AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782847201741
326 pages
Gaïa (01/09/2010)
3.82/5   94 notes
Résumé :
Madeleine s'enfuit de l’école le jour de la rentrée. Sa mère, folle d'angoisse, crie sa terreur le long de la rivière.

Sa fille est saine et sauve mais Clothilde y perd la voix. Elle consulte, refuse les traitements, se heurte à l’incompréhension des proches, mari père amie.

Sa voix perdue, c'est le chant lyrique qui la lui redonnera. Car la voix chantée de Clothilde est d'une beauté peu commune, sublime.
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 94 notes
5
11 avis
4
4 avis
3
7 avis
2
5 avis
1
0 avis

Madeleine se sauve de l'école. Affolée, sa mère accompagnée de Beau, le chien, la cherche en hurlant son nom jusqu'à ce qu'elle la retrouve enfin de l'autre côté de la rivière.

Mais, à avoir tant crié, Clotilde a perdu sa voix.

Mariée, ayant arrêté ses études de musique pour élever ses quatre enfants, un mari pilote de ligne ; une amie très chère, un père mélomane, une belle villa….. tout lui sourit, mais, au fil des jours, sa voix ne revient pas.

Refusant les traitements provisoires et incertains, contre l'avis de ses proches, elle décide, avec l'aide de son orthophoniste de prendre des cours de chant, et étrangement, si elle ne peut plus parler, elle chante à merveille.

C'est un joli portrait de femme ; un sympathique roman sans prise de tête où de la fugue de Madeleine à la fugue musicale, le chant et la musique sont omniprésents. On sent que l'auteur est elle-même mélomane.

Commenter  J’apprécie          140

Le début de ce livre c'est Perfect Life. Belle maison, grand jardin, une femme aux qualités multiples, un mari pilote de ligne qui ressemble à Paul Newman, quatre enfants irréprochables, même le chien s'appelle Beau... bref tout va pour le mieux pour Clothilde sous le soleil de la Bourgogne. Elle a même la chance d'avoir une amie qui lui procure un boulot alors que pointe l'angoisse des journées vides maintenant que les petits derniers sont aussi scolarisés, elle rafle une affaire immobilière au vu et au su de tout le monde, trouve des artisans disponibles en un rien de temps et lorsqu'elle a besoin d'une consultation chez un spécialiste, c'est dans la semaine qu'on lui en propose un. de quoi se plaint-elle, hein ?.. Oui mais voilà, suite à un terrible stress, Clothilde perd soudainement sa voix.

Tout ça commençait à me lasser et je regrettais déjà d'avoir cédé aveuglement à l'achat du nouveau livre d'Anne Delaflotte Mehdevi. J'avais tellement aimé "La relieuse du gué" et son ambiance intimiste que je n'imaginais pas un instant être déçue par ce second roman. Et je pensais comme la cousine bourguignonne "T'as bien des soucis de riches toi..."

Heureusement, alors que la mécanique familiale s'enraye pour mieux se recaler suite à cet événement, entrent en scène le chant et la musique. Et, contre toute attente, me voilà embarquée dans le parcours de cette femme à la recherche d'un désir profond d'exister.

A une analyse psychologique fouillée, l'auteur privilégie une approche de front. Point de grandes plongées dans le passé, l'auteur laissant, s'il le souhaite, le lecteur tirer lui-même les fils anciens qui ont pu se nouer au point de former cette grosse boule dans la gorge qui obstrue la parole et, au- delà, le désir. L'ici et maintenant sont sur le devant de la scène, avec en toile de fond une sensualité omniprésente.

Au final, un texte sympathique, mais pas bouleversant, pour aborder l'histoire d'un tournant de vie et l'affirmation de soi.

Commenter  J’apprécie          70

Le jour de la rentrée scolaire, ses enfants tous scolarisés pour la première fois, Clothilde se retrouve seule dans sa grande et belle maison. Que va-t-elle faire de ce temps libre désormais, trouver un travail peut-être, reprendre la musique ... sa réflexion est interrompue par l'appel de la directrice de l'école, sa fille Madeleine a fugué... Elle part accompagnée de son chien qui l'emmène jusqu'aux bords de la rivière ...Clothilde hurle le nom de sa fille avant de la découvrir de l'autre côté de la rive saine et sauve...La petite fille est retrouvée, mais Clothilde a perdu sa voix... et là commence vraiment l'histoire, passionnante de cette femme qui envers et contre tous refuse les traitements (injections, psychiatre...)et trouve sa voie différemment en passant par sa voix chantée. Car si elle ne peut pas parler , elle peut chanter et sa voix chantée est sublime... C'est l'histoire d'une page qui se tourne dans la vie d'une femme, pourtant en apparence très heureuse mais à un moment charnière justement, dans l'incompréhension totale de son entourage, mari, amies, père... Seuls les enfants s'accommodent de cette maman qui communique différemment avec eux désormais... Il règne dans ce roman une très belle ambiance, où la musique est omniprésente et envoûtante... L'histoire est magnifique, elle se finit bien, et j'aime çà, pourtant elle aurait pu mal finir ! Un portrait de femme émouvant, des personnages secondaires attachants, des lieux superbes, un village aux vieilles pierres dominé par une abbaye où Clothilde va chanter, un second roman beaucoup plus abouti et profond que le premier (La relieuse du gué) qu'au demeurant j'avais déjà beaucoup aimé...

Plongez au coeur de cette fugue sans hésiter, vous y passerez un merveilleux moment !

Commenter  J’apprécie          60

Dans ce roman au titre musical, le lecteur croisera la route d'une femme dont la vie a pris un tournant inattendu.

Avant la rentrée de septembre, sa vie était bien rodée : un mari aimant, des enfants qui poussent comme de jolies petites graines, un gros chien blanc attentionné, l'envie de reprendre une activité ... Une vie sereine et qui semble toute tracée.

Alors, lorsqu'en ce jour de rentrée Clothilde se prend enfin du temps pour elle loin de ses petites tornades, que le téléphone sonne, elle tombe de haut quand la maîtresse lui apprend que sa fille a fugué.

Vite, prendre la voiture, aller chercher Madeleine. La truffe de Beau sera d'un grand secours. Arrivés près de la rivière, Beau perd la trace de la petite fille. Clothilde pousse alors un hurlement animal, elle crie le prénom de sa fille mais seul le vent fait écho à ce cri.

Heureusement, elle aperçoit une silhouette de l'autre côté de l'arbre : elle plonge dans l'eau et prend enfin dans ses bras Madeleine.

La vie peut reprendre son cours.

Enfin, presque.

Si Madeleine a été retrouvée, Clothilde a perdu sa voix.

Après avoir été surprise par la perte de sa voix, Clothilde s'en accommode, mais ce n'est pas le cas de son mari ni de sa meilleure amie. Pour eux, c'est une véritable catastrophe : cette jeune femme qui gérait tout, n'était jamais malade, se retrouve soudain handicapée. Son mari ne la reconnaît plus, son amie ne voit pas l'intérêt de lui parler, seuls les enfants semblent trouver cette situation rigolote ... de son côté, Clothilde qui avait besoin de soutien, se trouve bien démunie face à la réaction de ses proches.

Heureusement qu'elle va chez le phoniatre : ce médecin l'aide à retrouver confiance en elle, à débloquer sa voix, mais rien n'y fait. Aucun son ne sort.

Un jour, cependant, le médecin lui propose de faire le cours en chantant, et là, miracle, la voix de Madeleine est pure et d'une belle intensité.

Une belle ouverture pour Clothilde. Elle, l'ancienne musicienne, reprend ses partitions de piano et commence à jouer des fugues, autres que celle qu'a jouée sa fille au mois de septembre.

Une nouvelle vie commence, avec de nouveaux horizons : chanter devient essentiel pour la jeune femme. Même si la parole lui fait toujours défaut, le chant est là.

Voici un roman qui nous emporte de la première à la dernière page. Il y a tout d'abord la vie de cette jeune femme, vie qu'elle s'est dessinée selon les désirs de ses proches. Enceinte 4 fois en 5 ans, Clothilde a tout d'abord vécu pour ses enfants, ne s'est jamais posée, et lorsque le lecteur rencontre ce personnage, il sait que Clothilde est à un tournant de sa vie, que la chrysalide se transformera en papillon, et ce, même si parfois ces changements ressemblent à un tsunami.

Un portrait de femme vibrant et touchant.

Mais il y a aussi le portrait de ceux qu'on ne fait que peu parler : les enfants et ce magnifique chien. Les enfants, d'abord, et surtout Madeleine, petite Clothilde en miniature qui aime jouer sous le piano, véritable forteresse. Et puis il y a Beau, le gros chien des Pyrénées, véritable source de réconfort, toujours là quand Clothilde a besoin de lui.

Là aussi ce sont des portraits croqués avec justesse.

Outre ces personnages, il y a aussi le cadre de vie, ce décor coupé par cette rivière, symbole de renaissance, mais aussi cette abbaye, lieu du silence par excellence.

Je pourrais aussi vous parler du père dont un pied est encore coincé dans le passé, du mari dont la voltige peut lui faire perdre la tête, de Baptiste l'illuminé, ou encore de la mère de Clothilde, mais ce serait vous en dire trop.

En somme, voici un roman que je conseillerais aux jeunes mamans, aux mélomanes, aux amoureux des chiens, à ceux qui aiment lire des tranches de vie avec ses hauts et ses bas ...

Une réussite.


Lien : http://leiloona.canalblog.co..
Commenter  J’apprécie          31

Clothilde vit dans un tout petit village, Levayze qui s'étire à l'ombre d'une abbaye. La jeune femme mène une vie heureuse entourée de ses quatre enfants et de son mari, pilote de ligne qui revient à la maison tous les trois jours et demi. Entre sa famille, ses amis, sa maison et la musique qu'elle écoute du matin au soir, la jeune femme a su trouvé un bel équilibre.

Quand commence le roman, nous sommes début Septembre et c'est le jour de la rentrée des classes. Un jour important pour Clothilde car les jumeaux, ses enfants les plus jeunes font leur premier rentrée scolaire. La période où il fallait qu'elle s'occupe continuellement d'enfants en bas âge est terminée, Clothilde commence à penser à ce qu'elle pourrait faire maintenant, trouver un travail, un travail en rapport avec la musique peut-être, avec le chant...

Dans la vie comme dans les romans rien ne se passe comme prévu, quelques heures après la rentrée la directrice de l'école l'appelle, affolée, Madeleine, sa fille aînée a fugué, échappée par la fenêtre de l'infirmerie. Clothilde accompagnée par son chien Beau, cherche sa fille, partout elle l'appelle, elle hurle son nom pour enfin la découvrir saine et sauve de l'autre côté de la rivière. Cela n'aurait pu être qu'un mauvais souvenir mais Clothilde a perdu sa voix...

Mari, père, amie, tout le monde s'inquiète, les semaines passent et elle ne parle toujours pas, pire elle refuse l'injection de toxine botulique qui pourrait lui redonner cette voix. Paradoxalement Clothilde, elle est heureuse, elle apprend à voir sa vie différemment et surtout elle a appris que faute de pouvoir parler, elle pouvait chanter...

Comme vous pouvez déjà le deviner à la lecture de mon long résumé, j'ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de cette jeune femme si courageuse et si attachante. Ce livre est tout sauf triste, il nous parle bien au contraire des choses essentielles.

Clothilde est une jeune femme et jeune mère qui arrive à un moment important de sa vie, un moment où se profile le changement. Elle va faire de la perte de sa voix, non pas un obstacle mais une prise pour évoluer et surtout pour devenir ce qu'elle a envie d'être. Ses rapports avec les gens qu'elle aime, évolue, on remarque la difficulté qu'ils ont à apprécier ce changement, mais elle tient bon.

Tout ce parcours se déroule dans une ambiance feutrée et sensible, ambiance dans laquelle les gens et leurs actes semblent prendre plus d'importance qu'ailleurs. La nature, la musique, les vieilles pierres, toutes ses choses éternelles apportent grâce et sérénité à ce roman.

Une très belle découverte!


Lien : http://l-ivresque-des-livres..
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation

Les cris de Clothilde montaient en crescendo au fur et à mesure que le flair du chien les guidait vers le lit de la rivière. Il courait droit vers l'eau quand elle voulait qu'il la mène à l'enfant. Les deux chemins paraissaient irréconciliables. Elle n'y voyait pas à vingt mètres. Ses chevilles se tordaient dans les ornières, ses chaussures se chargeaient de terre luisante et noire. À la terre, elle abandonna un soulier. À chaque pas, elle était plus lourde, elle arrachait des sillons frais du labour ses jambes happées par la glaise.

Désarroi. Comment garder en ligne de mire le blanc immaculé du pelage de Beau et assurer ses pas dans cette boue ?

Un instant son âme s'échappa. Le pied nu se chaussa de terre. Les yeux et les jambes de Clothilde suivaient le chien blanc mais elle scandait : « C'est un rêve, je ne cours pas, Madeleine est là. Les fugues se jouent, ne se font pas, Madeleine est là. »

Commenter  J’apprécie          70

Elle, qui, pendant sa première grossesse, n’avait pas eu la moindre envie de fraises, avait décidé au cœur de la nuit, son premier enfant à peine né, qu’elle aurait un chien, qu’il serait le plus grand et le plus blanc possible. "

Le lendemain de sa sortie de l’hôpital, le bébé dans une poche façon kangourou calé entre ses seins, elle était partie en chasse de chien. Le soir même, un chiot des Pyrénées intégrait la famille, un pastou, un berger. Il était « Beau ».

Commenter  J’apprécie          60

Les amitiés meurent : même la leur ?

Elles meurent souvent de mort naturelle, rarement ravalées par de grandes fâcheries. Elles meurent parce que le chemin inconscient et singulier qu'empruntait telle amitié est soudainement coupé, par un éboulis, une veine de terre étrangère au chemin qu'elle recouvre.

Commenter  J’apprécie          90

Existait-il une musique constituée d’une seule note égarée entre deux plages de silence illimité ? N’était-ce pas cela une photo ? Une image comme une brèche où l’imagination engouffrait drames, joies, expériences vraies ou fabulées. Un puits sans fond, une note hors mesure, sans tempo et sans clé.

Une photo, de ce qu’elle révèle, ne dit rien ou trop ?

Pourtant si la maison brûlait, Clothilde sauverait les photos et les films de ses enfants avant leurs papiers d’identité ou ses partitions. Elle sauverait les photos de ses enfants et le portrait de sa mère à l’entrée de sa chambre.

Déraison ?

Commenter  J’apprécie          40

Dans mes rêves il y a des rires d'enfants, des enfants que j'entends mais que je ne trouve jamais. Je les cherche sous les serres comme pour aller les cueillir mais rien n'a poussé. A trente-trois ans, je ne me vois pas comme le Christ en croix, je ne suis pas au seuil de l'éternité : j'ai des hommes mais pas d'enfants. Il me faut le contraire. Comment est-ce que quelque chose qui paraît si simple à obtenir pour certains reste inaccessible à d'autre ?

Commenter  J’apprécie          20

Videos de Anne Delaflotte Mehdevi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Delaflotte Mehdevi
Marguerite, fille et petite fille d'enlumineurs, vit sur le pont Notre-Dame. Son frère jumeau est épileptique. Marguerite le veille, le maintient littéralement en vie. Sa mère préfèrerait que Marguerite soit malade plutôt que son fils. Elle harcèle et accable sa fille. Pour compenser et conjurer cet enfermement, Marguerite s'arrime à la manifestation primordiale de la vie qu'est la lumière, la couleur.
Elle va gagner sa place dans l'atelier familial, non sans peine.
Toute sa vie, elle marche sur une ligne de crête, un chemin borné par le pont Notre-Dame et le Petit Pont. Chaque jour elle traverse l'île de la Cité, de l'atelier d'enluminure à l'apothicairerie de son parrain où elle vient s'approvisionner en pigments.
Jusqu'au jour où elle rencontre Daoud. Un maure - l'ennemi absolu.
Histoire, portrait de femme, amour des couleurs et de la vie, art du livre, le nouveau roman d'Anne Delaflotte-Mehdevi possède un véritable charme.
+ Lire la suite
autres livres classés : muetteVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
945 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre