AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782843374463
164 pages
Éditeur : Anne Carrière (27/02/2008)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :

C'est un fait dont on parle trop rarement: au moins un Africain émigré sur deux adresse les trois quarts de son salaire à sa famille restée sur le continent afin d'assurer sa subsistance. Osele, l'aîné de trente-trois enfants, est envoyé en France, où il fait de brillantes études d'ingénieur. Marié à une Française, père de deux enfants, il expédie tout son salaire en Afrique, ce qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
troumoulou
  10 mai 2017
 Ce roman autobiographique aborde sans concession le poids de la culture africaine et de la famille pour ces immigrés qui ont quitté leur pays et surlesquels la grande famille africaine compte afin de vivre et ou survivre. Cette pression est d'autant plus accrue si l'on est "l'aîné de la famille"
“À douze ans, j'avais été élu aîné de ma famille” : cette phrase constitue le coeur du nouveau récit de Gaston-Paul Effa. Celle qui conduit à la perte des êtres aimés mais d'abord et surtout à la dépossession de soi. Car qu'est-ce que signifie être aîné au Cameroun ? D'un point de vue français, comme le résume Hélène, l'épouse excédée, “Être l'aîné d'une famille africaine, respecter la tradition signifie pour toi faire vivre ta propre famille dans la misère.” (p. 12).
Et l'on comprend ses propos, puisque, le salaire mensuel de l'aîné s'en va nourrir la famille en Afrique pendant qu'en France, la famille occidentale elle ne parvient que difficilement à boucler les fins de mois et à acheter des paires de bottes aux enfants. Mais du point de vue de “l'enfant de la tradition”, c'est rester “saisi d'angoisse à la pensée que l'aîné de la famille pouvait être en état de péché mortel s'il n'assumait pas sa tribu africaine” (p. 36).
Le poids de ce statut, effaçant l'individu, fait de l'aîné le soutien de famille, l'homme qui doit nourrir son clan, l'homme redevable qui, chaque fois que résonnent les appels téléphoniques maternels et leurs injonctions à envoyer de l'argent, se doit de plier sous le joug de cette dépendance tenace…
On va suivre au fil des pages, les tourments de cet aîné qui dans un premier temps va en venir à quitter sa famille occidentale et rejoindre dans un foyer SONACOTRA nombre de ses congénères dont la situation n'est pas plus enviable que la sienne. A la différence que son satut d'ingénieur semblait l'éloigner de pareille situation et l'on pourrait penser que son destin l'aurait conduit ailleurs.
Les locataires du foyer Sonacotra qu'il fréquente sont des fervents partisans du mandat Western Union, car sans eux qu'adviendrai-t-il de leur famille ? Cette forme de solidarité des émigrants en direction de la terre d'origine relève-t-elle de la tradition ancienne ou au contraire d'une économie parallèle qui supplante les carences des systèmes politiques tropicaux qui peinent à fournir du travail à des millions d'africains ? 
Le regard d'Osélé se fait de plus en plus interrogatuer sur son entourage, sur la tradition dont il se sent l'otage. Tradition. Mais enfin, quelle tradition en Afrique subsaharienne et patrilinéaire encouragerait un individu à délaisser totalement sa progéniture au profit de la famille élargie ?
Il est intéressant de voir comment certains ressorts culturels sont usités comme de parfaits moyens de pression.
 Gaston-Paul Effa fait parfaitement remonter les vieilles superstitions, les phrases, ou tout simplement le chantage affectif qui étouffent Osélé.
Un livre à lire afin de suivre le parcours d'Osélé,  et de mieux appréhender le poids de la famille et de la tradition pour ces nombreux africains qui ont rejoint nos contrées et se retrouvent tiraillés entre deux cultures. 
Lien : http://troumoulou.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Wyoming
  17 avril 2018
Traditions africaines et vie occidentale "normale", voilà le dilemme d'un émigré qui a épousé une française et fondé un foyer avec elle, car le fait d'envoyer son salaire à sa famille africaine dont il est l'aîné des enfants, va le conduire à le destruction de sa famille française. Donc, beaucoup de douleur pour cet homme tiraillé entre des exigences et des pressions différentes. le tout bien raconté dans ce livre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
troumouloutroumoulou   10 mai 2017
Je voulais payer des factures aujourd'hui et, une fois de plus, il ne reste rien sur notre compte. On est le 10 du mois et je n'ai pas vu passer ton salaire. Comment vais-je payer l'électricité, le loyer, faire les courses jusqu'à la fin du mois ? De ton salaire d'ingénieur, il ne te reste donc rien pour notre famille ? Et tu prétends être un homme intelligent et responsable ?
Je ne peux lui répondre. Je réfléchis. Pour ceux qui me connaissent superficiellement, j'étais, avant de rencontrer Hélène, ce qu'on appelle encore - mais sans doute pour peu de temps - un «élu des dieux». C'est-à-dire un homme né dans la misère, que les fées avaient distingué pour en faire un être à l'abri du besoin. Je dois mon droit d'aînesse à un vieil homme visionnaire ; les esprits lui avaient parlé en songe : malgré mon jeune âge, ma constitution fragile, je serais un jour responsable de tous les miens, je ferais une carrière brillante, j'aurais beaucoup d'argent, j'enterrerais dignement les anciens de mon clan, mon visage serait le soleil des morts, toute ma vie j'honorerais la tradition. Élu très tôt l'aîné de ma famille, je fus pris dans une spirale où tournoyaient avec moi tous ceux que j'aimais. Ces êtres avec lesquels j'étais censé vivre, que j'étais censé protéger, et dont je m'occupais si peu, je les voyais au contraire entraînés avec moi dans le même étrange naufrage.
- Ta famille africaine ne te fait miroiter que ton droit d'aînesse et la tradition lorsqu'elle a besoin d'argent pour payer un mariage, un enterrement de plus. Mais qu'est-ce qu'ils croient là-bas, qu'il suffit de ramasser l'argent dans les caniveaux et de l'envoyer par Western Union ? Ils savent que tu te tapes des journées de douze heures de travail pour eux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Gaston-Paul Effa (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaston-Paul Effa
Gaston Paul Effa - Rendez-vous avec l?heure qui blesse .A l?occasion du congrès 2015 de l?Association des Bibliothécaires de France à Strasbourg, rencontre avec Gaston-Paul Effa, auteur de "Rendez-vous avec l?heure qui blesse"aux éditions Gallimard. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/effa-gaston-paul-rendez-vous-avec-heure-qui-blesse-9782070147557.html Notes de Musique : "WORDS" par Jason Shaw (http://www.audionautix.com). Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : camerounVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox