AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715224745
Éditeur : Mercure de France (22/03/2007)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Les Mémoires laissés par les marins de Louis XIV sont rares et d'un style assez technique. Ceux du comte de Forbin, trop longtemps occultés, se révèlent exceptionnels tant par l'étendue et la variété des aventures militaires qu'ils couvrent que par la plaisante vivacité de leur écriture. Nul n'a parcouru tant de mers, du Siam à la mer Blanche, nul n'a pu faire valoir, en tant d'opérations risqu&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
urobepi
23 février 2015
Quelle vie singulière que celle de ce corsaire du Roi Soleil! Permettez que je vous la raconte un peu.
Entré tôt dans la marine et ayant déjà, très jeune, pris part à de nombreuses campagnes, Claude Forbin a du tempérament. Courageux et hardi face à l'ennemi, il peut également se montrer fier et querelleur hors du champs de bataille, reprenant à son compte, dirait-on, la règle de vie de Cyrano: « Pour un oui, pour un non, se battre, – ou faire un vers ! » (Acte II, Scène VIII). Quoique, de vers, l'ami Forbin n'en écrira sans doute pas un seul, mais bon…
Toujours est-il qu'en 1677, pour une peccadille, le voilà qui croise le fer avec un chevalier aussi étourdi que lui. L'altercation tourne au tragique lorsque, après quelques passes d'armes, l'épée de Forbin reste coincée dans la gorge de l'insolent. La blessure ne pardonnera pas. Décidément, on meurt beaucoup au royaume des mousquetaires. Dans son ouvrage Croiser le fer¹, Pascal Brioist évalue à un sur sept le nombre de duels à cette époque où l'un des protagonistes trouve la mort. Les survirants ne sont pas pour autant tirés d'affaire car les combats sont interdits et punissables de mort par décapitation. Charmant.
Voilà donc notre ami dans de beaux draps qui obtient pourtant sa grâce, se rend à Brest et s'enrôle à nouveau dans la marine en usant d'un subterfuge par lequel il prend littéralement la place de l'un de ses frères malade.
Nous étions tous les deux du même âge et de la même taille; on ne prit pas garde au troc, et je fus reçu à sa place sans difficulté (p.46)
Suivront d'autres campagnes aux îles d'Amérique, sur les côtes de Colombie et du Venezuela puis retour en Méditerranée en 1682 pour participer au bombardement d'Alger d'où il rapporte le témoignage de boucheries sans nom.
Les nouvelles bombes qu'on jetait incessamment irritèrent tellement ces barbares que, pour se venger, il se saisirent du consul français, le mirent dans un de leurs mortiers et le tirèrent au lieu de boulet. Leur cruauté n'en demeura pas là: ils traitèrent de même plusieurs esclaves français qu'ils attachaient à la bouche de leurs canons, en sorte que les membres de ces pauvres chrétiens étaient portés tous les jours jusque sur nos bords, présentant ainsi un spectacle d'inhumanité… (p. 52)
Preuve, s'il en fallait, que notre siècle n'a pas le monopole de l'horreur…
Les missions guerrières se seraient sans doute succédé ainsi pour Forbin, avec peut-être même une certaine monotonie dans l'atrocité si, en 1684, n'était arrivée à la cour de Louis XIV une ambassade envoyée par Sa Majesté le Roi de Siam (oui, à l'époque, on dit « de » et non « du » Siam). L'affaire est loin d'être banale car, disons-le toute suite, au XVIIe siècle, le pays qui compose l'actuelle Thaïlande est aussi éloigné de la France que la Lune l'est de nous aujourd'hui. le voyage est faisable, certes, mais risqué. Bref, ce n'est pas tout à fait la porte d'à côté.
La délégation, composée principalement de deux mandarins siamois, est accompagnée par un jésuite des missions orientales qui fera office d'interprète. Que veulent ces gens?
Dans les différentes conférences qu'ils eurent avec les ministres, ils firent entendre, conformément à leurs instructions que le roi leur maître protégeait depuis longtemps les chrétiens; qu'il entendait parler volontiers de leur religion; qu'il n'était pas éloigné lui-même de l'embrasser; qu'il lavait donné ordre à ses ambassadeurs d'en parler avec Sa Majesté: et ils ajoutèrent enfin que leur maître, dans les dispositions où il était, se ferait infailliblement chrétien, si le roi le lui proposait par une ambassade. (p.77)
C'est un peu louche, non? Évidemment, le très pieux Louis tombera dans le panneau et s'empressera de composer sa propre ambassade commandée par le chevalier de Chaumont à laquelle se joindront Forbin ainsi que six pères jésuites et une suite nombreuse de jeunes gentilshommes. L'expédition comptera également dans ses rangs l'abbé de Choisy, celui-là même qui passa plus de la moitié de sa vie habillé en femme et nous laissa de nombreux ouvrages dont un journal de son voyage au Siam. Quelle équipée mes amis.
(lire la suite...)
Lien : http://plaisirsdemodes.com/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mémoiresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
942 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre