AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756018651
Éditeur : Delcourt (20/01/2010)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Entre 1960 et 1996, la France a fait exploser, en Algérie et en Polynésie, 210 bombes atomiques. Des essais nucléaires auxquels ont participé, de près ou de loin, environ 150 000 hommes. Beaucoup étaient fiers de contribuer à la «grandeur de la France». Jusqu'à ce que les premières maladies apparaissent. Et surtout les premiers mensonges d'État... À l'aide de récits d'appelés, d'engagés, de personnels civils, d'habitants de Polynésie mais aussi de documents estampil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  11 avril 2015
du 13 février 1960 au 7 janvier 1996, pas moins de 210 essais nucléaires français recensés.
L'album se focalise sur les tous premiers à savoir ceux entrepris en Afrique du Nord et en Polynésie Française.
S'appuyant sur de courtes histoires pour tenter d'en appréhender la grande, cet album certifié 100 % fission nucléaire fait juste froid dans le dos. Ou chaud, selon la proximité du point zéro...
Des soldats mal protégés aux autochtones sciemment laissés dans l'ignorance, autant de victimes collatérales vouées à porter les stigmates d'une folie expérimentale hors norme.
Aux valeureux soldats, une cure d'amaigrissement offerte à laquelle venait bien souvent se greffer qui un teint jaunâtre, qui un vieillissement prématuré, qui les dents qui se déchaussent. Pour les plus chanceux, ce sera cancer, leucémie...poussez pas, y en aura pour tout le monde.
Ajouter à cela une clause de confidentialité obligatoire histoire de ne pas effrayer le pékin moyen, la grande muette dans toute sa splendeur.
Aux indigènes, les joies ineffables de la naissance, version freaks. Il n'était plus rare d'attendre un enfant mort-né, voire handicapé, lorsque les innombrables fausses couches leur en laissait le temps.
Politique du mensonge éhonté, tout n'était alors que communication fallacieuse dans le but de légitimer un fiasco largement avéré. Ainsi, il était de mise de sous-estimer un taux d'irradiation mortel qui aurait pu remettre en question l'ensemble de ce programme aux retombées bien plus souvent mortelles que bénéfiques.
Trait hachuré, couleurs chaudes, le dessin se prête parfaitement à ce type de récit . Cerise sur le gâteux, cette multitude de documents d'époque venant corroborer l'ampleur des dégâts...
Au Nom de la Bombe, belle découverte explosive !
https://www.youtube.com/watch?v=N_qpTA9dADY


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
cible95
  06 juin 2012
Le journaliste Albert Drandov et le dessinateur brestois François Alarcon retranscrivent dix témoignages sur quatre-vingts pages, sur les essais atomiques français qui ont eu lieu dans les années soixante en Algérie et en Polynésie, (sachant qu'ils ont duré jusqu'en 1996). La préface écrite par le réalisateur Jean Vautrin nous plonge immédiatement dans cette atmosphère pesante. Plus qu'un récit illustré, c'est un véritable documentaire dont Albert Drandov a mené un gros travail d'investigation face « au silence de l'Etat » pour cette soif de grandeur de la France. Il a accumulé de nombreux témoignages, des photos inédites et des documents d'époque interdits, dont certains se trouvent à la fin de l'ouvrage. de plus, Franckie Alarcon n'a oublié aucun détail : les lieux, les véhicules, les uniformes, les grades, car il ne s'agit pas d'une fiction. Malheureusement !!!
Le résultat est réaliste, didactique. Et révoltant.
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLET
  16 mars 2012
Entre 1960 et 1996, la France a fait exploser, en Algérie et dans le Pacifique, un total de 210 bombes atomiques. Des essais nucléaires auxquels ont participé, de près ou de loin, environ 150 000 personnes. A cette époque, les militaires, embourbés dans la guerre d'Algérie, étaient fiers de participer à la « grandeur de la France ». Aucun n'avait été averti des dangers qu'ils couraient alors que le pouvoir, disposant des études américaines, était parfaitement au courant. Les premiers cancers et les premières leucémies apparurent très vite, mais le secret fut rigoureusement maintenu pendant fort longtemps.
A l'aide de récits d'appelés, d'engagés, de personnels civils, d'habitants de Polynésie mais également de documents classés « secret défense », les auteurs de cette BD de vulgarisation historique (un peu tardive... N'a-t-il pas fallu attendre environ un demi-siècle avant que ce scandale n'éclate dans les médias ?) nous racontent, documents à l'appui en fin de volume, la face cachée de cette sombre histoire qui fit et fait encore des victimes autant parmi les militaires que parmi les civils ou les autochtones et qu'une chape de plomb longtemps maintenue cacha à la connaissance du public. Une BD indispensable pour qui s'interroge sur cette période peu glorieuse de notre Histoire nationale. Les dessins sont d'une qualité graphique assez quelconque, mais c'est sans importance vu l'intérêt du sujet.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanard
  07 novembre 2011
Il faut signaler la préface de Jean Vautrin, cité comme témoin. Il n'est pas encore l'écrivain Jean Vautrin, et s'appelle Jean Herman. Il est un jeune cinéaste reçu premier au concours de l'IDHEC; comme appelé du contingent, il a la charge de filmer la première explosion nucléaire française en Algérie le 13 février 1960.
Commenter  J’apprécie          10
laurent35
  01 janvier 2018
en effet très instructif voire horripilant
les méandres de l'âme humaine
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
castabeacastabea   16 décembre 2011
La femme de l'engagé - Sa femme Christine lui disait souvent qu'il était "d'abord marié avec l'armée". Et c'était vrai que Bernard Lécullée, sergent-chef du 34e Régiment du Génie, était un soldat exemplaire. Droit et fier, obéissant et travailleur, il ne craignait aucune mission. Mais petit à petit, la "Grande muette" s'est immiscée dans la vie du couple. Notamment lorsque Bernard a accumulé les soucis de santé. Au grand désespoir de Christine, il ne voulait rien dire. Ni pourquoi, ni comment, secret militaire oblige. Cela avait-il un lien avec son affectation dans le sud algérien, au 620e GAS ? Et que cachaient ces trois lettres ? Bernard n'en disait rien. Jamais
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lanardlanard   09 novembre 2011
"Le champignon s'est élevé aussitôt et, phénomène curieux, son sommet s'est coloré de bleu sous l'effet de la condensation, alors que son coeur était d'un rouge resplendissant du fait des réactions chimiques qui s'y développaient. En somme, un champignon tricolore!"
Jean Sicurani,
gouverneur de la Polynésie, décrivant le tir "Procyon", effectué le 8 septembre 1968.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : bombe atomiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Albert Drandov (1) Voir plus