AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226193561
Éditeur : Albin Michel (05/01/2011)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 531 notes)
Résumé :

Anna Claramond ne se souvient plus de rien.
Seul son nom lui est familier. La ville autour d’elle est blanche, belle, irréelle. Presque malgré elle, la jeune fille accepte les assiduités du beau Wynter, l’héritier d’une puissante dynastie.

Bal de rêve et cadeaux somptueux se succèdent avec lui mais Anna sent que quelque chose ne va pas. Qu’elle est en danger. De plus, des indices et des messages sont semés à son attention par l’insaisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (187) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
  30 octobre 2013
Déroutant ! Voici le mot qui résume tout mon ressenti à propos de cette lecture.
Je n'ai entendu que des éloges sur ce roman mais j'en ressors avec un avis très mitigé. le résumé avait pourtant attiré mon attention et les personnages me semblaient intéressants. Et c'est dans une ambiance froide de l'hiver que ma lecture a débuté.
Dans le résumé, Anna ne se souvient plus de rien excepté son prénom, or elle arrive à rentrer chez elle, seule, elle reconnait même les gens de son entourage. Certes, ce ne sont que des détails infimes mais j'ai trouvé cela incohérent avec ce que je m'étais imaginée. Par conséquence, j'ai eu des doutes dès le début et le coté languissant de l'intrigue m'a rendu insensible aux évènements ou émotions dus au passé ou à la vie des personnages. Dans une atmosphère qui met en avant Anna telle une princesse, j'ai eu du mal à m'adapter à ces descriptions. le coté féerique de l'histoire ne m'a pas plu et j'ai fini par trouver cela gnangnan.
Alors oui, il y avait de l'action mais j'avais deviné la moitié des dénouements avant de les lire. de plus, le prince charmant de l'histoire (Wynter) est détestable et trop clair dans ses intentions. D'habitude j'aime les histoires d'amour, mais celle-là me sortait par les narines. Sans compter les réactions de l'héroïne, j'aurais aimé lui claquer la tête dans un mur une bonne dizaine de fois.
Je n'ai pas du tout apprécié le style de l'auteur en raison du manque cruel de détails dans les mouvements des personnages et de sa façon de sauter d'une scène à l'autre sans transition... Mais il a rattrapé le coup dans la deuxième partie du livre, qui m'a tenue en haleine. Les pages se sont enchaînées, les unes à la suite des autres et le suspense est devenu très prenant.
En conclusion, je ressors un peu déçue par cette lecture qui pourtant me tentait bien et que je pensais apprécier. Un rythme beaucoup trop lent à mon goût et des personnages exaspérants. Cependant, je lève mon chapeau pour l'épilogue qui clôture bien le roman et qui m'a séduit. Une chute originale qui ne pouvait que me plaire.
Un livre des plus déroutants donc. Tellement que je ne saurais dire si je l'ai apprécié ou pas. Ce qui est sûr, c'est qu'une fois passé le tiers du livre, on ne peut plus s'arrêter et on veut savoir le fin mot de l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
Yumiko
  29 juillet 2012
Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre à la lecture de ce livre et je dois dire que j'ai été très déstabilisée par cette histoire. Jusqu'au bout on ne sait pas sur quel pied danser et on ne comprend pas grand chose à part que l'héroïne est presque aussi perdue que nous.
Anna se fait renverser par une voiture. Quand elle ouvre les yeux, elle ne se rappelle de rien. Un beau jeune homme du nom de Winter lui fait alors des avances, lui annonçant qu'ils sont liés et qu'ils doivent rester ensemble. Seulement quelque chose cloche dans ce beau conte de fée et Anna devient de plus en plus mal à l'aise. Dans le monde irréel où elle se trouve, entre modernité et pouvoirs paranormaux, Anna va devoir faire la part des choses et découvrir qui sont ses alliés et ses ennemis, car le Masque a déjà essayé de l'enlever et ne semble pas prêt de s'arrêter.
L'histoire est construite de façon à perdre complètement le fil. le lecteur ne sait jamais ce qui se passe, ne comprend pas s'il est fou, s'il rêve ou si ce monde est réel. L'héroïne elle-même n'arrive pas à gérer ce qui lui arrive et sent bien que tout la dépasse. On se retrouve vraiment dans sa peau, avec ses doutes, ses peurs et ses incompréhensions.
L'histoire pourrait être haletante si le lecteur était moins perdu. C'est vraiment le gros point négatif à mon goût. L'auteur aurait dû donner d'avantage de cartes et partir un peu moins dans toutes les directions pour en faire un livre encore plus inoubliable. En même temps, le récit est bien construit et amène vers un final et des révélations en apothéose! Mais ces derniers mettent un peu trop de temps à arriver.
Quant à Anna j'ai parfois eu de la peine avec elle, la trouvant peu crédible dans certaines de ses réactions. Tout en se questionnant, elle se pose finalement peu de questions et se laissent beaucoup diriger par les autres. Il faut vraiment que le danger devienne très élevé pour qu'elle commence à bouger et à se défendre.
Ce livre est une découverte intéressante, mais je pense qu'il ne plaira pas à tout le monde. Dans mon cas, ce n'est pas un coup de coeur, même si une bonne partie du récit m'a beaucoup plu, surtout la fin qui m'a subjuguée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
gerry29
  05 mars 2011
Tout commence avec l'accident d'Anna! Elle ne sait pas ce qui lui est arrivé et ne se souviens pas de grand chose à part son nom: Anna Claramond, fille de l'illustre architecte NewYorkais.
C'est Wynter, richissime héritier de l'empire Seth-Smith qui lui vient en aide pour se remettre sur pieds. de cette rencontre, vont découler de nombreux évènements dans la vie d'Anna: une histoire d'amour, la recherche de souvenirs oubliés et la révélation finales.
Bal de givre à New York est un roman tout à fait surprenant construit en trois parties. Je me suis laissée emporter par cette lecture sans vraiment comprendre où l'auteur cherchait à m'emmener.
Durant la lecture de la première partie, j'ai trouvé la mise en place de l'univers d'Anna relativement intéressant. Ici, une grande part de fantastique s'introduit dans le récit doucement et le lecteur s'en accommode sans vraiment trouver cela étrange. Les descriptions de New York sont absolument fantastiques, je m'y serais cru. le côté blanc, glacial, neigeux, givré est vraiment très bien retranscrit. J'ai aimé cette ambiance gelée du roman...
Puis la romance entre Anna et Wynter s'amorce: un peu facile selon moi. J'avoue que c'est le point qui m'a le plus fait "tiquer" lors de la lecture de ce roman. Tout parait facile, ce jeune homme bien sous tout rapport s'éprend selon moi un peu très rapidement de sa belle. Mais cet aspect dérangeant s'explique entièrement dans le dernier chapitre et donc est je pense un facteur nécessaire à la trame de l'histoire.
La deuxième partie du roman est celle que j'ai le plus apprécié: l'angoisse, les découvertes,dans cette seconde partie, le doute s'installe, et la lectrice que je suis n'avais qu'une envie: secouer Anna pour lui faire voir les choses en face! J'ai trouvé assez fantastique les rencontres avec Iris la soeur de Wynter et avec la Clocharde. Deux moments forts remplis de révélations!
L'auteur a su créer une certaine part de mystère tout au long de cette partie. Des révélations faite au compte goutte, juste la bonne dose pour tenir l'intérêt du lecteur en haleine.
Enfin la troisième partie a fait naître en moi différentes émotions! J'ai d'abord été happée par la traque d'Anna, sa fuite des Seth-Smith pour empêcher le piège de se refermer sur elle, j'ai ensuite perdu un peu le fil lors de son ultime rencontre avec le masque et sa fuite de New York! le passage du voyage en bus ainsi que l'ascension de la tour Vertigo m'est apparut étonnant, j'avais un peu de mal à suivre le cheminement.
Puis le dénouement est arrivé, assez fabuleux j'avoue! Je dois dire que j'ai sérieusement commencer à m'en douter dans la 2 ème partie avec certaines phrases mentionnées par ci par là... je me disais que géographiquement ça pouvait coller... Et même si je sentais le dénouement arriver comme je l'avais imaginé j'ai été émue du dernier chapitre!
Un livre que j'ai refermé assez chamboulée par la dernière phrase...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
MissG
  10 mars 2012
L'ouverture de ce livre était prometteuse, la suite beaucoup moins à part le rebondissement final.
Anna vient d'avoir un accident et ne se souvient de rien hormis de son prénom, c'est au même moment qu'elle fait la rencontre de Wynter Seth-Smith, riche héritier de l'empire du même nom, avec une sensation étrange : "J'étais sûre de le connaître, certaine de ne l'avoir jamais vu."
Ce début était prometteur mais j'ai bien vite décroché.
Pour une amnésique, Anna se rappelle de son adresse, du chemin pour aller chez elle, de son majordome, bref dès qu'elle revoit quelque chose de connu tout lui revient en mémoire.
L'histoire commençait dès lors à perdre en crédibilité.
Et puis cela a continué par la suite.
Je n'ai pas aimé la vie de lycéenne d'Anna, l'auteur s'attarde trop sur la vie des jeunes gens aisés, cela n'apporte absolument rien à l'histoire, au contraire j'ai même eu l'impression qu'il s'était senti obligé de placer ses personnages dans un contexte de richesse et de luxure, et à quasiment aucun moment les personnages ne côtoient le "petit peuple", autant dire que cet élitisme ne m'a pas plu du tout.
Ensuite l'histoire sombre trop dans la mièvrerie amoureuse, Anna finit par dire : "Peu à peu, j'en vins à me considérer comme une princesse de roman à l'eau de rose.", le problème c'est que l'auteur l'a effectivement transformée en princesse de roman à l'eau de rose, cette histoire d'amour est d'une facilité déconcertante et ne repose que sur des clichés maintes fois utilisés en littérature. J'ai commencé à m'ennuyer pendant cette partie du roman à force de ne rien voir venir côté action et rebondissement.
Jusqu'à l'arrivée du personnage du Masque, là au moins il y a un peu plus d'action, le problème c'est que cela m'a mise sur la piste du rebondissement final.
Les ficelles déployées par l'auteur ne sont donc pas très subtiles et ne renouvellent absolument pas l'éternelle lutte entre la Vie et la Mort.
Les personnages ne sont pas non très attachants, Anna est trop insaisissable et incapable de réfléchir toute seule pour s'attirer la sympathie du lecteur, Wynter est bien trop beau pour être honnête et crédible, il est manipulateur et n'invite pas du tout au rêve.
De plus, Fabrice Colin a un style d'écriture en phrases courtes et cela m'a gênée lorsque j'ai commencé cette lecture.
J'ai trouvé deux points positifs à cette lecture.
Le premier concerne le lieu de l'histoire : la ville de New-York.
L'auteur a choisi de lui donner un côté irréel en s'inspirant des bâtiments existants mais en déformant la réalité, c'est à la fois une bonne chose car cela donne une dimension irréelle à son histoire et s'accorde assez bien avec le titre du livre et à la fois une mauvaise chose, car cela peut mettre sur la piste du dénouement final.
L'aspect positif l'emporte tout de même sur l'aspect négatif et permet de rendre un peu d'intérêt à cette histoire : "Les toits de New York, sur les bords de l'Hudson, dessinaient sous la brume un patchwork éblouissant. Partout, des géants d'acier et de verre se frayaient un chemin vertical entre des lacis de ponts aériens. Des faisceaux argentés fouaillaient le ciel."
Le deuxième concerne l'épilogue de l'histoire et le rebondissement final.
C'est même là que réside tout l'intérêt de ce livre et son originalité.
En conclusion, cette histoire comporte trop d'inconnues pour l'héroïne et du même coup pour le lecteur.
Elle commence bien mais a très vite cessé de me captiver par manque d'action et de rebondissement, d'autant plus que l'héroïne n'est pas attachante du tout et que j'ai été mise assez rapidement sur la piste du dénouement.
C'est trop confus car mal maîtrisé par l'auteur, trop mièvre car celui-ci a privilégié une histoire d'amour à classer dans la série Harlequin, la construction de cette histoire étant à l'image du New-York imaginé par Fabrice Colin : en verre, fragile, facilement cassable et s'auto-détruisant par elle-même.
La lecture devient intéressante uniquement à l'épilogue, ce qui est fort dommage pour un roman.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
murielan
  04 juillet 2013
Après s'être faite renverser par une voiture, Anna ne se souvient plus de grand chose sur son passé. Tombée sous le charme de son sauveur, le riche Wynter Seth-Smith, elle abandonne son quotidien, part avec lui à la découverte de son histoire et des raisons pour lesquelles le mystérieux Masque s'en prend à elle. Mais les apparences sont trompeuses et Wynter révèle peu à peu son côté sombre...
Entre rêve et réalité, ce roman nous plonge dans un univers fantastique où Anna doit reconstruire un passé que l'on tente de lui cacher. Elle oscille entre son amour pour Wynter et son désir de vérité grâce aux révélations distillées au compte goûte par Iris, Jacob le majordome et une SDF diseuse de bonne aventure...
Je dois avouer que je ne m'attendais pas du tout à ça mais plutôt à une histoire d'amour plus simple. Par contre, je dois dire que la fin est inattendue et explique pas mal de choses...
Bref, un avis mitigé pour ce roman ados.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Pays_des_contesPays_des_contes   05 janvier 2011
Les toits de New York, sur les bords de l’Hudson, dessinaient sous la brume un patchwork éblouissant. Partout, des géants d’acier et de verre se frayaient un chemin vertical entre des lacis de ponts aériens. Des faisceaux argentés fouaillaient le ciel.
La tour Seth-Smith se dressait là-bas, sur les bords d’un Central Park constellé de lacs obscurs, rayé de routes lumineuses. Un jeu de construction titanesque, voilà ce qu’était devenu New York, et sur ce plateau minéral, un homme – mon père – avait tracé des lignes, jeté des passerelles, déroulé des toits plus larges que le monde. Dans un silence ombré, l’auguste dirigeable aux flancs nacrés de lune glissait sur le labyrinthe des buildings, par-delà les noires et souveraines contorsions du fleuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
CrunchesCrunches   09 décembre 2012
Les toits de New York, sur les bords de l’Hudson, dessinaient sous la brume un patchwork éblouissant. Partout, des géants d’acier et de verre se frayaient un chemin vertical entre des lacis de ponts aériens. Des faisceaux argentés fouaillaient le ciel.
La tour Seth-Smith se dressait là-bas, sur les bords d’un Central Park constellé de lacs obscurs, rayé de routes lumineuses. Un jeu de construction titanesque, voilà ce qu’était devenu New York, et sur ce plateau minéral, un homme – mon père – avait tracé des lignes, jeté des passerelles, déroulé des toits plus larges que le monde. Dans un silence ombré, l’auguste dirigeable aux flancs nacrés de lune glissait sur le labyrinthe des buildings, par-delà les noires et souveraines contorsions du fleuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
darkmoondarkmoon   07 juillet 2013
Nous aussi, et le monde qui peine, nous passons :
Mais là, parmi les âmes qui tournoient
Avant de s’effacer comme les eaux promptes
De l’hiver incolore, là, parmi les étoiles qui passent, cette autre écume,
Un visage survit, une solitude.

(W.B.YEATS, La rose du monde)
Commenter  J’apprécie          250
StellabloggeuseStellabloggeuse   10 octobre 2014
Quelque chose en lui me submergeait et je savais, où croyais savoir, qu’en me liant ainsi à sa personne, j’abandonnais pour toujours le cours tranquille de mon existence, jetais au feu mes espoirs et mes projets puérils, à peine formés, et le pire était que je m’en moquais : car rien de ce que je pouvais vivre sur cette terre n’avait jamais été à ce point essentiel – j’étais à lui, je ne voulais être qu’à lui.
-Dis-moi que ce n’est pas un rêve.
Il ne répondit pas, mais personne ne pouvait rêver aussi fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Mathilde35Mathilde35   14 janvier 2011
La porte s'ouvrit pour me laisser sortir. Le matin était devenu bleu, éblouissant.
Je descendis quelques marches puis m'arrêtais. Le parterre était jonché de pétales de roses : des
milliers de pétales, d'un rouge intense qui ne laissait plus voir le sol.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Fabrice Colin (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabrice Colin
Fabrice Colin, à propos de son nouveau roman, "La poupée de Kafka", paru en janvier 2016. [http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/la-poupee-de-kafka]
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

quiz autour du livre "Projet oxatan" de Fabrice Colin

Qui est l'auteur de ce livre ?

Fabrice Colin
Arthur Tenor
Jean-Paul Nozière

10 questions
111 lecteurs ont répondu
Thème : Projet oXatan de Fabrice ColinCréer un quiz sur ce livre
.. ..