AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081280540
439 pages
Éditeur : Flammarion (06/03/2013)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Dans la rue on la reconnaît et la poursuit. En la voyant filer à grandes enjambées martiales, dans ses capes qui font claquer leurs ailes à chaque pas qui fuit, on dit de cette grande ombre au visage enseveli sous une pluie de cheveux, camouflé sous la visière d’un chapeau mou, derrière d’énormes lunettes noires, que sa beauté rayonne encore, que son style éclate. » En septembre 1949, Greta Garbo s’apprête à jouer dans La Duchesse de Langeais sous la direction de Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Little_stranger
  11 novembre 2020
C'est l'histoire d'une femme qui s'est effacée, c'est la vie d'une grande actrice, Greta Garbo, à la photogénie indéniable, qui arrivée à Hollywood, n'a plus fait que des films commerciaux, ne se reconnaissant plus dans son travail d'actrice. Eloignée de Stiller, de Pabst, de l'Europe où elle avait débuté, elle va devenir un produit. Et parce qu'elle ne le supportera plus, mais aura eu l'intelligence de bien gérer son argent, Garbo née Greta Lovisa Gustafsson, disparaîtra des écrans, abandonnera sa "carrière cinématographique". Elle contribuera ainsi au mythe de "la divine" et fuira en Europe, avec des amis riches, ayant toujours peur d'être exploitée, méfiante, fuyant les photographes.
L'auteur se penche sur les rares éventualités de films qui auraient pu faire sortir l'actrice de sa retraite dont surtout celui consacré au roman "La duchesse de Langeais" qui étonnement comportait de nombreux parallèles avec la vie de l'actrice. Mais Garbo ne donnera pas suite : scénario mal fichu et aussi la terrible difficulté de confronter son visage d'alors avec celui de celle qu'elle était lorsqu'elle était étoile des studios. Un visage que Garbo ne voulait plus exposer : trop de décalage, une beauté et une photogénie magnifique passée et/ou mal vécue. Garbo reste un mystère autour duquel on n'a pas fini de tourner. Excellent roman très documenté, proposant une analyse très fine de l'actrice et de la position de "divine".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Lexpress   16 mai 2013
Pur régal pour les cinéphiles, peu habitués à lire des portraits aussi raffinés, le livre a également de quoi plaire aux néophytes qui, s'ils passent outre des afféteries monomaniaques, découvriront la véritable nature d'un mythe.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos   02 mai 2013
Plus qu’un portrait d’actrice, on peut lire « Un renoncement » comme une parabole sur le découragement, sur l’étrange union de la beauté et de la mélancolie.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   12 mars 2013
Les analyses ont été nombreuses de sa beauté canonique, de son jeu inédit (mélange de scrupuleuse intériorisation et de spontanéité presque brutale), de ses rôles excessifs, de sa personnalité énigmatique, de sa notoriété incomparable, de son destin fulgurant, de sa détermination à fuir les regards, de son célibat insolite, de sa timidité surprenante, si l’on ne compte plus les romans et les récits inspirés par sa carrière éclatante et tronquée et par son précoce effacement, aucun écrivain n’a longuement et précisément écrit à son propos, en témoin direct, sinon Cecil Beaton dans son journal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 mars 2013
Le style Garbo, dans la pose, dans la coiffure faussement naturelle, dans le tissu et la coupe de la veste, continue à s’imposer. Si elle n’est plus une icône, elle en est la mémoire. Elle sait qu’on ne peut plus voir son visage sans croire reconnaître les traces de ce qu’il fut. Les rides du front et des joues sont l’effet de seize années devant l’œil des opérateurs, de seize années de sentiments feints ou d’expressions de passions puisées dans un trésor intérieur dont on ne saura jamais ce qui l’avait empli. Et de quinze années d’oisiveté angoissée. C’est le visage même du renoncement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 mars 2013
Incapable d’assumer sa notoriété, dans sa vie privée et dans sa vie publique, Garbo s’est autant détestée elle-même qu’elle a vénéré sa propre beauté dont la disparition prématurée l’a emplie d’un tel écœurement qu’elle en accentua volontairement l’effacement, en négligeant son aspect ou en lui donnant un style exagérément masculinisé (même si ses pantalons ou ses manteaux d’homme étaient, dans les années soixante-dix, signés Azzedine Alaïa comme ils avaient autrefois porté la marque de Valentina.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 mars 2013
Ava avait une quinzaine d’années de moins. Elle avait en commun avec Garbo, outre son origine paysanne très pauvre et sa beauté phénoménale, une totale indifférence au monde du cinéma, la conviction (infondée) d’être une très mauvaise actrice et une incapacité définitive à établir avec un homme une relation durable. Mais, contrairement à Garbo, elle aimait les hommes et s’amusait volontiers avec eux. Garbo aimait séduire, mais s’ennuyait rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 mars 2013
Le cinéma muet était un art qui représentait le réel selon un système qui n’était pas mimétique. En supprimant le son, il faisait appel à une forme de perception qui tendait vers une forme d’esthétisation, de stylisation du monde. Même dans le registre comique dont les vedettes, comme Chaplin, Langdon ou Keaton, savaient parfaitement que le rire prenait dans le silence une tout autre dimension qui confinait à l’émotion esthétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de René de Ceccatty (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René de Ceccatty

Violette, de Martin Provost, Bande-Annonce
Violette film de Martin Provost Avec Emmanuelle Devos, Sandrine Kiberlain, Olivier Gourmet Coscénariste : René de Ceccatty, auteur de Violette Leduc, Éloge d...
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1100 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre