AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782262065379
450 pages
Éditeur : Perrin (28/09/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :
« La » biographie politique de Lénine, l'homme qui a fait basculer le monde dans le XXe siècle – l'époque des totalitarismes communistes, fascistes et nazi – par Stéphane Courtois, le maitre d’œuvre du Livre noir du communisme, best-seller mondial.

La biographie la plus attendue du centenaire de 1917, fruit d'une vie de travail consacrée à l'étude du communisme.

A rebours de l'idée dominante qui dédouane Lénine pour mieux accabler Stali... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bigmammy
  16 août 2019
Ce livre m’a donné un sacré coup de poing ! J’avais déjà lu une biographie du leader communiste – celle d’Hélène Carrère d’Encausse – mais je ne me souvenais pas de tant de sang et de massacres …
Au début, on pense que l’auteur se dédouane – ou se venge – d’avoir cédé dans sa jeunesse soixante-huitarde à la tentation de l’extrême gauche jusqu’en 1971. Mais il s’agit ici d’un ouvrage d’historien, spécialiste reconnu – même s'il fut controversé lors de la parution en 1997 du fameux « Livre Noir du Communisme » - un travail particulièrement documenté. Car le livre est truffé de citations et de références éclairantes, recueillies au cours de plusieurs séjours dans les archives des partis soviétique et européens (toutes centralisées à Moscou !) entre 1992 et 1994.
Stéphane Courtois commence par un tableau apocalyptique de la Russie prérévolutionnaire : les oppositions farouches entre slavisants et occidentalistes, anarchistes et marxistes, ultraconservateurs, réformateurs libéraux, révolutionnaires, démocrates favorables à une république constitutionnelle, socialistes réformistes, anarchistes et communistes. Avec toute une intelligentsia mal nourrie au lait universitaire permis par les réformes libérales du tsar Alexandre II. Un pays immense en plein démarrage industriel, une classe ouvrière embryonnaire, un antagonisme grave entre paysannerie et directives venues des villes.
Dès 1878, une vague d’attentats terroristes secoue le pays, avec l’objectif de faire tomber le gouvernement, de tuer le tsar, qui sera atteint en 1881 avec l’attentat-suicide contre Alexandre II.
Vladimir Illitch Oulianov est né en 1870 dans une famille d’intellectuels aisée. Son père, fonctionnaire, a été anobli par le tsar. Il connaît une enfance dorée dans le respect de la religion et du régime tsariste. Mais son adolescence va subir un double traumatisme : la mort prématurée de son père et la pendaison de son frère aîné condamné pour activisme. Pour Vladimir, à travers la lecture des livres de son frère, la violence est justifiée par la cruauté généralisée de la société. Tout au long de sa vie, il considèrera que la grandeur de la fin justifie l’horreur des moyens.
Deux traits sautent aux yeux : d’abord, l’étendue des querelles byzantines entre les différentes écoles de pensées révolutionnaires et les interprétations de la philosophie marxiste. Vladimir – qui prend bientôt le pseudo de Lénine – est influencé – entre autres - par Plékhanov, Netchaïev, Bernstein, Kautsky qui tordent allégrement les réalités pour étayer leurs théories. Lénine, lui, est le roi de l’interprétation des statistiques … Ensuite, la référence permanente à la Révolution française : Robespierre, les Jacobins, les Girondins, la Terreur, les Vendéens …
Lénine prône la primauté d’un parti ultracentralisé contre l’autonomie des cercles révolutionnaires. Il impose aux ouvriers l’idéologie des intellectuels révolutionnaires, asservit la théorie marxiste à sa volonté de toute puissance. La lutte des classes dont ainsi être étendue à la dictature du prolétariat. Il réalise la destruction par le bas de l’ordre ancien en livrant le pouvoir aux instances locales qui anéantissent tout sur leur passage, y compris les bases d’une société démocratique.
Maître absolu du Parti-Etat, il fonde le modèle du totalitarisme qui sera adopté plus tard par le nazisme, avec le monopole de la disposition des moyens de production et de distribution des biens matériels, jouant à plein le chantage à la famine qui causera des millions de morts, la déportation en interne, la création des camps de concentration pour ceux qui ne sont pas d’accord, les purges, les meurtres de masse des opposants et des intellectuels.
Ce livre donne les clés pour comprendre aussi l’immense imposture que fut le communisme au XXème siècle, et en particulier démystifie la fiction diffusée en 1956 par le Rapport Khroutchtchev qui accable Staline pour mieux préserver le fondateur embaumé sous les murs du Kremlin. Car sans Lénine, il n'y aurait pas eu Staline qui n'en fut que le "génial" continuateur.
Stupéfiant, éclairant !
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TOCNIOP
  11 juillet 2018

Stéphane Courtois veut démontrer que Lénine est un affreux totalitaire et il y parvient. Son livre est une accusation à charge, il aurait pu donner la parole à la défense. Enfin, quoi, Lénine a quand même été le libérateur du joug tsariste !
Ce livre est fastidieux. Un, Il contient beaucoup de détails, évoque de nombreux personnages de deuxième, voire de troisième rang. Deux, il aborde les différents mouvements contestataires de gauche, les différentes écoles et le lecteur moyen que je suis s'y perd et fini par décrocher. C'est sans doute le propre de l'universitaire de vouloir montrer son savoir, de faire déballage de connaissances. Stéphane Courtois nous décrit Lénine comme un rat de bibliothèque, je pense que lui-même a usé quelques fonds de pantalon sur des chaises d'obscures bibliothèques.
Mais il présente l'avantage de remettre en perspective les différents événements qui ont précédé 1917, le pourquoi de la décrépitude de la société tsariste. de même il est intéressant de se replonger dans la vie d' V.I. Oulianov afin de comprendre comment il est devenu Lénine, cet affreux dictateur sanguinaire.
Donc un livre non dénué d'intérêt, simplement un peu fastidieux pour le néophyte en Histoire que je suis.
Pour me remettre de cet effort intellectuel, je vais maintenant aller voir du côté de chez Max Gallo et son « 1917 une passion russe »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Villebard
  27 février 2018
On apprend pas grand chose au niveau historique mais la peinture du personnage est édifiante.
Un pervers psychopathe qui a mis le monde à feu et à sang.
Que se serait-il passé si le tsarisme l'avait liquidé ?
Les bolcheviks n'ont pas hésité à massacrer des millions de personnes...
Commenter  J’apprécie          00
philippedeville
  12 mars 2018
L'auteur a une idée en tête, Lénine était un dictateur, et il la martèle tout au long du livre. L'objectivité et la neutralité de l'historien passe un peu à la trappe.
La thèse n'est pas forcément fausse mais le style agressif n'aide pas à la faire passer.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
NonFiction   24 janvier 2018
Le portrait du penseur de la Révolution russe par l’auteur du Livre noir du communisme.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeFigaro   21 septembre 2017
Stéphane Courtois sonde en profondeur le terreau intellectuel et moral dont s'est nourri le jeune Vladimir Ilitch Oulianov pour devenir Lénine.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
UnvolaUnvola   17 septembre 2020
(Pages 24 et 25) :
L'historien italien Emilio Gentile en proposa en 2001 une définition [du totalitarisme] plus précise qui renvoie tant au communisme qu'au fascisme mussolinien et au nazisme hitlérien :

(…) le phénomène totalitaire peut être défini comme une forme nouvelle, inédite d’expérience de domination politique mise en œuvre par un mouvement révolutionnaire, qui professe une conception intégriste de la politique, qui lutte pour conquérir le monopole du pouvoir et qui, après l’avoir conquis, par les voies légales ou illégales, dirige ou transforme le régime préexistant et construit un Etat nouveau, fondé sur le régime à parti unique et sur un système policier et terroriste comme instrument de la révolution permanente contre les « ennemis intérieurs ». L’objectif principal du mouvement totalitaire est la conquête et la transformation de la société, à savoir la subordination, l’intégration et l’homogénéisation des gouvernés sur la base du principe du primat de la politique sur tout autre aspect de l’existence humaine.

Celle-ci est interprétée selon les catégories, les mythes et les valeurs d’une idéologie palingénésique, dogmatisée sous la forme d’une religion politique, qui entend modeler l’individu et les masses à travers une révolution anthropologique, pour créer un nouveau type d’être humain, uniquement voué à la réalisation des projets révolutionnaires et impérialistes du parti totalitaire. A terme, il s’agit de fonder une nouvelle civilisation de caractère supra national et expansionniste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Stéphane Courtois (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Courtois

Communisme 2014 : "En Europe" - Stéphane Courtois - Ed. Vendémiaire
L'éternel retour des communistes Il y a un quart de siècle, le Mur de Berlin tombait par une nuit de novembre, avant que s'effondrent les dominos des « démocraties populaires », puis...
autres livres classés : totalitarismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La poésie et la guerre

"Après la bataille" Victor Hugo: Mon père, ce héros au sourire si doux,/ Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous/ Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,/ Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,/ ...

Les côtes de cette mer où s'envolait la vie.
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Le village endormi de la belle Marie.
La ville désertée. Puis tout à coup s'enfuit.

10 questions
95 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , poésie , histoireCréer un quiz sur ce livre