AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2262043973
Éditeur : Perrin (07/11/2013)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Après le succès de La Saga des reines, Jean des Cars signe les étincelants portraits des favorites les plus célèbres. Proches du pouvoir, et l'exerçant parfois d'une manière clandestine, elles forment un galant cortège de femmes à qui de grands hommes doivent beaucoup. Qu'est-ce qu'une favorite ? Le mot, sans doute d'origine italienne, signifie qu'une femme " a les faveurs " d'un personnage de haut rang. Elle ne se contente pas d'être une maîtresse, elle dispose de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nefertari88
  23 décembre 2016
Qu'elles s'appellent Diane de Poitiers, Mme de Pompadour ou Mme du Barry, qu'elles soient roumaines, américaines ou françaises, les favorites ont dominé notre histoire. Femmes de pouvoir, elles ont contribué à la grandeur de leur époque...ou non.
Leur influence sur un souverain dépasse largement le cadre de l'alcôve. Elle s'étend également au domaine des arts ou de la politique. Chacune avait son secret pour retenir leur royal amant.
Jean des Cars propose de partir à la rencontre de quelques unes d'entre elles. C'est l'occasion pour ceux qui s'intéressent à l'Histoire de découvrir quelques dessous coquins et pour ceux qui ne la connaissent pas de s'y intéresser.
Commenter  J’apprécie          10
Helene_rock
  07 juillet 2017
Comme toujours avec l'excellent Jean des Cars, on est rarement déçu. C'est le cas encore ici avec ce bel ouvrage, agréable à lire et à contempler, documenté et illustré, sur la vie secrète ou intime des favorites de l'Histoire. Certaines super-stars d'autres moins connues, les choix sont judicieux et le récit impeccable.
Commenter  J’apprécie          10
rynas
  07 avril 2019
Un livre passionnant, très bien écrit et qui permet d'en apprendre plus sur L Histoire et ceux qui l'on fait. J'ai ainsi peu découvrir avec beaucoup de plaisir des favorites que je ne connaissais pas du tout.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Lexpress   31 décembre 2013
Ces femmes de l'ombre ont partagé le destin des puissants d'Europe. Jean des Cars les met en lumière.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
rynasrynas   02 mars 2019
Loches (Indre-et-Loire), 2 avril 2005. Dans la collégiale Saint-Ours, une cérémonie religieuse marque la fin d'un étrange parcours pour les restes d'une femme disparue le 9 février 1450. Après bien des errements, le tombeau, surmonté d'un gisant magnifique, retrouve presque sa place, pas tout à fait au même endroit que lors du premier service funèbre. Celle qu'on avait surnommée la «Dame de Beauté» ne repose plus dans le choeur de l'église paroissiale, mais dans la nef de gauche. Sa sépulture, profanée pendant la Révolution, avait déjà été déplacée sous le règne de Louis XVI, puis sous l'Empire. Cinq cent cinquante-cinq ans après sa mort, cette femme suscite toujours la curiosité, voire la fascination. L'exceptionnelle finesse de ses traits, son corps long et mince, tels que nous les rendent ses portraits dus au pinceau des plus grands peintres de cette période pré-Renaissance, de François Clouet à Jean Fouquet, ne cessent de nous émerveiller. Fouquet l'a même représentée en Vierge à l'Enfant dans un admirable tableau sans doute posthume, osant, comme l'avait fait Clouet auparavant, la montrer le sein gauche dénudé. La Vierge n'est autre qu'Agnès Sorel ! «Regard baissé, front haut, sourcils soigneusement épilés, petit nez pointu, lèvres rouges et fines, petit menton, son visage est gracieux et fragile, d'une grande finesse. La taille est très fine, le ventre plat, et le haut de la robe, délacé, laisse voir un sein splendide, ferme, provocant, qui est en fait le centre du tableau, attirant tous les regards.» Une oeuvre qui mélange le sacré et le profane d'une manière audacieuse, troublante et révélatrice, car le véritable titre de gloire de celle qui a servi de modèle à cette Vierge était d'être la maîtresse reconnue et follement aimée du roi Charles VII ! Plus que cela, puisque Agnès a été, sans aucun doute, la première femme installée, officiellement, dans le statut de favorite d'un souverain, qui avait d'abord une épouse. Un roi, une reine, une favorite : le début d'une tradition française !

Charles VII n'a pas beaucoup de chance dans notre mémoire collective. De lui, dont le règne fut très long pour son temps (près de quarante ans), on ne retient trop souvent que cette ineffaçable dénomination étriquée de «petit roi de Bourges» et les trois femmes qui ont pesé sur sa vie : sa mère, la redoutable Isabeau de Bavière soupçonnée d'adultère ; Jeanne d'Arc, qui fait de lui un roi de France légitime, enfin sacré à Reims ; et Agnès Sorel, dont on dit, exagérément, qu'elle l'a poussé à reprendre la guerre pour «bouter les Anglais hors de France» et clore victorieusement la guerre de Cent Ans. Son fils et successeur, le rusé Louis XI, lui vole injustement la vedette en tant que premier roi de la France moderne par son esprit centralisateur et unificateur. Charles VII avait déjà largement entamé cette transformation du royaume, mais on omet souvent de l'en créditer. Or, pour lui, rien ne fut simple ni définitivement acquis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Jean Des Cars (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Des Cars
RENCONTRE AVEC XAVIER MAUDUIT – JEAN DES CARS – REMI KAUFFER
autres livres classés : EmpereursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1658 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre