AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Josette Chicheportiche (Traducteur)
EAN : 9782266178402
276 pages
Pocket Jeunesse (04/06/2009)
4.09/5   16 notes
Résumé :
L'une vit en Tanzanie, l'autre en Angleterre. Abela marche sous un soleil de plomb tandis que Rosa prend des cours de patin à glace. Des milliers de kilomètres séparent les deux fillettes. Rien ne semble les lier. Pourtant, un jour, leur quotidien est bouleversé, leurs lignes de vie s'entremêlent. Et si leur destin était de se rencontrer?
Que lire après AbelaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Il y a de ces livres qui vous émeuvent. C'est le cas d‘Abela de Berlie DOHERTY. Pourtant, rien ne m'avait prévenu de cette émotion. Ce roman, je l'ai emprunté à la bibliothèque après avoir vu une annonce à la fin de Ils m'ont appelée Éva.
Ce roman parle de deux jeunes adolescentes qui ont un même point commun et un tas de différence. Il parle d'une mère qui souhaite adopter un enfant et une fillette qui est arraché de sa famille. Entre autres.

J'ai eu énormément de difficultés à entrer dans ce roman. C'est un récit au point de vue alterné et j'ai beaucoup de mal avec ce style la. Un chapitre est du point de vue d'Abela, le personnage éponyme, le suivant de Rosa, le second personnage principal, et vice versa. Ce procédé casse le rythme de tout roman (j'ai eu la même difficulté avec le dernier tome de Divergente), surtout lorsque les personnages ne partagent pas le même milieu de vie. Durant la première partie du roman – celle que j'ai le moins aimé, Abela se trouve en Afrique, plus précisément en Tanzanie, alors que Rosa vie en Angleterre. Ce sont deux mondes totalement différents : l'une vie dans un lieu aussi chaud que sauvage tandis que l'autre se trouve dans un milieu très urbain et très pluvieux. Cette différence casse encore plus le rythme, surtout que j'ai préféré dix fois plus l'histoire d'Abela que celle de Rosa.
En effet, j'ai trouvé cette petite fille très forte, lumineuse malgré sa dure vie. La narration est bien mieux écrite de son point de vue que de celui de Rosa. Elle, je l'ai trouvé gamine, mauvaise et jalouse d'un rien. Je n'ai pas du tout aimé son caractère. Elle est jalouse et mauvaise seulement parce que sa mère veut adopter un enfant. C'est comme si Berlie DOHERTY a voulu rendre la fille de la ville pourrie gâtée et la fille des étendues sauvages simple.
De la même manière, j'ai trouvé certains personnages comme travaillés à la va vite. C'est le cas de Susie, la fausse mère d'Abela, dont j'ai particulièrement aimé son – méchant – rôle de femme brisée et crédule auprès d'Abela, lorsque celle-ci est arrivée à Londres. Pourtant, j'ai trouvé sa fin vite expédié, trop facile. Cette facilité m'a gênée dans ma lecture.
Berlie Doherty écrit sur des sujets difficiles avec une plume parfaite pour de jeunes lecteurs. Elle parle de trafic d'enfants, du sida, de racisme et d'autres choses encore. le lecteur est obligé d'avoir de la compassion pour ces protagonistes.

C'est pour cela que ce roman m'a ému aux larmes, pour ces sujets traités avec autant de douceur que de justesse.
Comme je l'ai dis précédemment, il y a un problème de développement de personnages, comme si Berlie Doherty s'est uniquement concentrée sur Abela et Rosa, mettant les autres sur la touche, ce qui est dommage, tout comme le choix de narration, car le récit perd de son intensité. Abela est un roman qui plaira aux jeunes adolescents, c'est un roman qui, en plus de nous faire voyager dans les magnifiques paysages d'Afrique, fait réfléchir.

3/5.
Lien : http://lamouchequilouche.wor..
Commenter  J’apprécie          40
Abela vit en Tanzanie avec sa grand-mère. Ses parents et sa petite soeur sont morts du SIDA. Abela a une vie difficile mais elle aime aller à l'école et elle espère être médecin quand elle sera grande.

Rosa vit en Angleterre avec sa mère. Ses grands-parents ne sont jamais loin. Elle aime prendre des cours de patin à glace. Rosa a une vie facile avec ses petites contrariétés.

Rien ne les destine à se rencontrer et pourtant…



Romancière très populaire en Angleterre et aux Etats-Unis, Berlie Doherty nous livre une très jolie histoire qui traite sans machiavélisme du sida en Afrique, des clandestins en Europe et de l'esclavage moderne.

Le roman est très fort, très émouvant.

J'aime aussi beaucoup la couverture du livre, je la trouve très maligne (même si je ne veux pas expliquer ici pourquoi ce serait trop en dire sur l'histoire)

Tout cela finit sur une jolie note pleine d'espoir. Un beau roman !
Lien : http://bloguiblogas.blogspot..
Commenter  J’apprécie          90
J'avais besoin d'un livre se passant en Angleterre, j'ai donc trouvé au CDI ce roman de littérature jeunesse. La 4ème de couverture était intéressante. Je me suis donc lancée dans cette magnifique histoire. Les deux personnages sont attachantes mais j'avoue avoir eu un gros coup de coeur pour Abela.
Ce livre date de 2010 , on y parle Afrique, Adoption, Sida , Excision …
Et une phrase a eu beaucoup d'échos en moi , lors d'une réunion d'adoption alors que son chef de service lui demande si l'assistante sociale a encore d'autres clients elle répond :
« ce ne sont pas des clients … ce sont des enfants » j'ai cru m'entendre quand je parle de la façon dont sont gérés les dossiers de mes élèves.
Commenter  J’apprécie          00
Deux petites filles, l'une vit en Tanzanie et l'autre en Angleterre. L'une vit dans un village Africain, l'autre vit dans une grande ville, Sheffield. L'une s'appelle Abela, l'autre Rosa. Abela va voir son univers voler en éclat a cause du sida, Rosa va voir son existence de fille unique remise en question par l'envie d'adoption de sa maman. Deux existences aux antipode l'une de l'autre et que rien ne peut réunir. Sauf, peut-être, le destin.



Un livre jeunesse très émouvant et ancré dans la réalité . L'auteur traite de beaucoup de sujets dans ce roman : la pauvreté, le sida, l'immigration, l'adoption, les familles d'accueil, etc... Ce qui n'aurait pu être qu'un immense fourre tout sans intérêt devient un livre sensible et plein d'intelligence. L'idée de décrire les deux existences parallèles qui n'ont rien en commun a part le fait d'être deux enfants est une excellente trouvaille, elle permet de montrer aux enfants le

gouffre qui existe entre les pays pauvres et les pays dit développés.



C'est écrit simplement mais avec beaucoup d'humanité, l'auteure rend très attachant ses personnages. Un livre qui malgré son sujet arrive a nous faire sourire et qui, une fois la dernière page tournée, nous laisse avec un sentiment de joie et d'apaisement. Un livre qui permet d'ouvrir une discussion sur les thèmes évoqués avec son enfant.

Une lecture intelligente par les questions soulevées et émouvante.

A partir de 9 ans.
Lien : http://www.desgoutsetdeslivr..
Commenter  J’apprécie          40
Malgré une fin convenue, j'ai pris plaisir à lire ce livre destiné à de jeunes lecteurs.
Difficile d'évaluer un roman pour la jeunesse quand on a très largement dépassé l'âge de l'innocence.... euphémisme !
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Mr Hardy remarqua cependant qu'elle sursautait souvent et semblait effrayée, en particulier quand il haussait le ton pour se faire entendre de toute la classe. Un jour il dit, sans regarder Abela :
- Les enfants, si vous avez peur de quelque chose vous savez ce qu'il faut faire ?
- Le dire dans la boîte aux soucis ! répondirent les enfants en chœur tout en levant à peine les yeux de leurs cahiers ou de leurs livres.
-Oui, c'est ça. Déposez une lettre dans la boîte aux soucis, si quoi que ce soit vous tracasse.
Pendant des jours et des jours, Abela songea à la boîte aux soucis, mais elle n'y fit rien. Toutes les nuits, oncle Thomas surgissait dans ses rêves, et il criait et la frappait avec ses grosses mains moites. Et puis, un jour, pendant la récréation, alors qu'elle était seule, elle prit une feuille de papier et un crayon et alla aux toilettes. Là, elle s'agenouilla sur le carrelage glacé et écrivit:
"J'ai peur d'oncle Thomas. Lui me battre si vous me renvoyez chez moi. Lui vouloir me vendre à famille riche. Alors moi aller en enfer." Elle plia la lettre et se dirigea en tremblant jusqu'à la boîte aux soucis. Personne ne regardait. Elle resta immobile, la lettre à moitié glissée dans la fente de la boîte.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : destins croisésVoir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

Quizz Cher inconnu

Comment s’appelle la fille enceinte ?

Helen
Berlie
Chris
Jill

5 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Cher inconnu de Berlie DohertyCréer un quiz sur ce livre

{* *}