AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221046760
Éditeur : Robert Laffont (01/12/1985)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 168 notes)
Résumé :
Au XVIIe siècle, la guerre de Trente Ans ravage la Franche-Comté qui est l'une des plus riches provinces de la couronne d'Espagne.

Durant cette conquête par la France, des centaines de villages sont incendiés, des milliers d'hommes torturés, assassinés ou décimés par la peste. Certains, pourtant, continuent à vivre, à se battre, à espérer des jours meilleurs. Ils sont soldats, paysans, nobles ou compagnons.

Leur histoire commence au c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
PhilippeMaurice
  15 juillet 2012
Il s'agit du seul livre que j'aie lu une deuxième fois entièrement.
La première fois, j'étais adolescent. Les lectures en ont été différentes, mais toujours avec le même plaisir, le même souhait secret que le personnage principal "s'en sorte", fasse le "bon" choix, et suive son ami Bisontin-la-Vertu.
Les descriptions des paysages, sous la neige, ou dans la tempête, sous les étoiles, ..., sont magnifiques.
J'en garde aussi le souvenir de l'exaltation d'hommes aimant leur métier et se définissant par lui. Il s'agit aussi de transmission et de partage dans ce livre.
Sans bien sûr oublier la peste et la guerre, et la volonté des gens de les fuir et de vivre malgré tout...
Puisse cette "critique" vous donner envie de lire ce livre. Je me demande si je ne vais pas le relire une troisième fois...
Commenter  J’apprécie          273
Polomarco
  15 avril 2020
Quel roman ! Quel souffle ! Quelle émotion ! Quand on referme ce livre -avec ses deux dernières pages écrites au présent pour mieux nous "prendre aux tripes"- on se dit que ce n'est pas si fréquent et qu'on vient de lire un chef d'oeuvre !
Nous sommes en 1639, à Salins, en Franche-Comté, alors province espagnole que la France de Richelieu tente de conquérir par la force. Comme si la guerre et ses exactions ne suffisaient pas, une épidémie de peste décime la population. Mathieu Guyon est désigné -contre son gré- pour aller enterrer les morts dans les loges de la Beline, une maladrerie située à l'écart, sur le plateau surplombant la ville. Un prêtre volontaire l'accompagne : le Père Boissy, au regard clair et intense, plein de bienveillance et d'autorité à la fois.
Premier ouvrage d'une saga qui en comporte cinq, mais qui peut être lu seul, la saison des loups est un roman fondé sur des faits réels, qu'il met en scène dans les lieux où ils se sont déroulés. Une grande peste a bien sévi en Franche-Comté entre 1636 et 1640 ; Salins s'appelle aujourd'hui Salins-les-bains et un quartier de la ville porte toujours le nom de Saint-Roch, patron des pestiférés ; la Beline, située en haut de la falaise, de sorte qu'un attelage devait faire un long détour pour y accéder et finalement se retrouver "à peu près au-dessus de la ville" (chapitre 3, page 49), a cédé sa place à l'actuel Fort Belin, construit un peu plus tard par Vauban.
Mais, plus qu'un roman historique, au vocabulaire d'époque (échevin, mousquet, quinquet, etc.), la saison des loups relate une histoire universelle : l'histoire simple, belle et dure d'un homme confronté aux grands choix que la vie lui présente. La vie, ou la mort ? le bien, ou le mal ? La foi en Dieu, à l'image du Père Boissy, ou la superstition, voire la sorcellerie d'Antoinette, l'ensevelisseuse amatrice de gui ? Plusieurs fois, en effet, un choix va s'offrir à lui. Sur le trajet de la Beline, le prêtre lui laisse ainsi le choix entre obéir à l'ordre de rejoindre la Beline pour y enterrer les morts, au risque de mourir à son tour, et s'enfuir et rester libre : la contrainte, ou la liberté ? L'altruisme, ou l'égoïsme ? Plus tard dans le roman, un choix similaire va également le tarauder : taire son passé de fossoyeur, au risque de transmettre la peste à ses compagnons d'infortune avec qui il tente de fuir en Suisse, ou être honnête avec lui-même et avec eux, et renoncer à son projet ? La vérité, ou le mensonge ?
Il est beaucoup question du regard dans cet ouvrage. Un regard qui en dit souvent davantage qu'une simple parole. le regard du Père Boissy, dont Mathieu se souvient et qui l'aide à faire son choix et à prendre la bonne décision. le regard d'Antoinette, qu'il fuit : "Elle le fixa un moment en silence. Son regard était une vrille qui s'enfonçait loin et faisait mal" (chapitre 12, page 145). le regard des autres, aussi, dont il devra se méfier : "Ce n'est pas ce que je penserai de vous qui est important, c'est ce que vous penserez vous-même" (chapitre 3, page 43). Enfin, son propre regard sur lui-même : "Je veux que vous preniez votre décision en toute liberté, et après avoir bien regardé au fond de vous" (chapitre 2, page 34). Même si le mot n'est jamais prononcé, tous ces regards évoquent une certaine conscience qui va guider Mathieu.
Et si, finalement, entre la soif de liberté et l'appel du devoir, la leçon de Bernard Clavel n'était pas de nous dire, de façon très paradoxale, que la vraie liberté consiste à faire ce qu'on doit ?
Merci, Bernard Clavel, et chapeau bas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          64
anlixelle
  04 janvier 2016
Le roman La saison des loups, c'est l'histoire d'un double grand coup de coeur pour moi.
Un coup de coeur d'abord  pour une saga ( Les colonnes du ciel) et son auteur (Bernard Clavel) un peu oubliés ( date de publications 1976), un coup de coeur ensuite pour la littérature, après dix ans passés à ne lire que des ouvrages professionnels (didactique,  pédagogie,  psychologie, etc....).
Le contexte de cette découverte est assez improbable : une vente de livres au poids chez Emmaüs dont un parent m'avait parlée.
Tout de suite, la jaquette du livre m'a attirée, m'a sautée aux yeux. C'est le retour des chasseurs par Pierre Bruegel. La neige, les couleurs mordorées..., les paysans qui rentrent vers les maisons isolées.  le décor est planté.
En quatrième de couverture, pour moi, le paysage se précise, puisqu'il est écrit :
"Un hiver terrible où le vent du Nord portait la peur, la mort et le hurlement des loups. C'est l'hiver de 1639, en Franche Comté, dans un pays que ravagent la guerre et la peste.
" Hop là !  Pesé, emballé !  A 50 centimes ce livre,  je ne risque rien !  "
Et me voici plongée littéralement un été durant dans ce livre,  et les quatre qui suivront.
Parallèlement,  me revient d'un coup  le goût des belles lectures ; celles qui sont capables de vous faire frissonner,  pleurer, rêver. .. dans une langue magnifique. Celles qui  vous font oublier l'heure du repas et vous "hantent" car elles vous transmettent ce feu qu'amènent les "bons" mots.
L'action de ce premier roman de la série Les colonnes du ciel se déroule  pendant la guerre dite de Dix Ans que les historiens français préfèrent ignorer, entre la Franche Comté, province espagnole, et la .... France.
 Ce livre, c'est l'histoire d'un crime commis par un roi de France et son ministre, mais c'est aussi le récit d'aventures humaines hors du commun.
Dans ce premier volume, Mathieu Guyon,  un charretier,  est désigné contre son gré pour enterrer les victimes de la peste.  La force tranquille du Père Boisson,  un Jésuite aux "yeux de source" venu de Dole, l'entraîne au coeur d'un hiver terrible.
Ainsi commence cette première histoire, Histoire de tous les temps, histoire admirable où se côtoient le Diable et le bon Dieu, la haine et la bonté,  le courage et la bêtise meurtrière,  ceux qui sont fascinés par la mort et ceux qui croient en la vie.
Les personnages sont formidablement  bien décrits, l'émotion est à son rendez-vous partout, sans mièvrerie, juste soutenue par la force d'une langue réellement magnifique.
Bernard Clavel était un grand humaniste,  non violent, Chrétien.
Tout lecteur, croyant ou pas (ou plus) ne peut que tomber sous la force des personnages peints par Clavel. Il y a le Docteur Alexandre Blondel,  le sauveur d'enfants, le compagnon charpentier Bisontin-la-Vertu ( La lumière du lac/volume 2), Hortensias d'Eternoz  (La femme de guerre / volume 3), Marie la mère amoureuse (Marie Bon Pain), etc....
La saison des loups ( et sa suite ) c'est bien autre chose qu'un roman, c'est une flamme ! Une flamme littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
anlixelle
  07 janvier 2016
Le roman La saison des loups, c'est l'histoire d'un double grand coup de coeur pour moi.
Un coup de coeur d'abord pour une saga ( Les colonnes du ciel) et son auteur (Bernard Clavel) un peu oubliés ( date de publications 1976), un coup de coeur ensuite pour la littérature, après dix ans passés à ne lire que des ouvrages professionnels (didactique, pédagogie, psychologie, etc....).
Le contexte de cette découverte est assez improbable : une vente de livres au poids chez Emmaüs dont un parent m'avait parlée.
Tout de suite, la jaquette du livre m'a attirée, m'a sautée aux yeux. C'est le retour des chasseurs par Pierre Bruegel. La neige, les couleurs mordorées..., les paysans qui rentrent vers les maisons isolées. le décor est planté.
En quatrième de couverture, pour moi, le paysage se précise, puisqu'il est écrit :
"Un hiver terrible où le vent du Nord portait la peur, la mort et le hurlement des loups. C'est l'hiver de 1639, en Franche Comté, dans un pays que ravagent la guerre et la peste.
" Hop là ! Pesé, emballé ! A 50 centimes ce livre, je ne risque rien ! "
Et me voici plongée littéralement un été durant dans ce livre, et les quatre qui suivront.
Parallèlement, me revient d'un coup le goût des belles lectures ; celles qui sont capables de vous faire frissonner, pleurer, rêver. .. dans une langue magnifique. Celles qui vous font oublier l'heure du repas et vous "hantent" car elles vous transmettent ce feu qu'amènent les "bons" mots.
L'action de ce premier roman de la série Les colonnes du ciel se déroule pendant la guerre dite de Dix Ans que les historiens français préfèrent ignorer, entre la Franche Comté, province espagnole, et la .... France.
Ce livre, c'est l'histoire d'un crime commis par un roi de France et son ministre, mais c'est aussi le récit d'aventures humaines hors du commun.
Dans ce premier volume, Mathieu Guyon, un charretier, est désigné contre son gré pour enterrer les victimes de la peste. La force tranquille du Père Boisson, un Jésuite aux "yeux de source" venu de Dole, l'entraîne au coeur d'un hiver terrible.
Ainsi commence cette première histoire, Histoire de tous les temps, histoire admirable où se côtoient le Diable et le bon Dieu, la haine et la bonté, le courage et la bêtise meurtrière, ceux qui sont fascinés par la mort et ceux qui croient en la vie.
Les personnages sont formidablement bien décrits, l'émotion est à son rendez-vous partout, sans mièvrerie, juste soutenue par la force d'une langue réellement magnifique.
Bernard Clavel était un grand humaniste, non violent, Chrétien.
Tout lecteur, croyant ou pas (ou plus) ne peut que tomber sous la force des personnages peints par Clavel. Il y a le Docteur Alexandre Blondel, le sauveur d'enfants, le compagnon charpentier Bisontin-la-Vertu ( La lumière du lac/volume 2), Hortensias d'Eternoz (La femme de guerre / volume 3), Marie la mère amoureuse (Marie Bon Pain), etc....
La saison des loups ( et sa suite ) c'est bien autre chose qu'un roman, c'est une flamme ! Une flamme littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
raton-liseur
  13 février 2015
J'ai pris ce livre les yeux fermés sur la table d'une vente d'occasion, puis je l'ai ouvert quelques semaines plus tard, me disant que Clavel, c'est une valeur sûre. Pas prise de tête, mais de la belle et gentille littérature, une détente intelligente comme je les aime.
Eh bien cette fois, je ressors de ce livre déçue. C'est le premier tome d'une saga comme Clavel en a fait plusieurs, ici Les Colonnes du ciel. Je peux donc imaginer que Clavel veut avant tout planter le décor (je ne dirais pas présenter les personnages, car nous sommes en 1639, et entre la peste et la guerre qui ravagent la Franche-Comté, beaucoup d'entre eux n'apparaîtront pas dans les prochains tomes), mais j'ai trouvé ce livre tout de même un peu trop vide.
Le personnage principal, Mathieu Guyon, arrivé depuis peu à Salins, est désigné comme enterreur pour les loges, où sont envoyés les malades atteints de la peste et ceux qui pourraient l'être. Autant dire qu'il se sait condamné. Mais la liberté s'offre à lui, que va-t-il choisir ? le devoir et la voie de Dieu, ou son désir de vivre et l'égoïsme ? Un bon thème, mais l'oscillation du personnage, même si d'aucuns me rétorqueront qu'elle est réaliste, m'a lassée, de même que les descriptions, certes belles mais trop grises et trop répétitives, de la Franche-Comté enneigée.
Me voici donc un peu déçue par cette lecture. C'est une saga que je ne continuerai pas, mais j'espère pouvoir retrouver le Clavel que j'aime dans un futur livre, au détour d'autres hasards des ventes de bouquinerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
PhilippeMauricePhilippeMaurice   15 juillet 2012
Le jour déclinait. Le soleil atteignit une grisaille molle aux rebords ourlés d'or qui montait du couchant. Pas un murmure de vent, pas le moindre pépiement d'oiseau, seul dans ce silence épais le chant des sources feutré par la couche de neige qui les recouvrait.
Mathieu traversa le petit bois de la côte Versagne, et, lorsqu'il en sortit pour prendre pied sur le chemin des loges, le soleil achevait de disparaître. Une lueur rousse inondait encore la partie dégagée du ciel et son reflet étirait sur la neige l'ombre violette et lumineuse des murettes et des arbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
raton-liseurraton-liseur   13 février 2015
Ils avaient atteint une partie de la forêt plus clairsemée, juste avant la limite où elle mordait sur le replat. Ici, dominaient les charmes et les chênes encore feuillés, et le charretier fit quelques pas le long de l’arête pour gagner une roche nue d’où il pouvait voir vers le bas. Cette étendue de brume l’attirait. Là-dessous, il y avait une ville que menaçaient la guerre, la peste et la famine. Une ville qui pouvait, demain, être assiégée, investie et brûlée. Et c’était une chose qui paraissait impossible dans ce calme de la nuit.
(p. 124, Chapitre 10, Partie 2, “La plante de vie”).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rulherulhe   31 mai 2017
les guerres de religion sont souvent les plus féroces.les haines qu'elle suscitent
sont les plus difficiles à apaiser.aussi ne
devrait on jamais défendre la foi avec les
armes.
Commenter  J’apprécie          100
luis1952luis1952   04 décembre 2018
Il lui fallut longtemps pour qu'il se décide à manger son pain et son lard. Il mâcha lentement. Il y avait des jours et des jours qu'il n'avait pas absorbé un morceau de lard. Le pain n'était ni dur ni moisi. L'alcool aussi était bon. Mathieu en but plusieurs rasades, et en lui, une bonne tiédeur se fit que son sang, se mit à charrier, jusqu'aux extrémités de ses orteils et de ses mains glacées sous la transpiration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PolomarcoPolomarco   14 avril 2020
Jusqu'à présent, lui, le charretier qui n'avait plus ni maison ni famille, s'était tiré de tous les pièges que la mort peut tendre, mais ici, il était entré dans celui qui ne s'ouvre pour personne. On l'avait envoyé là, un homme lui avait offert la possibilité de s'enfuir, et pourtant, il était venu. Il allait devoir toucher la mort avec ses mains. Toucher cette mort que les mourants et les trépassés communiquent aux vivants pour les entraîner avec eux comme s'ils redoutaient d'accomplir seuls le voyage (chapitre 6).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bernard Clavel (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Clavel
Bernard Clavel
autres livres classés : pesteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Bernard Clavel

Né dans le Jura en ...

1903
1913
1923
1933

12 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard ClavelCréer un quiz sur ce livre

.. ..