AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070450848
Éditeur : Gallimard (06/06/2013)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 12 notes)
Résumé :
En 1414, le nouveau roi d'Angleterre, Henri V, reprend à son compte les ambitions d'Édouard III : soit par la négociation, soit par la guerre, il entend obtenir, à défaut du titre royal, une partie du royaume de France. Un an plus tard, il y lance sa première expédition et sa chevauchée se termine par la victoire d'Azincourt, le 25 octobre 1415, en Picardie : inébranlables sur leurs positions défensives, les Anglais accablent de leur tir la chevalerie démontée. La j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sarindar
  25 septembre 2014
Ce petit livre nous éclaire sur tout ce qui précède, entoure et suit la bataille D Azincourt, livrée le 25 octobre 1415, après le franchissement de la Somme par les troupes de Henry V de Lancastre, venues en France pour profiter des divisions entre Armagnacs et Bourguignons et tirer leur épingle du jeu de tous ces démêlés. le siège et la prise d'Harfleur, en Normandie, avaient pris à Henry plus de temps que prévu après son débarquement au Chef de Caux.
Les troupes françaises suivaient à distance l'armée anglaise, et celle-ci passa la Somme non au gué de la Blanchetaque, comme elle l'espérait, et comme l'avait fait Édouard III en 1346 avant Crécy, mais à Béthancourt et à Voyennes, le 20 octobre, cinq jours avant Azincourt. C'est la course de vitesse : les Anglais veulent gagner Calais pour embarquer et faire voile vers l'Angleterre, les Français les poursuivent pour leur couper la route ; c'est ce qui arrive le 24 octobre, quand l'armée française se positionne entre Tramecourt et Azincourt ; les Anglais ne vont pas avoir d'autre solution que de livrer bataille, le lendemain, mais en infériorité numérique. Et pourtant, cette bataille, ils vont la gagner, le jour de la Saint-Crépin, le 25 octobre. Victoire que la présomption de nos chevaliers, leur manque de discipline et d'action concertée, l'intelligence des Anglais qui plantèrent des pieux à la pointe acérée comme moyen de protection devant leurs archers très actifs face aux attaquants, l'étroitesse de l'espace disponible pour se battre rendirent inévitable. Au centre, les hommes d'armes français de la première ligne ont laissé leurs chevaux, et il n'y a de cavaliers qu'aux ailes, mais la pluie de flèches qui tombe sur leurs rangs jette parmi eux l'effroi, le désordre et la mort. La suite de la bataille continuera d'être meurtrière pour les Français et elle s'aggravera de l'ordre donné par Henry V de ne faire que rarement quartier aux prisonniers, sauf à certains de ceux qui pouvaient offrir une grosse rançon, un ordre qui vint d'une méprise : son campement avait été attaqué vers l'arrière par quelques têtes brûlées françaises, et le roi avait craint d'avoir été contourné par un groupe important, d'où cette volonté de se montrer impitoyable.
L'événement est l'occasion pour Philippe Contamine de s'attarder sur le contexte politique, économique et social, de considérer les moyens dont chacun disposait - effectifs, armement, équipement, état psychologique et moral des troupes, habitudes et tactiques de combat, etc. - et ce que chacun en fit.
Ce ne sont donc pas que les faits eux-mêmes qui sont analysés dans cette synthèse, mais aussi les maigres conséquences immédiates de ce beau succès militaire anglais, et l'obligation pour Henry V de revenir pour conquérir la Normandie, avant de s'entendre avec le duc de Bourgogne et d'imposer en 1420 le traité de Troyes au roi Charles VI, qui, par moments, n'avait plus toute sa raison, qui lui avait donné en mariage sa fille Catherine, et qui s'engagea à lui laisser la couronne de France après sa mort. L'imprévisible se produisit : Henry V précéda Charles VI dans la tombe, et laissa la régence à son frère Bedford le temps qu'Henry VI atteignît sa majorité. Mais sur leur route se dresseront Jeanne la Pucelle, Charles VII - désireux de faire la paix avec le duc de Bourgogne Philippe le Bon-, Richemont et Dunois, et c'est la suite de l'histoire.

Philippe Contamine est un spécialiste de l'art de la guerre au Moyen Âge - autant que le mot art puisse s'employer dans la chose militaire, et il le fait en connaisseur : tout est calculé, expliqué, on nous dit de combien d'hommes se compose ce que l'on nomme la "lance", ce qu'est la "bataille" (le corps de troupes groupé en vue de l'affrontement), quels sont les coûts des dépenses et des achats, les besoins alimentaires et l'organisation logistique, l'organisation de l'armée dans ses déplacements, dans ses campements et retranchements, dans son ordre de bataille, les phases du combat, le nombre de morts et de blessés comptabilisés après le combat, le déséquilibre des pertes situé proportionnellement à l'exact opposé des moyens humains engagés dans chaque camp. Derrière la sécheresse des chiffres, il y a tout ce que l'on peut imaginer.
Et tout cela en un nombre limité de pages. Un exploit. Un livre enrichissant par la qualité des informations livrées.
Philippe Contamine ne manqua pas de participer à l'émission de télévision consacrée à Azincourt et réalisée par Henri de Turenne dans le cadre de sa série des : Grandes Batailles du passé (pour un très beau résultat).
On lira avec intérêt, pour compléter tout cela, la relation précise et détaillée des événements donnée dans son propre livre, sur le même sujet, par Dominique Paladilhe.
François Sarindar, auteur de : Lawrence d'Arabie. Thomas Edward, cet inconnu (2010)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
SCOman
  07 mai 2015
Attention, contrairement à ce que pourrait laisser penser son titre, Azincourt n'est pas un livre sur la bataille du même nom mais un livre sur la guerre aux XIVe et XVe siècles. Philippe Contamine, médiéviste reconnu et spécialiste de l'histoire militaire française à cette période, établit ici une synthèse du déroulement de la guerre de Cent Ans entre la bataille de Maupertuis (ou bataille de Poitiers, 1356) et celle D Azincourt (1415), de ses enjeux et de ses répercussions sur la noblesse et le peuple. Il revient notamment sur les nombreuses chevauchées anglaises qui ravagèrent les provinces du Roi de France, l'impact de ces pillages à répétition – conjugués à ceux des routiers et sinistres grandes compagnies – sur la population et l'économie du pays, les techniques de combat, les armes employées, etc. de fait, le récit de la bataille D Azincourt, peut-être la défaite française la plus retentissante de tout le conflit avec celle De Crécy en 1346, n'occupe que les dix dernières pages de l'ouvrage. Décimée par les archers gallois et anglais, la chevalerie française y est, en ce 25 octobre 1415, littéralement massacrée. Notons toutefois qu'Henri V, du fait de la taille relativement réduite de son armée, ne tirera de cette victoire aucun avantage stratégique décisif. Il rejoint d'ailleurs sa place forte de Calais après [...]
Lien : http://leslecturesdares.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Frederic524
  28 août 2018
Philippe Contamine signe avec « Azincourt » une étude historique non pas tant sur la bataille en elle-même (qui ne concerne au final que le tout dernier chapitre) mais bien plutôt sur la guerre telle qu'elle pouvait être menée pendant la guerre de cent Ans. Contamine est un historien médiéviste spécialiste de la guerre au Moyen Âge, son récit est absolument passionnant car il fait la part belle aux extraits de textes originaux de l'époque. Azincourt, voit l'armée féodale du roi de France Charles VI être écrasée par les Anglais mieux commandés d'Henri V. Cette bataille décima la noblesse française au moment où la querelle entre Armagnacs et Bourguignons empoisonnait le royaume de France. C'est un excellent point de départ pour appréhender la question guerrière à cette période. Je le conseille aux amateurs d'histoire médiévale qui trouveront ici leur compte.
Lien : https://thedude524.com/2015/..
Commenter  J’apprécie          20
RMaldonado
  28 septembre 2016
Première approche très intéressante et complète de la bataille D Azincourt, les causes et les conséquences.
A acheter.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : guerre de cent ansVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
897 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre