AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253162493
Éditeur : Le Livre de Poche (30/05/2012)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 257 notes)
Résumé :
Berlin. Tamara, Frauke, Kris et Wolf se sont connus au lycée. Dix ans plus tard, après une succession de petits boulots, de drames personnels, de défaites diverses et de blessures secrètes, c’est sans trop d’illusions qu’ils abordent la trentaine. Tout va néanmoins changer très vite à partir du jour où ils ont l’idée de créer ensemble une agence nommée Sorry, dont l’objet est de s’excuser à la place des autres. Très vite le succès est au rendez-vous et ils aident de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  15 janvier 2015
Vous venez de plier contre un platane la dernière smart break jante alu de papa.
Oups, une malencontreuse marche arrière dans le garage et c'est Fifi, adorable petit chat angora de 72 kg épaulé-jeté, qui vient de rendre l'âme. En même temps, un dos d'âne sis en plein milieu dudit garage vous paraissait quand même étrange.
Enfin, c'est éreinté mais avec la satisfaction du travail accompli que vous venez de massacrer, torturer, démolir ce qui, a priori, devait à l'origine évoquer l'homo sapiens de base.
Pas de panique, j'ai la solution ! L'agence Sorry. Forte de cinq membres actifs et compétents, elle se fera un plaisir de vous dédouaner en invoquant l'excuse la plus ingénieuse qui soit.
Si la bagnole paternelle et le matou familial ne posèrent aucun problème notoire, le cadavre fut une toute autre paire de manche. Pour être honnête, certainement le contrat de trop. Celui qui vous pourrit désormais la vie et qui pourrait bien vous la faire perdre brutalement.

Alors non Zoran Drvenkar, s'il est un terme susceptible d'évoquer ce roman,ce n'est certainement pas ce mot d'excuse.
Formidable jeu du chat et de la souris mâtiné d'une réflexion poussée sur la culpabilité et la rédemption, ce Sorry fait la part belle à la manipulation, au suspense et à l'amitié qui se délite au fur et à mesure que le danger grandit.
Tout comme Toi et inversement proportionnel à la tangente, l'auteur évoque, par le prisme d'un nouveau protagoniste à chaque chapitre, sa vision des épreuves qu'il traverse et en cela, la plongée en eaux troubles s'avère rapidement suffocante.
La construction est habile, labyrinthique et ne souffre d'aucune faiblesse notoire.
Drvenkar, c'est désormais une patte diablement originale et efficace en matière de thriller. Passer à côté serait se priver d'un plaisir sans nom et ne souffrirait aucun billet d'excuse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5810
tousleslivres
  03 mai 2014
Un très gros coup de coeur !!!!
Nous sommes en Allemagne, le mondial de foot est terminé depuis 9 mois. Kris Marrer, 19 ans, habite Berlin, il vient se faire licencier après 12 mois.
L'annonce :
SORRY
NOUS VEILLONS
A VOUS ÉVITER TOUT EMBARRAS,
FAUX PAS, MALENTENDU,
ERREUR ET LICENCIEMENT.
NOUS SAVONS CE QUE VOUS DEVEZ DIRE.
NOUS DISONS CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE.
PROFESSIONNALISME & DISCRÉTION
C'est le soir de leurs retrouvailles, que naît l'idée de cette annonce. Elle n'est qu'une blague qui va s'avérer être une activité à temps plein... Les 5 amis d'enfances, Tamara, Frauke, Hris et Wolf viennent d'ouvrir une agence : SORRY. Chargée de s'excuser à la place des autres !!!
Les affaires sont florissantes, jusqu'au jour où, ils tombent sur le cadavre d'une femme cloué au mur les bras en croix, comme Jésus-Christ. Un énorme clou en travers de la tête. Leur mission : s'excuser pour cette chose. Ils doivent faire disparaître le cadavre. Ce n'est une mince affaire et va créer des tentions dans le groupe.
Ils sont complices, ils sont coupables, ils l'ont fait, ils vont en assumer les conséquences...
Maintenant, ils doivent découvrir qui est le tueur et le commendataire de tout cela. Il faut qu'ils soulagent leur conscience...
Ma première réflexion a été de me demander pourquoi l'auteur Zoran Druenkar, s'adresse au lecteur et dans quel but. En effet dans les tous premiers chapitres, le fait que l'auteur tutoie le lecture et cela m'a interpellé... je me suis demandé si c'était pour l'interpeller ou l'impliquer dans l'histoire...
Nous avons ici un très très bon thriller psychologique, une de ces perles que j'aime temps. Une bouffée d'oxygène entre deux lectures qui peuvent être très bonnes, mais qui laissent une place de choix à cet opus.
J'ai adoré, j'ai eu un coup de coeur pour ce premier thriller de cet auteur : Zoran Druenkar. Encore un qui arrive dans mon escarcelle d'auteurs à suivre...
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
kuroineko
  05 mars 2019
Sorry est un roman qui remplit avec efficacité sa fonction : tenir en haleine le lecteur avec une histoire à première vue invraisemblable.
Partie d'une plaisanterie de fin de soirée entre quatre amis d'enfance à l'avenir économique et pécuniaire incertain, l'entreprise qui porte le nom du titre s'engage à présenter des excuses à la place des autres. Contre toute attente, ça marche du tonnerre et ramène à ces quatre pré trentenaires suffisamment d'argent pour acheter une grande villa à retaper sur la Wansee et y vivre ensemble. Après des années de galère, l'horizon semble s'éclaircir sur Berlin. Mais voila, ce serait trop beau. Un contrat pour le moins singulier s'invite tel un grain de sable bien importun et les événements se précipitent pour Kris, Wolf, Tamara et Frauke. Menaces et dangers planent sur le quatuor et s'accumulent à vitesse grand V.
Zoran Drvenkar opte pour une approche particulière, passant de chapitres à la première personne du singulier à d'autres à la deuxième puis au narrateur omniscient. Ces mêmes chapitres sont courts et tendus, repartent régulièrement dans le passé pour apporter des éléments expliquant le présent. C'est parfois limite en terme de crédibilité et pourtant ça passe... le temps de la lecture. Pas sûre que j'en retienne énormément d'ici quelque temps. Mais Sorry a le mérite, comme dit plus haut, de m'avoir tenue en haleine jusqu'à un certain point.
PS: qui sait comment se prononce le nom de famille de l'auteur???
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
indira95
  24 novembre 2014
Ils sont quatre amis un peu paumés dans leur vie respective, indécis quant à leur avenir, traînant leur guêtres bon gré mal gré dans un Berlin en crise. Et puis l'un d'entre eux, Kris, le plus terre à terre, le plus posé du quatuor, est frappé d'une illumination quasi divine : vu la proportion de salauds qui écument le monde professionnel, pourquoi ne pas créer une agence qui s'excuserait auprès des personnes que les patrons véreux et les entreprises sans scrupules auraient lésées, blessées ? Cette agence trouve rapidement son nom, 5 lettres simples, un mot qui résume tout : Sorry. le succès arrive très rapidement et nos comparses (deux frères et deux filles), croulent sous les demandes. Tout se déroule plutôt bien jusqu'à ce qu'un homme décide lui-aussi de faire appel à l'agence mais pour un genre d'excuse un « poil » différent car derrière ce client se cache un assassin qui pour soulager sa conscience décide de les mêler à son petit jeu morbide. L'engrenage infernal se met donc en place, happant nos quatre amis dans une course contre la montre mortelle pour tenter de comprendre les motivations de ce mystérieux client et surtout s'extirper du bourbier dans lequel ils viennent de s'enliser.
J'ai d'emblée été séduite par le sujet de ce thriller que je trouve particulièrement original. J'ai d'autant été séduite que Zoran Drvenkar alterne les points de vue narratifs : celui de nos pauvres compères, aux prises chacun à leur manière avec ce client psychopathe et ledit psychopathe dont on comprend petit à petit les motivations et dont on suit le parcours sanglant. Sans l'excuser, la vérité laisse entrevoir un secret remontant à l'enfance douloureuse du tueur et qui personnellement m'a un peu secouée. le lecteur peut être dérouté par le rythme relativement lent du début (je l'ai été et ai failli abandonner) mais il faut aller au-delà et s'accoutumer à cette ambiance si particulière. Et puis rassurez-vous, tout va s'emballer jusqu'au dénouement final, assez déroutant.
Mon impression est donc plus que positive pour ce thriller allemand de très bonne facture, efficace, original, à l'écriture et aux dialogues bien ciselés, à l'histoire choc et paradoxalement plutôt émouvante. L'engrenage est particulièrement bien dépeint et l'angoisse du lecteur va de concert avec celle des personnages. Je ne peux que le recommander car il est rare qu'un thriller me secoue comme Sorry a pu le faire.
Lien : http://livreetcompagnie.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
LiliGalipette
  26 janvier 2014
Frauke, Kris, Tamara et Wolf ont créé une agence qui s'excuse à la place des autres. « Nous représentons le nouveau pardon. Oublie la religion. Nous sommes les intermédiaires entre la faute et le remords. » (p. 200) Leur entreprise rencontre un succès inattendu et les quatre amis pensent en avoir fini avec les années de galère. Jusqu'au jour où un tueur qui semble très bien les connaître leur demande de s'excuser auprès de ses victimes qu'il a massacrées dans une mise en scène étrange. « Les détails te tiennent à coeur. Tu connais la valeur du souvenir. » (p. 17) le terrible engrenage de la peur et de la violence est en marche et rien ne l'arrêtera jusqu'à l'issue finale. « Vous dirigez une agence qui présente des excuses alors qu'il y a tant de choses que vous n'arrivez à vous pardonner. » (p. 259) Pour comprendre comment tout a commencé, il faut remonter des décennies plus tôt, quand un garçon a été forcé d'apprendre la docilité et d'endurer la douleur.
Je n'aime pas les thrillers, c'est avéré, mais ceux de Zoran Drvenkar ont un petit quelque chose qui me fascine. J'ai lu sans m'arrêter Toi et le schéma s'est répété avec Sorry. Avec un délicieux frisson, j'ai évolué en aveugle parmi des personnages qui ne se dévoilent que lentement, qui restent dans l'ombre et chuchotent des horreurs. L'auteur s'y entend pour décrire des scènes d'insoutenable violence, à tel point que l'on ne sait pas s'il s'agit de perversité ou de folie. Sorry s'interroge sur la vengeance et la culpabilité qu'elle peut engendrer. Attention, n'essayez pas de reproduire les actes du tueur, même sous la surveillance d'un adulte (surtout sous la surveillance d'un adulte…) Vous trouvez vos nuits trop calmes ? Lisez Sorry. Et vous ne regarderez plus jamais les lys blancs du même oeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   04 mars 2019
《Qu'est-ce que tu croyais?  Que je te serais fidèle?》
L'homme crache aux pieds de la femme, lui tourne le dos et s'en va. La femme se met à pleurer. Elle pleure sans bruit, les gens réagissent comme réagissent les gens, ils regardent ailleurs.
Commenter  J’apprécie          73
viou1108viou1108   22 octobre 2012
Etre amoureux, ce n'est pas comme aimer quelqu'un. Tamara est capable de tomber amoureuse chaque semaine, mais elle ne veut aimer qu'une seule fois. Or David n'était pas l'homme qui pouvait enflammer son coeur. Il se montrait bon avec elle, mettait le monde à ses pieds, cependant cela ne suffisait pas à créer de l'amour.
Commenter  J’apprécie          110
strummerstrummer   05 février 2013
La culpabilité, c'est personnel. Privé. Et on ne peut pas s'excuser auprès d'un mort, hein ? Personne...personne ne peut satisfaire un mort...Personne.
Commenter  J’apprécie          190
NathalieAtomNathalieAtom   10 mars 2013
Il y’a un truc qui manque aux chefs et aux décideurs, un truc dont ils ne peuvent pas se dépêtrer, qui plane comme une ombre menaçante sur leur vie…Ce truc là leur pourrit tellement la vie que ça se voit sur leurs figures…Ils ne savent pas s’excuser. Alors c’est pour ça qu’on va leur offrir. Des excuses à la pelle, à un prix sacrément juteux
Commenter  J’apprécie          60
clairesalanderclairesalander   06 juin 2016
... L'homme revenait et elle lui disait ce qu'il devait faire . Elle s'installait sur une chaise et disait : retourne-le et baise-le jusqu'à ce qu'il s'évanouisse. Alors il me retournait. Je voyais le papier peint, je plongeais mes regards directement dans la forêt. Il y avait le froid du lubrifiant et les mains sur mes épaules qui me tiraient vers le bas, je croyais à chaque instant que les bras allaient se déchirer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Zoran Drvenkar (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Zoran Drvenkar
Toi de Zoran Drvenkar .Imagine une tempête de neige sur l?autoroute. Un bouchon qui s?étire sur plusieurs kilomètres. Un homme sort de sa voiture et, en silence, assassine à mains nues, vingt-six personnes dans les véhicules alentours.Imagine maintenant cinq adolescentes, cinq jeunes filles que rien ne peut séparer. Prises en chasse, elles vont se jeter dans une fuite en avant sauvage et désespérée.Imagine enfin un voyage jusqu?à un hôtel isolé où tous vont se retrouver pour une confrontation finale à la tension extrême.Un tueur en série.Cinq adolescentes.Un thriller magistral.http://www.sonatine-editions.fr/Toi
+ Lire la suite
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1579 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..