qui a été inventé par les riches, pourquoi les pauvres n'inventeraient-ils pas la fauche comme mode de transaction ?
La commandante baîlla devant son écran. Ça ne coupa pas Papy dans son élan.
- Franchement, tu ne trouves pas sidérant que tous ces gens qui remplissent leur Caddie continuent de payer sagement à la caisse pour enrichir des boîtes qui font des milliards de bénéfice, plutôt que de filer en sprint tous ensemble, en explosant façon bélier les tourniquets de tous les hyper de France ? Tu ne trouves pas ça dingue, que des types puissent encore se promener en Porsche dans la rue sans se faire caillasser, avec une Rolex au poignet sans se le faire trancher ? Que les gens qui n'ont plus rien à perdre acceptent de se retirer du jeu comme ça, sans même miser le peu qu'il leur reste, même pour l'honneur, même pour épater leur copine, même pour garder un peu de dignité face à leurs gosses... Bordel, même au poker, tu ne perds pas tes derniers jetons sans faire tapis !
La commandante profita d'une brève pause pour glisser un commentaire. Une fois lancé, le lieutenant Papy pouvait monologuer des heures.
- C'est parce qu'on fait bien notre job, Papy ! Et on est même payés pour ça. Pour faire peur aux gens. Gardiens de la paix, de la paix civile et publique, c'est notre titre officiel depuis cent cinquante ans ! Même si depuis, le monde est devenu un enfer.
(p. 182-183)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
ChrichrilectureChrichrilecture08 juin 2017
D’ailleurs, en matière d’égalité des genres, Marianne commençait seulement à se rendre compte de cette terrible injustice biologique : un mec n’avait aucune horloge interne à respecter ! Aucun compte à rebours ! Un vieux gars pouvait même se décider à draguer à cinquante ans et devenir père à soixante. Mais une vieille fille, si elle se réveillait trop tard… Adios, le petit Jésus, la chair de sa chair, le fruit de ses entrailles. Game over ! Même si le prince charmant finissait par se pointer en s’excusant du retard. Game over ! Du coup, Colombine n’avait pas le choix, si elle voulait avoir son Polichinelle à elle, elle devait illico trouver le bon Pierrot.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Ellane92Ellane9228 juillet 2015
Plaire, pour Amanda, cela se limitait à sourire aux clients du Vivéco et à avoir l'air propre, reposée, pas même élégante et maquillée. Pour le reste, elle avait abandonné le jeu du baratin amoureux... Trop de tricheurs dans la partie. Elle considérait l'amour comme une arnaque pour les gogos, exactement comme les tickets de la Française des Jeux qu'elle vendait aux clients. On ne gagnait jamais, ou alors des petites sommes, juste assez pour vous inciter à rejouer, à y croire, mais jamais la cagnotte qui vous mettrait à l'abri jusqu'à la tombe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Videos de Michel Bussi (88) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Bussi
Michel Bussi salue ses lecteurs Létons
autres livres classés : braquageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Un avion sans elle.

Quel est le prénom de l'hôtesse de l'air de l'Airbus 5403 ?

Izel
Isabelle
Alice
Nicole

12 questions
268 lecteurs ont répondu
Thème : Un avion sans elle de Michel BussiCréer un quiz sur ce livre
. .