AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264069061
336 pages
Éditeur : 10-18 (05/03/2020)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 21 notes)
Résumé :


Enfant, Uma a quitté son Inde natale pour les États-Unis. À trente ans, elle habite New York avec Thomas. Pour protéger leur relation, elle cloisonne sa vie en gardant à distance le poids d’un passé qu’il ne faudrait surtout pas remuer. Mais le jour où elle apprend qu’elle est enceinte, ce fragile équilibre bascule.
Madison Square Park est une tragi-comédie sur fond de quête identitaire. Abha Dawesar y explore le devenir-femme par le dépasseme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
traversay
  15 mai 2016
Les héroïnes des romans d'Abha Dawesar sont assez souvent des femmes qui cherchent à se libérer de leurs entraves et de leur condition d'indiennes auxquelles il est demandé de vivre dans la tradition et sans faire de vagues. La rébellion et surtout la recherche d'un équilibre sont au centre de ses livres, témoignage du choc des cultures puisque la romancière vit depuis longtemps en Amérique. Madison Square Park ne déroge pas à cette veine personnelle dans laquelle nombre de femmes de son pays, soumises à un système patriarcal depuis toujours, se reconnaitront sans peine. Entre New York, son port d'attache, et Delhi, ville de son enfance et adolescence, Uma, le personnage principal du livre, tente de s'affirmer et de s'arrimer à une vie heureuse auprès de son compagnon, en dépit de la pression de ses parents, un couple infernal qui lui rend l'existence très difficile. Uma en vient à douter de tout, de son ami, de ses choix et surtout d'elle-même. Son héritage indien ne la condamne t'elle pas cependant à un certain schéma de pensée qui l'empêche d'être lucide et sereine ? Dans Madison Square Park, Abha Dawesar multiplie les retours dans le passé pour donner un éclairage sur le présent. le destin d'Uma se construit page après page, dans une tentative désespérée pour s'affranchir de la lourdeur de la prédestination et en passant outre les comportements intrusifs de sa famille. La prose colorée de l'auteure donne au roman un caractère quasi bollywoodien alors que les révélations et les tragédies s'accumulent. Il faut accepter les couleurs vives de ce mélodrame existentiel pour en apprécier toutes les nuances. La fragilité et la sensibilité d'Uma sont aussi sa force pour se donner les moyens de vivre sans remords et avant tout sans crainte.
Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LaRousseBouquine
  08 juin 2016
A vrai dire, j'ai commencé la lecture de ce livre sans trop savoir de quoi il s'agissait et j'ai d'emblée été très surprise. Je lis beaucoup de contemporains, mais très peu parlent d'autres continents que l'Europe ou l'Amérique du Nord. Aussi, j'ai été très contente de voir que nous allions ici découvrir une histoire à mi-chemin entre les Etats-Unis et l'Inde. Plus que la découverte d'un pays en elle-même, ce que j'aime beaucoup dans les romans, c'est la confrontation de deux cultures, l'échange. Or ici, il y a de quoi faire.
La quatrième de couverture est assez parlante. Uma est une jeune femme new-yorkaise qui réussit très bien sa vie : elle est en couple avec Thomas depuis cinq ans et tout va pour le mieux entre eux, elle a un emploi dans une banque et pour lequel elle est reconnue, elle aime sa ville… Cependant, elle traîne un lourd fardeau : sa famille indienne, mais surtout ses parents, qui lui empoisonnent la vie. Ils sont médecins et ont émigré des années de cela à New York, et mènent la vie dure à Uma. Ils ont toujours voulu qu'elle se marie avec quelqu'un qui leur conviendrait, ils veulent qu'elle reste sous leur emprise. le couple des parents est on-ne-peut plus malsain, et Uma a totalement peur d'eux. Alors qu'elle tombe enceinte, Thomas veut qu'elle leur avoue enfin sa situation (de couple et de future maman). Mais celle-ci a trop peur des représailles…Le livre est composé de plusieurs parties qui viennent s'entremêler : il y a tout d'abord les passages de narration à New York, souvent du point de vue d'Uma, mais aussi du point de vue de Thomas, qui a un rôle important dans l'histoire, et de nombreux passages en italique où Uma revient sur différents épisodes passés, avec ses parents ou sa famille, en Inde ou à New York. J'ai beaucoup aimé cette construction, qui permet à la fois de découvrir la vie d'Uma et de sa famille sous de nombreux aspects, et qui met en lumière les différences entre la culture indienne et la culture américaine.
Pour le dire très simplement, j'ai adoré ce livre. Je l'ai lu quasiment d'une traite, j'ai été transportée par le destin d'Uma et je voulais savoir ce qui allait lui arriver. Je sais que Carnet Parisien a été assez ennuyée par ce livre, car elle trouvait qu'Uma était totalement passive et elle voulait la secouer. Chose que je comprends, et j'imagine que beaucoup de lecteurs ressentiront la même envie. Personnellement, j'ai trouvé que l'auteur essayait au contraire d'aller au fond des choses, et montrait que le poids des traditions familiales était tel qu'Uma était de toute façon prise au piège. Les passages qui se déroulent en Inde m'ont aussi beaucoup plu. J'ai eu le sentiment de voyager au fil des pages. Lors de la rencontre avec l'auteure (sur laquelle je reviendrai avec un autre article), elle a montré combien l'espace était au centre de la création de ses livres et de celui-ci en particulier. C'est quelque chose qui est très prégnant ici ; on voit les petits appartements new-yorkais, petits cocons et enclaves au milieu de l'agitation, comme on voit les paysages de l'Inde parfois décrits.
Le livre était vraiment bien écrit, ce qui m'a aussi beaucoup plu.Abha Dawesar, dans Madison Square Park, a créé des personnages forts, hauts en couleurs, qui ne manquent pas de caractère et qui ne laissent pas indifférents. le sado-masochisme des parents m'a fait hurler, la douleur d'Uma m'a émue et la patience et la détermination de Thomas m'ont attendrie. A travers ces personnages, Abha Dawesar nous offre une réflexion multiple : sur le poids des traditions familiales, sur le caractère borné des parents qui véhiculent à New-York une image de l'Inde parfois datée, et sur la difficulté de devenir parent aussi, lorsqu'il s'agit de faire des choix pour quelqu'un d'autre, en espérant que ce soient les bons.Vous l'aurez compris, pour moi Madison Square Park est ce genre de livres magiques, qui vous transportent loin le temps de quelques heures de lecture, et qui vous serrent le coeur en le refermant. C'est le premier livre que je lis de l'auteure et certainement pas le dernier. C'était une très bonne lecture, que je vous conseille de découvrir dès maintenant !
Lien : http://laroussebouquine.fr/i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Delphine-Olympe
  13 septembre 2016
A l'occasion de la tenue du festival América de Vincennes, j'ai à nouveau pioché parmi les auteurs invités. J'avoue n'être pas spécialement férue de littérature américaine - bien que j'en lise régulièrement - si bien que je me suis pleinement laissée guider par le hasard et le feeling pour orienter mon choix. Comme je suis au contraire particulièrement friande de culture indienne, lorsque j'ai trouvé le livre d'Abha Dawesar à la bibliothèque, je n'ai pas hésité une seconde.
Cette auteure, née à Delhi en 1974, vit aujourd'hui aux Etats-Unis, où elle a fait ses études. C'est dire si la rencontre - voire la collision - de deux cultures lui est un sujet familier. Un sujet qu'elle a placé au centre de son dernier roman.
Uma est une jeune femme comme bien d'autres, qui partage un petit appartement avec son amoureux, Thomas, occupe un emploi stable, sort avec ses amis... Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'au moment où elle tombe enceinte. Thomas irradie de bonheur à l'annonce de cette nouvelle pourtant inattendue. Pour Uma, c'est une autre histoire : comment annoncer cet événement à ses parents, alors même qu'ils ignorent l'existence de Thomas, eux qui ne rêvent que de la marier à un Indien qu'ils choisiront eux-mêmes.
Soudain, le fragile équilibre qu'avait réussi à se construire Uma s'effondre. Thomas la presse d'affronter ses parents, d'autant qu'elle pourrait être porteuse d'une maladie génétique susceptible d'atteindre à son tour le bébé. Un dépistage de chacun des membres de la famille se révèle donc incontournable...
Mais Uma panique. Les souvenirs d'enfance remontent à sa mémoire. Abha Dawesar distille dans son récit de nombreux épisodes de l'enfance de son héroïne, éclairant ainsi progressivement sa personnalité. Elevée au sein d'un couple dont la relation repose sur un étonnant cocktail d'amour et de violence, ayant été témoin des étreintes de ses parents comme des agressions de son père à l'égard de sa mère, Uma n'a d'autre choix que de les fuir pour enfin échapper à leur emprise.
Abha Dawesar évoque cette difficulté de manière très fluide, sait rendre son héroïne attachante et le tout est assez agréable à lire, même si je ne ferais pas de ce roman un indispensable.
Au-delà des fossés culturels qui peuvent certes exister, mais cependant aussi être fort bien dépassés, ce roman évoque surtout la difficulté à s'émanciper d'une tutelle parentale qui peut parfois se révéler extrêmement pesante et invalidante. Prendre son envol pour chercher sa voie propre : une étape nécessaire à laquelle chacun se trouve un jour ou l'autre confronté…

Lien : http://delphine-olympe.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
CarnetParisien
  10 avril 2016
J'avais quelques attentes vis-à-vis de ma lecture de Madison Square Park, puisqu'elle promettait de m'ouvrir à une culture qui m'était totalement inconnue. L'Inde est un pays qui me fascine, et je souhaitais vraiment m'y immerger puisque j'aimerais m'y rendre au moins une fois dans ma vie. Je m'attendais également à être confrontée à un chemin initiatique pour Uma, une femme au passé étrange pour qui les traditions familiales étaient un véritable fardeau.
Cependant, dès les premières pages, j'ai ressenti une profonde distance avec les personnages que je n'ai jamais vraiment réussi à franchir.
J'ai été transportée par les passages qui narraient le passé d'Uma. Son héritage familial est certes très lourd, et j'ai été très surprise par le comportement de ses parents, qui entretiennent une relation malsaine non seulement entre eux, mais également avec leur fille. Uma, détestant le conflit, n'y prendra jamais part et subira pendant les trois quarts du roman cette pression parentale, dont elle ne se défera jamais réellement.
C'est peut-être pour cela que j'ai tant détesté Uma. J'avais envie de la secouer, de la pousser à agir ! Au lieu de quoi, elle se complaît dans un rôle purement passif. Jamais elle ne se rebelle contre ses parents, jamais elle ne prend l'initiative de remettre en question son comportement. Comme elle subit sa grossesse, elle subit également les choix que les autres font pour elle : ceux de ses parents d'abord, ceux de Thomas ensuite. Sa docilité m'a profondément agacée, probablement car ce n'est pas du tout mon tempérament.
Tout au long du récit, il est question de maternité, de relations familiales. Comment devenir mère quand nous n'avons jamais vraiment connu l'amour maternel ? Il est aussi question de lieu : un appartement d'où Uma se fait expulser par ses parents, une maison familiale, un studio d'amoureux… L'Inde, l'Amérique. Toute une symbolique du mouvement.
J'ai aimé Isabelle, ce personnage tout en fraîcheur qui apporte une dose de légèreté au récit, une petite pause d'une réelle intensité qui m'a permis de me sortir des problèmes toxiques d'Uma. Même si son apparition est brève, elle est également indispensable.
J'ai également aimé le personnage de la cousine d'Uma : la première relation « normale » et saine de sa vie, qui pourra lui permettre de trouver une forme de stabilité.
Par contre, je n'ai pas réussi à me familiariser avec cette histoire. Les petites parenthèses théâtrales de Thomas m'ont un peu perdue, je n'ai pas très bien compris ce parallèle avec sa vie réelle.
Et puis, il y a tout l'amour que se portent Uma et Thomas. Au début, c'est une hésitation (encore une !), qui devient progressivement une certitude… et par-dessus tout ça, encore du drame, des remises en question qui m'ont une fois de plus agacée. Ce qui me laisse à penser que je n'étais probablement pas le bon public pour ce roman.
En conclusion
Je ne doute pas des qualités de ce roman, puisque ma copinaute La Rousse bouquine l'a pour sa part adoré. Pourtant, je n'ai pas réussi à être touchée par l'écriture d'Abha Dawesar. Les personnages ne m'ont pas parlé, je n'ai ressenti aucune empathie pour eux. Peut-être avais-je de trop lourdes attentes vis-à-vis de ce roman… Ou peut-être suis-je tout simplement trop jeune, ou ai-je un schéma familial trop simple pour que cette histoire m'ait plu.
Je vous encourage à découvrir l'avis de Solène, pour un autre point de vue sur Madison Square Park.
Lien : https://carnetparisien.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MayLisse
  20 juillet 2016
J'ai découvert Abha Dawesar en tombant sur son dernier roman et j'ai voulu en savoir plus. Elle est née à New Delhi mais vit aujourd'hui entre Delhi, New York et Paris. Madison square park est son 6e roman. Elle est très reconnue dans son pays ainsi qu'aux Etats-Unis puisqu'elle a eu des prix, notamment les prix Médicis et Femina étrangers pour son roman L'Inde en héritage. Babyji, best-seller en Inde, a été, lui aussi couronné de deux prix littéraires aux Etats-Unis.
J'ai donc été curieuse de découvrir cet auteur avec son dernier roman, Madison square park.
Résumé : Enfant, Uma a quitté son Inde natale pour les États-Unis. À trente ans, elle habite New York avec Thomas. Pour protéger leur relation, elle cloisonne sa vie en gardant à distance le poids d'un passé qu'il ne faudrait surtout pas remuer. Mais le jour où elle apprend qu'elle est enceinte, ce fragile équilibre bascule.
J'ai apprécié l'histoire, que j'ai trouvé vraiment captivante. Cette jeune indienne, fragile et écrasée par le poids du passé, qui a réussi à échapper à un destin tout tracé et à vivre sa propre vie. Mais pour arriver à cette finalité, de nombreux obstacles sont apparus au cours de sa vie. D'abord, Uma est prise entre deux cultures : celle qu'elle veut vivre, l'américaine, basée sur la liberté qui lui permet d'être une femme à part entière, et l'autre, l'indienne, qui la place dans un statut de totale soumission par rapport à ses parents.
L'histoire est très forte. Uma est traversée par une véritable quête identidiaire. Les personnages sont emplis d'une libérté toujours vacillante, entre repli sur soi et ouverture à l'autre, où seul triomphe l'acharnement à vivre et à aimer.
Néanmoins, même si j'ai lu ce roman très rapidement, j'ai eu quelques difficultés avec l'écriture. Je ne sais pas si cela vient de la traduction mais j'ai trouvé que parfois les phrases semblaient vraiment "toutes faites", plutôt bateaux... Ça m'a parfois gêné pendant ma lecture et je n'ai pas trouvé que c'était très fluide... Après, l'histoire a été tellement prenante, que j'ai continué pour en connaitre la fin.
Lien : http://lafeeculturelle.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   08 juin 2016
Mon père boit, ma mère nargue. Mon père frappe, ma mère gémit. Mon père hurle, ma mère crie. Ils sont menottés tels des prisonniers décrivant des cercles sans fin. La bête qu’a été leur vie commune s’éveille toutes les vingt-quatre heures en soubresauts et secousses frénétiques, gagnant un jour d’existence en plus. Ils se sont sans cesse trahis et leur trahison ressemble aux vents hurlants du désert qui transforment une roche en sable. Ils hurlent, hurlent et hurlent dans mes oreilles même lorsque les arbres restent immobiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   08 juin 2016
Le père de Tracy. Le père d’Uma. Le sien. Des pères qui décident. Des pères qui possèdent leurs enfants. Qui les contrôlent. Vivent à travers eux. Leur refilent des gênes. Leur transmettent la maladie de Huntington. Abrègent des vies. Et aujourd’hui, Thomas. Sur le point d’être père à son tour. Cette responsabilité. Ce pouvoir. Cette dévotion. Thomas va corriger le tir des pères.
Commenter  J’apprécie          100
LaRousseBouquineLaRousseBouquine   08 juin 2016
Notre salon était un marché où s’appréciaient offres et enchères. Malgré l’opulence des sols en marbre et des canapés inclinables en cuir, j’avais l’impression d’être une tête de bétail que s’échangeaient deux tribus nomades.
Commenter  J’apprécie          130
AtasiAtasi   23 avril 2016
On lui avait appris qu'il fallait respecter les différences. Les différences culturelles étaient sacro-sainte. [...] D'autres cultures, d'autres façons de faire les choses, d'autres systèmes économiques, d'autres principes, tout cela valait le monde occidental. A maintes reprises, l'homme blanc avait imposé sa vision du monde et l'histoire lui avait montré ses erreurs. Face aux révélations d'Uma, Thomas avait réagi de la seule manière possible à ses yeux : s'efforcer de la connaître mieux encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Abha Dawesar (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abha Dawesar
Abha Dawesar - Madison square park .Abha Dawesar vous présente son ouvrage " Madison square park" aux éditions Héloïse d'Ormesson. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/dawesar-abha-madison-square-park-9782350873541.html Notes de Musique : Expatriates by Yair Yona. Free Music Archive Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : alcoolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3850 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre