AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266126878
416 pages
Pocket (04/12/2003)
3.74/5   800 notes
Résumé :
Le premier best-seller de Mireille Calmel
Une aventure où magie et sensualité se mêlent merveilleusement à la grande Histoire

Poitiers, 1137. Aliénor d’Aquitaine, yeux verts, cheveux d’or, tempérament de feu, trépigne d’impatience. Aujourd’hui, Loanna de Grimwald, 15 ans, fait son entrée à la cour. Un peu fée, un peu sorcière, celle-ci est envoyée par les siens pour faire en sorte que la jeune duchesse épouse Henri, le futur roi d’Angleterre.>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (107) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 800 notes

MissMarty
  24 avril 2014
Comme vous pouvez le voir, je n'ai pas mis de note à ce livre pour éviter que ma critique soit déjà rangée dans la catégorie « j'aime » ou « je n'aime pas ce livre ». Je préfère garder un effet de surprise... c'est plus amusant... enfin je crois.
Donc pour vous raconter un peu ma vie, j'ai acheté ce livre durant ma période de fort intérêt pour les romans historiques en gardant en tête des livres particulièrement passionnants comme Les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas, ce genre de livre où vous lisez une histoire romancée mais tellement bien ancrée dans le contexte historique que, lorsque vous refermez le livre – à regret – après la dernière ligne, vous en ressortez plus instruit et vous vous couchez moins bêta tout en ayant passé un agréable moment de lecture. Et, comme je suis une inconditionnelle de fantasy, j'ai été séduite par l'idée d'un roman fantastico-historique !
Un roman écrit avec une belle plume, un roman historique marié à la fantasy, des références à la légende arthurienne... tout était censé me plaire.
Commençons alors le débriefing (si vous voulez me pardonner ce petit anglicisme employé.)
Alors déjà il y a le résumé... ah ! le résumé ! Il est beau ! Qu'il est beau, splendide et attirant, ce résumé ! Il en met plein la vue avec ses références au grand Merlin, ses intrigues politiques, cette idée de quête initiatique pour une apprenti magicienne, ces histoires de complots et toutes ces choses qui vous mettent des arcs-en-ciel plein les yeux et qui vous font rêver !
Et vous avez la lecture du roman.
Pour commencer, c'est l'histoire de Loanna de Grimwald, la jeune, curieuse, maigrichonne et légèrement inutile fille d'une magicienne descendante de Merlin. L'histoire commence agréablement et semble combler mes espoirs : la jeune fille, malgré son âge veut absolument faire ses preuves, Henry II Plantagenêt voit le jour grâce à Guenièvre, la mère de Loanna et cette dernière commence ses premières pratiques magiques. Des références à L Histoire, un récit dynamique, un début de magie, bref, un incipit aussi délicieux qu'un muffin au chocolat couronné d'une onctueuse crème chantilly agrémentée de copeaux de chocolat (oui encore du chocolat) ! Cet incipit est comme une drogue : elle vous rend heureux et vous emporte sur un petit nuage mais après vous avez... la descente ! Ne vous inquiétez pas, je n'ai jamais essayé... je ne parle que de théorie. Mais si je vous assure !
Pour commencer, le deuxième chapitre traite d'une relation ambiguë entre Aliénor et son jeune oncle ; une relation incestueuse s'ensuit. Mais si cette relation est historiquement prouvée, je ne vois aucun inconvénient au fait que cela soit raconté. Aucun détail glauque n'étant précisé, ce chapitre passe comme une lettre à la poste.
Puis Loanna, âgée de seize ans, tout comme Aliénor, devient la demoiselle de compagnie de cette dernière afin que celle-ci épouse le prince Henry II Plantagenêt qui s'avère bien plus jeune qu'elle. Mais cette mission doit rester secrète.
Mais (imaginez ces deux dernières phrases avec une voix grave derrière une musique dramatique) en raison d'un complot malsain, Aliénor s'avère promise au futur-roi Henry VII le Jeune, le triste et terne fils du roi Louis VI le Gros. L'avenir de la dynastie de l'Angleterre est entre les mains de Loanna de Grimwald, descendante du grand Merlin !
Cela en jette non ?
Donc pour le moment, l'histoire s'avère attrayante.

Jusque là, l'histoire se déroule bien mais tout ceci n'est en fait qu'une petite partie du reste de l'histoire ! le reste est... autre chose...
Je m'explique : pour commencer, les pouvoirs de Loanna ne servent à RIEN mais vraiment à RIEN ! Eh bien non puisque ses pouvoirs doivent rester secrets et ne servent qu'à stériliser un bon bout de temps Aliénor pour éviter qu'elle donne un héritier à son époux... et rien de plus !
Durant tout le roman, malgré nos fervents espoirs, on n'aperçoit absolument aucune progression dans les pouvoirs de Loanna et toute idée de fantasy tombe aux toilettes !
Pour résumer, n'importe quelle petite bonniche plutôt mignonne et du goût d'Aliénor (pour cela on va y revenir) ferait l'affaire dans cette histoire !
Or, concernant la légende Arthurienne et ses diverses adaptations, Merlin possédait des pouvoirs magiques qu'il met au service du roi Arthur et se mêle habilement aux intrigues politiques...
De même, il se passe beaucoup de choses concernant Loanna car elle doit être une grande conseillère pour Aliénor et se démène corps et âme pour éviter le mariage d'Aliénor avec le futur roi de France et, comme son ancêtre Merlin, se mêle habilement aux intrigues politiques de son époque... c'est beau... mais non je plaisante, au lieu de cela, elle se touche avec Aliénor !
Comment ? Ne me croiriez-vous pas ?
Et pourtant, durant de nombreuses pages, on aperçoit de coquettes scènes racontant la liaison qu'Aliénor entretient avec Loanna. Mais pourquoi, Ô grand pourquoi a-t-on créé une telle relation ? Elle n'a pas lieu d'être car elle ne sert absolument à rien dans cette histoire ! Personne n'a jamais historiquement prouvé qu'Aliénor avait eu des relations libres avec ses courtisans ou courtisanes ? Il faut avoir au moins un minimum de vérité historique, que diable !
Le plus dramatique dans l'histoire est que ce roman s'intéresse plus à la découverte de la sexualité de Loanna que l'histoire si attrayante dont ce sale menteur illusionniste de résumé nous vantait car tout ce qu'il mettait en lumière n'est que moindre par rapport aux aventures et mésaventures amoureuses de cette ennuyeuse Loanna !
De plus, on apprend que cette chère Loanna est la bâtarde du grand-père d'Aliénor. Loanna est donc la tante d'Aliénor ! Alors notre inutile magicienne l'apprend, a quelques petits remords et... – devinez la suite – recouche avec Aliénor, pardi ! Et voilà, l'histoire tourne à nouveau autour de l'inceste et pour couronner le tout, un inceste qui n'a jamais eu lieu réellement ! Mais bon sang, il s'agit d'un roman tournant autour de l'histoire d'Aliénor d'Aquitaine et non d'une sorte de réécriture tirée par les cheveux du mythe d'Oedipe !
Certains vont peut-être me trouver puriste alors sachez que je n'ai rien contre certaines scènes sexuelles du moment qu'elles restent suggérées mais une ou deux suffit, pas plus. Point trop n'en faut ! Mais quand ce genre de scènes reviennent sans cesse, bouffant tous vos chapitres jusqu'à bouffer l'histoire entière, il y a quand même un petit problème, ne trouvez-vous pas ?
Et allez, c'est la fiesta en Aquitaine, Loanna découvre sa sexualité avec Aliénor, puis couche avec Jaufré, l'amour de sa vie, recouche avec Aliénor jusqu'à lui présenter un amant qui est son nouveau meilleur ami, recouche avec Jaufré etc. On baise et on rebaise car les histoires d'amour et de sexe, il n'y a que cela de vrai, le reste, on s'en balance, non ?
Sérieusement, croyez-vous vraiment que les romans, les films et autres adaptations basées sur la légende Arthurienne se sont focalisés sur les différentes périodes de la vie sexuelle de Merlin ?!
...Bon... bon d'accord... et le contexte historique, qu'est-ce qu'on en fait ?
Ah oui ! J'oubliais de vous dire, si vous avez encore de la place aux toilettes après avoir vomi votre déception et jeté tout espoir de trouver un minimum de fantasy, balancez-y L Histoire avec un grand H car elle ne sert à rien non plus ! Ce n'est qu'une figuration ! Les références à L Histoire sont déjà plus que discutables et l'on apprend absolument rien, rien, rien et encore rien sur l'histoire médiévale ! Non, l'auteur à préféré retranscrire tous ses fantasmes sexuels, cacher prétentieusement derrière le titre de « roman historique », un roman à l'eau de rose. Eh oui, car on va passer beaucoup de temps à s'intéresser à l'histoire d'amour de Loanna et de son troubadour de Jaufré. Mais qu'est-ce qu'on en a à faire, on voulait de la magie et de l'Histoire, sacrebleu, pas la version médiévale d'un livre Harlequin !
Alors autant j'avais apprécié Lady Pirate parce qu'il y avait beaucoup d'actions et d'intrigues captivantes malgré certains détails que je n'ai pas vraiment apprécié mais je déteste le Lit d'Aliénor parce qu'il n'y a finalement rien... cette histoire est vide, envahi par des longueurs à l'eau de rose qui ne sert absolument à rien ! Cela dit, ce livre porte bien son nom car tout se passe dans le plumard d'Aliénor... ou celui de Loanna, surtout celui de Loanna.
Malgré cela, Mireille Calmel a une plume très fluide et très agréable... mais un peu trop moderne par rapport à son époque. Bien entendu, il serait stupide d'écrire en ancien français pour faire plus vrai mais s'adapter au personnage de l'époque médiévale aurait été logique ! On est en 1137 pas en mai 68, saperlipopette ! (Diantre, je vais finir par être à court d'expression désuète.)
À moins d'être une visiteuse du futur venue en Doloreane ou en Peugeot 206, une jeune fille n'écrirait pas de manière si aisée sa sexualité et ses séances de masturbation à deux et de pénétration sexuelle intense, si vous voulez bien me passer l'expression. Dans ce cas, il aurait fallu écrire à la troisième personne et non la première personne afin que l'histoire déjà bien endommagée soit un minimum cohérente.
Bref, ce roman ne correspondait tellement pas à mes attentes et s'était tellement focalisé sur des longueurs et des futilités qui n'apportent rien à l'histoire que je n'ai même pas pu le finir complètement.
Allez je tire la chasse d'eau une bonne fois pour toutes et je note : une étoile sur cinq. Oui au plus une étoile parce qu'il y a au moins la présence d'une belle plume.
Pardonnez ma critique plutôt cinglante mais il s'agit l'effet d'une grande déception et d'un avis comme tout autre d'une simple lectrice.
Allez, je vais me consoler avec Les Rois Maudits, peut-être pas dans l'immédiat mais durant mes vacances.
Maintenant, comptez le nombre de fois où j'ai dit le mot « rien » dans cette critique et vous aurez un résumé du roman de Mireille Calmel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2714
RChris
  01 mai 2021
En 1133, les forces de l'Église s'opposaient aux pouvoirs druidiques.
A cette époque, les troubadours servaient de réseaux sociaux. Il n'existe pas vraiment de représentation d'Aliénor, mais nul doute qu'elle était belle et rebelle.
Tout est documenté de manière crédible sur le plan historique.
Certains me diront que ce n'est pas une référence, mais l'émission “Secrets d'Histoire” m'a confirmé cette biographie. Reste le parti pris romanesque et fantastique d'avoir fait de Loanna, descendante de Merlin l'enchanteur, la narratrice ; cette fée mettra en oeuvre ses pouvoirs pour protéger et guider Aliénor vers le futur roi d'Angleterre.
Dans la deuxième partie, l'histoire magique de Loanna de Grimwald prend le dessus sur le récit historique.
A la fin, c'est un peu long. Et j'ai découvert qu'au moyen-âge on pleurait à jet continu et qu' on risquait la noyade dans le flot de ses larmes !
Vous avancerez dans ce roman porté par le texte, sans souci des intrigues à découvrir, immergé dans la vie des châteaux médiévaux.
La joliesse du langage sert d'écrin à l'amour courtois.
Le style est tout en richesse du vocabulaire de cette époque à tel point que lorsqu'un mot de notre vocabulaire actuel : “caractériel” apparaît dans notre lecture, il fait tache à côté de : palefroi, chlamyde, mandore, cendal, orfroi, vergne, matinel, bliaud, palus, brande, guède, guisarme, andrinople, gonfanon, quintaine, siglaton, colée, malandrinerie, samit…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
BrunoA
  23 avril 2013
Premier tome du roman de Mireille Calmel, le lit d'Aliénor est une histoire bien construite, avec une intrigue élaborée qui s'insère parfaitement dans son contexte historique.
On trouve ici toutes les composantes du roman historique, entre trahisons, complots et secrets. Et on a plaisir à se laisser porter par cette histoire qui tient le lecteur en haleine.
Ce saut dans le monde médiéval est très intéressant et les aspects romancés confèrent davantage de dimension humaine à L Histoire, ne lui donnant que plus d'intérêt.
Une lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          250
ordinary_reader
  15 décembre 2015
Au XIIème siècle, les jeunes filles de quinze ans sont déjà considérées comme des femmes, prêtes à se marier, à enfanter, à régner.
Loanna de Grimwald est chargée de conseiller Aliénor d'Aquitaine de faire le "bon" mariage, mais les circonstances politiques changeront quelque peu la donne.
Elles partageront ensemble la trépidante vie de la cour, participant au fabuleux rayonnement culturel de leur époque, mais seront également les témoins privilégiées des luttes de pouvoir...
Un portrait de femmes fortes, intelligentes, indépendantes.
Un bon roman historique, mais une intrigue peut être un peu trop romancée pour moi.
Commenter  J’apprécie          230
Ninis47
  18 décembre 2012
Ce livre m'avait assez intrigué pour plusieurs raisons. Tout d'abord on m'a plusieurs fois conseillé Mireille Calmel, cette auteure de romans historiques, car je suis une passionnée d'Histoire. Ensuite car ici est mis en scène Alienor d' Aquitaine, une figure historique importante et dans ma région j'en ai pas mal entendu parler (Normal quand on habite l'Aquitaine me direz vous!!).
Mireille Calmel nous raconte donc l'histoire d'Aliénor mais de manière romancée. Durant un accord secret entre leurs parents, Aliénor et Henry, futur roi d'Angleterre, alors qu'un bébé, sont destinés à se marier. Mais la mort subite du père d'Aliénor contrarie les plans et Aliénor se retrouve marier à Louis, le roi de France. On suit ces évènements essentiellement à travers les yeux de Loanna de Grimwald, une sorcière descendante de Merlin, qui a promis au père de Henry de veiller sur Aliénor, et de contrarier son mariage afin que Aliénor épouse enfin Henry, comme il était prévu....
J'ai beaucoup aimé la manière dont Mireille Calmel nous raconte cette histoire. Elle suit le cours de l'Histoire réelle en apportant sa touche de romanesque, de magie...
J'ai trouvé que Loanna était une jeune fille en avance sur son temps, dans sa manière de parler ou même d'agir. Elle a une relation très forte avec Aliénor, qui se transforme en relation physique, ce côté là m'a assez agacé je dois dire sans parvenir à savoir pourquoi! Son histoire avec Joffré m'a frustré! Ne pas vouloir être avec lui, s'interdire le bonheur parce qu'elle a sa mission à accomplir j'ai trouvé ça dur...
J'ai retrouvé une Aliénor telle que je l'ai connu dans mes livres d'Histoire, forte, avec un caractère fort, une femme qui ne se laisse pas marcher sur le pied, malgré son époque. Elle sait ce qu'elle veut, elle est caprieuse, une forte tête! On aime, ou pas!
Côté personnage masculin, j'ai bien aimé le personnage de Denys, un ami fidèle à Loanna, quoiqu'il arrive...
Henry, futur roi d'Angleterre m'a agacé par son arrogance...
L'histoire est intéressante... La lutte pour les terres, la couronne avec une touche de romance et de complot, j'ai adoré!
J'ai adhéré immédiatement au style de Mireille Calmel, elle nous raconte L Histoire à sa manière et ça marche... Je me suis laissé embarquée, on a l'impression d'avoir devant nos yeux la scène qu'elle nous décrit. Son style est simple et agréable. Quand je lis un livre historique j'ai toujours peur de la narration, que ce soit trop lourd, des tournures de phrases indigestes, et là je n'ai vraiment pas eu ce problème là... Je tenterais avec plaisir un autre livre de cette auteure...
En bref pas de coup de coeur pour ce livre mais vraiment pas loin, je me plongerais, c'est une certitude, dans la suite des aventures d'Aliénor...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
LindorieLindorie   25 mai 2010
Il fixa, imperturbable, tout au moins en apparence, les grands yeux fulminants jusqu’à ce qu’ils perdent de leur intensité. Aliénor sentit un sanglot lui nouer la gorge. Raymond se moquait d’elle. Il aimait la soumettre, la dominer du haut de sa vingtaine superbe.

— Lâche-moi, gémit-elle, des larmes dans la voix.

Il obtempéra. Elle se détourna, glacée, et lâcha d’une voix éteinte :

— Je sais ce qu’il me reste à faire. Puisque personne ne veut de moi, je n’ai plus qu’à disparaître. Adieu !

Raymond se retint de rire. Il hasarda :

— Où vas-tu ?

— Mourir, messire, lança-t-elle, très digne, en sortant de la pièce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
CielvariableCielvariable   24 janvier 2019
Comme un sot, comme un fou

Aliénor poussa un soupir de satisfaction, et roulant ses mains sous sa nuque, laissa courir ses yeux sur le plafond orné de fleurs de lys bleues, réhaussées de feuilles d'or. Louis passa tendrement une main blanche sur les seins fermes, admirant le visage de son épouse dans la lueur blafard du jour qui pointait au travers du papier huilé de la fenêtre de la chambre.

Il était heureux. Depuis quelques mois, Aliénor avait changé à son égard, elle était douce, enjouée, radieuse, paraissait mieux comprendre ses besoins et peu à peu l'avait ramené vers sa couche, où il découvrait l'amour, non pas comme aux premiers temps de leur mariage, mais comme une communication sensuelle, puissante.

La raison en était qu'en cet automne 1138 Aliénor ne portait toujours pas d'enfant et qu'elle craignait, malgré la potion que je lui fournissais, d'être devenue stérile. Et puis, elle avait trouvé un nouveau jeu.

J'avais fini par lui faire entendre raison. Aliénor cognait de front contre les obstacles quand il suffisait pour passer de les contourner. L'espérience de cette dernière année lui avait montré qu'il ne naissait rien de bon dans ses sautes d'humeur et que chaque fois, elle trouvait face à elle, Suger, derrière qui se réfugiait.

Bien que prodigieusement têtue, Aliénor était intelligente, et c'était sur cette intelligence que je comptais. J'entrepris tout d'abord de lui montrer les manigances de Béatrice, m'arrangeant pour qu'au cours de nos promenades nous la voyions de nos yeux avec Suger, ou Louis à plusieurs reprises.

Dès lors, Béatrice fut gentiment écartée de ses faveurs.

Après de nombreux travaux effectués par Alienor dans l'illustre mais vieillot palais capétien, celle-ci voulu, pour retrouver un peu de son Aquitaine lointaine, faire mettre des fenêtres comme dans son cher pays. Mais Suger s'y opposa.

A nouveau, elle m'écouta. S'il ne restait plus que Suger pour lui faire des misères, il fallait le moucher. Mieux, le remplacer. Louis ne demandait au fond qu'à se laisser aller à l'amour qu'il portait à son épouse depuis leur rencontre. Et Aliénor aimait le pouvoir. Et l'obtint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   24 janvier 2019
Enfermée dans ma chambre, je dévorai avec avidité l'écriture de Jaufré. Au fil des lettres, mon aimé me suppliait de lui répondre, me racontait ses contraintes qui l'empêchaient de me rejoindre et me disait son incompréhension devant mon silence.

L'aurais-je remplacé ? Il se mourait d'amour. J'en fus bouleversée. Je me jurai de faire payer à cette peste le prix de sa souffrance.

Armée d'une plume, je rédigeai sans tarder une réponse dans laquelle je lui expliquais tout et lui jurais fidélité éternelle.

Quelques heures plus tard, un messager dans lequel j'avais toute confiance partait vers Blaye, et je me dirigeai vers Sainte-Geneviève pour faire mes emplettes. Je pris bien plus de plantes que je n'en avais besoin afin de dissimuler dans le vaste choix celles qui me seraient utiles, puis, avisant que personne ne m'avait vue entrer et sortir, je jetai sur l'apothicaire un sortilège qui lui fit oublier jusqu'au moindre détail de ma visite.

De retour au palais, je préparai ma poudre, et il ne fallut pas plus de huit jours pour qu'Aliénor retrouve sa vitalité et sa force.

Cadurc jura que c'était grâce à la prière, l'apothicaire à ses bons soins, et Béatrice imagina sûrement que c'était de m'avoir démasquée. Quoi qu'il en soit, personne, pas même la reine, ne sut que chaque verre que je lui servais dans l'intimité ramenait dans son corps la vigueur qui lui manquait.

Béatrice ne parut pas à la cour de quelques jours et le bruit courut qu'elle était souffrante. Je me réjouis de voir que j'avais eu sur sa vilenie un effet aussi grand, mais me promis de rester sur mes gardes. Cette diablesse était bien capable de s'en venger.

La réponse de Jaufré fut courte, et me combla :

"Comment ai-je pu douter de toi quand je te sens vibrer dans le moindre souffle du vent ? Je t'aime tant !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SylvieBelgrandReimsSylvieBelgrandReims   26 octobre 2018
Le bouquin du jour : Le lit d'Aliénor, vol. 1 de Mireille Calmel.

Une écriture passionnée et pleine de sensualité pour une histoire basée sur un personnage historique, mais très romancée ( ne vous attendez surtout pas à une biographie)
Pour vous situer le style, je dirais que c'est entre La chambre des dames et Angélique Marquise des anges. Je ne porte pas de jugement. Il y a 20 ou 30 ans, j'aurais sûrement beaucoup aimé cette histoire pleine de filles sensuelles et de jolis troubadours toujours prêts à leur rendre service avec fièvre et romantisme. Maintenant ça me fait plutôt sourire et c'est déjà ça !

Facile à lire, vocabulaire et tournures de phrases choisis, environ 400 pages de romance, à grignoter comme un petit gâteau, pour se souvenir qu'on a été un ou une jeune adulte 😃

#lelitdalienor #mireillecalmel #romanhistorique #pocket

Le quatrième de couverture :

À douze ans à peine, l'avenir d'Aliénor est tracé. Elle doit épouser le fils de Geoffroy le Bel, le jeune Henri, prétendant légitime au trône d'Angleterre. Par cette union, la jeune duchesse d'Aquitaine apporte à l'ennemi juré de la France l'une des plus riches régions du royaume. Louis VI ne peut se résoudre à voir triompher les plans de Mathilde de Grimwald, descendante de Merlin et protectrice du pays des druides. Soutenu par l'ordre des Templiers chrétiens, le roi cherche à rompre cette alliance. La mort prématurée du père d'Aliénor lui offre une occasion inespérée. Le 25 juillet 1137, Louis célèbre le mariage de son fils avec la duchesse d'Aquitaine. Aliénor doit regagner la cour à Paris. Mais elle est accompagnée d'une jeune suivante, Loanna de Grimwald, qui veillera à ce que jamais Aliénor ne donne un héritier à la couronne de France et scelle ainsi une union contraire aux oracles celtiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
spyeaglespyeagle   08 avril 2016
Tout était là pour faire un beau roman à la Ken Follett (amour, complots, époque mouvementée) mais il manque quelque chose. Je me suis moins senti transposé comme je l’ai été avec Les Piliers de la terre.
Dommage que la plus part du roman soit raconté à la première personne par Loanna de Grimwald. Je trouve que ce type de narration coupe le suspense, car le narrateur est ici omniscient en grande partie. Contrairement à certains commentaires, j’ai préféré la 2e partie qui était un peu plus rythmé avec un petit peu plus d’action. Dans la 1ère partie il y a beaucoup de sexe et après plus du tout, ça crée un déséquilibre comme s’il y avait 2 styles d’écriture.
J’aurai aimé suivre les différents protagonistes avec leur ressenti, leur trahison, leur stratégie de complot etc…
Je mets quand même 3 à la note car je voulais savoir la suite de l’histoire ce qui est un critère pour moi, de vouloir connaître la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Mireille Calmel (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Calmel
Un roman épique et puissant sur l'une des plus grandes héroïnes de la guerre de Cent Ans. "D'écume et de sang" de Mireille Calmel est disponible en librairie et en ebook. En savoir plus https://bit.ly/decume-desang
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2580 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre