AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782889440559
477 pages
Slatkine et Cie (07/03/2019)
3.53/5   18 notes
Résumé :
Un meurtrier à Genève... Un premier thriller glaçant.

Une nuit de novembre à Genève, un jeune écrivain en vogue, Benjamin Novelle, est torturé et tué au retour d'une soirée littéraire. Le lendemain, des promeneurs découvrent son corps, un texte est gravé dans le dos en lettres de sang avec une précision spectaculaire. C'est une liste des "Sept Commandements de l'Écriture' que Novelle a enfreints.
Le meurtre fait la une des journaux et la peur s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,53

sur 18 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
2 avis

Pat0212
  28 mars 2019
Tout d'abord un grand merci aux Editions Slatkine et Cie pour ce nouveau partenariat, grâce à eux, je parcours la Romandie littéraire avec un immense plaisir. Après Neuchâtel (mon canton), j'ai visité le Jura voisin et dernièrement Genève avec le livre dont je vais vous parler ce soir.
Jeremy Ergas nous emmène dans le milieu littéraire et celui de la haute société des banquiers privés genevois. Un homme guette la maison de Charles Ponteau, un riche banquier dont le femme Evelyne donne souvent des soirées littéraires rassemblant le gratin genevois. Il a l'intention de tuer Benjamin Novelle, un jeune auteur sans talent qui vend des livres très commerciaux à des milliers d'exemplaires. L'assassin veut rétablir la grandeur de la vraie littérature. Lorsque l'écrivain rentre chez lui, le tueur le neutralise avec un taser avant de l'anesthésier et de le soumettre au supplice de sa machine, inspirée de celle de de La colonie pénitentiaire de Kafka. Il lui grave les commandements de l'écrivain dans le dos, jusqu'à ce qu'il se vide de son sang, puis expose le corps dans le parc des Eaux-Vives. L'inspecteur Chapel et son adjoint Cornuz reçoivent la responsabilité de l'enquête, qui piétine tant le tueur a réussi à effacer toutes ses traces.
Le milieu littéraire est en émoi. Nous suivons les péripéties de l'enquête ainsi que trois écrivains plus ou moins connus, Ezra Sterling un jeune homme riche qui vit en marge de la société avec sa mère, Rodolphe Lafarge un médecin dont le couple bat de l'aile, qui est insatisfait de sa vie et ne rêve que de pouvoir se consacrer uniquement à l'écriture et Jean Cros, journaliste et écrivain qui joue un rôle important dans l'histoire. Tous trois écriront sur le Tueur de Genève, ce qui les fera soupçonner d'être l'assassin. Un deuxième meurtre a lieu, cette fois la victime est un éditeur parisien qui se fait graver les commandements de l'éditeur dans le dos. L'enquête n'avance pas et le procureur prend des mesures radicales, ce qui n'empêche pas un troisième meurtre.
Ce polar est très agréable à lire, toutefois l'intrigue est très alambiquée et certains rebondissements sont peu vraisemblables, pour ne pas dire carrément impossibles, comme le fait de confier l'enquête à une brigade parisienne, puis carrément à presque deux cents agents du FBI ou d'extrader un citoyen suisse aux USA pour le faire condamner à mort. le dénouement est très surprenant, mais pas très réaliste non plus. La majorité des personnages sont intéressants et attachants, j'ai une sympathie toute particulière pour les deux policiers bien malmenés. Je ne connais pas Genève, et encore moins la haute société, donc je pense que ce roman est avant tout une satire dont une grande partie m'a échappé faute de connaissance de ce milieu, les Genevois l'apprécieront mieux que moi. Malgré ces quelques points négatifs, j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ce polar.
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LettresItBe
  05 août 2019
Nouvel auteur à débarquer au catalogue de la maison Slatkine & Cie, Jeremy Ergas propose pour son premier thriller La machination. Une sombre histoire de meurtres dans le milieu littéraire. Vous avez dit intéressant ?
# La bande-annonce
« le visage du condamné était transfiguré : les pointes lui entaillaient la peau jusqu'aux os, mais il ne souffrait pas. Son visage rayonnait d'une béatitude extatique. Était-ce dû à la morphine ? En partie, mais je crois surtout que l'idée de justice avait pris possession de lui. Il déchiffrait de plus en plus clairement les Sept Commandements que je gravais sur son dos. Ses blessures lui révélaient ses fautes. Il comprenait enfin que la littérature était sacrée, que personne n'avait le droit de la souiller en écrivant des livres médiocres destinés uniquement à séduire les masses et à faire de l'argent. »
Le romancier Benjamin Novelle est assassiné en rentrant d'une soirée littéraire à Cologny. On retrouve son cadavre avec, dans le dos, un texte gravé en lettres de sang, la liste des Sept Commandements de l'Écrivain.
Le meurtre fait la Une des médias et la peur s'installe à Genève. Dans les semaines qui suivent, un éditeur et un agent littéraire sont tués dans les mêmes conditions. Sur leur dos, d'autres Commandements. le journaliste Jean Cros multiplie les articles au sujet de cette série de crimes et décide d'en faire un roman. Deux écrivains ont la même idée que lui.
# L'avis de Lettres it be
Un romancier assassiné en rentrant d'une soirée littéraire, un texte gravé sur le dos de la victime, tout un milieu en émoi qui, en même temps, s'excite de ce danger qui rôde et regrette les disparus qui vont s'accumuler au fil des pages… Dès le départ, ce premier livre de Jeremy Ergas montre qu'il en a sous la pédale. L'histoire se pose vite, l'intrigue semble bien intéressante. le cadre est original et on se régale par avance de percer les secrets de ce petit monde littéraire qui voit, entre autres, dans cette suite d'assassinats l'occasion idéale de faire des livres, et des larmes. Mais d'une bonne intention devinée très vite, nous passons rapidement à une plus grande surprise encore…
Des agents du FBI saisis pour une affaire de meurtres en Suisse (!), une brigade française mise sur le coup, un meurtrier qui n'agit que par volonté de défendre la grande littérature (!!), des rebondissements plus qu'inattendus voire incohérents… Très vite, lorsque les éléments de la machination se mettent en place, difficile de ne pas se laisser surprendre par le vent de folie qui flotte dans ce livre. Tout ne s'imbrique pas forcément à merveille mais s'installe un climat plutôt frais et original avec des revirements aussi incohérents qu'intéressants pour la suite à venir. On se laisserait presque séduire…
Avec son premier thriller, Jeremy Ergas propose un récit rondement mené, trop rondement mené. Dans son déroulé et sa structure, ce récit semble trop lisse, trop attendu, trop « scolaire ». Malgré, comme dit précédemment, des situations parfois incohérentes, les quelques originalités du livre s'arrêtent là pour embrayer sur du classique dans la construction. On retrouve tous les ingrédients d'un bon polar, bien rangés et bien mis en place. Il ne faut pas attendre beaucoup de pages pour assister à l'inévitable scène d'autopsie, on a le droit au conflit de hiérarchie policière, au cul-de-sac dans l'enquête qui va se débloquer avec un tout petit changement etc… Tout est trop bien mené. L'exercice est rempli mais la lecture laisse un goût d'inachevé. Par moment, à force d'événements attendus parce que propres au genre, on se surprend à croire à une parodie de polar noir : Jeremy Ergas aurait-il écrit un La cité de la peur littéraire ?
Petite déception donc, à la lumière des éléments donnés précédemment. Dans un livre à l'écriture plaisante et au rythme bien tenu, on regrette amèrement une structure et un déroulé classiques, basiques et attendus.
Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Llehane
  07 avril 2019
Dans ce premier roman de Jeremy Ergas nous suivons plusieurs personnages, dont le tueur, mais même s'ils sont nombreux j'ai toujours su avec lequel j'étais.
Nous avons régulièrement aussi les articles du journaliste Jean Cros que j'ai trouvés passionnant.
Si on est en Suisse, pays de l'auteur, les Français ont une place dans l'histoire et pas la meilleure… :-) J'ai même eu envie que le tueur change de cibles !
Tout le monde en prend pour son grade dans le livre, le monde littéraire mais aussi les polices de différents pays, les politiques, la haute société suisse etc.
Le second policier Cornuz qui est un peu la touche d'humour du roman, au début il m'agaçait à soupçonner à chaque fois le moindre petit témoin. Et puis finalement il a commencé à m'amuser. Surtout que finalement le lecteur fait exactement comme lui en cherchant le coupable. Ou l'inverse, car dans ce roman j'ai eu tendance à innocenter rapidement les gens à l'inverse de Cornuz.
Les nombreux personnages permettent d'avoir plein de sensations différentes, la peur, la noirceur, l'humour, la colère, le choc, le dégoût, l'émotion etc.… Car oui dans ce fond sombre il y a aussi des personnages véritablement touchants et de belles histoires d'amour. En fait il ne manque rien dans ce livre !
Le monde littéraire est un sujet de fond très utilisé par les auteurs mais là on a vraiment une histoire originale et rondement menée.
Oui je peux le dire ce roman est un coup de coeur. On est dans un thriller, polar, roman noir avec une belle écriture presque classique parfois. Ce roman est inclassable.
Certaines choses à la fin ne m'ont pas plu mais je crois qu'aucun choix de l'auteur n'aurait pu me satisfaire et que finalement il a fait les bons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lalitote
  13 mars 2019
Je me suis laissée mener par la machination de Jérémy Ergas avec un plaisir infini. J'ai beaucoup aimé le thème de l'intrigue qui nous emporte dans le monde du livre et de la littérature. Ecrivains, maisons d'éditions, agents littéraires, tout se tient et prend sens au fur et à mesure que se déroule un scénario qui fait trembler. On retrouve le corps supplicié d'un jeune écrivain avec un texte gravé à vif sur la peau de son dos, en titre « Les sept commandements de l'écriture ». Qui a voulu donner ce genre de leçon ? Dans le petit monde genevois c'est l'émoi et dans notre cerveau aussi ça bouillonne pas mal. L'arme du meurtre fait référence à une oeuvre de Kafka « La colonie pénitentiaire » que je regrette de ne pas avoir lu plus tôt. D'autres corps seront retrouvés tués selon le même mode opératoire. On comprend que l'on a affaire à un intégriste de la grande littérature. le petit monde de l'édition tremble et nous est dévoilé comme jamais dans tout ce qu'il a d'injuste, de pernicieux et de mauvais. Les actes du tueur sont explicites en revanche pour arriver à savoir qui il est, il vous faudra lire jusqu'au dernier chapitre. Je me suis surprise à être d'accord avec plusieurs de ses commandements sans toutefois avaliser ses actes.
La galerie des personnages qui mènent l'enquête, flic, procureur, journaliste est dynamique et ma préférence s'en est allée au duo Chapel et Cornuz, duo improbable mais qui fonctionne bien. le personnage truculent de Jean Cros apporte beaucoup d'énergie et j'ai adoré découvrir ses articles pour La Tribune. Un livre qui se dévore en passant d'un personnage à un autre, d'un soupçon à un autre. L'auteur maîtrise parfaitement son sujet et on enchaîne les chapitres sans s'en rendre compte tout en restant bouche bée devant son imagination fertile. Un livre étonnant qui nous pousse à réfléchir (ce qui est suffisamment rare pour être souligné) et à la fois il n'y a plus qu'à se laisser guider sur les rails tracés pour nous.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BooksnPics
  27 mars 2019
Avec ce premier roman, Jeremy Ergas nous plonge dans un récit noir et captivant!
Benjamin Novelle, « génie précoce » de la littérature genevoise, est assassiné au retour d'une soirée littéraire. Sur son dos, on retrouve les « Sept Commandements de l'Ecriture » gravés à l'aide d'une machine directement inspirée de « La Colonie Pénitentiaire » de Kafka (publiée pour la première fois en 1919). Il n'en faut pas plus à l'auteur, pour nous emmener au coeur de l'enquête.
J'ai beaucoup aimé le rythme de la narration, cette alternance entre les personnages et les récits qui apporte cette dynamique propre aux thrillers et qui m'a fait douter de l'identité du meurtrier jusqu'au dernier moment. A chaque fois, mes certitudes se voyaient refoulées. Chapeau!
J'ai beaucoup aimé aussi cette association de personnages si différents les uns des autres apportant chacun leur pierre à l'édifice: du procureur, à l'agent littéraire en passant par l'éditeur, le journaliste et les apprentis écrivains. J'ai cependant une mention spéciale pour son duo d'enquêteurs, l'inspecteur Pierre Chapel et son assistant hyper motivé mais quelque peu maladroit, Achille Cornuz, dont les échanges valent le détour et m'ont souvent fait sourire.
« La Machination », à travers les yeux, les mots et les actes glaçant de ce défenseur des Belles Lettres, entraîne le lecteur dans une lente descente aux enfers où le monde littéraire et ses dérives sont mis à nu.
Un premier essai réussi pour Jérémy Ergas qui laisse présager un bel avenir! le monde du thriller suisse semble avoir encore de nombreux joyaux à découvrir
Je remercie les éditions Slatkine & Cie pour leur confiance renouvelée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
silencejelissilencejelis   13 mars 2019
Novelle ne se trouvait plus qu'à cinquante mètres de moi. J'étais calme, pas la moindre anxiété. Je m'étais dissimulé dans l'épais buissons: seul le canon noir de mon taser dépassait des branchages. J'avais dû enlever mon imperméable à cause du bruit des gouttes d'eau sur le plastique. J'étais trempé de la tête aux pieds, transi par la pluie qui tambourinait sur mon front. Je respirais l'odeur de végétation humide, les narines grandes ouvertes. Le temps passé dans l'obscurité m'avait métamorphosé, Un instinct animal me pénétrait jusqu'aux os, tout comme l'humidité et le froid. Je ne pensais plus qu'à ma proie, prêt à bondir et à exécuter les gestes que j'avais répétés tant de fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   24 décembre 2020
L’art de donner ! Après avoir pris mille fois plus ! Combien de leurs clients exploitaient la main-d’œuvre et les ressources des pays où la banque finançait ses projets philanthropiques ? C’était à vomir. Une mascarade aux déguisements grossiers, mais son père et les autres ne semblaient pas s’en soucier. Pour soigner leur image et éviter de se montrer à visage découvert, ils étaient prêts aux pires subterfuges. S’ils avaient été honnêtes, ils auraient remplacé les strophes de Byron par un grand écran affichant la progression en temps réel de leurs bénéfices annuels (un mur de vingt mètres aurait dû suffire). Rodolphe prit une grande inspiration et tenta de se calmer. Il aurait aimé pouvoir en rire, s’en détacher. Au lieu de ça, ces pratiques le rendaient fou. Il enrageait à tel point que sa vue se troublait et qu’il en avait des palpitations. C’était le drame de sa vie inscrit sur le mur de la banque en lettres lumineuses. Tous ses rêves exprimés par Byron étaient reproduits dans l’enceinte de l’établissement qui l’empêchait de les réaliser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   24 décembre 2020
Au moment où elle vint lui dire bonne nuit, il l’embrassa sur la bouche. Camille, surprise, se laissa faire. Il la souleva dans ses bras et la porta jusqu’au lit. Il rêvait de levrettes et d’ébats plus aventureux encore, mais il n’osa pas la brusquer. Il savait qu’elle ne prenait pas un plaisir immense à faire l’amour et que souvent la pénétration lui faisait un peu mal. Des gémissements de plaisir, parfois, mais plus souvent de douleur légère. Ce fut donc un énième missionnaire, plaisant tout de même, passionné, ses mèches blondes cachant à moitié son visage, la vue de ses seins si bien formés, si blancs, son cou délicat, ses hanches étroites mais magnifiquement incurvées…

Quand tout fut terminé, Rodolphe déposa un baiser de bonne nuit sur le front de Camille et referma la porte de la chambre à coucher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   24 décembre 2020
Je ne vais pas vous mentir, le processus d’écriture sera long et délicat, d’autant que j’ai prévu un grand nombre d’ornementations, mais j’ai effectué beaucoup d’ajustements sur des cadavres ces dernières semaines et tout devrait se passer sans anicroche. Des hésitations ou des ratures sont toujours possibles – l’erreur est humaine – mais je tâcherai de travailler avec exactitude et célérité pour vous éviter toute souffrance inutile. Ceci n’a rien de personnel, Benjamin. Je ne vous déteste pas. L’acte que je m’apprête à commettre n’est pas un acte de vengeance, mais plutôt un acte de guerre. Je vais détruire l’industrie du livre dont vous n’êtes que la marionnette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   24 décembre 2020
La peur de passer le reste de sa vie en prison l’empêche de fermer l’œil et, d’insomnie en insomnie, ses doutes se transforment en certitude. Une nuit, il croit devenir fou à force de se torturer l’esprit et décide de retourner à l’Hacienda. Là-bas il s’enivre avec une escort ukrainienne appelée Sonia et finit par la ramener chez lui. Pendant leurs ébats violents, il revoit la tache de sang sur ses draps et a soudain envie de frapper Sonia, l’étrangler, la jeter contre les murs. Il arrive toutefois à contrôler ses pulsions et le lendemain, ils passent la journée ensemble au bord du lac. C’est le début d’une histoire d’amour fusionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : Genève (Suisse)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2420 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre