AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Albin Félix Ignace de Biberstein Kasimirski (Traducteur)Mohammed Arkoun (Éditeur scientifique)
ISBN : 2080702378
Éditeur : Flammarion (01/01/1993)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Le Coran est un livre sacré pour plus de un milliard quatre cents millions de croyants dans le monde. Il est aussi le plus lu et le plus médité. La présente traduction directe de l'arabe au français vise à le rendre plus accessible qu'il ne l'a jamais été auparavant. Le Coran, prodige de sens multiples et d'images, se révèle ainsi dans sa grandeur et dans sa beauté.
Malek Chebel.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  05 décembre 2013
Précisons tout de suite le contexte de lecture : athée diablement convaincu, poussant le vice jusqu'à lire des livres d'archéologie dans le but de trouver de nouveaux dieux en lesquels ne pas croire, mes chances de conversion étaient plutôt minces. Mais athée ou pas, on est bien obligé de s'interroger sur le Coran, coincé entre les ceux qui disent qu'il apporte paix et amour, et les ceux qui répliquent qu'il n'apporte que guerre et violence. Et la meilleure opinion reste, bien sûr, celle qu'on se forge soi-même.
Première impression : c'est un peu ennuyeux. Les protagonistes qui se battent à coups de versets hors contexte m'avaient laissé l'idée d'un livre rempli de pièges intellectuels, capables de transformer en un instant le plus doux des humanistes en un fanatique assoiffé de vengeance. Force est de constater qu'il n'en est rien : au contraire on prend son temps, pas pressé d'en arriver aux faits, dans une écriture assez riche en métaphores.
Seconde impression : c'est terriblement ennuyeux ! On se rend rapidement compte que l'ensemble du texte est articulé autour de trois idées principales :
1) Tout ce que Dieu dit ici, il l'a déjà dit avant, mais personne n'écoute jamais rien ;
2) Il y a tellement de preuves que ce livre est la vérité qu'il faut vraiment le faire exprès pour ne pas croire ;
3) Ceux qui ne croient pas feraient bien de vite changer d'avis, car l'avenir qui leur est promis n'est pas particulièrement engageant.
Et c'est à peu près tout. Ces trois idées sont répétées, inlassablement, deux fois, dix fois, vingt fois, cent fois, complétées par la liste exhaustive de tout ceux qui n'ont pas cru, pour de mauvaises et stupides raisons, et qui s'en sont mordus les doigts une fois atterris dans la Géhenne. L'impression d'avoir sans cesse les mêmes phrases sous les yeux provoque chez le lecteur un état léthargique, et même les menaces sans cesse réitérées de subir des châtiments éternels en Enfer ne parviennent pas sur le long terme à contrer cet effet soporifique.
Surprise également, le peu de règles morales présentes dans le texte. Si les exhortations à les respecter et les menaces envers ceux qui ne les respecteront pas ne manquent pas, on se soucie assez peu souvent de nous rappeler quelles sont ces règles. À part une règle de partage d'héritage par ci, le nombre de témoins à rassembler pour constater un adultère et le nombre de coups de fouet à infliger aux coupables par là, on n'a pas grand chose à se mettre sous la dent. L'intérêt d'une Sunna et des hadiths, qui m'avaient toujours laissé sceptique, devient alors évident, puisqu'eux seuls fournissent un modèle précis à imiter.
Lecture pas franchement enthousiasmante pour ma part, vous l'aurez compris. Seul le fait de pouvoir dire « Je l'ai lu ! » m'a donné le courage d'en venir à bout, et si j'en crois le ticket de caisse, il m'a fallu tout de même six ans pour y parvenir. J'encourage les gens qui veulent découvrir l'islam à se diriger plutôt sur des commentaires ou des introductions plus conviviales.
Quant à savoir si le monde serait meilleur ou pire si les gens lisaient plus souvent le Coran, ce qui était finalement ma question initiale, ma conviction intime restera qu'il serait surtout beaucoup plus endormi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5210
frandj
  20 juillet 2015
Le Coran dirige la vie d’environ un milliard d’humains, et une bonne proportion le connait même par cœur. Pour eux, ça coule de source, non seulement parce qu’ils croient dans cette vérité révélée, mais aussi parce qu’ils ont baigné constamment dans cette culture religieuse. Ce n’est évidemment pas le cas d’une personne étrangère à la religion musulmane. Il lui est très difficile d’apprécier la valeur d’un texte nouveau pour lui, même s’il en connait déjà quelques versets célèbres.
On sait que ce livre sacré est destiné à être récité, psalmodié; Tous les islamologues - y compris occidentaux - affirment avec force (et on peut les croire) la très grande beauté de l’arabe littéraire utilisé pour noter le texte; ils ajoutent que la récitation est réellement une splendeur sonore pour l'oreille humaine. Donc, on peut se douter que la lecture du texte en français n'est peut-être pas la meilleure approche du Coran.
J’ai emprunté à la médiathèque le Coran dans la traduction rédigée par un l'islamologue Régis Blachère. Pas question pour moi de lire intégralement cet ouvrage; on ne lit pas non plus l’Ancien Testament de A à Z ! Je voulais seulement avoir une idée de l’ambiance où baigne le Coran et aussi de son contenu. Le traducteur a choisi, semble-t-il, de rester aussi proche que possible de l’original, dont l'écriture est sans doute archaïque. C’est l’une des raisons possibles de ma première nette impression: le texte m’a paru lourd, parfois confus et souvent répétitif.
Les hommes qui ont fixé le texte définitif au VIIème siècle ne se sont pas vraiment souciés de la logique. Dans le Coran, il n’y a pas de cohérence apparente, ni d’ordre chronologique. Les sourates sont seulement classées dans l'ordre décroissant de leurs longueurs; Les exégètes en sont réduits à supputer la date approximative de leur rédaction: pendant la période mekkoise ou bien pendant la période médinoise, que le Prophète a vécues de manières très différentes. En outre, dans une même sourate, on n’observe pas un minimum de cohérence: on y trouve, juxtaposés, des diatribes contre les mécréants, des louanges à Allah, des prescriptions religieuses, des récits "historiques" directement empruntés à la Torah… et ce désordre m’a gêné.
Contrairement au Nouveau Testament, il n’y a pas un homme jouant le rôle de personnage central, dont on suivrait la prédication. Muhammad n'a personnellement pas d'importance dans le texte: c’est Allah qui s’exprime, directement ou indirectement, surtout pour apostropher les Croyants. J’observe une évidente parenté entre Yahwe (dans la Torah) et Allah. Ce dernier est présenté comme le Tout-Puissant, le Miséricordieux, l’Omniscient, etc… mais il est également terrifiant avec les châtiments qu’il réserve à ceux qui ne se soumettent pas à Lui. Mais, si j’ose dire, Son élocution me semble embarrassée, pesante, pas toujours intelligible; ses discours sont souvent fastidieux et d’apparence anachronique. Par exemple, Allah fait allusion inlassablement aux oppositions venant des polythéistes, des Chrétiens et surtout des Juifs. (Pendant la période de Médine, Muhammad a été déçu par les tribus juives, avec lesquelles il est entré en conflit et qu’il a en partie exterminées). Il est évident qu’un Musulman contemporain faisant une lecture littérale de ces versets contre les Juifs est naturellement porté à l’anti-judaïsme, voire à l’antisémitisme. Dans le Coran, les Chrétiens sont aussi admonestés, mais généralement moins mal traités que les fils d'Israël.
Ce qui peut encore plus surprendre, pendant cette lecture, c’est ceci: le Livre désigne comme étant de vrais Musulmans tous les prophètes et rois de l’Ancien Testament - d’Abraham (Ibrahim) à Jésus (Issa), en passant par David (Daoud). L’Islam affirme sa légitimité théologique sur ces personnages "historiques" empruntés aux Juifs. Donc, en refusant de se soumettre à Allah, les Chrétiens et a fortiori les Juifs ont trahi leurs propres prophètes et rejeté la Vérité réaffirmée grâce à Muhammad. Ce changement d’optique est vertigineux pour les lecteurs de culture judéo-chrétienne. Une autre point de doctrine (mieux connu) prend aussi les Chrétiens à contrepied: en Islam, Jésus est un grand prophète (musulman, nous l’avons déjà souligné !), mais il n’est pas mort sur la croix et encore moins ressuscité. On trouve encore d’autres thèses qui bousculent nos évidences, ça surprend et ça relativise les points de vue les plus courants en Occident.
A côté de ça, il y a d'autres choses, notamment des prescriptions (obligations et interdictions) régissant la vie civile et religieuse des Croyants, hommes et femmes. On peut faire le parallèle avec les longs passages de l’Ancien Testament sur le même type de sujets.
Comme la Bible, le Coran est si vaste, si complexe et parfois si obscur qu’il dit presque tout et son contraire. Dans certains passages, il prêche une religion d’amour et de tolérance, mais d’autres versets lancent des anathèmes et incitent à la haine. Cette dichotomie s’explique en grande partie par les ambiances très différentes qui régnaient à La Mekke et à Médine, du vivant de Muhammad. Après cette lecture partielle du Coran, je comprends très bien pourquoi les Musulmans sont actuellement partagés entre paix et djihad. Un livre sacré, c’est comme une auberge espagnole… A noter que, pour une fois, je n'attribue aucune "étoile", car une telle évaluation n'aurait aucun sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
vincentf
  23 juillet 2012
Comment lire le Coran? La préface est obscure. Disons ce que nous en avons compris. Dieu est un. Il ne peut donc avoir un fils. Les Chrétiens ont donc tort. le reste du message est simple et martelé. Ceux qui embrassent la religion musulmane et se conforment sincèrement au contenu du Coran, à ses règles, et qui combattent en son nom, seront, lors du jugement, envoyés dans un paradis avec des fleuves (parce que tout cela vient du désert...). Les autres brûleront dans la géhenne. Soumet-toi à Dieu et tais-toi. Ne pose pas de question. Médite le livre de vérité. Avouons, au risque de finir en enfer, notre perplexité. Premièrement, qui parle? Dieu? L'Archange? le Prophète? ça s'emmêle, mais ça dit toujours la même chose, sans cesse répétée, comme si la parole révélée relevait du radotage. Ensuite, où sont les signes évidents de la vérité indubitable de tout cela? En quoi sont-ils évidents? Enfin, qu'est-ce qui prouve que c'est ce prophète-là, et pas un autre, oublié, qui dit la vérité? Bref, un esprit moderne, rétif au discours autoritaire, ne peut pas adhérer à ce livre, ni à la religion qu'il institue, me semble-t-il, parce qu'il lui manque la liberté et la raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          194
Yvonnele
  22 septembre 2014
On y dit tout et son contraire, on nous le rabâche même et moi, l'athée de culture judéo-chrétienne, je comprends qu'il y ait tant d'interprétations des paroles du "prophète".
Commenter  J’apprécie          193
Henri-l-oiseleur
  28 novembre 2015
Quand on n'est pas né musulman, ni tombé tout enfant "dans la marmite" coranique, la lecture de ce livre est difficile. Plus difficile encore pour ceux qui ont une teinture de Bible et d'études bibliques, car rien ne diffère plus de ce maître-livre de la tradition judéo-chrétienne que le Coran. Enfin, une bonne lecture est presque impossible si l'on a de solides préjugés anti-religieux, qui empêchent de comprendre ce qu'on lit. Heureusement pour moi, j'en suis dépourvu.
J'ai rencontré, pour ma part, les difficultés du lecteur judéo-chrétien habitué à la Bible, dans ma lecture du Coran. Elles viennent de l'habitude que l'on prend de voir récits, paraboles et lois mêlés ensemble dans la Bible. le Coran ne procède pas ainsi, mais sous la forme de prêches déconnectés de toute situation concrète, ce qui rend presque impossible la compréhension juridique de ses lois au lecteur profane. On a l'impression de lire une liste de commandements assortis de menaces contre ceux qui ne les respectent pas.
D'autre part, ayant appris à lire la Bible en hébreu, j'ai vite compris que son texte ne se lisait pas, mais s'étudiait dans sa langue et dans ses formulations propres, quitte à recourir à des traductions ensuite. Ne sachant pas l'arabe et n'ayant pas le temps de lui consacrer une étude, j'ai toujours soupçonné que l'essentiel des pages du Coran français m'échappait à cause de mon ignorance du texte original et de ses commentaires. Seul, un Coran annoté, bilingue et commenté, trouvé un jour dans une grande bibliothèque, m'a donné quelques éclairages. Mais le livre est introuvable et donc, il est impossible de faire une vraie lecture approfondie : un texte du VIII°s ne se lit pas comme le journal du jour ! Donc j'ai répugné à tomber dans des lectures simplistes et sottes, dues au manque de commentaires et de guides.
Telles sont les difficultés auxquelles je me suis heurté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
FreaksterFreakster   17 février 2016
Coran > Sourate Al-Baqara> Verset 84
Et rappelez- vous, lorsque Nous obtînmes de vous l' engagement de ne pas vous verser le sang (par le meurtre), de ne pas vous expulser les uns les autres de vos maisons. Puis vous y avez souscrit avec votre propre témoignage.

Coran > Sourate Al-Baqara> Verset 85
Quoique ainsi engagés, voilà que vous vous entretuez, que vous expulsez de leurs maisons une partie d' entre vous contre qui vous prêtez main forte par péché et agression. Mais quelle contradiction! Si vos coreligionnaires vous viennent captifs vous les rançonnez alors qu' il vous était interdit de les expulser (de chez eux). Croyez- vous donc en une partie du Livre et rejetez- vous le reste? Ceux d' entre vous qui agissent de la sorte ne méritent que l' ignominie dans cette vie, et au Jour de la Résurrection ils seront refoulés au plus dur châtiment, et Allah n' est pas inattentif à ce que vous faites.

Coran > Sourate An-Nisâ'> Verset 29
Ô les croyants! Que les uns d' entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement. Mais qu' il y ait du négoce (légal), entre vous, par consentement mutuel. Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous.

Coran > Sourate An-Nisâ'> Verset 30
Et quiconque commet cela, par excès et par iniquité, Nous le jetterons au Feu, voilà qui est facile pour Allah.

Coran > Sourate An-Nisâ'> Verset 92
Il n' appartient pas à un croyant de tuer un autre croyant, si ce n' est par erreur. Quiconque tue par erreur un croyant, qu' il affranchisse alors un esclave croyant et remette à sa famille le prix du sang, à moins que celle-ci n' y renonce par charité. Mais si (le tué) appartenait à un peuple ennemi à vous et qu' il soit croyant, qu' on affranchisse alors un esclave croyant. S' il appartenait à un peuple auquel vous êtes liés par un pacte, qu' on verse alors à sa famille le prix du sang et qu' on affranchisse un esclave croyant. Celui qui n' en trouve pas les moyens, qu' il jeûne deux mois d' affilée pour être pardonné par Allah. Allah est Omniscient et Sage.

Coran > Sourate An-Nisâ'> Verset 93
Quiconque tue intentionnellement un croyant, Sa rétribution alors sera l' Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l' a frappé de Sa colère, l' a maudit et lui a préparé un énorme châtiment.

Coran > Sourate Al-Mâ'ida> Verset 27
Et raconte- leur en toute vérité l' histoire des deux fils d' Adam. Les deux offrirent des sacrifices; celui de l' un fut accepté et celui de l' autre ne le fut pas. Celui-ci dit: "Je te tuerai sûrement ". "Allah n' accepte, dit l' autre, que de la part des pieux".

Coran > Sourate Al-Mâ'ida> Verset 28
Si tu étends vers moi ta main pour me tuer, moi, je n' étendrai pas vers toi ma main pour te tuer: car je crains Allah, le Seigneur de l' Univers.

Coran > Sourate Al-Mâ'ida> Verset 29
Je veux que tu partes avec le péché de m' avoir tué et avec ton propre péché: alors tu seras du nombre des gens du Feu. Telle est la récompense des injustes.

Coran > Sourate Al-Mâ'ida> Verset 30
Son âme l' incita à tuer son frère. Il le tua donc et devint ainsi du nombre des perdants.

Coran > Sourate Al-Mâ'ida> Verset 32
C' est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d' Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d' un meurtre ou d' une corruption sur la terre, c' est comme s' il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c' est comme s' il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu' en dépit de cela, beaucoup d' entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.

Coran > Sourate Al-'An`âm> Verset 137
Et c' est ainsi que leurs divinités ont enjolivé à beaucoup d' associateurs le meurtre de leurs enfants, afin de les ruiner et de travestir à leurs yeux leur religion. Or si Allah voulait, ils ne le feraient pas. laisse- les donc, ainsi que ce qu' ils inventent.

Coran > Sourate Al-'An`âm> Verset 140
Ils sont certes perdants, ceux qui ont, par sottise et ignorance, tué leurs enfants, et ceux qui ont interdit ce qu' Allah leur a attribué de nourriture, inventant des mensonges contre Allah. Ils se sont égarés et ne sont point guidés.

Coran > Sourate Al-'An`âm> Verset 151
Dis: "Venez, je vais réciter ce que votre Seigneur vous a interdit: ne Lui associez rien; et soyez bienfaisants envers vos père et mère. Ne tuez pas vos enfants pour cause de pauvreté. Nous vous nourrissons tout comme eux. N' approchez pas des turpitudes ouvertement, ou en cachette. Ne tuez qu' en toute justice la vie qu' Allah a fait sacrée. Voilà ce qu' (Allah) vous a recommandé de faire; peut-être comprendrez- vous.

Coran > Sourate An-Nahl> Verset 58
Et lorsqu' on annonce à l' un d' eux une fille, son visage s' assombrit et une rage profonde (l' envahit).

Coran > Sourate An-Nahl> Verset 59
Il se cache des gens, à cause du malheur qu' on lui a annoncé. Doit- il la garder malgré la honte ou l' enfouira- t- il dans la terre? Combien est mauvais leur jugement!

Coran > Sourate Al-'Isrâ'> Verset 33
Et, sauf en droit, ne tuez point la vie qu' Allah a rendu sacrée. Quiconque est tué injustement, alors Nous avons donné pouvoir à son proche (parent). Que celui-ci ne commette pas d' excès dans le meurtre, car il est déjà assisté (par la loi).

Coran > Sourate Al-Fourqân> Verset 68
Qui n' invoquent pas d' autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu' Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition

Coran > Sourate Al-Moumtahana> Verset 12
Ô Prophète! Quand les croyantes viennent te prêter serment d' allégeance, (et en jurent) qu' elles n' associeront rien à Allah, qu' elles ne voleront pas, qu' elles ne se livreront pas à l' adultère, qu' elles ne tueront pas leurs propres enfants, qu' elles ne commettront aucune infamie ni avec leurs mains ni avec leurs pieds et qu' elles ne désobéiront pas en ce qui est convenable, alors reçois leur serment d' allégeance, et implore d' Allah le pardon pour elles. Allah est certes celui qui pardonne et il est très Miséricordieux.

Salam2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
PilingPiling   11 juillet 2008
incipit :
Au nom de Dieu
celui qui fait miséricorde
le Miséricordieux
Louange à Dieu
Seigneur des mondes :
celui qui fait miséricorde
le Miséricordieux
le Roi du Jour du Jugement
C'est toi que nous adorons,
c'est toi
dont nous implorons le secours.
Dirige-nous dans le chemin droit :
le chemin de ceux que tu as comblé de bienfaits ;
non pas le chemin de ceux qui encourent ta colère
ni celui des égarés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LuniverLuniver   10 mai 2013
Ô toi, le Prophète !
Nous avons déclaré licites pour toi
les épouses auxquelles tu as donné leur douaire,
les captives que Dieu t'a destinées,
les filles de ton oncle paternel,
les filles de ton oncle maternel,
les filles de tes tantes maternelles,
– celles qui avaient émigré avec toi –
ainsi que toute femme croyante qui se serait donnée au Prophète
pourvu que le Prophète ait voulu l'épouser.
Ceci est un privilège qui t'est accordé,
à l'exclusion des autres croyants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LenoraLenora   12 décembre 2013
Certes dans la création des cieux et de la terre, dans l'alternance de la nuit et du jour, dans le navire qui vogue en mer chargé de choses profitables aux gens dans l'eau que Dieu fait descendre du ciel, par laquelle Il rend la vie à la terre une fois morte et repend des bêtes de toute espèce, dans la variation de vents et dans les nuages soumis entre le ciel et la terre, en tout cela il y a des signes, pour un peuple qui raisonne. - Sourate 2, verset 164
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
YvonneleYvonnele   22 septembre 2014
"Dans cette traduction, considérée inégalée par de grands érudits islamistes, le mots laissés en italique correspondent à des passages ou à des expressions dont la signification ne fait pas l'unanimité des traducteurs"
Commenter  J’apprécie          100
Dans la catégorie : Théologie socialeVoir plus
>Islam et religions dérivées>Sources, Coran>Théologie sociale (32)
autres livres classés : islamVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1122 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre