AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791028108649
384 pages
Éditeur : Bragelonne (16/09/2020)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 113 notes)
Résumé :
La saga épique à l'origine de la série Netflix "The Last Kingdom".

Au IXe siècle, les féroces Vikings débarquent sur le sol saxon, avides de conquête et de destruction. Aucun royaume ne résiste au raz-de-marée barbare, à l'exception d'un seul. Bientôt le destin de toute l'Angleterre - et le cours de l'Histoire elle-même - reposera sur les épaules d'un homme. Uhtred, un jeune guerrier saxon aux origines nobles déchiré entre deux vies, deux voies, deux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  09 septembre 2019
Bragelonne continue là où Panini a lamentablement échoué parce qu'ils en avaient rien à secouer, et là où d'autres ont abandonné parce qu'ils n'étaient guère plus doués. Et après Simon Scarrow c'est Bernard Cornwell qui est mis à l'honneur ! L'auteur anglais bien connu pour sa série Sharpe arrêtée en VF parce qu'en France les grands éditeurs qui roulent des mécaniques tout en faisant la manche au Ministère de la Culture sont moyens pour ne pas dire mauvais. Force est de constater qu'il enchaîne depuis des années et des années les best sellers dans le domaine des romans historiques. Difficile donc de le pendre en défaut : c'est bien écrit, c'est bien construit, c'est bien document et c'est bien travaillé (les combats et les batailles sont bien décrites !).
Nous sommes au IXe après Jésus Christ et l'Angleterre qui et divisée en Northumbrie, Mercie, Estanglie, et Wessex et qui vit toujours sous la menace des Gallois, des Écossais et des Irlandais voit commencer l'âge sombre des invasions vikings. Mais nous sommes aussi dans un roman d'apprentissage et c'est à travers les yeux du jeune Uhtred que nous assistons à la chute des royaumes saxons avant que le Wessex plus riche, plus puissant, mieux organisé et mieux dirigé ne sonne la révolte contre les Hommes du Nord !
J'aurais pu et j'aurais dû kiffer, mais je suis toujours resté détaché. C'est moins de la faute de la narration à la première personne qui met de la distance entre le lecteur et les personnages, que du fait que je ne suis jamais arrivé à ressentir de l'empathie pour le narrateur. Alors certes il a des circonstances atténuantes… Il n'était aucunement promis à des grandes choses mais il est catapulté seigneur après la mort de son frère et de son père, sauf qu'il est otage dans le camp dane et que son oncle qui a pris le pouvoir n'hésite pas un instant pour prendre le pouvoir et à commencer à envoyer des assassins pour l'éliminer. On aurait pu avoir une bonne vieille histoire de vengeance, et d'ailleurs c'est exactement ce qu'avait fait Joe Abercrombie dans son cycle "La Mer éclatée", mais on se retrouve avec un adolescent en crise qui passe son temps à boire, manger, coucher et se bastonner, et qui atteint du Syndrome de Stockholm abandonne son peuple et sa religion pour épouser ceux de ses ravisseurs. Dans cette configuration il est davantage spectateur plutôt qu'acteur des événements, et quand il se met enfin en action c'est de manière très impulsive qu'il agit avant de réfléchir. Car les Vikings ont leurs propres conflits internes, et quand il n'a plus personne pour le protéger il est obligé de trouver refuge au Wessex devenu « le dernier royaume ». Mais ce qui le fait vraiment changer de camp et participer aux combats qui mettent fin à l'avancée viking c'est l'Amoûr ! le roi Alfred en fait son vassal et lui offre une jeune héritière et son fief : Uhtred s'attend à un gros boudin et il tombe sur beauté que personne n'ose épouser car ce n'est pas une dote qu'elle a à offrir mais des dettes...
Mes critiques concernant ce tome 1 sont donc toutes externes et plus ou moins personnelles, donc plus subjectives que jamais… Malgré toutes mes réserves je peux peux recommander cette série sans crainte, d'ailleurs je suis quand bien curieux de voir comment les choses vont tourner dans le tome 2 !
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          512
Tatooa
  26 janvier 2020
Une fois n'est pas coutume, je lis les livres après avoir dévoré (4 fois) les 3 premières saisons de la série, qui est, si vous ne la connaissez pas, absolument excellente. Et je crois que j'ai bien fait ! Sans doute que sans cela, j'aurais été perdue dans tous ces noms qui se ressemblent (et qui ont une fâcheuse tendance à se répéter, coutume qui a sévi dans nos campagnes jusque dans les années 1800, sisi, vu que je fais de la généalogie depuis début Janvier, je ne compte plus les Pierre fils de Pierre fils de Pierre, lol), dans les vieux noms des villes. Aussi mettre des visages sur les noms aide énormément (même s'ils ne ressemblent pas toujours à leurs descriptions du roman), d'autant qu'ils sont relativement nombreux, tous ces personnages.
Complémentaires à bien des égards, les livres nous en donnent beaucoup plus historiquement parlant. Tous les événements qui y sont décrits sont "avérés", du moins dans les chroniques voulues par Alfred lui-même. le fait que Cornwell base ses écrits sur L Histoire et son long cours n'est plus à démontrer, et une fois de plus, il suit scrupuleusement le déroulé de la conquête de l'Angleterre (qui à l'époque était un patchwork de nombreux petits royaumes, comme partout ailleurs) par les Danes (et je viens de l'apprendre (et j'adore ça), Viking n'est pas le nom du peuple en question. Les Vikings étaient les guerriers pillards nordiques que l'on sait, et uniquement eux. En gros, ça vient d'une expression, "faire viking" qui signifiait aller piller, semer le chaos et la mort sur les côtes étrangères...)
Or donc, les Danes Ivar le "sans os" (ou le désossé), et Halfdan, deux fils du légendaire Ragnar Lothbrok, débarquent sur les côtes de Northumbrie (Côte est, à cheval sur le sud de l'Ecosse et le nord de l'Angleterre, pour vous situer, avec York au Sud (Eoferwic dans les romans (merci la série)), bref, les vikings débarquent, avec la ferme intention d'envahir pour rester (pour y installer des colons Danes)(Ubba (Ubbe) arrivera plus tard). Coup de bol, une petite guerre civile entre Aelle (ou Aella) et Ostbert de Northumbrie à ce moment-là, les aide grandement à prendre pied sur le territoire... Ils annexent York et s'installent dans le sud de la Northumbrie, qui deviendra leur base arrière pour lancer l'invasion du reste de l'Angleterre (les Norvégiens s'étant arrogé pas mal de terre en Irlande et faisant des raids réguliers en Angleterre). York restera danoise pendant environ 100 ans (pour les détails, lisez les livres ou regardez la série, lol), et quasiment une moitié (nord et est) de l'Angleterre s'appellera le Danelaw pendant ce temps, et oui !
Et comme dit Cornwell, il s'en est fallu d'un cheveu qu'ils parlent tous danois et qu'ils aient à adopter les dieux Odin, Thor et les autres, par là-bas, au final... (A quand une belle saga uchronique dans ce sens, hein ? ça fait rêver, avouez !). Oui, parce que si ce tome s'appelle "Le dernier royaume", ce n'est pas pour rien, hein ! C'est parce qu'il ne reste que le Wessex qui soit "Angle", à la fin de ce tome !!!
Dans ce premier roman, nous assistons à la fois à la première vague de conquête, et au parcours initiatique d'Uhtred.
Comme toujours, le pan historique est impeccable, c'est bien raconté. Mais j'ai une grosse réserve sur l'adoption du "je" dans ce roman. J'ai trouvé que loin d'arriver à nous faire entrer dans l'histoire, au contraire, on est très distant. Car on ne peut voir et entendre que ce que voit et entend Uhtred, et on n'a que ce que lui pense. Si j'aime bien son côté fougueux et un peu bête (naïf ?), dans ce premier volet de la saga, il manque singulièrement de charisme (contrairement à son personnage dans la série). Et quel dommage de ne pouvoir voir et entendre les points de vue des autres personnages importants !!!
Franchement, là, je trouve que c'est une erreur dans le choix narratif.
La série BBC/Netflix pallie grandement à ce manque (même si elle prend quelques libertés dans le déroulé par rapport aux bouquins, accélérant nettement les choses (1 saison = 2 romans)), d'où leur complémentarité très intéressante, en fait. (La saison 4, que nous attendons tous avec impatience, ici, sortira cet été).
Bref, j'ai beaucoup aimé ce tome 1, parce que j'y ai retrouvé des personnages que j'ai adoré dans la série TV, mais j'ai presque été déçue de n'avoir qu'Uhtred en ligne de mire, quand la série nous offre à égalité un panel de personnages tous aussi prodigieux les uns que les autres... Comme quoi, tout arrive...
Quoi qu'il en soit, vivement la suite (de l'une ou de l'autre, lol !) !!!
(Edit : et j'ai pour ma part cartes, liste des personnages, dans ma version, donc il ne manque rien... Je viens de lire un avis disant que ça manquait... Oo)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          328
Gwen21
  29 janvier 2016
Bernard Cornwell est un formidable conteur pour qui aime les récits guerriers et l'action au coeur du champ de bataille. Avec "Le dernier royaume", il introduit une fresque historique dédiée aux Vikings et plus particulièrement à l'invasion de l'Angleterre par les Danes (comprendre Danois) au IXème siècle.
Le lecteur suit le parcours du très jeune Uhtred, héritier d'un seigneur du nord de l'Angleterre qui sera massacré au cours du pillage d'York par les Danes. Fait prisonnier par Ragnar, un redoutable Viking, Uhtred ne devra sa survie qu'à la chance et à sa bonne volonté à changer de camp pour devenir lui aussi un Viking accompli.
Pillages, combats, massacres… Combats, massacres, pillages… Massacres, pillages, combats… C'est un peu le tiercé gagnant de ce roman et également la raison principale pour laquelle mon intérêt a assez vite décliné, malgré l'efficacité de la plume de Cornwell, qui n'est plus à démontrer. Bon, j'avoue aussi que mon cerveau s'est lassé d'avoir à démêler et à distinguer Ælswith d'Æthelwold et de Ealdwulf, ou encore Mildrith de Guthrum et de Leofric. Pas facile de s'y retrouver dans tous ces drôles de noms…
Mais je ne voudrais pas décourager tous les passionnés d'histoire car c'est quand même sur ce même tas de pillages, de combats et de massacres que s'est construite l'Angleterre – comme beaucoup d'autres royaumes. Toujours instructif.
On peut compter sur moi pour avoir toujours un métro de retard, donc rien d'étonnant à ce que j'apprenne seulement maintenant que la BBC a adapté en 2015 ce roman pour la télé. Paraîtrait que les Vikings sont à la mode depuis quelques temps.

Challenge Multi-Défis 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Phoenicia
  26 février 2021
Une épopée historique très intéressante. L'auteur fait le choix de nous présenter le roi Alfred du Wessex et sa lutte contre les Danes. Pour cela, il présente l'histoire d'un Northumbrien fictif, Uthred, élevé par les Danes, à la frontière entre ces deux cultures. Alfred est donc en arrière-plan, même un peu trop dans ce tome-ci. J'espère que nous aurons l'occasion de plus le rencontrer dans les tomes ultérieurs.
Partagé entre ces mondes païens et chrétiens, nous voyons progressivement la conquête de la Grande Bretagne par les Danes. Cela permet ainsi une certaine immersion dans le monde des Vikings qui m'a plu, notamment par le biais du personnage de Ragnar. le personnage principal présente également l'intérêt d'une action toujours en suspens puisqu'il a ses propres intérêts - retrouver sa terre ancestrale que son oncle a usurpée, venger la mort de proches - et pour cela n'hésite pas à changer d'allégeance. L'épopée se solde donc de double jeu, de tactique, de combats, d'allégeance, d'ambition. Un joyeux cocktail qui permet une évolution rapide de l'histoire. le seul bémol reste, que tout intéressant que cela soit, je n'ai pas du tout accroché avec la personnalité d'Uthred. J'aime bien mais sans plus. Pour autant, je lirai la suite.
Challenge A travers l'histoire 2021
Challenge Multi-défis 2021
Challenge Séries 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Aela
  17 juin 2017
La chaîne Numéro 23 a récemment diffusé la série "The last kingdom" série produite par la BBC. Cette série s'inspire largement de l'oeuvre de Bernard Cornwell "Histoires saxonnes" premier volet: "The last kingdom", le scenario est d'ailleurs fidèle à la trame du roman, si ce n'est l'âge du héros qui, dans le livre, est âgé d'une dizaine d'années au départ et ne parvient que bien plus tard à l'âge adulte.
L'Angleterre du IXème siècle: pas d'unité mais plusieurs royaumes qui coexistent: celui de Northumbrie, gouverné par le roi Egbert, roi fantoche aux mains des Vikings que l'auteur appelle "Danes" ici car venus du Danemark, le royaume de Mercie, avec à sa tête le roi Burghred, le royaume d'Estanglie avec le roi Edmund à sa tête et enfin le dernier royaume, celui du Wessex, gouverné par le roi Aethelred puis par son jeune frère Alfred qui lui succède en l'an 871. C'est ce royaume du Wessex qui va faire figure de "dernier royaume" car il résiste vaillamment aux incursions de ces Danes, dont les chefs Ivar-sans-os, Ubba et Halfdan sont, c'est à signaler, les 3 fils du redoutable chef de guerre Ragnar Lothbroke qui est le héros de la non moins célèbre série anglo-canadienne "Vikings" diffusée régulièrement sur nos chaînes.
Le héros de ce roman est le jeune Uthred de Northumbrie. Il est comte de Bebbanburg, alors appelé "ealdorman" de Bebbanburg, à noter que le mot anglais "earl" qui signifie "comte", vient du norois (langue utilisée par les Vikings) "jarl". La destinée de Uthred bascule lors d'une attaque viking, Uthred va être enlevé par les Danes et élevé par eux ainsi qu'une autre Saxonne, Brida. le seigneur qui va l'élever et ensuite l'adopter, est Ragnar.
Uthred va adopter les moeurs et modes de vie des Danes avant d'être remis à Alfred, roi de Wessex. Partagé entre deux cultures, la saxonne et la viking, partagé entre deux allégeances, celle faite à Ragnar et celle qu'il aura vis à vis du roi Alfred ensuite, la vie ne sera pas facile pour notre héros qui sera aussi dépossédé de son comté et devra participer à des batailles contre ses anciens amis.
C'est un très beau roman, basé sur des faits historiques et qui nous plonge dans une époque troublée. On pressent que le roi du Wessex, Alfred devrait gagner la partie alors qu'il veut conquérir la Mercie, l'Estanglie, et la Northumbrie et veut pour cela utiliser notre héros Uthred pour rallier les peuples du Nord, mais ceci sera l'objet du tome suivant "Le quatrième cavalier".
Roman d'aventures qui nous apprend plein de choses sur cette époque peu connue. Dommage que l'éditeur, Michel Lafon, ne réédite plus ces livres sortis en 2006....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190


critiques presse (1)
eMaginarock   15 juillet 2019
Le style de Bernard Cornwell est fluide et l’on ne s’ennuie pas dans ces pages. Pas de description à rallonge de chacun des paysages de cette Angleterre médiévale, l’auteur va à l’essentiel et nous fait vivre l’histoire à ses côtés.
Lire la critique sur le site : eMaginarock
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21Gwen21   01 février 2016
"Faire viking" signifie piller, et les Danois qui combattirent l’Angleterre au IXe siècle, bien qu’étant indubitablement des pillards, étaient avant tout des envahisseurs et des occupants. Une imagerie pittoresque leur est attachée, tout particulièrement l’atroce supplice appelé aigle déployé, dans lequel les côtes de la victime étaient écartées pour exposer poumons et cœur. Il semble qu’il s’agisse d’une invention tardive. Il en est de même du casque à cornes dont il n’existe absolument pas la moindre preuve. Les guerriers vikings étaient bien trop sensés pour affubler leurs casques de telles protubérances qui auraient facilité la prise.


{Extrait de la post-face rédigée par l'auteur}
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
TatooaTatooa   21 janvier 2020
- Vos dieux sont de faux dieux. Ce sont des étrons du diable, des créatures malsaines qui apportent les ténèbres sur le monde, alors que notre dieu est grand, tout puissant et magnifique.
- Montre-le moi, défia Ivar.
Un silence s'abattit.
- Prouve tes paroles, insista Ivar alors que les Danes murmuraient leur approbation.
Le roi Edmond cligna des paupières, ne trouvant clairement aucune inspiration. Puis il désigna la tenture de cuir qui représentait le martyre de St Sébastien.
- Notre Dieu a épargné à St Sébastien la mort sous les flèches, dit-il. Voilà une preuve suffisante, n'est-ce-pas ?
- Mais il est tout de même mort, fit remarquer Ivar.
- Parce que telle était la volonté de Dieu.
Ivar réfléchit.
- Donc, ton dieu te protégerait de mes flèches ? demanda-t-il.
- Si telle est sa volonté, oui.
- Essayons, alors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AelinelAelinel   28 avril 2016
Uhtred s'adressant au lecteur :
"Je suppose, si vous lisez ceci, c'est que vous avez appris votre alphabet, et que probablement quelque damné moine ou prêtre vous aura tapé sur les doigts, donné maintes calottes, ou pire. Non que je l'aie subi, bien sûr, car je n'étais plus un enfant, mais je supportai leurs ricanements méprisants tandis que je peinais sur les lettres." (P. 265)
Commenter  J’apprécie          170
Gwen21Gwen21   12 janvier 2016
- Le Danemark est une terre ingrate, expliqua-t-il. Ce ne sont que plaines et sable, et on ne peut rien faire pousser sur un tel sol. De l’autre côté de la mer, ce ne sont que collines escarpées avec de minuscules champs où l’on travaille comme un chien en criant famine.
Commenter  J’apprécie          240
TatooaTatooa   18 janvier 2020
Je suis Uhtred. Je suis le fils d'Uhtred, fils d'Uhtred, dont le père s'appelait aussi Uhtred. Le clerc de mon père, un prêtre du nom de Beocca, l'écrivait Utred. J'ignore si cette version convenait à mon père, car il ne savait ni lire ni écrire, mais parfois je sors de leur coffre de bois les vieux parchemins et j'y vois son nom écrit Uhtred, Utred, Ughtred ou Ootred. Ces parchemins attestent qu'Uhtred, fils d'Uhtred, est le légitime seigneur des terres précisément bornées de pierres et de digues, de chênes et de frênes, par les marais et par la mer. Je rêve de ces terres sauvages, battues par les vagues, sous un ciel agité par le vent. Je rêve et je sais qu'un jour je reprendrai ces terres à ceux qui me les ont volées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Bernard Cornwell (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Cornwell
Vidéo de Bernard Cornwell
autres livres classés : vikingsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

L'aigle de Sharpe - Bernard Cornwell

Le petit nom de Sharpe est ?

William
Richard
John

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Les aventures de Sharpe : L'aigle de Sharpe de Bernard CornwellCréer un quiz sur ce livre

.. ..