AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marthe Nouguier (Traducteur)Michel Le Bris (Préfacier, etc.)Malcolm Cowley (Préfacier, etc.)
EAN : 9782752903488
272 pages
Éditeur : Phébus (05/06/2008)
3.3/5   5 notes
Résumé :
Sa mère était italienne, veuve d'un grognard de l'Empire. Toujours, "Don" Théodore gardera la nostalgie de son pays natal, et l'amour de sa langue maternelle, même s'il maîtrisait avec une égale aisance le français, l'anglais, l'espagnol et divers dialectes mandingues. Sa carrière de négrier n'a rien d'une vocation. Seules l'intéressent l'aventure, le grand large et ces fines goélettes noires taillées pour la course ou la fuite devant les croiseurs britanniques. L'o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MissFantomette
  12 janvier 2021
Premier témoignage écrit par un négrier... Publié à New York au milieu du XIX ème siècle, ce texte restera un des seuls en son genre.
Le titre choisi pour cette édition ne rend pas bien compte de son contenu, à mon sens. En effet, nulle déclaration par l'auteur d'un acte qu'il reconnaîtrait comme blâmable, mais plutôt un récit d'aventures maritimes incluant, comme si cela était en quelque sorte « naturel », la traite d'esclaves.
Le ton est neutre et tranquille, le récit, minutieux. Théodore Canot ne nous livre que très peu de sentiments, notamment quant aux esclaves qu'il a convoyés par milliers.
Le récit vogue ainsi sur la crête des années 1820 à 1840, de rixes en mutineries, d'abordages en naufrages...
L'auteur rend en particulier compte du basculement d'une traite autorisée vers une traite illicite, au cours de cette période. On assistera dès lors avec intérêt aux contorsions des négriers pour échapper aux controles.
Ainsi, raconte Théodore Canot, «au temps jadis (...) une cargaison humaine se débarquait aussi commodément que de la farine »... Mais, désormais, «l'opération est jugé hasardeuse et généralement tenue secrète (...), la cargaison humaine est débarquée à la hâte ». Les mesures sont particulièrement radicales puisque les petits navires sont ensuite maquillés afin de rentrer au port sous pavillon de cabotage, tandis que les grands batiments sont incendiés ou coulés sur place par prudence.
Cet ouvrage souffre peut-être d'une abondance de détails sur les aléas de la vie de marins, pour qui y recherche avant tout un exceptionnel document sur la traite.
Il reste toutefois un regard hors du commun sur une facette du commerce triangulaire. Et complète le tableau brossé par des lectures sur les vies des esclaves, qu'elles soient romanesques (Go home de Yaa Gyasi par exemple) ou documentaires (La vie d'un esclave, d'Olauda Equiano, notamment).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
EFourn
  31 mars 2013
Mille et une choses devraient être dites sur ces confessions. Outre qu'elles illustrent parfaitement le concept de « banalité du mal » d'Arendt, je trouve que ce témoignage de Théodore Canot est intéressant parce qu'on y découvre tout le mécanisme de l'industrie esclavagiste sur le sol africain. Une industrie qui n'enrichissait pas que le nouveau monde, mais aussi les roitelets et leurs cours des côtes africaines. Une industrie autour de laquelle s'articulait toute la vie économique et politique d'une bonne partie de la planète (Afrique y compris) et ou l'esclave servait de monnaie.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
EFournEFourn   31 mars 2013
. . .
La valeur des marchandises s'établissait ainsi qu'il suit :

3500 peaux ........................... £: 1750
19 dents d'ivoire.........................1560
Or..................................................2500
600 livres de petit ivoire .............320
15 tonnes de riz............................600
40 esclaves.................................1600
36 jeunes boeufs ........................360
Moutons, chèvres, beurre ..........100
900 livres de cire d'abeille............95
-----------
Totale des marchandises ...£: 8885

. . . Le profit sur ces denrées s'élevait de fait à 150 pour 100.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
>Commerce, communications, transports>Commerce intérieur>Commerce intérieur des différents produits (24)
autres livres classés : afrique de l'ouestVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox