AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2706717734
Éditeur : Salvator (25/10/2018)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Macha Chmakoff s'inscrit, en peignant les scènes du Nouveau Testament, dans la longue tradition des peintres, qui à travers les siècles ont choisi les thèmes bibliques comme source d'inspiration.
Elle propose ici soixante-quinze toiles, correspondant à soixante-quinze extraits des évangiles. Ses brefs commentaires guident le regard afin de mieux lire les peintures et permettent d'entrer dans le texte des évangiles représentés.
C'est un chemin pictura... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
si-bemol
  25 décembre 2018
[Lu dans le cadre d'une masse critique graphique Babelio]
"De l'Annonciation à la Résurrection" est un ouvrage qui retrace la totalité du parcours terrestre de Jésus en 75 “stations” : 75 extraits des Evangiles (dans la traduction du chanoine Osty), auxquels répondent dans une fulgurance de traits et de couleurs 75 tableaux du peintre Macha Chmakoff, brièvement explicités par leur auteur.
Il est difficile de poser des mots sur ce qui ne s'exprime pas par des mots, et particulièrement lorsque, comme moi, on ne possède pas de compétence en matière de critique picturale. Je ne peux donc livrer ici (et je tiens à le préciser) que mon ressenti de simple lectrice et de femme de bonne volonté qui s'efforce de construire jour après jour son chemin de lumière et de foi...
Selon la tonalité du texte évangélique et la nature de son message, Macha Chmakoff emploie ici essentiellement deux modes d'expression picturale qui se complètent et se répondent : des couleurs intenses, presque saturées, pour dire la puissance des émotions, de la stupeur et de l'émerveillement (guérisons et miracles, Transfiguration, Ascension et Pentecôte), la nouveauté et l'importance du message (Paraboles) ou l'intime de la solitude et de l'angoisse (Gethsémani, humiliations de Jésus) ; des couleurs pâles, presque fantomatiques, pour dire le dessaisissement de soi en présence du mystère divin en action et presque palpable, de la Parole qui s'incarne, des Portes célestes qui s'entrouvrent (présentation de l'Enfant aux mages, baptême de Jésus, conversion de Zachée, résurrection de Lazare, Crucifixion…)
Mais quel que soit le mode d'expression choisi, reviennent comme une constante hautement signifiante la verticalité des personnages comme aspirés d'en haut, déjà, par les cieux dans ce récit où la présence du souffle divin est tangible, et l'absence de traits distinctifs - les visages ne sont qu'esquissés, les corps sont des silhouettes - comme si, par ce choix, le peintre s'était refusé à nous imposer son propre regard afin d'offrir aux nôtres un plus vaste espace de liberté et de méditation.
L'ouvrage (que j'aurais aimé cependant en plus grand format - et c'est mon seul regret - pour rendre davantage justice aux toiles originales) est tout simplement splendide. Les textes de Macha Chmakoff, qui a par ailleurs suivi un cursus de théologie, ne sont pas seulement explicatifs de sa peinture mais font également, avec beaucoup de profondeur, de finesse et de sensibilité, oeuvre d'exégèse. le choix de la traduction Osty, réputée pour sa rigueur et sa fluidité, est intéressant. Et l'ensemble constitue une proposition spirituelle originale et puissante qui a été pour moi un très beau moment de recueillement et l'occasion de découvrir un grand peintre que je ne connaissais pas.
Un très grand merci pour ce précieux cadeau à Babelio, aux éditions Salvator et à Macha Chmakoff.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Judithbou
  17 décembre 2018
Du Spirituel dans l'art !
Je découvre Macha Chmakoff avec ce petit livre regroupant soixante-quinze de ses toiles " de l'annonciation à la résurrection' aux éditions Salvator. Et ma foi, je suis touchée par les silhouettes allongées, lumineuses de l'artiste. Les toiles sont peintes au couteau, les couleurs subtiles, les formes étirées, évocatrices et fondues. Les citations bibliques, et les commentaires à chaque page sont bienvenus et permettent de mieux entrer dans le mystère des Évangiles.
J'ai particulièrement aimé les toiles dans les tons de gris argentés . Marie et Jean au pied de la croix qui se transforme en faisceau de lumière. Je retiens aussi l'oiseau de la Pentecôte qui devient Esprit de feu. Jésus qui marche sur des eaux obscures et glacées. Toutes ces fantastiques peintures à l'huile apportent un éclairage originales sur les Écritures et sont assurément un bon support à la méditation et à la prière.
Dernière remarque : le format du livre est trop petit et ne permet malheureusement pas de profiter pleinement des détails des oeuvres monumentales de Macha Chmakoff. La couverture du livre qui reprend en gros plan un détail de la pêche miraculeuse nous montre bien ce que nous perdons. On imagine aussi les reliefs des tableaux, la brillance de la peinture que le papier ne rend pas... Il ne me reste qu'à trouver une expo des tableaux de Macha Chmakoff pour jouir en grand de son talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JeanLouisBOIS
  16 janvier 2019
Confrontation d'imaginaires.
Bien que ce livre soit réalisé par une peintre présentant ses oeuvres, le sujet central et premier réside dans des extraits des quatre évangiles (de Matthieu, Marc, Luc et Jean). Leurs évocations picturales pour Macha Chmakoff à travers 75 oeuvres allant de 1985 à 2018. le pari repose sur l'idée que les différents épisodes du Nouveau Testament tirés de la traduction Osty-Trinquet et revisités par la peinture de Chmakoff nous feront avoir une nouvelle vision, une nouvelle appréciation des textes bibliques et nous permettront d'approfondir de façon originale l'imaginaire que ces textes sollicitent chez les lecteurs ou les auditeurs.
La question fondamentale est donc : Est-ce que cette démarche fonctionne ?
La réponse demeure essentiellement individuelle et subjective. En ce qui me concerne, je répondrai plutôt par l'affirmative. En effet, la peinture figurative de Chmakoff est suffisamment intemporelle avec des traits peu marqués qui laissent suggérer sans imposer une vision univoque. Son originalité repose sur la verticalité des personnages leur donnant l'aspect des sculptures de Giacometti et traduisant leur spiritualité, toujours renforcée par une couleur bleu profonde à la fois céleste et divine. L'aspect terrestre et quotidien prend facilement une couleur verte délavée ou grise ou blanchâtre. Ce jeu de couleurs montre, peut-être exagérément, l'intention et la conviction de la peintre. Mais mon reproche le plus vif vient plutôt de l'utilisation de personnages trop schématiques, qui laissent une place considérable au regard et au cerveau derrière le regard mais qui se réduisent trop souvent en une sorte de marionnettes humaines trop peu allégoriques. L'intention prime parfois trop sur la représentation ! Cependant, on aurait certainement une interprétation plus pertinente avec les tableaux originaux, souvent de 81cm par 65cm au lieu de 16cm par 12cm du livre, notamment en ce qui concerne le grain, l'épaisseur et la surface des oeuvres.
En tous cas, c'est le genre de livre à reprendre de temps en temps et à picorer avec plaisir malgré ses petits défauts.
NB: Lu dans le cadre de Masse Critique.
Lien : https://www.chmakoff.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   30 décembre 2018
Jésus n'a pas dévisagé avec curiosité, concupiscence ou jugement cette femme [adultère], il a baissé le regard en s'abaissant lui-même jusqu'à terre. Marque de respect pour chaque humain, pécheur ou non, non-violence absolue de l'amour qui s'oppose à la loi si facilement détournée pour servir des desseins peu avouables. (p.64, La Femme adultère).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   30 décembre 2018
La méditation dans la tradition chrétienne consiste à se laisser interpeler par le texte, à voir ce qu'il a à nous dire personnellement et pour aujourd'hui. L'une des approches classiques , comme le recommande Saint Ignace de Loyola, est de se représenter mentalement la scène, voir d'en devenir soi-même un personnage.
Dans cette perspective, la peinture s'offre comme une aide précieuse qui aiguise notre regard. La vue enrichit l'intelligence, entraîne l'imagination, parle à l'affectivité et mobilise la mémoire. (p.5, incipit, introduction).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   30 décembre 2018
Se centrer sur l'essentiel écarte les soucis. Ils ne disparaissent pas [...], mais ils n'envahissent plus l’âme. (p.108, Saint François aux oiseaux).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   30 décembre 2018
La lumière du Christ est lumière incréée, comme en Orient les Pères de l’Église la nomment, impossible à représenter. (p.6, Au commencement).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   30 décembre 2018
De la crèche à la croix, trois hommes puis trois femmes repartent pleins d'émerveillement. (p.144, Le matin du troisième jour).
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : meditationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Macha Chmakoff (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
405 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre