AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782367405797
336 pages
Éditeur : Scrineo (26/04/2018)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Une histoire de fantôme rocambolesque… à Montréal !
Être guide touristique spécialisé dans les mystères du Montréal hanté n’est pas facile tous les jours, malgré les pourboires et les touristes à berner. Mais ça l’est encore moins quand on peut réellement converser avec les fantômes, trop contents de trouver quelqu’un à qui parler !
Depuis qu’Archibald a fait la rencontre d’Elizabeth McKenzie, jeune scientifique décédée dans des circonstances étranges ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  06 juin 2018
C'est suite à de nombreux avis positifs que j'ai postulé pour découvrir cet ouvrage dans le cadre d'une Masse Critique. J'avoue que l'idée de fantômes me plaisait beaucoup et me rendait curieuse. de plus, j'avais complètement flashé sur la superbe couverture illustrée par Xavier Colette que vous connaissez peut-être grâce à sa saga de « le Soufflevent ». Je remercie donc Babelio et les éditions Scrineo pour l'envoi de cet ouvrage ainsi que pour le marque-page assorti ! Globalement, l'histoire m'a plu néanmoins, je ressors quand même assez mitigée par cette lecture…
Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé le fait que l'intrigue se situe au Québec. Cela change, car j'ai l'habitude de lire des ouvrages se déroulant en France ou aux États-Unis. Avec ce titre, le dépaysement est garanti ! le contexte est également intéressant. Archibald, le personnage principal, est guide touristique dans un lieu hanté à Montréal. Cette capacité à voir et à converser avec les revenants, il le doit à un drame qui a changé radicalement sa vie… D'ailleurs, les fantômes que l'on va croiser sont originaux, parfois sympathiques et parfois moins… Je retiendrais surtout le Barbier de la rue Clarke qui m'a rappelé celui du film « Sweeney Todd ». Il y a aussi Alessandro qui m'a marquée grâce à la phrase expliquant que s'il y a une place toujours vide dans un café, c'est parce qu'un spectre s'y trouve… J'ai adoré l'idée !
Du côté des vivants et d'Elizabeth, c'est là où cela a un peu pêché. En effet, on se retrouve avec quatre/cinq personnages importants qui se connaissent déjà dès le début du livre. de ce fait, on les décrit très brièvement et on apprend à les connaître sur le tas, en fonction de leurs actions ou grâce aux conversations. Cela peut plaire à beaucoup, car on ne casse pas le scénario avec de longues descriptions ou avec des scènes supplémentaires cependant, je fais partie des lecteurs aimant voir des liens se tisser entre les personnages. J'ai besoin d'échanges entre deux protagonistes et des relations que je vois évoluer, car cela me permet de mieux m'attacher à eux. Or, dans ce roman, tous les personnages se connaissent déjà. On a l'impression de prendre le train en route ! J'aurais au moins voulu assister à la rencontre entre Elizabeth et Archie ! Hélas, il est dit que tous deux se connaissent déjà depuis quelques semaines. Ils se sont vus plusieurs fois, ont tissé des liens et ont même commencé à avoir de l'attirance l'un pour l'autre… J'aurais au moins voulu avoir une ellipse narrant leur première confrontation, même si cela ne dure qu'une ou deux pages… En tout cas, je n'ai pas cru à cet attachement, ni à ces émois, car je n'ai pas vu quelle relation ils ont vraiment…
Comme dit plus haut, il n'y a pas qu'Archie et Elizabeth à retenir. Il y a aussi la fougueuse Esperanza (la colocataire d'Archie), l'étrange Isidore (l'associé d'Archie à la fois sérieux et loufoque), l'oncle d'Archie et Jonathan Dee (l'amant d'Elizabeth) à intégrer rapidement. Cela peut faire beaucoup d'un coup et peut donner l'impression que les personnages sont lisses, car on reste parfois trop en surface. Peut-être que cette quantité de protagonistes a nui au développement de chacun ? Comme ils sont beaucoup, mais que l'on doit avancer sur le scénario, on ne les développe pas assez ? Pourtant, ils ont tous leur intérêt et leur utilité, donc je ne sais pas quelle solution aurait été préférable… En tout cas, ce manque a beaucoup joué sur mon ressenti final… J'ai besoin d'être touchée par un personnage, de m'inquiéter pour lui et de le voir affronter des épreuves. Or, hormis Elizabeth qui était le personnage que j'ai préféré, le reste n'a pas su m'atteindre. C'est vraiment dommage, parce que je dois reconnaître que chaque personnage vaut le détour : ils semblent uniques, pas manichéens, ont leur tempérament et ne font pas stéréotypés. Côté background, on a donc des caractères travaillés qui ne semblent rentrer dans aucun moule. C'est l'une des forces de cet ouvrage ! Sauf qu'à côté de cela, on ne les exploite pas assez à mon goût…
Heureusement, « Poussière fantôme » a pour atout de proposer une épopée avec du rythme ! On assiste à une course-poursuite infernale avec beaucoup de rebondissements comme des affrontements et des trahisons. Il n'y a pas de place pour l'ennui et le rythme soutenu tout au long du roman. C'est une grande Aventure qui tient le lecteur en haleine. Même si j'ai eu le sentiment que cela aurait pu être un peu plu travaillé, j'ai beaucoup aimé le Seuil, cet endroit faisant songer aux Limbes où le temps n'a plus d'importance et où la démence vous gagne progressivement. Il s'agit de l'un des passages ayant retenu le plus mon attention… Si bien que j'aurais voulu en savoir plus ! À plusieurs reprises, je reconnais avoir ressenti des manques que ce soit pour les personnages ou des moments spécifiques… Par exemple, j'aurais souhaité voir l'affrontement entre Archibald et le grand antagoniste digne du démon maléfique des Ghost Buster ! On nous a tellement fait monter la sauce avec ce fameux Grand Oeil que je m'attendais à une confrontation plus incroyable… Cela dit, la fin rattrape cette petite déception… Vous allez sans doute ne pas me croire, mais j'ai aimé cette conclusion qui est pourtant à moitié ouverte ! Pour moi, cette affaire est bouclée. Archie et son groupe ont simplement de nouveaux projets qui s'annoncent palpitants ! C'est une ouverture sur une suite potentielle que je serais curieuse de découvrir si elle est un jour publiée…
Ce roman a donc des atouts et quelques défauts, mais reste globalement très distrayant. Par ailleurs, je pensais que l'on s'orienterait plus vers un public jeunesse, mais je pense qu'un adulte, un grand ado ou un adepte du young adult seraient plus captivés par ce récit et par ces personnages très matures. En attendant, je vous invite à découvrir le ressenti chez Plumesdelune que je partage en partie.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Aelinel
  05 juillet 2018
J'avais déjà lu sur la blogosphère des chroniques positives du roman, L'empire du léopard ou du recueil de nouvelles, Célestopol d'Emmanuel Chastellière. C'est d'ailleurs pour cette raison que je me suis empressée de faire dédicacer ces ouvrages, à la librairie Omerveilles de Grenoble, samedi dernier. En ce qui concerne Poussière Fantôme, c'est Célindanae du Pays des Caves Troll qui m'a convaincu de découvrir la plume d'Emmanuel Chastellière en commençant par celui-ci. Or, entretemps, j'ai lu la chronique mitigée de Kin et Kara de Plumes de lune. Et après lecture, je dois bien avouer que je me sens plus proche du ressenti des jumelles.
A Montréal, en hiver 1917, la jeune scientifique Elizabeth McKenzie se rend dans son laboratoire pour achever ses travaux en cours. Rejetée de la communauté scientifique, elle compte bien prouver à ses pairs qu'elle est capable non seulement d'ouvrir une porte vers le monde des morts appelé le Seuil mais aussi de prouver la présence d'une poussière invisible, en quelque sorte, les restes des âmes disparues. Rejointe par son amant Jonathan Dee, les choses ne se déroulent malheureusement pas comme elle l'avait espéré lorsqu'elle actionne sa machine…
Cent ans plus tard, Archibald a des journées décidément bien remplies : il doit jongler entre son travail dans le bar de Cath et ses visites nocturnes de lieux hantés pour le compte de son ami Isidore. Mais surtout, Archibald possède un don depuis le décès de ses parents, il peut voir les morts!
Dès le prologue, le roman avait tout de suite réussi à me happer. J'ai beaucoup aimé le fait que le récit se déroule à Montréal car cela a un petit côté exotique. Même si Emmanuel Chastellière avoue à la fin qu'il n'a pas complètement respecté l'histoire et la géographie de la ville, qu'importe! Cela change un peu de Paris, Londres ou New York. L'ambiance aussi de 1917 m'a beaucoup plu avec cette jeune femme au tempérament bien trempé qui désire aller au bout de ses idées et de se battre pour elles. Toutefois, je regrette que le discours sur ses travaux scientifiques n'ait pas été un peu plus développé, cela aurait contribué à donner plus de consistance au récit. Si le postulat de départ est intéressant (on nous parle d'Edison ou d'électromagnétisme), il se perd un peu et on ne nous explique pas vraiment le lien entre la véritable Science et la présence de cette poussière ou l'ouverture du portail vers le Royaume des Morts, plutôt du domaine de l'Occulte. Cela m'a un peu frustré.
Quant au rythme de l'intrigue, il est plutôt haletant : difficile de s'ennuyer tant l'action et les rebondissements prennent le dessus. J'ai pu lire à quelques reprises que certains lecteurs avaient le sentiment que c'était un peu trop rapide justement, voire parfois survolé. L'un des arguments avancés était la rencontre entre Archibald et Elizabeth non décrite. Or, je ne suis pas d'accord avec cela : le fait que le récit débute alors même qu'il se connaissaient déjà, ne m'a pas du tout dérangé. Au contraire, j'ai trouvé cela plutôt original. En revanche, lorsque Archibald reste coincé dans le Seuil avec Jonathan Dee et parvient à en échapper, je n'ai pas eu beaucoup d'explications sur la manière dont il a procédé et cela m'a un peu gêné.
Enfin, les personnages sont sympathiques et très différents les uns des autres. Ils ont tous à jouer un rôle très net dans l'intrigue. Et au gré de leurs aventures, ils révèlent leur aptitude particulière. Malheureusement, cela tombe parfois comme un cheveu sur la soupe et je regrette parfois que cela n'ait pas été amené plus subtilement en amont. Par exemple, Esperanza, la colocataire d'Archibald, est d'origine mexicaine et se découvre des dons de sorcières de manière un peu trop abrupte, au moment où Archibald est prisonnier dans le Seuil.
En conclusion, je ressors un peu mitigée de ma lecture. Si Poussière Fantôme possède de bonnes idées, parfois originales, elles sont rapidement contrebalancées par un sentiment de survol. C'est vraiment dommage. Heureusement, cela ne va pas m'empêcher de continuer plus avant car j'ai bien l'intention de découvrir Célestopol qui m'intrigue beaucoup ainsi que L'empire du Léopard dont j'ai entendu dire tellement de bien!
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
celindanae
  06 mai 2018
Après un gros roman de Flintlock Fantasy chez Critic (L'Empire du Leopard), Emmanuel Chastellière revient cette fois avec un roman beaucoup plus court, dans un registre totalement différent : Poussière fantôme. Ce livre est orienté vers l'urban fantasy et le fantastique. On y fait une belle et étrange visite du Québec à la période d'Halloween, propice aux fantômes.
Le projet du roman est né après que Emmanuel Chastellière ait effectué une visite de la ville de Québec sur le thème ville hantée. On retrouve cette idée dans le roman, mais adaptée à la ville de Montréal. Archibald, jeune homme habitant un Montréal contemporain, partage son temps entre son travail à la librairie avec son ami Isidore, ses amis et surtout les fantômes. En effet, Archibald a la capacité de voir les fantômes et de parler avec eux. Aucun de ses amis ne connait ce don, ce qui lui cause de petits désagréments au quotidien. D'autant plus que Isidore et Archibald ont mis en place des visites guidées de la ville sur le thème des mystères du Montréal hanté.
La vie d'Archibald va connaitre un brusque changement après sa rencontre avec Elizabeth McKenzie, une jeune scientifique ayant trouvé la mort dans des circonstances étranges en 1917. Elizabeth menait justement des recherches sur les fantômes. Archibald est décidé à l'aider, mais bientôt les événements vont le rattraper, en cette période d'Halloween, durant laquelle le passage entre les mondes est facilité. le thème des fantômes n'est pas nouveau mais l'idée d'associer ce thème avec une visite guidée du Québec fonctionne à merveille. J'ai beaucoup aimé le fait que le roman se situe au Québec et pas aux États-Unis ou en France, car cela donne une touche originale et permet de découvrir les deux grandes villes de ce pays sous un nouveau jour. Les lieux ont ainsi beaucoup d'importance dans le roman, l'auteur nous les présente d'ailleurs ici en image. On retrouve aussi des expressions et façons de parler typiques du Québec, surtout avec le personnage d'Isidore. L'auteur rend ainsi un bel hommage à ces deux villes à la fois différentes et semblables par bien des points.
Emmanuel Chastellière a pris beaucoup de soin pour donner une ambiance singulière à son roman. le prologue du roman se passe en 1917, date à laquelle vivait Elizabeth. Cette dernière a toujours les manières de parler et coutumes de cette période. le mélange entre les deux époques est assez curieux mais fonctionne bien. le surnaturel est très présent dès le début du roman et Archibald et ses amis forment une équipe du tonnerre, avec ses forces et ses faiblesses, un peu comme dans Scooby-Doo ou comme dans Buffy contre les vampires. On retrouve bien ce mélange détonnant entre l'étrange, la peur et l'humour dans le roman. On aimerait même retrouver cette bande d'amis pour de nouvelles aventures de l'étrange.
Le rythme du roman est très soutenu. On assiste à une vraie course poursuite où sont amenés les personnages malgré eux. Cependant, ils vont faire preuve de ressources insoupçonnées face à la menace qui pèse sur eux. Les références à la pop culture parsèment le roman, avec un personnage fan de jeux de figurines et de plateaux ou encore des mentions de grands anciens. Les dialogues rendent les personnages crédibles et vivants. Même si certains ont des capacités hors du commun, ils restent simples, avec des préoccupations normales de jeunes gens et une personnalité propre. J'ai beaucoup aimé également un certain Ulysse, excellente trouvaille qui aurait mérité une plus grande place dans le roman.
L'étiquette young adult ne doit pas décourager car ce roman a de nombreux atouts pour séduire: des personnages bien campés et attachants, un dépaysement garanti, de l'aventure mêlée à du surnaturel, le tout porté par une plume fluide et efficace. Vous vous laisserez bien tenter par une petite visite d'un Québec étrange et envoutant?
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Aelynah
  14 juin 2018
Tout débute en 1917 quand Elisabeth une jeune scientifique déclenche sa nouvelle invention en lien avec la mort. Tout ne va pas se dérouler comme prévu même si l'expérience semble un succès de prime abord.
100 ans plus tard c'est toujours à Montréal que nous suivons cette fois Archibald. Il est guide touristique spécialisé dans les lieux hantés de cette ville.
À vrai dire ce travail n'est pas trop difficile, pour qui, comme lui peut voir les fantômes. Ses "amis" peuvent ainsi mettre du piment dans ses visites et parfois coller une frousse monstre aux touristes en mal d'émotions.
Quel est le point commun entre eux?
Ils ont fait connaissance quelques semaines plus tôt. Et le fantôme de la belle anglaise semble en danger. Ce n'est pas sans une certaine appréhension qu'elle va demander son aide à Archibald.
Je n'ai encore jamais lu la plume d'Emmanuel Chastelliere mais j'avoue que j'ai été rapidement conquise par sa façon de nous transporter dans le monde de ces deux personnages.
Il sait poser son ambiance, créer des personnages atypiques et attachants vivants ou morts. L'enquête sur la mort particulière d'Elisabeth un siècle plus tôt et les événements troublants qui se trament à l'heure actuelle nous plonge dans un contexte sombre et irrationnel. Car des choses se passent qui ne devraient pas avoir lieu d'être.
Et quand on est comme Archibald et que l'on voit les morts, eh bien ces événements prennent une tournure différente.
Morts plus tangibles, nouveaux amis, poussière funeste? Tout un tas de questions se posent.
Et c'est avec enthousiasme que le lecteur va foncer dans la tourmente à coeur joie.
Ce récit rempli de scènes d'action, d'humour, de sentiments souvent pudiques rendent la lecture plus qu'agréable et laisse le lecteur accroché à chaque page.
Qui n'a jamais rêvé de croiser l'Histoire ? C'est un peu ce que vont faire nos personnages hélas pas toujours du bon côté de la lorgnette quand vous croisez par exemple le Jack l'éventreur québécois.
Elisabeth est un fantôme donc cela restreint un peu ses particularités, quoique le moment semble bien choisi avec la nuit d'halloween pour que celles-ci évoluent. Mais pas que les siennes semble-il ! Elle reste cependant la jeune femme pragmatique, scientifique jusqu'au bout des ongles pour qui la réalité prime sur le reste malgré son statut quelque peu éthéré. Elle porte aussi une culpabilité sur ses épaules qui va la mener à faire des choix parfois compréhensibles quoique pas toujours logiques. le meilleur restera pour le lecteur sa demande d'aide auprès d'Archibald qui nous poussera à suivre cette aventure.
Car Archibald est un jeune homme secret, c'est bien compréhensible quand on voit des fantômes et que lorsque l'on s'en ouvre à sa seule famille, elle vous rejette. Alors partager ce secret avec même ses amis les plus chers ne lui viendrait pas à l'esprit. Alors quand un esprit vient lui demander son aide, ce n'est pas non plus son premier choix que de se tourner vers eux à son tour.
Et si malgré tout cela vous apprenez que vos amis ont des secrets qui pourraient vous être utiles sur leurs origines, vous réfléchissez à deux fois avant de rejeter cette manne providentielle. Mais de belles explications s'imposent cela est sûr.
Mais tout cela donne ainsi un contexte plein d'émotions autres que la peur à cette course poursuite et entraine le lecteur à en vouloir plus. Alors quand l'auteur vous sert sur un plateau une ouverture pour un tome 2, vous ne pouvez que sauter de joie de retrouver cette folle équipée.
C'est donc un roman vraiment prenant et surprenant que je vous invite à découvrir ici. Et surtout un roman qui va me pousser à aller chercher ailleurs la plume de cet auteur qui a su me séduire par sa prose et son style enjoué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LightandSmell
  11 décembre 2019
Difficile de ne pas craquer devant une telle couverture et un tel titre ! C'est donc sans vraiment prêter attention au résumé que j'ai décidé de m'embarquer dans cette lecture. Un voyage qui fut riche en péripéties et en présences fantasmagoriques. Il faut dire qu'avec un protagoniste voyant les fantômes, cela n'a rien de très étonnant.
Profitant de son don, Archibald s'est associé avec son meilleur ami, Isidore, libraire spécialisé dans l'occulte, pour proposer des visitées guidées d'un genre nouveau… À ses côtés, ce ne sont pas les musées que les touristes découvrent, mais plutôt le Montréal de l'ombre, des fantômes et des histoires à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Un métier dans lequel Archibald excelle d'autant qu'il peut compter depuis peu sur l'aide du fantôme d'Elizabeth, une jeune scientifique décédée cent ans plus tôt.
C'est d'ailleurs avec cette dernière que l'auteur commence son livre. Nous découvrons ainsi la tragique histoire de cette femme qui s'est lancée dans des recherches scientifiques qui auraient pu, en cas de succès, changer la face du monde. Une réussite effleurée de près avant qu'un terrible accident ne vienne mettre fin aux ambitions de la jeune prodige, à sa vie et à celle de son amant.
Cent ans plus tard, Elizabeth, qui n'a rien perdu de son caractère, doit faire face à un autre problème qui prendra une tournure que ni elle ni Archibald n'auraient pu imaginer. Ils pourront heureusement compter sur le soutien de différentes personnes plus ou moins liées au monde de l'étrange. C'est donc dans une aventure auréolée de mystère, empreinte de mythologie et emplie de dangers que l'auteur nous plonge sans nous laisser le temps de reprendre notre souffle. Dans un rythme effréné, les scènes d'action et les événements s'enchaînent apportant leur lot de questionnements et de révélations…
Au fur et à mesure de l'intrigue, les liens entre les personnages se précisent et les relations sont mises à mal… J'aurais apprécié que l'auteur développe un peu plus cet aspect du livre puisque finalement, on reste à la surface des choses. À titre d'exemple, la relation entre notre héros et son meilleur ami m'a laissée assez dubitative. Leurs interactions, basées sur les silences et les secrets, manquent cruellement de chaleur, un peu comme si nous étions face à de vagues connaissances et non à des personnes censées être proches... Archibald m'a en outre agacée par la manière dont il jette l'opprobre sur son ami qui lui avait caché tout un pan de son existence quand lui-même n'a pas été un exemple de transparence et d'honnêteté. Un peu de mauvaise foi notre Archibald…
J'ai, en revanche, apprécié l'amitié entre le jeune homme et sa colocataire qui va se révéler être un précieux atout pour la petite bande que ce soit en raison de son caractère bien trempé ou de ses dons. de la même manière, j'ai particulièrement été touchée par le duo formé par Archibald et Elizabeth. Complices, les deux amis essaient de s'épauler du mieux qu'ils le peuvent. Archibald n'est pas parfait et a tendance à opter pour la fuite face aux problèmes, mais pour son amie, il se lance dans une aventure périlleuse sans trop sourciller… Quant à la scientifique, elle m'a beaucoup émue. Bien que désemparée face à la situation et au mal qu'elle cause indirectement autour d'elle, elle fera de son mieux pour affronter les épreuves qu'elles soient d'ordre magique, amical ou sentimental…
La psychologie des personnages n'est pas développée outre mesure, mais l'auteur a veillé à apporter pas mal de tension et de suspense à son récit : que s'est-il passé exactement il y a cent ans ? L'amant perdu l'est-il vraiment à tout jamais et surtout est-il celui qu'il prétend être ? Pourquoi et par qui Elizabeth est-elle poursuivie ? Qui est ce Grand Oeil ? Pourquoi les fantômes semblent prendre vie dans le monde réel avec des intentions plus ou moins sympathiques ? Quelle est l'étendue des capacités d'Archibald ? Un exemple des nombreuses questions qui viendront vous titiller durant votre lecture et vous donner envie de connaître le fin mot de l'histoire d'autant que la plume fluide et immersive de l'auteur plonge directement les lecteurs au coeur de l'aventure…
Petit détail qui contribue au sentiment d'immersion et au charme du roman, la découverte de quelques expressions québécoises des plus savoureuses.... Mais rassurez-vous, elles sont utilisées avec parcimonie et l'on devine bien souvent, grâce au contexte, leur sens.
En conclusion, amitiés, amour, actions, fantômes, magie, complot et mythologie sont au coeur de cette aventure rythmée, pleine de mystère et d'actions qui devrait ravir les amateurs de surnaturel et d'histoires de fantômes palpitantes, mais pas vraiment effrayantes.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
Elbakin.net   04 juin 2018
Emmanuel Chastellière a su donner vie à un roman vivant, attachant, léger et fun, que l’on prend véritablement plaisir à lire.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
aventurineaventurine   01 juin 2018
Le traîneau s'éloignait déjà en chuchotant et Elizabeth l'oublia, levant les yeux sur une façade toute proche, recouverte d'une véritable dentelle de glace. Quelques jours plus tôt, un incendie avait ravagé l'immeuble et les traces du combat des pompiers contre les flammes étaient encore bien visibles à travers cette parure d'albâtre. Depuis, la jeune femme l'avait observée chaque jour, incapable de détourner les yeux, avec l'impression de contempler une magnifique chute d'eau figée pour l'éternité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Koneko-ChanKoneko-Chan   18 juillet 2019
Esperanza se pencha sur le côté pour ouvrir la porte passager d’une main gantée après un dérapage parfaitement contrôlé.
– Viens avec moi si tu veux vivre ! lui lança-t-elle. Ah, j’ai toujours rêvé de dire ça !
Commenter  J’apprécie          60
RoxanneORoxanneO   19 novembre 2018
Archibald et le fantôme de la scientifique quittèrent donc l’ancienne église, marchant en silence. Elizabeth n’était pas une grande bavarde et Archibald n’avait pas particulièrement envie d’avoir l’air de déambuler dans les rues en se parlant à lui-même. Il arrivait parfois qu’Elizabeth s’adresse à lui mentalement, mais il n’appréciait pas vraiment d’entendre des voix.
Commenter  J’apprécie          10
SaiwhisperSaiwhisper   05 juin 2018
- Je suis sûr que vous exagérez ! glapit-il aussitôt pour détourner l’attention des autres touristes. De toute façon, les fantômes, ça n’existe pas !
La phrase préférée d’Archibald.
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   05 juin 2018
Peu importe ce que cette machinerie aussi complexe que fragile était en mesure d’accomplir. En cet instant, elle produisait de la peur.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Emmanuel Chastellière (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Chastellière
Enregistrement du jeudi 11 juin 2020 dans le cadre du colloque universitaire des Imaginales : « Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? ».
Table ronde animée par Stéphanie Nicot. Avec Emmanuel Chastellière, Lionel Davoust, Silène Edgar, Estelle Faye et Aurélie Wellenstein.
autres livres classés : fantômesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2459 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre