AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2868699480
Éditeur : Actes Sud (07/01/1993)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ce que la littérature doit à Mihai Eminescu – le plus grand des écrivains roumains –, les œuvres d'Istrati, de Tzara, Cioran, Eliade ou Ionesco en témoignent. Né en 1850, Eminescu a eu la destinée tragique des poètes maudits, et son œuvre, écrite dans une langue peu répandue, n'a pu jouir de la reconnaissance qui lui était due.
Par les deux nouvelles fantastiques que voici (traduites avec talent), le lecteur pénètre dans le territoire de l'inquiétante étrange... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tandarica
  06 juin 2016
Mihai Eminescu, il est utile de le rappeler tant il est peu connu en France, est considéré en Roumanie comme le génie national, un peu comme William Shakespeare en Angleterre ou Johann Wolfgang von Goethe en Allemagne. Les diacritiques roumains ne sont pas plus respectés qu'ailleurs et pour les expressions en grec et en latin, heureusement peu nombreuses, veuillez ressortir votre méthode I.S.D.
Michel Wattremez a l'incontestable mérite du choix des textes, ce qui nécessite une explication. Génie national certes, mais un coup d'oeil rapide à l'anthologie d'Andreia Roman (par exemple) permet de se rendre compte rapidement que l'intérêt porte surtout sur ses poèmes (de multiples traductions-anthologies) et le désintérêt sur sa prose, tout juste mentionnée dans le second volume de "Littérature roumaine".
Eminescu a énormément écrit et peu publié de livres. Ce qui signifie qu'après sa mort, quelqu'un a dû s'y coller : Perpessicius est le pseudonyme du critique qui a soigneusement tout rassemblé et publié dans une édition monstrueuse d'une quinzaine de volumes (pour en avoir deux, ils sont grands et gros). On s'est donc aperçu que son oeuvre en prose était loin d'être négligeable : quelques contes et nouvelles, des articles de presse, un roman inachevé, etc. L'idée de traduire ces deux nouvelles, les plus achevées, brèves (150 petites pages les deux) est donc bonne, voire excellente.
On les considère souvent comme des textes de jeunesse, ce qui est à relativiser : Eminescu les a certes publiées à 23 et 26 ans, mais il est mort à 39 ans et sa santé s'est fortement dégradée à partir de 33 ans. Si je devais oser un rapprochement avec un auteur français, peut-être le Théophile Gautier romantique des débuts. En ce qui concerne la typologie des nouvelles, la chose est cependant bien plus aisée : "Le Pauvre Dionis" est une nouvelle fantastique qui a probablement beaucoup influencé l'oeuvre de Mircea Eliade, entre autres, avec du spirituel, de l'ésotérique, de l'énigme, du mystère qui n'est qu'en partie résolu par le dénouement. Un peu bizarre de la mettre en premier, tant le texte est à juste titre considéré comme le plus hermétique des deux.
"Cezara",par laquelle je vous conseille de commencer votre lecture, est une variation sur la fatalité de l'amour, nimbée de romantisme, marqué en particulier par l'omniprésence de la nature, mais aussi de philosophie, que j'irai jusqu'à qualifier de déterministe. En point commun, des éléments d'exotisme qui évoquent l'Italie ou Israël, et la fin de "Cezara" que je ne raconte pas, cependant.
En guise de bilan : deux textes fondateurs, classiques majeurs de la littérature roumaine et qui, par leur côté fantaisiste, ont bien mieux vieilli que nombre de classiques romantiques (je relis toujours "René" ou "Atala" de René de Chateaubriand, mais je pense être une exception). Au moins "Cezara" est d'abord carrément facile et le pauvre Dionis, avec un peu plus d'effort, est de lecture relativement aisée. S'il faut commencer par quelque chose pour la Roumanie, alors par là. Une réédition serait la bienvenue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TandaricaTandarica   06 juin 2016
Les doctrines positives, qu'elles soient religieuses, philosophiques, de droit ou d'état, ne sont qu'autant de plaidoiries ingénieuses de l'esprit, de cet advocatus diaboli forcé par le vouloir de les argumenter. Ce misérable avocat est forcé de tout mettre sous une lumière étincelante, et, l'existence étant elle-même misérable, est obligé d'orner de fleurs et d'un semblant de sagesse impénétrable la misère de l'existence, pour leurrer à l'école et à l'église ces petits toucans qui entrent à peine en scène sur la valeur de la vie réelle. Pour les travailleurs de l'état l'honneur, pour les soldats la gloire, pour les princes la magnificence, pour les savants le renom, pour les sots le ciel, et de la sorte une génération trompe celle qui suit par cet advocatus diaboli légué, par cet esclave contraint à la malice et aux sophismes, qui ici se lamente comme un pope, là prend une mine sérieuse de professeur, là-bas parlemente comme un avocat ou prend les traits misérables d'un mendiant ; le dernier pour un verre de vin dont il rêve in petto, les autres pour un titre, de l'argent, une couronne, mais tous au fond dans un moment d'ivresse.
Voilà ce que j'apprends de mes maîtres les abeilles: dans leur école, je prends conscience que nous sommes des ombres sans volonté, des automates qui faisons ce qu'il faut que nous fassions, et que, pour que le jouet ne nous lasse pas, nous avons cette poignée de cervelle qui voudrait nous prouver qu'en vérité nous faisons ce que nous voulons, que nous pouvons faire une chose ou pas… […]
La vie intérieure de l'histoire est instinctive; la vie extérieure, les rois, les popes, les savants, ne sont que lustre et que phrase; et, comme d'après l'habit de soie posé sur un cadavre on ne peut savoir en quel état se trouve celui-ci, de même d'après ces vêtements trompeurs on ne peut connaître le fin mot de l'histoire elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
TandaricaTandarica   22 février 2016
On aperçoit au loin les tours étincelantes des églises de Iași, les maisons joliment chaulées, les vieux auvents que la lune naissante baigne d'une lumière violacée.
(p. 39)
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Mihai Eminescu (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mihai Eminescu
Première Épitre, Mihai Eminescu in Les Cing Epitres de Mihai Eminescu
autres livres classés : littérature roumaineVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les métiers dans les expressions

Employer un vocabulaire grossier, c'est "Jurer comme un -----"

Cocher
Charretier
Palefrenier

13 questions
58 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , langue française , détente , MétiersCréer un quiz sur ce livre