AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070457731
608 pages
Gallimard (20/02/2014)
4.67/5   9 notes
Résumé :
Dès la fin de la guerre civile, les bolcheviks victorieux s'attellent à la réalisation de leur utopie : l'avènement du communisme par l'abolition de la propriété privée et la construction d'un homme nouveau. Dès le départ, ce projet insensé repose sur la négation de ce qu'il y a de plus humain chez l'homme : son intimité. En effet, comment la vie privée est-elle tout simplement possible dans des appartements communautaires où chacun se sait surveillé et épié ? Comme... >Voir plus
Que lire après Les chuchoteurs, tome 2 : Vivre et survivre sous StalineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Comme le premier tome, une somme d'histoire et d'humanité
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
En décembre 1952, lors d'une réunion du Comité central, Staline déclara que "chaque Juif est un espion en puissance pour le compte des États-Unis", faisant ainsi de toute la population juive la cible de sa terreur. Des milliers de Juifs furent arrêtés, chassés de leur emploi et de leur habitation, et déportés comme "parasites déracinés" des grandes villes vers des régions reculées de l'URSS. Staline ordonna la construction d'un immense réseau de nouveaux camps de travail en Extrême-Orient, pour y envoyer tous les Juifs. À travers toute l'Union soviétique, on maudit les Juifs. Les patients refusaient de consulter des médecins juifs, harcelés au point de devoir délaisser leur pratique et de travailler comme ouvriers. Des rumeurs coururent sur des médecins qui tuaient les bébés dans leurs services. Les mères enceintes ne voulaient plus aller à l'hôpital. La presse reçut des lettres appelant les autorités soviétiques à "éliminer les parasites", à les "exiler des grandes villes, où ces porcs sont beaucoup trop nombreux".
C'est alors, au faîte de cette hystérie, que Staline mourut.
Commenter  J’apprécie          60
Selon Lazarev, qui entra au Parti par la base, l'idéologie bolchevik ne joua pour ainsi dire aucun rôle dans la guerre, tandis que les slogans d'avant-guerre qui servirent le culte de Staline et le Parti perdirent une bonne partie de leur force et de leur signification :

La légende court que les soldats montaient à l'attaque en criant : "Pour Staline !" En vérité, nous ne parlions jamais de Staline, et, quand nous engagions la bataille, c'était "Pour la patrie !" que nous criions. Nos autres cris de guerre étaient des obscénités.
Commenter  J’apprécie          50
Norilsk représente un paradoxe saisissant : une grande ville industrielle construite et habitée par des détenus du Goulag, dont la fierté civique s'enracine dans leur travail servile pour le régime stalinien.
Un semblable paradoxe sous-tend la nostalgie populaire qu'inspire Staline et qui, plus d'un demi-siècle après la mort du dictateur, continue d'être partagée par des millions de personnes, y compris nombre de ses victimes. D'après une étude menée par le Centre panrusse d'étude de l'opinion publique en janvier 2005, 42 % des Russes souhaitaient le retour d'un "leader comme Staline" (60 % des plus de soixante ans interrogés étaient favorables à un "nouveau Staline").
Commenter  J’apprécie          30
La dénonciation des crimes de Staline permit à Khrouchtchev de renforcer sa position.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : histoireVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (32) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3168 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}