AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757820532
Éditeur : Points (24/08/2017)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 18 notes)
Résumé :
1962. Ben, lycéen, tombe amoureux de Kelli qui vient d’arriver à Choctaw, bourgade traditionnelle et guindée du Sud américain. Mais Kelli s’éprend de Todd, le bourreau des cœurs local. Un jour, Kelli est retrouvée morte. Ben est soupçonné d’en savoir plus qu’il ne veut le dire. Kelli a-t-elle été tuée parce que Todd avait plaqué sa petite amie pour elle ou parce qu’elle soutenait la cause des Noirs dans le Journal du Lycée qu’elle dirigeait avec Ben ? On ne le saura... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
iris29
28 novembre 2016
" Voici le récit le plus tragique qu'il m'est été donné d'entendre . Toute ma vie , je me suis évertué à le garder pour moi ."
C'est les deux premières phrases de ce roman qui n'est pas vraiment un roman policier mais plutôt le récit de cette tragédie , raconté par Ben avec des allers-retours dans le temps .
Ces allers-retours balaient trente ans de vie , trente ans d'amitié et trente ans de secrets, et de non-dits .
On est en 1962 , dans une petite ville du sud des USA , en Alabama , et le corps de la jeune Kelli a été retrouvé en très mauvais état sur les hauteurs du Mont Crève coeur . Que s'est-il passé cet après-midi ?
On est en 1961, et la rentrée au lycée voit tout un petit groupe de jeunes gens se lier d'amitié . Ben est nommé directeur du journal et se voit rejoint par Kelli (recommandée par une prof) . Entre ces deux -là nait une formidable complicité intellectuelle, qui du coté de Ben relève plus de l'amour avec un grand A , un premier amour dévorant et unilatéral ... Mais cette vénération l'empêche de faire le premier pas , et Kelli sort bientôt avec Todd , lequel était adulé par sa petite amie qui voit d'un très mauvais oeil , le rapprochement entre ces deux êtres charismatiques .
On est en 1961, et il fait bon vivre en Alabama . Enfin, tout dépend de sa couleur de peau ...
Les premières manifestations organisées par des Noirs ont lieu dans la ville voisine et Kelli, en vraie journaliste engagée , défendra cette cause dans le journal du lycée , quitte à se faire quelques ennemis dans la communauté conservatrice .
Trente ans plus tard, Ben est devenu médecin , aucun de ses amis ne s'est remis de ce qui est arrivé cet après midi sur les hauteurs du Mont Créve coeur ...
Fait-divers raciste, ex petite- amie plaquée, ou amoureux éconduit ? le meilleur ami de Ben , est persuadé qu'il en sait plus . Questions , souvenirs, nostalgie, flash-back, Ben nous entraine dans son obsession pour ce premier amour , lequel a déteint sur toute sa vie .
Des fois les tragédies surviennent de pas grand chose ...
Un suspens psychologique tout en pudeur et retenue , lancinant , dont je n'avais pas deviné la fin . Une fois refermé, ce livre résonne longtemps encore .
Oui , des fois les tragédies pourraient être évitées ... .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          596
nadiouchka
28 septembre 2016
Mais que s'est-il passé Sur Les Hauteurs du Mont Crève-Coeur ?
C'est ce que nous raconte Thomas H. Cook car le problème est de savoir que qu'allait y faire Kelli Troy ce jour-là ?
Ben, qui était amoureux d'elle est obsédé par cette question même après que soient passées trente années depuis. Toute l'histoire du livre tourne sur ce fait divers arrivé à Choctaw, petite ville en Alabama.
Ben, qui allait au lycée avec Kelli, avait l'habitude de la raccompagner chez elle chaque soir ; ils étaient de très bons amis ; ils travaillaient ensemble sur un petit journal de leur établissement (le WildCat) ; la vie semblait paisible et routinière.
Mais le drame survient : Kelli est retrouvée morte sur le mont Crève-Coeur alors que personne, apparemment, ne semblait savoir qu'elle s'y rendait et pourquoi la bague qu'elle avait donnée à son amoureux est-elle retrouvée un peu plus loin que son corps ? Etrange.
Après ce drame et bien que tant d'années soient passées, Ben ne cesse de se poser des questions et recherche tous les indices susceptibles de l'aider. Alors il lui revient en mémoire ses années de lycée, ses joies et sa déception quand il se rend compte que son amour pour Kelli n'est pas réciproque. Pour elle, il n'est qu'un grand ami. Mais Ben fait en sorte de ne pas exprimer son désarroi qui est immense d'autant plus que Kelli, jusqu'alors inabordable par les autres garçons, se laisse enfin séduire par l'un d'eux.
Mais son amitié pour Ben reste intacte et elle lui fait découvrir le racisme envers les Noirs, existant dans leur petite ville de Choctaw. Elle le conduit dans un coin du cimetière qui leur est spécialement alloué. Mais Ben se demande en quoi cela peut le concerner car il ne s'était, jusqu'alors, pas rendu compte de ce problème. Il ne sait rien des Noirs et c'est Kelli qui va lui apprendre, petit à petit, ce qui se passe car ces Noirs ont même la réputation d'être dangereux !
Il faut dire que nous sommes au début des années 60 en Alabama et le racisme bat son plein ! D'ailleurs, au fait, au lycée il n'y a pas un seul élève noir…
Alors Kelli va, peu à peu, raconter à Ben ce qu'elle sait de l'origine de l'appellation du mont Crève-Coeur  (cette origine remonte au temps de l'esclavagisme) ; elle va le mener dans ces lieux où les Noirs devaient subir une épreuve terrible pour (soit-disant) gagner la liberté.
Ben est ahuri par ces révélations et ose à peine y croire car sa petite ville lui semble bien paisible mais Kelli le fait aussi assister à une manifestation bien calme des Noirs, un soir, et qui se répète régulièrement. Mais Ben trouve qu'ils ne font que tourner en rond ! Forcément, ces manifestations se déroulent sans heurt et sont silencieuses…
Pour conclure puisque je ne peux pas raconter toute l'histoire (ce serait bien dommage) je vais faire une remarque : je m'étais bien laissé entraîner par les multiples rebondissements de l'histoire, l'intrigue très prenante, le suspens bien orchestré et, arrivée au dénouement, surprise totale !
L'auteur a bien su mener son lecteur au fil de sa plume jusqu'à la fin et on ne peut que saluer son talent.
Thomas H. Cook, lui-même né en Alabama, dont j'avais lu, entre autres, Au-Lieu-Dit Noir-Etang paru en 2012, dit que lorsqu'il a commencé à écrire son premier roman policier, il n'en avait pas lu un seul.
Il s'est bien rattrapé depuis car ses ouvrages sont nombreux et tous très appréciés par le public.
Une critique du Publishers Weekly : Une évocation obsédante qui gagne en puissance et en résonance avec chaque revirement de son intrigue en spirale.
Petit nota : ce livre a été acquis lors du dernier Festival America déroulé dernièrement à Paris et m'a été très gentiment dédicacé par Mister Thomas H. Cook himself. C'est dire combien il est précieux à mes yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          342
Horizon_du_plomb
18 juillet 2017
Avant toutes choses, un avertissement. Sans m'y intéresser directement, j'ai lu le quatrième de couverture derrière le livre en cours de lecture et j'ai trouvé qu'il en disait trop, il donne des éléments de la trame qui n'arrivent qu'au deux tiers du livre. Par contre, j'ai apprécié clairement la couverture.
Le récit s'ouvre sur cette terre natale qu'on n'oublie jamais, qui est le fruit de ce qui germe et pourrit, sur ces violettes qui sont comme des lèvres entrouvertes sur le corps froid.
« Quand tu as froid, tes lèvres deviennent violettes. »
L'histoire est menée tambour battant avec une habileté d'écriture certaine. Elle n'est pas sans évoquer la nostalgie de « Et au milieu coule une rivière ». Comme les marées soumises à l'influence de démesures invisibles, nous allons observer les chassés croisés entre personnages adolescents et ces mêmes personnages qui ont vieilli, qui auront été confrontés à ce destin global qu'on peine souvent à discerner.
« Ma maison, ma famille et mes amis, la bourgade dans la vallée où j'ai vécu toute ma vie, je sais manoeuvrer au milieu de tout cela avec autant d'aisance qu'un poisson se laisse porter par le courant d'un ruisseau cristallin. Il n'y a qu'en moi que l'eau devient trouble, boueuse, que je suffoque davantage chaque fois que je revis en pensée cette journée d'été révolue. »
« Elle cita différents romans que nous lirions bientôt et je la réentends nous dire que Les hauts de Hurlevent serait le premier d'entre eux et Sous la neige, le dernier. Ces deux-là comptaient parmi ses préférés, nous confia t'elle, parce qu'ils traitaient avec tant de force de ce qu'elle nommait « les amours maudits. » »
« …tandis que j'observais son corps verdâtre se tordre avec malice, il en avait émané un terrible sentiment de menace comme si, dans ce petit parasite, j'entrevoyais la malveillance qui se tapit au coeur de la vie. »
« Il me vient à l'idée que certaines personnes ne sont pas que des points de la tapisserie de la vie, mais en sont le motif même, et quand une telle personne nous est retirée, ce n'est pas seulement elle qui nous est enlevée, mais une part de tous ceux qu'elle a connus ou pu connaître. »
Si les phrases sont bien construites, il n'en demeure pas moins que c'est très convenu entre les leçons de vie et la vie rustique. Le livre m'a aussi laissé le sentiment que les effets de style étaient un peu lourds parfois, trop abondants. La part allusive permet au lecteur de fantasmer mais l'auteur y fait un peu trop appel. Parfois, on frise la mélancolie surette, cela fleure trop avec le pathos. J'avoue toutefois que d'un point de vue strictement existentiel, l'histoire m'a rappelé un amour fou et platonique que j'ai connu durant mon adolescence.
« Dans l'éclairage étrangement intime de ce petit bureau en sous-sol, ses yeux très sombres prirent une couleur de terre fertile. »
« Les visages se succédaient, jeunes et vieux, blancs et noirs, hommes et femmes, ceux de gens souffrant de divers maux, supportant à des degrés divers la douleur, la peur, l'impuissance. Pourtant, c'est bizarre, tous me parurent identiques ce jour-là, apeurés et désorientés, égarés dans des nues d'ignorance, posant les mêmes questions du même air consterné et implorant: Quand ma vie a-t-elle mal tourné ? Quand m'est-ce arrivé ? Quand cela finira-t-il par s'arrêter ? »
Les cours d'histoire de M Arlington, l'Alabama, le narrateur rédacteur en chef du journal Wildcat, … Il y a plein d'éléments biographiques sur l'auteur déguisés dans ce livre.
Honnêtement, je n'avais lu aucun Thomas Cook avant donc je ne sais pas s'il ressemble à un autre de ses livres mais j'ai eu l'impression plusieurs fois d'avoir déjà lu le livre. C'est un modèle classique de trame, beaucoup trop. Je lis les mots de l'auteur et je devine qu'il a suffisamment de finesse pour apporter de l'originalité mais je n'en vois nulle part quasiment, même dans le traitement du racisme. Après coup, je me demande même s'il n'aurait pas dû plus traiter l'histoire des embarcations coulées en la développant.
On a dit que c'était un roman sur les premiers amours, sur l'adolescence mais j'y ai vu aussi un roman sur la paternité, l'image du père est omniprésente au cours du livre avec de multiples facettes.
« - Pour nos pères, le plus important, c'était l'ordre.
Les années précédentes, il avait étudié l'histoire américaine et surtout les puritains (…)
- Parce que nos pères pensaient que lorsque certains faisaient le mal ou, pour reprendre leur terminologie, « semaient le désordre », ça ne se terminaient pas avec eux. Pas même avec ceux à qui ils avaient portés tort en agissant.
Il remit la pipe dans sa bouche.
- Ca continuait tout bonnement à travers le temps. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
vincent34380
29 décembre 2016
« Voici le récit le plus tragique qu'il m'ait été donné d'entendre. Toute ma vie, je me suis évertué à le garder pour moi. »
Ainsi commence ce 12ème roman de Thomas H. Cook, l'un des écrivains les plus lyriques du roman noir. Écrit en 1995 et paru en France en 2016 seulement, il démontre, s'il en était encore besoin, que l'histoire importe moins que la façon dont elle est contée.
Choctaw, Alabama : Ben Wade, la quarantaine bien entamée, médecin dans cette petite ville du sud profond, remonte le fil de ses souvenirs pour nous relater les évènements qui ont conduit à la sauvage agression de Kelli Troy, sur les hauteurs du mont Crèvecoeur.
Il rappelle l'arrivée de la jeune Kelli, à la rentrée scolaire, en provenance de Baltimore, son intégration difficile dans la bande d'étudiants, ses premiers pas auprès de Ben comme corédactrice du Wildcat, le journal de l'école. Il décrit son engagement pour les droits civiques, éveillés en elle par une manifestation de noirs dans la ville voisine de Gadsden.
Il évoque aussi l'éveil de Ben à une passion adolescente qui se révèlera sans espoir.
« Elle hocha la tête, puis prononça les paroles les plus sombres et les plus tragiques qu'il m'ait été donné d'entendre.
– Aimer quelqu'un n'oblige pas cette personne à vous aimer en retour, dit-elle. »
L'agression de Kelli est le pivot de l'histoire. L'auteur l'aborde par de fréquents va et vient, entre le passé le présent et le futur. C'est un peu déstabilisant au début, mais on s'y fait vite. Il nous décrit le quotidien d'une petite ville du sud des États Unis, au tout début de la déségrégation et de l'émancipation des populations de couleur.
« Qu'allait faire Kelli sur le mont Crève-Coeur ce jour-là ? Qu'allait-elle chercher, seule dans la profondeur de ces bois ? »
Ces questions, revenant comme un leitmotiv, jalonnent notre lecture. Comme le lecteur progresse dans l'histoire, qui dépeint avec beaucoup de justesse le mode de vie des petites villes américaines, l'auteur nous décrit avec beaucoup d'empathie et de justesse le mal être de ces adolescents, prisonniers d'une société qu'ils trouvent étriquée et dont tous rêvent de partir.
“Chaque lieu renferme le monde entier… Mais peut-être que dans une petite ville, où les choses se passent plus lentement qu'ailleurs, ne les voit-on que mieux” dit Kelli.
Tout au long de la lecture nous reste en mémoire le premier chapitre, glaçant… Nous savons que Ben, à travers ses souvenirs, nous emmène vers quelque chose de terrible, forcément tragique.
« Et je me dis que tout Choctaw devait être relégué dans cette même ignorance, le monde entier, pour reprendre la formule de Kelli, composé de tout ce qui existe et n'existera peut-être jamais. Et là, tissé quelque part, une blessure en infectant une autre qui en entraînait une autre, le sombre tracé de la longue veine de ce mal qu'on n'a pas voulu. »
Et il demeure pour le lecteur la sensation diffuse et persistante que Ben est impliqué dans ce qui est arrivé à Kelli, mais on ignore de quelle façon et jusqu'à quel point.
« En chemin, je pensai à mon existence, à la manière dont, au fil des années, j'avais assumé le noble rôle de médecin de campagne et de bienfaiteur public. Seulement je savais à présent que chaque fois que je m'étais autorisé à m'imaginer en personnage aussi respectable, une troublante petite voix intérieure avait retenti, semblable à celle qui chuchotait à l'oreille des Romains de retour de conquêtes, les incitant à la prudence en leur rappelant que la gloire est éphémère. Mais en moi, cette voix était sans relâche celle de Luke, porteuse d'un tout autre message que celui entendu par les vainqueurs.»
Thomas H Cook, est un fin observateur de ses semblables et nous les décrit de fort belle manière. Il n'évite pas certains stéréotypes de la jeunesse américaine, comme le « fort en thème » à lunettes, ni la traditionnelle reine de beauté du lycée et son pendant masculin, le beau « quarterback » de l'équipe de football.
Mais on lui pardonne bien volontiers, tant son histoire est prenante et bien construite, une formidable évocation qui gagne en puissance au fur et à mesure que la narration s'approche de l'inéluctable drame.
Et la fin du roman, totalement inattendue, nous laisse proprement abasourdis.
Un des romans les plus passionnés, et selon le propre aveu de l'auteur, des plus personnels, dans lequel il a mis tout son coeur. Il voulait écrire sur la politique et les passions amoureuses, étroitement imbriquées dans ce cas, dans ce sud profond, héritier d'une longue tradition d'esclavage et de ségrégation, au plus fort du mouvement pour les droits civiques.
C'est essentiellement une histoire d'amour, sombre et tragique, mais aussi une histoire sur le regret. Nous nous sommes tous posé la question : avec la perspective que donne l'âge, sur la vision des évènements passés, aurions nous fait les mêmes choix ?
C'est l'histoire d'un homme qui se retourne sur sa vie passée, de manière authentique et honnête, pour essayer de comprendre, d'une certaine façon, quelle fut son erreur.
Un excellent cru de Thomas H. Cook que je vous recommande tout particulièrement.
Editions Seuil Policiers, 2016
Une interview de l'auteur :
https://www.youtube.com/watch?v=PBd66ZdMhD8
Lien : https://thebigblowdown.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
missderoyan
17 janvier 2017
De souvenirs en souvenirs, de page en page, l'auteur distille les doutes, les suspects, les indices, mais bien malin le lecteur qui pourra deviner la fin étonnante de ce suspense.
Un récit où passé et présent sont parfaitement imbriqués.
Une étude de la nature humaine, dans tout ce qu'elle a de meilleur et de pire.
Un livre particulièrement bien écrit.
Commenter  J’apprécie          150
Citations & extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris2927 novembre 2016
Nous l'imaginons tapi derrière une porte .
Nous le discernons dans l'éclat d'une lame ou le canon bleu acier d'un pistolet . C'est sensé nous surprendre à la sortie d'un virage en épingle à cheveux ou surgir de la nuit gagnée par le brouillard et, souvent , nous le projetons en silhouette qui rôde dans l'ombre , menaçante , s'avançant vers nous du fond la ruelle , nous observant de ses petits yeux malicieux .[...]
" Seule la haine peut pousser quelqu'un à commettre un tel acte ."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
iris29iris2926 novembre 2016
Je me rappelle que les azalées scintillaient de mille feux , leurs fleurs rouges et blanches semblables à de petites explosions juste au-dessus du sol , que les délicates grappes jaunes pendaient aux mimosas , que même les majestueux magnolias semblaient peiner sous le fardeau de leur floraison inodore . Et surtout que les murets des jardins ainsi que toutes les jardinières débordaient de violettes , inondant la ville d'un torrent de fleurs mauves qui saturaient l'air de leur parfum poudreux et douceâtre .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchkanadiouchka28 septembre 2016
J’entends ses gémissements quand, à bout de forces, elle s’effondre sur le sol, puis des bruits de pas qui se précipitent jusqu’à elle depuis le haut du mont Crève-cœur et, pour finir, ses dernières paroles prononcées tandis que son ultime lueur de conscience s’éteint. Et, après cela,toutes les vies me reviennent, toutes ces vies qui, ce jour-là, furent détruites dans ces bois épais, visages qui font la ronde dans mon souvenir, défilant l’un après l’autre telles des têtes sur un tour de potier. P.65
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
iris29iris2928 novembre 2016
La vie triche au jeu , il ne faut jamais l'oublier , elle ramasse de nombreux plis , [..., ] je suis frappé de voir avec quelle facilité elle peut abattre un atout .
Commenter  J’apprécie          300
nadiouchkanadiouchka03 octobre 2016
Aujourd’hui, c’est ce visage tendu qui me hante le plus et, chaque fois que j’y repense, je la revois, si sérieuse à ce jeune âge, si réservée, si méfiante, et je me dis que, des années plus tard, au moment du carnage, elle avait dû avoir l’impression que toute la confiance et tout le sentiment d’appartenance qu’elle en était arrivée à éprouver au cours de l’année précédente explosaient sous ses yeux. P.17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Thomas H. Cook (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas H. Cook
Evidence Of Blood Trailer 1998
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1159 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .