AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791026225201
299 pages
Éditeur : Librinova (13/11/2018)
4.29/5   14 notes
Résumé :
J'ai décidé d'être une femme heureuse et épanouie le jour où j'ai appris que j'étais atteinte de sclérose en plaques. Il y a quelques années déjà. Tant de choses se sont passées depuis mes 18 ans : ma rencontre avec la famille MacDonald qui, entre temps, est devenue ma belle-famille, mon épanouissement personnel malgré l'adversité, et mon mariage avec Scott qui restera un des plus beaux moments de ma vie. Cependant, il reste une ombre qui ternit ce tableau qui aurai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,29

sur 14 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

sylvaine
  25 janvier 2019
Et si.. L'Eveil de Larème Debbah novembre 2018.
Il est des auteurs qui vous accompagnent. Larème Debbah fait partie des auteurs dont j'apprécie le talent et la gentillesse ..C'est donc avec le plus grand plaisir que j'ai retrouvé Jeanne et Scott jeunes mariés installés à Edimbourg. Si la sournoise comme elle l'appelle n'est pas prête de lâcher Jeanne , le bonheur du jeune couple fait chaud au coeur. Comme la vie n'est pas un long fleuve tranquille , heureuses et mauvaises nouvelles vont rythmer le défilement des jours .
Bien sur la maladie est là, omniprésente, la SEP, sclérose en plaques , évolue insidieusement, lentement mais inexorablement. Face à cette adversité l'amour, la volonté , la force d'un couple seront ils suffisants?
Larème Debabh parle d'un sujet qu'elle connait malheureusement fort bien mais sans mièvrerie, sans larmoiement, son texte n'en a que plus de force. Ses personnages ont gagné en puissance et en caractère. Une lecture fluide et rapide en sont le gage.
Merci Larème pour votre confiance et ce partage via la plateforme simplement.pro
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Mespetitescritiqueslitteraires
  24 février 2019
La vie de Jeanne n'est plus en France, dans cette grande maison familiale où chacun vaquait à ses occupations et n'accordait que bien peu de temps au reste de la famille. En s'envolant vers l'Ecosse, la jeune femme a fait éclater sa bulle d'enfance, pleine d'innocence, d'insouciance mais aussi de pression familiale et de communication à sens unique. Dans le confort cosy du manoir des MacDonald, c'est dans une tout autre bulle qu'est venue se lover Jeanne. Grâce à la sclérose en plaques dont elle est atteinte, la jeune française se sent prête à vivre pleinement, à se laisser éblouir par la beauté de chaque instant et à écouter sa voix intérieure.
Si le premier tome était une éloge à la lenteur, à la contemplation et à la reconstruction, le deuxième est son exact contraire. Car ici, Jeanne ne veut plus prendre son temps, elle veut vivre. Vivre vite, vivre fort. Alors que cette sournoise aurait pu la plonger dans un océan de pleurs, c'est une tout autre vision de la vie qu'elle lui offre, celle de l'Eveil.
Car auprès de son mari, Scott, Jeanne s'éveille à la vie. Toujours sur ses gardes, il se met un point d'honneur à n'apporter que bien-être et soutien à sa jeune épouse. Grâce à lui, Jeanne découvre la douceur de l'amour. Son corps, pourtant devenu imprévisible, s'éveille à la sensualité sous les caresses expertes de son mari.
Mais lorsque l'éveil des sens se voit brusquement sali après une agression, c'est l'équilibre même de Jeanne qui s'en voit fragilisé. Elle devra donc puiser toute la force dont elle est capable pour oublier, se relever et dépasser cet épisode douloureux. Débutera alors un autre éveil, celui de la résilience.
Mais lorsque Jeanne décide de vivre pleinement, la vie l'écoute. Et bien que consciente des risques encourus par une grossesse, c'est dans l'éveil de la maternité que Jeanne deviendra véritablement une femme accomplie.
Une nouvelle fois, j'ai retrouvé avec un plaisir non feint les personnages déjà présents dans Et si… de sa plume, toujours aussi fluide et agréable à lire, Larème Debbah a su les faire évoluer sans pour autant travestir leur personnalité.
Malgré tout, je dois avouer que je me suis moins laissée attendrir par les personnages, par leurs réactions. J'aurais aimé retrouver la lenteur du premier tome, ce parfait équilibre entre fragilité et détermination. Retrouver l'épaisseur de chaque personnage et prendre le temps d'analyser leurs réactions, leurs mots, leurs maux.
Car dans cette deuxième partie, Jeanne est plus lionne que jamais. Son désir de vivre est tel que les événements s'enchaînent à une vitesse vertigineuse, ne laissant que peu de répit au lecteur pour reprendre son souffle. J'ai donc souvent eu l'envie de lui dire de se poser, de prendre le temps d'observer, de s'émerveiller, de savourer. Oui mais voilà, contrairement à elle, je n'ai pas ce mal qui me ronge, je n'ai pas ce besoin impérieux d'accomplir un maximum de choses en un minimum de temps. Tout simplement parce que je ne vis pas dans l'incertitude et la douleur. Jeanne, malgré son jeune âge, n'a plus le temps de faire semblant, n'a plus le temps de tergiverser. Elle balaie d'un revers de la main tout ce qui pourrait la ralentir ou ternir sa joie de vivre. Passée la phase d'introspection, la voilà qui s'éveille à la vie avec détermination, impatience et avidité.
Une deuxième partie toute en cohérence mais qui bouscule le lecteur en l'obligeant à sortir de sa zone de confort. le rythme soutenu des événements fait écho à la personnalité et à l'appétence de Jeanne, les turbulences de sa vie se matérialisant même au travers de la magnifique couverture de Et si … L'éveil. Une nouvelle fois, Larème Debbah montre combien l'écriture lui sied à merveille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Chrichrilecture
  09 juin 2020
Belle suite
Une belle suite bien écrite sur la vie de Jeanne et sa famille avec un peu plus de romance et un peu moins de crédibilité J'ai commencé le dernier tome
Commenter  J’apprécie          210
EveLenn
  07 janvier 2019
Je suis très heureuse d'avoir découvert Larème Debbah. C'est le deuxième livre que je lis d'elle et surement pas le dernier. J'ai beaucoup aimé le tome I Et si…, l'histoire m'avait fait sourire et pleurer, et globalement, ça m'avait rappelé que nous sommes tous des êtres humains fragiles face à la maladie. Que certains d'entre nous ont des préoccupations cachées, et que malgré la douleur physique et les souffrances qui affligent leur âme, ils s'efforcent de vivre leur vie avec amour, humilité et amitié, comme le fait si bien cet auteur que j'apprécie…
Le parcours de Jeanne est prenant, révélateur, triste et finalement optimiste! Être malade affecte la façon dont les autres vous regardent et agissent autour de vous. Certains personnages m'ont agacée, révoltée, au point que mon envie de distribuer quelques claques était extrême. Ce n'est vraiment pas facile de gérer sa vie personnelle et la maladie…
J'aime beaucoup Jeanne, c'est une véritable combattante qui ne laisse rien paraitre, et qui pourtant, connaît des moments sombres et pénibles, des moments de découragements et d'incertitudes qu'on peut facilement comprendre. Bien que son personnage évolue beaucoup, j'aime penser qu'elle est une sorte de Xéna la guerrière, parce qu'il n'existe pas de pilule magique pour aller mieux, il n'existe pas de traitement miracle, et que de ce point de vue, elle se bat pour ne pas se laisser engloutir par cette fichue maladie.
On ne peut qu'espérer que la science trouve un jour des médicaments vraiment efficaces pour atténuer les effets de la SEP, parce que la maladie est un événement tragique. Plus nous discutons ouvertement de ces choses, mieux nous sommes préparés…et mieux nous serons en mesure de soutenir nos proches. Ce livre n'est pas un guide sur la SEP, ni un roman chagrin, c'est l'histoire d'une femme ordinaire, qui ne veut pas laisser sa maladie prendre le contrôle sur sa vie.
On sort de cette histoire avec un sentiment positif, avec une envie : profiter pleinement de la vie.
Si vous voulez en savoir plus, lisez ce merveilleux roman…
C'est une lecture que je n'oublierai pas de sitôt! Et que je recommande à tous ceux qui apprécient les histoires inspirantes…
Merci Larème pour ce merveilleux moment de lecture ! J'attends le tome III avec impatience. ❤️💖❤️
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeslecturesdeNinon
  12 décembre 2018
Merci à l'auteure, d'abord pour sa confiance, et pour m'avoir donné cette opportunité de lire son roman en avant-première. J'avais découvert le premier tome ET SI un peu plus tôt dans l'année, et donc, ici, on retrouve les mêmes personnages. J'avoue avoir été surprise, à plusieurs reprise au cours de ma lecture. Jeanne va vivre des choses auxquelles je ne m'attendais pas du tout, et j'ai parfois été choquée. Bravo à Larème, parce qu'on ne le voit pas forcément venir.
C'est un roman qui se lit bien. Les personnages ne sont pas lisses, ils ont leur caractère et leurs petits défauts et ça m'a amusée de les voir se chamailler pour ensuite se réconcilier.
Évidemment, la pauvre Jeanne n'a pas une histoire des plus faciles. Déjà avec la maladie, mais elle doit surmonter beaucoup d'autres épreuves. J'ai eu un peu peur à la fin, mais finalement, j'ai refermé le livre en espérant que les drames allaient s'arrêter là pour cette famille et qu'ils pourraient être pleinement heureux désormais.
Un dernier mot pour la couverture, que je trouve magnifique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
ChrichrilectureChrichrilecture   09 juin 2020
Moi qui avais la larme facile, je me surpris à ne pas en verser une seule. En fait, c'est dramatique de vivre un deuil de la sorte, avec nonchalance et désinvolture. Il était de ma chair et de mon sang et pourtant les émotions telles que la tristesse et le chagrin m'avaient littéralement abandonnée en cette période.
Commenter  J’apprécie          100
MespetitescritiqueslitterairesMespetitescritiqueslitteraires   24 février 2019
Par moment, la douleur s'intensifie, se transforme en fourmillement qui m'empêche de déposer mon pied à terre. Il m'arrive de perdre l'équilibre au point que j'ai peur de prendre Louise dans mes bras. La fatigue me contrarie à tel point que je déprime. Mon avenir incertain me fait peur. J'ai l'impression de vivre un calvaire permanent. Je ne veux pas mourir, mais vivre dans l'incertitude et la douteur, est-ce mieux?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MespetitescritiqueslitterairesMespetitescritiqueslitteraires   24 février 2019
C'était ma deuxième expérience et je ne pensais pas que cela pouvait être encore mieux que la première fois. Ma naïveté avait son charme. Scott était un peu plus entreprenant, mais avec toujours autant de douceur, autant de délicatesse. La légèreté de chacun de ses gestes avait le don de me rendre fébrile, attentive aussi au moindre de ses désirs.
Commenter  J’apprécie          10
MespetitescritiqueslitterairesMespetitescritiqueslitteraires   24 février 2019
Malgré les drames vécus, malgré l'adversité, aujourd'hui, je savais que j'arriverai à me battre contre la sournoise, contre ma meilleure ennemie qui m'accompagnait quotidiennement, contre celle qui avait élu domicile dans ma chair. Cependant, je portais un regard bienveillant sur mon avenir, sur ma vie de femme, d'épouse et de mère.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2020
Il était animé d’une telle puissance, d’une telle fougue animale que je ne connaissais pas, jusqu’à ce que je sente une profonde déchirure au plus profond de mon être, une plaie béante qui ne cicatriserait jamais. J’étais écorchée vive. Je ne me battais plus, j’attendais, le regard dans le vide que cet homme animé d’un instinct bestial termine sa sale besogne et s’en aille. À présent je pleurais. Cet homme venait de détruire ce qu’il y avait de plus beau en moi, ma fragilité, mon innocence, ma confiance en la vie et en l’homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : Sclérose en plaquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
220 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre