AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072957925
704 pages
Éditeur : Gallimard (07/10/2021)
4.56/5   3966 notes
Résumé :
Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (736) Voir plus Ajouter une critique
4,56

sur 3966 notes

Eric76
  19 février 2017
Dans quelle soupière s'est encore mise notre petite Ophélie ?
Dans ce monde doré et impitoyable de la Citacielle où tout n'est qu'illusion, strass, menterie, artifice et sournoiserie, cette jeune fille mal endimanchée, sincère et spontanée, ne passe pas inaperçue. L'imprévisible et capricieux Farouk, l'esprit de famille, le Dieu immortel à la mémoire défaillante, n'eut aucun mal à la repérer parmi la foule des courtisans. Avec ses petites lunettes rondes, sa chevelure en bataille, ses habits déformés, et sa vieille écharpe plus revêche que jamais, la « petite d'Artémis », comme il dit, l'intrigue. Elle lui rappelle vaguement quelqu'un. Mais qui ? Et si ses pouvoirs de liseuse allaient enfin lui révéler les secrets de son livre ? car c'est autour de ce livre des origines que se joue ce drame !
A la stupéfaction de la cour, la voilà bombardée vice-conteuse. Tout le monde espère sa disgrâce. Derrière son dos, les couteaux s'aiguisent. Il faudra des trésors d'ingéniosité et de patience à l'acariâtre tante Roseline qui « classe les baisemains dans la catégorie des gestes obscènes », et à la sublime Bérénilde, sa future belle-soeur, pour la protéger des autres comme d'elle-même. Il faut voir la belle Bérénilde traverser la foule des courtisans avec autant de grâce et de facilité qu'un cygne en train de fendre l'eau pour prendre sous son aile protectrice la petite Ophélie. Avouons qu'avec sa maladresse pathologique, sa curiosité maladive et ses bourdes à répétition, elle a une prédisposition naturelle aux catastrophes. Quant au lugubre Thorn, le futur époux « plus caillant qu'un pain de glace », qui sait ce qu'il a dans la tête ? Son futur mariage n'est-il qu'un des moyens pour satisfaire son ambition démesurée, ou bien s'évertue-t-il lui aussi à protéger notre Miss cataclysme de ses exploits inconscients et périlleux dans ce monde sans pitié pour les naïfs ? Allez savoir ???
Tout se complique, ce qui est déjà une gageure, quand la turbulente famille d'Ophélie vient lui rendre visite au moment même où Farouk l'écervelé la somme de retrouver quatre hauts dignitaires du royaume disparus dans des circonstances étranges. Tandis que sa mère, sorte de Castafiore ombrageuse et possessive, s'immisce dans la vie feutrée et pleine de chuchotis de la Citacielle à la manière d'un éléphant dans un magasin de porcelaine, Ophélie, aussi inébranlable qu'une poutre, part à la recherche des quatre disparus. A sa manière ! En se prenant les pieds dans le tapis, en se mettant à dos la pire engeance de la région, en tombant des escaliers, en se cognant aux portes, en se perdant entre deux miroirs…. Et j'en passe…
Une lecture qui n'a pas été de tout repos. Ah ça ! Srafina et Angie qui m'ont accompagné dans cette lecture commune sont bien d'accords avec moi : Ophélie nous a fait trembler comme une cafetière.
Humour, tendresse, onirisme, flamboyance, amour, suspens…. Inutile de préciser que j'ai adoré, que j'ai été bluffé par le second tome de cette saga que j'espère longue, très longue et de même qualité…



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1064
Mladoria
  18 décembre 2015
Grandiose, sublime, merveilleux, passionnant, palpitant...
Je pourrai enchaîner les adjectifs jusqu'à ne plus avoir de souffle. On dit que les suites sont souvent moins bonnes que les premiers tomes (bon d'accord ça s'applique surtout aux films mais quand même), et bien ici oubliez-ça !!
C'est une suite géniale où l'intrigue loin de s'essouffler, s'étoffe, se ramifie, se clarifie aussi beaucoup mais amène aussi de nouveaux mystères comme le reflux de vagues successives se chassant les unes les autres.
Notre duo de personnages principaux se développe, se densifie. De vraies personnalités aux multiples facettes, aux réactions parfois contradictoires qui malmènent un peu le lecteur lui offrant tantôt de la joie tantôt une puissante colère. J'adore toujours autant Thorn. Ophélie a vraiment pris une belle ampleur et j'apprécie de plus en plus la personnalité dont l'a dotée l'auteur. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et tisse un réseau dont les implications s'éclairent au fil des pages.
Mais si la vie de cour a ses dessous, l'Histoire du Monde a la sienne et elle est bien plus obscure et mystérieuse que les luttes de pouvoir.
J'ai tenté de savourer ce livre pour ne pas le lâcher trop tôt mais je suis quand même ressortie frustré de cette lecture, comblée et enthousiasmée au plus haut point mais frustrée tout de même, de devoir attendre la suiiiiiiiiiiite. On a pas envie de quitter ce monde foisonnant de détails, ces personnages terriblement attachants et cette intrigue qui n'a de cesse de nous surprendre.
Je pense relire ce début de série avant la sortie du prochain, je ne vais pas pouvoir tenir. Plus qu'un coup de cœur, une nouvelle lubie à longue échéance. Je vais prendre un plaisir non dissimulé à revenir dans cet univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7112
Kittiwake
  18 janvier 2016
Si trois ans ont passé pour les lecteurs du premier tome de la Passe-mitoir, l'histoire d'Ophélie reprend là où on l'avait laissée. Promue abruptement vice-conteuse officielle sur un caprice du roitelet Farouk, elle découvre le monde de la cour, de ceux qui épient le moindre froncement de sourcil du tyran qui y siège pour froncer les leurs, . Mais la gamine n'entre pas dans ce jeu : pas d'artifice magique ou d'illusions pour capter l'attention de ce public blasé (l'ambiance est celle des opéras italiens du 19è où l'on mangeait et parlait fort pendant le spectacle, sans souci des acteurs). Elle raconte simplement. Et le jour où l'inspiration lui fait défaut, elle le dit, provoquant une crise au sommet.
Les relations avec son fiancé, l'austère et rigoureux Thorn restent tendus et complexes, alors que l'impopularité de ce dernier affiche une courbe croissante lorsqu'il dénonce les fraudes qu'il découvre.
L'intrigue se corse lorsque Ophélie reçoit des menaces anonymes, lui enjoignant de renoncer à son mariage. Quatre courtisans disparaissent : il n'en faut pas plus pour le roman évolue vers une enquête policière menée bien sûr par la jeune passe-miroir.
La jeune Ophélie reste fidèle à elle-même dans ce tome, même si l'adversité croît autour d'elle et que ses pouvoirs s'émoussent, (faute d'exercice ou maturité qui ne fait pas bon ménage avec le magique?). Thorn reste un taiseux qui évoque le ténébreux Heathcliff d'Emily Brontë. La relation qui les unit est superbement évoquée tout au long du roman.
Les personnages secondaires sont réjouissants, ou agaçants. L'auteur pointe avec malice les travers des communs à tous ceux que le destin appelle à exercer une lutte de pouvoir en haut-lieu.
La magie qui anime les personnages et règle le fonctionnement de cet univers si caractéristique de Christelle Dabos reste inchangée. Les illusions qui créent le décor sont les mêmes, les pouvoirs des clans s'exercent pour attaquer ou protéger. Une évolution semble se dessiner cependant, avec la dégradation progressive de l'environnement. Ecologique ou divine? La mythologie évoquée sous forme de bribes semble bien être fondamentale pour expliquer la situation de Pôle.
On retrouve donc intact l'univers onirique qui avait tant charmé les lecteurs dans le premier opus.
Le plaisir est au rendez-vous tout au long de ces nombreuse pages. Il reste à souhaiter que l'on n'attendra pas trois autres années avant que l'on connaisse le destin de ce couple improbable et que nous puissions accompagner Ophélie et déchiffrer avec elle l'énigme de la Déchirure.
Enfin, point n'est besoin d'avoir encore quelques dents de lait pour savourer ces pages, quelques onces d'âme d'enfant suffisent.
Challenge Pavés 2025-2016
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
iris29
  24 novembre 2020
Mystérieuse et farfelue, poétique et amusante, fraîche et très sombre, addictive et inventive, cette série ne faiblit pas dans ce tome 2... Ophélie est , à l'insu de son plein gré, devenue vice conteuse de la Citacielle. Thor est toujours aussi froid, coincé, pointilleux . La glace fondra-t-elle ? Réussiront-ils à se marier ? le veulent-ils seulement ?
La famille d'Ophélie débarque, Ophélie se sent moins seule, mais les dangers guettent de toute part, le danger a plusieurs visages, puisque dans cet endroit, règnent des Mirages, les gens peuvent se métamorphoser. C'est un monde très déstabilisant et du coup fort inquiétant. Comment Ophélie réussit à ne pas devenir cinglée ? Vous le saurez en lisant cette formidable série écrite par une des auteures les plus inventives qui puissent exister. Et elle est française...
Commenter  J’apprécie          640
Gwen21
  19 janvier 2019
Le second tome de la célèbre saga de "La passe-miroir" gagne en effet en action et en rythme comme m'en avaient averti les aficionados, étonnés que je me sois un tantinet ennuyée à la lecture du tome 1.
Cependant, mon impression demeure quant aux longueurs dont souffre la narration. Bien qu'elles soient moins nombreuses que dans le tome précédent, mon intérêt en a encore souffert et j'ai eu une nouvelle fois le sentiment de devoir m'accrocher pour avancer.
Les personnages restent bien sympathiques même si je les trouve un rien statiques et cloisonnés dans leurs comportements respectifs. Toutefois, je ne veux pas être trop sévère car l'imagination fertile de l'auteure déploie encore ses fastes.
Cette saga a été écrite avec le coeur et les tripes, il n'y a pas à en douter une seconde ; beaucoup de sensibilité dans la narration et une indéfectible affection pour l'ensemble de des personnages, gentils ou méchants.
Malgré les défauts que je lui trouve, la série distille efficacement une bonne dose d'addiction donc tome 3, me voilà !

Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge Séries 2019
Challenge PAVES 2019
Challenge PLUMES FÉMININES 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          598


critiques presse (3)
Elbakin.net   27 janvier 2020
Dans ce deuxième tome, on retrouve un récit plus précipité et riche en événements [...] Le récit sait prendre de l’ampleur au fil des pages jusqu’au dénouement final, qui déchirera le cœur le plus glacé. L’auteure nous livre une suite maîtrisée et passionnante qu’il est difficile de lâcher, dans cet univers qui vibre sous sa plume d’animiste.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
eMaginarock   04 décembre 2019
Le récit est palpitant et n’a rien à envier au premier tome de La passe miroir. Très vite, on se retrouve plongés dans les magouilles et complots du Clairdelune pour de nouvelles aventures. J’ai très bien retrouvé l’atmosphère déjantée qui m’avait tant plu dans le premier volet, sans pour autant avoir l’impression que l’histoire se répétait.
Lire la critique sur le site : eMaginarock
Ricochet   04 avril 2016
La maîtrise de ce monde fantastique par l’auteure est impressionnante.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (349) Voir plus Ajouter une citation
Koneko-ChanKoneko-Chan   02 novembre 2015
- Je vous donne rendez-vous. Un rendez-vous officiel, de futur mari à future épouse. Vous me recevez toujours ?
- Oui, oui, je vous reçois, bredouilla-t-elle. Mais enfin, pourquoi nous voir ? Je viens de vous dire…
- Nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre d’être ennemis, trancha Thorn. Vous me compliquez la vie avec votre rancœur, nous devons impérativement nous réconcilier. Je n’ai pas le droit de pénétrer dans le gynécée : retrouvez-moi à l’intendance, insultez-moi, giflez-moi, cassez-moi une assiette sur la tête si ça vous chante, et puis n’en parlons plus. Votre jour sera le mien. Ce jeudi m’arrangerait. Disons… (Il y eut, dans le cornet acoustique, un bruit de pages tournées à la hâte.) Entre onze heures trente et midi. Je vous note sur mon emploi du temps ?
Suffoquée, Ophélie raccrocha le combiné avec autant de colère que si elle l’avait abattu sur le crâne de Thorn.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1122
MjbzhMjbzh   02 novembre 2015
Sa question fut laconique :
- votre cœur?
-Il va bien, balbutia-t-elle. L'illusion est passée. Je me sens m...
Ophélie ne termina pas sa phrase. Thorn avait refermé ses bras sur elle avec une force qui lui coupa le souffle. Elle ouvrit grand les yeux sur cette obscurité qui produisait des battements précipités. Elle ne comprenait pas Thorn aurait dû l'accabler de reproches, la secouer furieusement. Pourquoi la serrait-il contre lui?
- Quand je vous ai dit que vous aviez une prédisposition surnaturelle aux catastrophes, ce n'était pas une invitation à me donner raison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1314
MariloupMariloup   02 septembre 2016
Elle eut l'impression qu'elle se brisait de l'intérieur lorsque Thorn resserra son étreinte autour d'elle.
_ Ne tombez plus dans les escaliers, évitez les objets tranchants et surtout, surtout, gardez-vous des personnes peu recommandables, entendu?
Une larme roula sur la joue d'Ophélie. Les mots de Thorn lui creusaient un vide abyssal dans le corps. Elle savait avec une absolue certitude qu'à l'instant où ils se sépareraient, elle ne connaîtrait plus jamais la chaleur.
Thorn déglutit contre son épaule.
_ Ah, et au fait: je vous aime.
Ophélie s'étrangla dans un sanglot. Elle ne parvenait plus à parler. Respirer lui faisait mal.
Les mains de Thorn se perdirent dans la masse épaisse de ses boucles. Son souffle se fit plus court. Il serra son corps contre le sien, aussi près que c'était physiquement possible, puis il se dégagea d'elle avec une vivacité presque brutale.
Il se racla la gorge, soudain enroué.
_ C'est... c'est un peu plus difficile que je ne le pensais.
Il repoussa ses cheveux pâles en arrière, son regard fuyant résolument celui d'Ophélie. La bordure de ses paupières avait rougi: cette vision, plus que tout le reste, la bouleversa comme jamais encore elle n'avait été bouleversée.
_ Partez maintenant, marmonna Thorn. J'ai les adieux larmoyants en horreur.
Il décrocha la main d'Ophélie qui s'était cramponné à sa chemise. Elle aurait voulu avoir ses deux bras pour mieux se retenir à lui.
_ Allez-vous-en, insista Thorn d'une voix sourde en voyant qu'elle ne bougeait pas. Plus vous vous attardez ici, plus ce sera dur pour moi de...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
nightsreadingsnightsreadings   14 décembre 2015
« – Coupure au front, fracture du nez, deux molaires cassées et quelques muscles froissés, énuméra-t-il sans lever le regard de son tri. Ne vous laissez pas impressionner par le sang, ce n’est que le mien.


– Vous avez une pharmacie ?


– J’en avais une. Dernier tiroir du bureau.


Ophélie s’accroupit sous la table, trouva un coffret de bois laqué et en déversa accidentellement le contenu par terre. À sa grande surprise, il n’y avait là que des dés : des dizaines, des centaines de petits dés. C’était la collection la plus bizarre et la plus inutile qu’elle avait jamais vue. Elle finit par localiser le tiroir à pharmacie derrière le fauteuil du bureau, guidée par l’odeur étourdissante qu’il dégageait. Les flacons qu’il avait contenus étaient cassés. Dans l’espoir de trouver un survivant, Ophélie farfouilla les débris avec précaution, mais aucune bouteille n’était intacte et il n’y avait ni pansement, ni bandage, ni compresse, ni sparadrap.


– Vous devez voir un docteur, conclut-elle.


– Non, répondit Thorn, je dois ranger ces documents. L’intendance rouvrira ses portes à huit heures tapantes, pas une minute de plus.


Tandis que son écharpe s’ébrouait frileusement sur ses épaules, Ophélie s’agenouilla sur le parquet, en face de la silhouette arachnéenne de Thorn. Elle lui remit le paquet de feuilles qu’elle avait ramassées en chemin.


– À votre guise. Maintenant dites-moi : que s’est-il passé exactement ? Thorn examina un fac-similé à la lumière d’une lampe, tandis qu’il répondait :


– Deux individus masqués ont pénétré dans l’intendance par effraction, après avoir escaladé le mur extérieur. Ils m’ont posé quelques questions auxquelles je n’ai évidemment pas répondu, puis ils ont cherché ici ce qu’ils n’ont pas obtenu de moi. Mes griffes abâtardies ne valent peut-être pas celles de ma famille paternelle, mais, couplées à un pistolet, elles peuvent être dissuasives : ces messieurs sont repartis bredouilles par la fenêtre. (Pour illustrer ses propos, énoncés à la façon d’un procès-verbal, Thorn fouilla sa poche de chemise et sortit un sachet de velours noir.) Un nez et un auriculaire, annonça-t-il en secouant le sachet. Mes agresseurs seront désormais dotés de signes distinctifs qui faciliteront une future enquête. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Eric76Eric76   12 février 2017
- ... cette nuit, dans un sanatorium, près de la station balnéaire des Sables-d'Opale que la Citacielle survole actuellement. Les infirmières sont sourdes à nos questions, mais nous avons surpris entre elles des murmures inquiets. L'issue de cet accouchement s'annonce plus qu'incertaine. Soyons lucides, mesdames et messieurs les auditeurs, la première favorite du Pôle n'est pas aussi fraîche qu'elle a voulu le faire croire et la façon dont elle a fui la cour n'a trompé personne. Qu'à cela ne tienne, si vous ne venez pas à la cour, la cour viendra à vous ! C'est que l'évènement est d'importance, mesdames et messieurs les auditeurs. Ce bébé (dans l'hypothèse où il viendrait au monde sain et sauf) est le premier descendant direct de notre seigneur Farouk depuis trois siècles. Sera-t-il promis pour autant à un bel avenir ? Rien n'est moins sûr quand on connaît l'aversion de notre seigneur pour les enfants. Gardez votre poste allumé, mesdames et messieurs les auditeurs ! Petit-Potin, votre émission favorite, vous tiendra informés dès que nous en saurons plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430

Videos de Christelle Dabos (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christelle Dabos
Un petit aperçu de notre après-midi en compagnie de Christelle Dabos. Après la parution du tome 3 en poche de " La passe miroir ", le tome 4 est paru !
LIVRES DISPONIBLES ICI : https://bit.ly/3tjFL37
Tous nos conseils de lecture ICI : https://www.librairie-ledivan.com/
Suivez le Divan sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/divanlibrairie/ Twitter : https://twitter.com/divanlibrairie Instagram : https://www.instagram.com/librairieledivan/
autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






.. ..