AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226192948
Éditeur : Albin Michel (13/10/2010)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 104 notes)
Résumé :

Mystère, Enigmes et Secrets du passé sont autant de clés pour découvrir la petite histoire de la grande.

Avec l'aide des plus éminents de nos historiens d'aujourd'hui, nous avons tenté d'élucider une trentaine d'énigmes, sachant que l'Histoire est, comme la science, en perpétuelle évolution sur le chemin de la vérité. Ainsi de nouveaux dossiers ont pu être rouverts en s'appuyant sur des figures emblématiques et, à travers elles, raconter ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
missmolko1
  25 mars 2013
Quand je vivais en France, je ne ratais jamais une émission "Secrets d'Histoire" que je trouvais passionnante. J'ai donc eu envie de me plonger dans les livres pour y découvrir de nouveaux secrets et pour parfaire mes connaissances.
Stéphane Bern est un très bon conteur et les pages de ce premier tome se tournent toutes seules. Jamais ce n'est rébarbatif (et pourtant il y a des périodes historiques que je n'aime pas du tout!) bien au contraire. Alors certains disent qu'il y a des erreurs dans les pages de Secrets d'Histoire, moi honnêtement je serai bien incapable de le dire. En tout cas pour les novices en la matière comme moi, je pense que ce livre est un indispensable.
Richement documenté, illustré avec de nombreuses peintures, j'ai passé un très bon moment en compagnie des rois les plus illustres (Henri VIII, Louis XVII, Louis XV...), j'ai voyagé dans différents pays notamment en Russie (avec les Romanov, Raspoutine ou encore Catherine II) et dans d'autres cours royales (celle de Louis II de Bavière, de Sissi...), j'en ai appris plus sur certaines légendes (comme la bête du Gévaudan, ou encore celle du masque de fer...) et enfin sur de très célèbres personnages qui ont marqué L Histoire et dont tout le monde connait le nom mais qu'en réalité on ne connait pas si bien que ça. Je pense notamment à Charlotte Corday, Mozart, Casanova, l'impératrice Eugénie (que j'ai beaucoup apprécié).
Un livre vraiment très complet qui nous fait remonter le temps et sauter d'époque en époque. Les chapitres sont plutôt courts et se laisse lire très vite, j'ai aimé pouvoir les lire dans l'ordre que je voulais et pouvoir choisir qui j'allais découvrir en premier.
Deux autres tomes sont aujourd'hui publiés et je pense les lire très vite. J'espère en tout cas que l'auteur ne s'arrêtera pas là et continuera l'écriture de Secrets d'Histoire car c'est un régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
MissSherlock
  22 août 2012
Stéphane Bern n'est ni historien ni enseignant et pourtant il a réussi à redonner le goût de l'Histoire à de nombreux spectateurs et lecteurs. Son livre est le prolongement de l'émission télévisée du même nom et il est tout aussi intéressant.
A la lecture, on "entend" la voix de Stéphane Bern et son enthousiasme est communicatif. Les anecdotes qu'il évoque dans cet ouvrage ne sont que rarement abordées pendant les cours d'Histoire et c'est bien dommage : elles sont passionnantes ! Il ne s'agit pas ici d'entrer dans les détails mais bien de donner envie au lecteur de creuser le sujet par lui-même.
Merci Stéphane d'avoir su éveiller ma curiosité !
Commenter  J’apprécie          180
fee-tish
  01 décembre 2011
L'Histoire n'est pas qu'une affaire d'érudit, Stéphane Bern l'a bien compris. Il a su piquer la curiosité de nombreux français avec la série "Secrets d'Histoire" qui nous passionne tous les étés depuis quelques trois ans. Habile orateur, caractérisé par une ferveur parfois moquée, Stéphane Bern a décidé d'emmener les français vers la petite histoire. Celles de secrets, des questions sans réponses : celle qui fait rêver !
Alors ce livre, coup marketing ou nouvelle aventure pour l'auteur/animateur ? Il est sûr qu'il s'agit pour lui comme pour les producteurs de l'émission de surfer sur la vague du succès. Néanmoins, j'ai, pour ma part, adoré me replonger dans les mystères de notre Histoire. D'autant que cet ouvrage a trois atouts importants : premièrement, les chapitres sont très courts et permettent ainsi d'approcher pas moins de 35 personnages historiques ; deuxièmement, la vulgarisation et la synthèse n'ennuient pas le lecteur, puisqu'il comprend très facilement ce qui lui est conté ; troisièmement, une quantité très importante d'images (photographies ou reproduction de peintures ou dessins) agrémentent les pages.
Evidemment, pour m'intéresser à L Histoire, je connaissais quelques uns des récits évoqués assez bien. Cela ne m'a pas empêcher de prendre plaisir à les lire. J'ai tout de même appris beaucoup de choses, beaucoup de questionnement que je ne connaissais pas, notamment sur la fameuse bague de Louis XVI qui serait peut-être cachée dans quelques archives ; sur le fils de Louis XVI et Marie-Antoinette ; sur l'identité supposée (voire avérée maintenant) du masque de fer ; sur Molière ou encore sur les Romanov.
Un deuxième tome est déjà paru aux éditions Albin Michel, qui je l'espère sera aussi agréable à lire que celui-ci. Avis aux amateurs, n'hésitez à vous l'offrir ou à l'offrir pour Noël !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
raynald66
  19 avril 2014
Le troisième livre "Secrets d'histoire" que je lis (dans le désordre !!!) et avec autant de plaisirs. Pour tous les passionnés d'histoires, plein d'anecdotes historiques savoureuses dans ce livre ! J'espère que Stéphane Bern en écrira beaucoup d'autres !
Extrait :
CHRISTOPHE COLOMB
Reste que le premier à affirmer clairement l'existence d'un nouveau continent est le navigateur florentin "Amerigo Vespucci" qui, sur les traces de Colomb, longe au début du XVIème siècle les côtes de l'Amérique du Sud jusqu'à la baie de Rio de Janeiro et la Patagonie. Les lettres dans lesquelles il relate ses voyages, fourmillant d'anecdotes croustillantes sur les moeurs décomplexées des femmes du Brésil et le cannibalisme des indigènes, ont assez de retentissement pour qu'en 1507 un cartographe allemand donne à ce nouveau continent le nom
d'America, tiré du prénom de Vespucci. C'est ainsi que Colom est dépossédé de sa découverte. Mais avait-t'il de toute façon apporté la preuve, on sait que le navigateur viking Leifr Eiriksson fut, autour de l'an 1000, le premier européen à explorer les côtes de l'Amérique du Nord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AllTimeReadings
  13 décembre 2015
Etant une grande passionnée d'Histoire, et une grande fan de l'émission Secrets d'Histoire, c'était une évidence pour moi de lire ce premier tome écrit par Stéphane Bern. J'avais beaucoup d'attentes pour cette lecture et je dois avouer que je n'ai pas été déçue.
Dans ce tome, on découvre des dizaine de personnages historiques de Judas à Mata Hari en passant par Napoléon. La période est très étendue, ce qui fait qu'il y en a pour tous les goûts! Personnellement, j'aime beaucoup tout ce qui se rapporte aux rois aux empereurs (+ tous le XXe siècle bien sûr). Et j'ai été heureuse de retrouver à plusieurs reprises Marie-Antoinette, Mme de Pompadour et Napoléon. Bon, certains chapitres comme celui sur Judas ou Gilles de Rais m'ont un peu moins intéressé, mais pour la culture générale c'est toujours agréable à lire.
La plume de Stéphane Bern est très sympathique, fluide, sans aucunes difficultés pour la lecture. On y trouve parfois de l'ironie ou du sarcasme, ce qui rend la lecture plus piquante. En fait, dans ce livre, on retrouve tous les ingrédients de l'émission Secrets d'Histoire, avec parfois des petites citations d'historien comme Michel de Decker.
Même si chaque chapitre est assez court (environ une dizaine de pages), l'essentiel est dit sur chaque personnage. On apprend donc pas mal de choses.
J'ai aussi apprécié le fait que trois ou quatre illustrations étaient insérés dans chaque chapitre, dont une image sur une page entière.
En ce qui me concerne, mes chapitres préférés ont été ceux sur Rodolphe (le fils de Sissi), Sissi elle-même, La Pompadour et évidemment le masque de fer! D'ailleurs dans le livre, on a la réponse à la fameuse question « Qui est l'homme au masque de fer ? ». Et je vous avoue que la réponse est super-méga-décevante ! Alors je préfère rester dans mon petit monde de complots où le masque de fer est le frère jumeau de Louis XIV (et qu'il est joué par Léonardo di Caprio dans le film qui fait tant pleurer) ahahaha!
Je n'ai pas vraiment de critiques négatives à apporter à ce livre. Même en me creusant la tête, je ne trouve pas. C'est vraiment une oeuvre que vous devriez lire si vous êtes passionnés d'histoire ou simplement de culture générale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
PseudoPseudo   01 juillet 2013
Un document retrouvé en 1978 dans une grotte égyptienne pose bien des questions. Ce manuscrit, puzzle de mille pièces, écrit en langue copte, est passé entre les mains de plusieurs antiquaires, jusqu'à atterrir dans une fondation suisse qui l'a restauré. Il s'agit de l'Evangile de Judas ! Ce manuscrit du IVème siècle, dont l'original daterait du IIème siècle de notre ère, n'a pas été écrit par Judas, mais il en est le personnage principal. L'apôtre maudit y apparaît sous un jour très favorable et même davantage. Disciple élu, c'est à lui que Jésus aurait confié des secrets. Dans cet évangile, c'est Judas qui pose les bonnes questions au Christ. Dans une conversation entre Jésus et Judas, le premier demande au second de l'aider à quitter son enveloppe charnelle. Ce récit fait donc apparaître Judas non plus comme un traître, mais comme un héros, injustement condamné. Judas est l'apôtre qui le plus aimé Jésus, au point de sacrifier son honneur pour que le Christ puisse accomplir sa mission. Certains historiens vont même jusqu'à remettre en cause la version officielle de la mort de Judas, à savoir son suicide par pendaison. Il était inconcevable pour un juif pieux d'accepter l'idée de suicide. La vérité est qu'on ne sait rien sur ce qu'il advint de Judas. Peut-être a-t-il passé le reste de ses jours entouré de sa famille quelque part en Judée ou en Galilée. Rappelons que Judas n'est pas le seul à avoir trahi Jésus cette nuit-là... l'apôtre Pierre est reconnu et interpellé dans les rues de Jérusalem. Par trois fois, il affirme qu'il ne connaît pas Jésus et il le renie. Et pourtant, loin d'être blâmé pour cette lâcheté, il a été désigné comme étant le "fondateur de l'Eglise romaine" !

En revanche, pour Judas, pas de pardon ! Tout ce qui évoque la trahison, la perfidie, est associé à ce nom maudit. Au sein de l'Eglise, Judas est devenu l'incarnation du mal, l'archétype du juif perfide et vénal. Et du même coup, ses détracteurs ont fait de lui le symbole de l'antijudaïsme chrétien et la première figure expiatoire de l'antisémitisme. Oubliant que Jésus lui-même était juif, l'Eglise a tenu le peuple juif pour responsable de la mort de Jésus. Et cela a contribué aux persécutions dont les juifs furent régulièrement victimes pendant deux mille ans. Il a fallu attendre les années 1960 pour que le concile Vatican II en finisse avec cette notion infamante de peuple déicide. Sans doute est-ce pour mieux affirmer son existence et son autorité, et donc pour se démarquer de la religion juive, que le christianisme avait donné le très mauvais rôle à Judas. Cette image détestable de Judas ne s'est pas améliorée par la suite, bien au contraire. Par certains côtés, il a pris plus d'importance que Jésus, et à partir du Moyen-Âge, il a représenté tous les juifs. Une simplification qui se retrouve plus tard dans la propagande antisémite nazie où les juifs sont dénoncés comme étant des traîtres en puissance. Une analogie qui dépasse largement le cadre religieux et qui s'exprime dans les caricatures de l'époque, héritières d'une iconographie qui figure Judas sous les traits de la perfidie. Entre les images du juif à gros nez et à doigts crochus qu'on a vu fleurir en Europe avant et pendant la dernière guerre et les représentations de Judas sur un certain nombre de tableaux qu'on trouve dans les églises et les musées, il y a, hélas, des analogies.

Encore aujourd'hui, les antisémites pensent que les juifs sont des usuriers, qu'ils aiment l'argent, etc. L'Eglise a répandu ces clichés dans le monde et l'inconscient collectif de l'Occident en a été imprégné. Certes, aujourd'hui, l'antisémitisme a reculé, mais certaines idées reçues demeurent parfois tenaces. Des stéréotypes fondés notamment sur l'interprétation du geste de Judas. Cet apôtre personnifie toujours la cupidité alliée à la fourberie. Bien que sa réhabilitation soit sérieusement envisagée, cette réputation de traître ne risque-t-elle pas de coller à son nom pour encore trop longtemps ?



Pages 241-243. Chapitre lié à Judas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
raynald66raynald66   19 avril 2014
SISSI

Lorsqu'il rencontre les deux soeurs, François Joseph n'a d'yeux que pour la cadette, qui n'a pourtant que quinze ans...
S'il existe une facette romantique à l'histoire d'Elisabeth, c'est bien ce coup de foudre qui fait basculer son destin...
Mais ce choix de coeur et ce mariage inespéré ne vont pas vraiment faire le bonheur de Sissi. La duchesse devenue impératrice ne sera en effet acceptée par sa belle mère... C'est plus largement toute la bonne société viennoise qui la rejette bientôt...
Sissi vite délaissée par son mari que la politique occupe à plein temps, se sent prisonnière dans les palais des hasbourg
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
FlorelFlorel   27 mars 2013
"[...] Mes ancêtres n'étaient pas gaulois, loin s'en faut, mais l'étude passionnée de l'Histoire de France m'a permis d'aimer ce pays qui m'a vu naître et que mes grands-parents avaient choisi ; l'histoire comme la langue et la culture sont de merveilleux vecteurs d’intégration..."
Commenter  J’apprécie          100
ElahbulleElahbulle   27 novembre 2011
Un peuple qui ne sait pas d’où il vient, ne sait pas où il va.
Commenter  J’apprécie          90
raynald66raynald66   19 avril 2014
Judas et Jesus

Un indice se cache peut-être dans le nom de Judas, dit "Iscariote".
Pour certains, Iscariote rappelle son village d'origine : Kériot.
Pour d'autres, ce nom indiquerait que Judas appartenait aux zélotes, un groupe d'activistes, de sicaires, c'est à dire de tueurs à gage qui luttaient contre l'occupant en assassinant des collaborateurs des autorités romaines. Le nom d'Iscariote fait donc de Judas un révolutionnaire en quête d'un messie politique, qui comptait sur Jésus pour chasser les Romains.
Ce plan n'ayant pas abouti, c'est par déception que Judas aurait trahi Jésus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Stéphane Bern (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Bern
Léonard de Vinci avait-il un penchant pour la paresse ?
autres livres classés : énigmesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1018 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .