AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266141503
Éditeur : Pocket (17/06/2004)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 371 notes)
Résumé :
Décembre 1500. Parce qu'Isabeau s'est refusée à lui, le seigneur François de Chazeron fait pendre son mari, la viole, la marque au fer rouge et la fait jeter aux loups. Mais les loups ne touchent pas cette jeune fille brisée: elle est des leurs. On dit qu'elle leur parle et que, les soirs de pleine lune, elle se transforme...

Tous la croient morte, et pourtant Isabeau a survécu. Cachée dans la forêt, à la tête de sa meute, elle n'a qu'un seul mot à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Shan_Ze
  24 septembre 2015
Fin de l’année 1500. Quand le seigneur François de Chazeron voit pour la première fois Isabeau, il souhaite prendre sa virginité. Mais la demoiselle et son fiancé s’opposent au vœu du souverain et cherchent à s’enfuir… il ne fait pas bon de désobéir au maitre…
Je n’avais jamais lu Mireille Calmel mais à l’époque, j’avais entendu parler du Lit d’Aliénor. Le bal des louves me paraissait tout aussi intéressant et j’avais pris les deux tomes. Le temps qu’un peu de poussière se pose dessus, qu'un déménagement se fasse… et enfin, une bonne pioche !
J’aime beaucoup les romans historiques de cette époque, les rois, les seigneurs, les châteaux… En plus, ça se passe vers Thiers, un endroit qui me parle bien (tiens, j’irai faire un tour pour les couteaux) mais aussi Paris et la Cour des Miracles et un peu partout dans la France. Par contre, j’ai moins apprécié le style trop romantique, trop fleur bleue, les histoires amoureuses avec Loraline ou Isabeau ne m’ont peu passionnées. Le caractère fantastique du roman m’a surprise autant que le rôle des loups. (Pour moi, le titre était métaphorique…) Je ne sais pas si François de Chazeron a vraiment existé mais le château de Montguerlhe, existe bel et bien. L’auteur mêle habilement réalité et fantastique pour créer un récit attrayant et plaisant. Beaucoup de questions à la fin de ce premier tome, et même si quelques éléments m’ont gênée, il me faut absolument lire la suite pour savoir ce qu’il est arrivé à Isabeau.
(Je pense que c’est un roman qui m’aura plus emballée il y a plus de dix ans que maintenant, comme quoi les goûts changent !)
Merci SabiSab pour cette pioche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Grecie
  22 avril 2014
"La nouvelle reine du roman historique" est-il dit sur la quatrième de couverture. Voire... En son temps, Jeanne Bourin régna sur le roman historique médiéval. Malgré l'agrément que procure la lecture des oeuvres de Mireille Calmel, cette auteur n'est auprès de sa devancière qu'une dame de parage.
Comparons ce qui est comparable, cependant, et ne nous laissons pas induire en erreur par des flagorneries journalistiques et éditoriales souvent trompeuses. le Bal des Louves (comme le Lit d'Aliénor, d'ailleurs, qui fit la renommée de l'auteur) n'est pas à proprement parler un "roman historique". C'est plutôt un roman fantastique, ou merveilleux (les genres sont parfois difficiles à définir) qui se situe dans le passé, ici au tout début du 16ème siècle, à la charnière de ce qu'on croit souvent stupidement une époque médiévale obscure et d'une autre tout aussi abusivement considérée comme le début des progrès en tout genre. le Bal des Louves se pare donc de surnaturel, ce qui est loin de manquer de charme. C'est la patine de l'auteur.
Clairement, en revanche, le côté historique laisse à désirer. Droit de cuissage (une invention égrillarde des siècles suivant le Moyen-Âge, qui n'a jamais existé dans les faits si l'on regarde les sources) et cour des miracles (placée certes par Victor Hugo au Moyen-Âge mais qui ne fut avérée en réalité que sous l'Ancien Régime) sont deux exemples de ces clichés dont on use pour donner une coloration "moyennageuse" (terme pris dans son acception la plus négative, si même il en existe de positive) à une oeuvre. L'introduction et l'utilisation de personnages ayant réellement existé (Nostradamus, La Palice) est un peu à l'avenant.
Reste le talent de conteuse de l'auteur. Et le récit m'a en ce domaine paru à deux vitesses. Car l'on suit trois héroïnes dans ce roman : Isabeau, sa soeur Albérie, sa fille Loraline. La trame tissée autour de Loraline et surtout d'Albérie m'a enchantée. le côté surnaturel complètement assumé dans un contexte médiéval très sombre (la météo elle-même était de la partie) donnait une ambiance à une intrigue bien menée et plutôt complexe. En revanche, les passages concernant Isabeau m'ont paru cousus de fils blancs. Personnage sans crédibilité, jeté dans un décor de papier artificiellement paré des oripeaux du Paris de François Ier : la description initialement faite des tragédies vécues par cette femme aurait pu amener à un caractère bien plus approfondi, peut-être pas sympathique - Isabeau ne l'est guère dans le roman - mais du moins cohérent, au lieu de cette victime malheureuse-mère indigne-amoureuse fleur bleue et j'en passe. Tous les visages lui sont accolés et tous sonnent faux.
Le roman n'est pas si long - cent ou deux cent pages de plus auraient donné de l'ampleur et de la consistance au récit. La faute à l'auteur, avide de surfer sur la vague de son premier succès ? Ou aux éditeurs, qui estiment le lectorat incapable de lire des oeuvres plus conséquentes et contraignent les écrivains à condenser leurs récits ? Dommage, l'intrigue développée dans le roman méritait mieux que cela.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Ptitelfe
  28 mai 2014
Le bal des louves est l'histoire de femmes d'une même famille dont la soeur cadette a été battue, violée et jetée au loup par le Seigneur François de Chazeron, lorsqu'elle avait 15 ans! Mais elle a survécu et prépare sa revanche avec sa soeur, restée au chateau et qui la protège, ainsi que Loraline, une jeune femme qui m'a énormément touchée, émue, bouleversée!
L'histoire se déroule au début du XVIe siècle, en Auvergne, à Vollore et au chauteau de Montguerlhe, aujourd'hui en ruine. On découvre aussi une partie du roman à Paris, dans la cour des miracles, alors que François Ier s'apprête à combattre à Marignan. le style d'ecriture est très bien travaillé et adapté au genre du livre; Mireille Calmel n'hésite pas à utiliser des mots anciens, en notant la signification aujourd'hui, et ses personnages ont tous des prénoms moyennageux ; Isabeau, Alberie, Antoine, Huc, François, Bertille, Antoinette, Philippus... Tant de personnages tous bien approfondis et travaillés! Ce fut un vrai plaisir à lire, malgré le côté tragique et maudit qui s'abat sur ces femmes! C'est aussi un hommage à toutes les femmes comme on peut lire dans la dédicace, un message pour continuer de lutter malgré les difficultés que la vie peut nous affliger! Une histoire de vengeance, j'aimerai vous dire comme à la Alexandre Dumas sauf que je n'ai toujorus pas lu le Comte de Monte Cristo!
On suit l'histoire de tous ces personnages et leur destinée, et la mise en place du plan pour renverser François de Chazeron, qui va s'avérer bien plus complexe à atteindre!
Je m'attendais à un roman purement historique, je ne vous cache pas ma surprise lorsque j'ai appris qu'elle mêlait à ça une part de fantastique! Je m'attendais à des loups 'classiques"! Mais la malédiction et le passé de ces femmes et de leurs aïeules en font des personnages hors du commun! l'auteure amène cet aspect petit à petit et c'est surtout en découvrant Loraline qu'on apprend à connaitre cette autre vie, dans les grottes, dans la forêt...
J'ai adoré Loraline, je me suis vraiment prise d'affection pour cette jeune femme victime à tous les niveaux alors qu'elle n'a rien demandé! Heureusement, le destin va lui faire rencontrer un homme avec qui elle vivra un énorme très fort, puissant ! Elle est naive, car sa famille l'a toujours éloignée de la vie des humains pour la cacher au milieu des loups. Elle est donc ignorante devant la fécondité par exemple!
Tout est fait pour que le lecteur s'attache à elle, mais aussi aux autres femmes toutes particulières! Isabeau a souffert, le seigneur lui a volé sa vie et son destin, elle lui en veut tellement que son avenir est basé sur son renversement et anéantissement, jusqu' à ce que d'autres personnes lui fassent découvrir la vie autrement! J'ai adoré le Roi de la cour des miracles, ce passe partout qui a toujours le mot pour remonter le moral!
Ensuite, il y a Alberie, qui souffre de sa nature et ne peut donner satisfation à son mari qu'elle aime tant!
Et Antoinette, cette femme manipulatrice et mesquine, mais qui finalement, ne souffrirait elle pas elle non plus du dédain de son époux?! François de Chazeron... il est révoltant, il m'a fait hurler et presque pleurer de desespoir! Il est détestable et ce mot n'est pas assez fort pour décrire son caractère! François de Chazeron est décrit comme tel "Orgueilleux, autoritaire et suffisant, ce jeune seigneur de 21 ans aspirait davantage à attirer l'attention de ses pairs pour obtenir une charge plus importante, à valoriser ses domaines de Vollore et Montguerlhe, qu'à s'occuper des incertitudes de ses gens." p12
Dans les hommes, je me suis prise d'affection pour Philippus, ce medecin qui va tenter de percer le mystère de l'empoisonnement du Seigneur de Vollore. Cet homme venu de Suisse qui va voir sa vie chamboulée pour toujours!
Cette fresque familiale et historique m'a vraiment plu comme vous pouvez le lire et sur une telle fin, je pense que la suite arrivera vite dans ma bibliothèque!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
didikari
  01 octobre 2012
On suit une lignée de femmes au XVIème siècle. Isabeau, jeune et belle, est violée et laissée pour morte par le seigneur du coin, François de Chazeron. Mais Isabeau n'est pas n'importe quelle femme. L'une de ses ancêtres a frayé avec les loups et depuis les femmes de sa famille sont intimement liées à ces animaux. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'au XVIème siècle les loups ne manquent pas. Isabeau, laissée pour morte, sa soeur Albérie va continuer à porter sa vengeance.
L'action se passe principalement en Auvergne, autour du Château de Montguerlhe, lieu de nombreuses légendes. Les contes populaires parlent de souterrains, de trésors cachés mais aussi d'un monstre sanguinaire. Dans ce lieu sombre, idéal pour l'intrigue on retrouve le seigneur François de Chazeron. Seize ans après son forfait il est toujours voir plus maléfique. Sous prétexte de trouver la pierre philosophale, il assouvit ses pires penchants. Cruel, violent, cet homme n'a aucune qualité qui pourrait le racheter aux yeux du monde. En même temps il est l'exemple de son temps où les nobles avaient tout pouvoir sur ceux qui, socialement, leurs étaient inférieurs, du droit de cuissage au droit de vie ou de mort.
Isabeau, va fuir l'Auvergne, laissant à d'autres le soin d'accomplir sa vengeance. Elle va se rendre à Paris pour commencer une autre vie. Avec elle on découvre Notre Dame, et la cour des Miracles, sa beauté lui ouvre beaucoup de portes et d'opportunités, comme cette place chez une couturière qui lui permettra de faire la connaissance de Monsieur de la Palice.
Même si elle a la préférence de la 4ème de couverture, j'ai eut du mal à m'attacher à ce personnage. Oui elle a vécu des choses affreuses, oui elle a raison de vouloir repartir de zéro mais son attitude face à Loraline est difficile à accepter. Il faut avouer que Loraline est l'une de mes préférée. J'ai aimé son innocence, sa passion, son courage. Elle est forte malgré les épreuves. J'ai aussi beaucoup apprécié le personnage d'Albérie qui porte une double malédiction, celle de la vengeance d'Isabeau et celle de ses ancêtres. Elle lutte contre elle-même et ne se permet pas d'aimer, d'être femme. A noter aussi le personnage d'Antoinette de Chazeron, personnage ambiguë, on la plaint, on l'exècre. Elle apparaît comme faible mais aussi manipulatrice.
Ces personnages féminins trouvent leur pendant du coté mâles. Car en parallèle de cette histoire de vengeance c'est bien d'histoires d'amour dont il s'agit. Amour coup de foudre, Amour patient, amour renouveau.
Huc de la Faye, prévôt du seigneur de Chazeron, dégoûté par son impuissance, il prends Albérie sous sa protection. Il l'aime malgré elle, malgré tout. Il ne cesse de chercher à lui prouver. Huc est un homme bon au service d'un monstre. Un peu déstabilisant pour une âme noble.
Philippus, jeune médecin suisse, pleins de vigueur, d'idées, de passion. Il va tomber sur l'amour au détour d'un tunnel. Son destin est sombre.
Pour ceux qui est de monsieur de la palice, son rôle pour l'instant est secondaire mais, je pense, amené a se développer dans le tome suivant.
Cette histoire prends son ancrage dans des faits historiques, des personnages qui ont réellement existé. Ca donne un peu de réalité au tout. Ainsi on croise le jeune Nostradamus, gamin très sympathique. Mireille Calmel pour rajouter de l'authenticité, écrit dans un style un peu désuet mais facile à appréhender, surtout que des notes de bas de pages viennent expliciter les termes qui pourraient rester obscurs.
Malgré la fin je pense lire le suivant, la vengeance est une motivation nécessaire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Alyxiel
  07 octobre 2013
Résumé: "Décembre 1500. Parce qu'Isabeau s'est refusée à lui, le seigneur François de Chazeron fait pendre son mari, la viole, la marque au fer rouge et la fait jeter aux loups. Mais les loups ne touchent pas cette jeune fille brisée: elle est des leurs. On dit qu'elle leur parle et que, les soirs de pleine lune, elle se transforme...
Tous la croient morte, et pourtant Isabeau a survécu. Cachée dans la forêt, à la tête de sa meute, elle n'a qu'un seul mot à l'esprit: vengeance !
Isabeau, superbe et émouvante, endurcie par les épreuves mais au coeur généreux, nous entraîne des souterrains d'une forteresse auvergnate aux salles de bal du Louvre, de la cour des Miracles à celle de François 1er, des prophéties d'un enfant qui deviendra Nostradamus à la recherche de la pierre philosophale..."
Je sais, je me répète, mais je suis une inconditionnelle de Mireille Calmel. Je n'en connais pas d'autre capable de mêler moyen âge et magie avec son talent.
Dans le ball des louves, nous faisons connaissance avec Isabeau. La jeune fille se refuse au seigneur François de Chasseron, et par vengeance celui-ci fait pendre son mari au lendemain de leurs noce, la viole et la bat, puis la jette pour morte aux loups. Mais Isabeau est une descendante des loups, et ceux-ci vont l'adopter et la sauver. Dès lors, elle n'aura de cesse de préparer sa vengeance. Secondée par Albertie sa soeur, elle nous entraîne dans les souterrains auvergnats, puis à la cours des miracles.
Albertie est un personnage important pour la force et l'abnégation dont elle fait preuve. de là même à en oublier son propre bonheur.
Bien sûr d'autres personnages, attachants ou détestables gravitent autours de ce noyau que sont les deux soeurs.
Le mythe du loup-garou revu par Mireille Calmel prend des airs réalistes et sensuel.
J'ai été entièrement captivée par cette histoire et l'écriture de l'auteure nous permet de nous identifier et de comprendre les héroïnes.
Encore une fois, Mireille Calmel fait carton plein. J'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LindorieLindorie   03 juin 2010
Elle avait cessé de geindre, cessé d’avoir peur, cessé de respirer et de vivre, même si son cœur résolument continuait de battre, ses yeux de voir, et son sang de se mélanger à celui de cet homme.

Elle avait cessé d’être depuis qu’ils avaient pendu Benoît, déjà agonisant, devant ses yeux. Pour l’exemple, avait claironné François de Chazeron. On ne brave pas le seigneur. On ne résiste pas aux droits du seigneur. Benoît s’était laissé mourir tristement, vaincu par l’évidence de sa condition. Résigné dans l’âme, dans les gènes. Il payait. C’était normal.[...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AmkitifaAmkitifa   18 mai 2012
Sur le sommet de la butte, drapée dans une fourrure grise étincelante, une louve regardait, écartelés, ces deux destins se séparer. Lorsqu'ils ne furent qu'un point à l'horizon Cythar passa sur son museau une langue rapeuse et réconfortante, faisant balancer à son cou une petite croix d'or ciselée retenue par une chaîne.
Alors seulement, la louve se mit à hurler.
Commenter  J’apprécie          40
PegLutinePegLutine   29 juillet 2013
- Je vous ai épousée, ma dame, pour deux raisons, avait lâché Chazeron. La première pour vos charmes qui donnent à mon tempérament une chance d'asseoir ma lignée, la seconde pour votre fortune et vos relations. Je n'ai à ce jour épuisé ni l'une ni l'autre de vos vertus. Vous comprendrez que je ne puisse vous rendre aux vôtres. Nous n'en parlerons donc plus.
Commenter  J’apprécie          40
YukoYuko   19 décembre 2016
François de Chazeron s’attarda non sur le visage qu’on lui désignait avec insistance mais sur le poing fermé du cadavre. Une enjambée lui suffit pour l’atteindre et forcer les doigts à s’ouvrir. ce qu’il découvrit lui arracha un cri de stupeur. Dans le creux de cette main aux ongles maculés de sang caillé, des poils de loup gris se mélangeaient à de fins et longs cheveux bruns.
Commenter  J’apprécie          30
PegLutinePegLutine   29 juillet 2013
Elle dut s'appuyer de tout son poids contre le mur après avoir refermé la lourde porte. Elle renversa la tête en arrière et planta ses doigts dans les joints creusés, le souffle court. A vingt-six ans, elle se sentait vieille déjà. SI lasse.
Non, la colère n'était pas la seule cause, comprit-elle. La Lune serait pleine cette nuit.
Des larmes lui piquèrent les yeux. Elle connaissait bien cette insidieuse douleur dans ses membres, cette haine bestiale qui l'envahissait peu à peu au fil des heures, jusqu'à la soif de sang dans sa bouche. Alors cela commencerait vraiment, par son ventre d'abord, qui se couvrirait de poils, puis ses pieds et ses mains. Ensuite elle aurait mal, mal à hurler tandis que son corps tout entier se vrillerait, s'étirerait, se modifierait jusqu'à n'avoir plus rien d'humain, sans pour autant lui faire oublier qui elle était et pourquoi.
Albérie enfonça plus avant ses ongles dans la pierre et se rasséréna. Ainsi transformée en louve, elle rejoindrait les siens. Et c'était tout ce qui importait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Mireille Calmel (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mireille Calmel
Mireille Calmel, partie 2
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1021 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .