AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Marie-Pierre Bay (Traducteur)Bernard Willerval (Traducteur)
EAN : 9782221102848
840 pages
Robert Laffont (12/05/2005)
3.67/5   119 notes
Résumé :
Un diamant gros comme le Ritz est unanimement considéré comme son plus grand recueil. Bienvenue dans l'Amérique des années folles, fascinée par le faste, le clinquant, les exilés millionnaires de l'après-guerre ou les luxueux rivages européens. Les vingt-sept nouvelles, écrites entre 1920 et 1940, qui composent ce livre nous offrent le plus émouvant témoignage sur la vie des écrivains américains, leur solitude et leurs deux démons, les femmes et l'alcool.
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 119 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Bookycooky
  10 août 2015

Une longue nouvelle "fantastique" de Scott Fitzgerald.
John Hunger, fils d'une famille de la bourgeoisie locale de Hadés (Mississipi) est envoyé dans le meilleur lycée de la côte Est. Là ,il croise ,Percy Washington , beau jeune homme, distant,qui finira par le prendre en amitié et l'inviter à passer l'été avec sa famille à l'Ouest.Dans le trajet en train,Percy lui annonce soudain que son pére est l'homme le plus riche du monde et possède un diamant de la taille du célèbre hotel du Ritz.
C'est le début d'une folle épopée dans le monde de la richesse sans limites,aux descriptions saisissantes,aux confins du grotesque.
Désormais ,nous sommes dans un conte.Cette dimension fantastique, métaphore du rapport de l'homme à l'argent (qui connaît la vie de Fitzgerald peut y trouver des éléments autobiographiques), et de sa cupidité,sera vite rattrapée par la réalité.C'est là que réside tout l'intérêt de ce trés beau texte(v.o.).
Commenter  J’apprécie          340
TiboLexie
  11 janvier 2021
Percy Washington, un jeune garçon issu d'une famille aisée fait la connaissance de John dans leur établissement scolaire à Hadès. Plutôt discret, il noue néanmoins des liens avec lui, l'invitant même dans leur propriété. Fasciné par son faste, John accepte et découvre une famille qui vit dans un luxe clinquant et dans un mensonge, faisant notamment croire à leurs domestiques noirs que l'esclavage n'est pas abouli.
Le nouvel arrivant bientôt gêné par tant d'apparat se rapprochera de Kismine, la soeur de Percy. Celle-ci lui fait alors d'effroyables révélations. Dès lors, ce texte prend une tournure oppressante où les protagonistes semblent vouloir s'échapper d'une menace irrémédiable.
Mystérieuse et dense à souhait, cette nouvelle était ma première incursion dans l'univers de Francis Scott Fitzgerald. Je n'ai pas été entièrement convaincue par le propos ; la peur de la déchéance sociale justifiant (entre autres) le comportement des Washington. Cependant la plume habitée de l'auteur me donne envie de découvrir son oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
kuroineko
  16 juin 2017
Est réuni dans ce recueil un florilège de 28 nouvelles d'un auteur qui fascine autant par sa vie et sa personnalité que par son oeuvre. Elles ont été rédigées entre la fin des années 1910 et 1940.
Hormis la première histoire qui donne son titre à l'ensemble, les autres sont classées selon un ordre chronologique. Ce qui permet de ressentir à la lecture une évolution de l'écriture, des thèmes et du ton qui s'en dégage. le cadre contextuel est aussi clairement défini et rend les textes toujours plus intéressants. On se repère par rapport au premier conflit mondial et l'envoi des troupes américaines à compter de 1917. Viennent ensuite les Années folles et leur tourbillon de fêtes, d'argent, de folies. Jusqu'à ce que le krach de 1929 et la grande dépression qui s'ensuit sonnent la fin de cette ère d'insouciance.
Tout ça se retrouve dans le fil des nouvelles et de leur seconde moitié émane un côté plus sombre, plus amer voire cynique à l'occasion. L'alcoolisme y est très présent, rappelant la propension de l'auteur à abuser lui-même de la bouteille. Cette addiction conduit ses personnages au mieux à se couvrir parfois de ridicule, au pire à des drames et à des changements de vie drastiques.
J'avais beaucoup aimé son roman Gatsby le Magnifique. J'ai découvert au-travers de ces 28 nouvelles d'autres facettes de Francis Scott Fitzgerald. J'ai pris le temps de savourer chacun de ces récits et ce qui en ressort est une profonde admiration pour le talent de l'auteur. Il a cette capacité à dépeindre chaque instant avec un vocabulaire extraordinairement évocateur, plein de charme et comme éthéré. Ses récits de fêtes ont le tintement cristallin de deux coupes s'entrechoquant, le pétillant magique d'un champagne millésimé. Les femmes y prennent un caractère evanescent, diaphane, comme soulevé par le vent et se posant ici dans un bruissement soyeux.
Il plonge également avec art dans la psychologie de ses personnages, montrant leurs egos, leurs faiblesses que chacun s'efforce de masquer derrière des façades.
Et l'argent toujours: qu'il roule jusqu'à plus soif en une spirale dispendieuse ou qu'il vienne à manquer.
Des textes profondément envoûtants qui me donnent envie de découvrir encore plus ce magnifique écrivain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
madameduberry
  09 novembre 2013
Selon moi un des auteurs américains majeurs. Romantisme, nihilisme, lyrisme,mélancolie, élégance des sentiments, critique lucide mais aussi jouissance débridée, conscience du chaos et course effrénée aux plaisirs pour oublier l'imposture. Ce beau et fier jeune homme de la génération perdue, entre le massacre de la dite grande Guerre et la Dépression, est un écrivain au style unique. Ses personnages aussi sont taillés dans le diamant. Une légende de la littérature, aussi flamboyant et fêlé que ses personnages. A l'aise dans les nouvelles, dont il est un des rois (avec l'anglais Saki, et Dorothy Parker, autre beautiful loser), celle qui donne son titre au recueil est construite comme un conte philosophique qui m'a sidérée, la première fois que je l'ai lue. La fin très ironique au fond évoque la cruauté de Saki.Scott Fitzgerald est aussi un très grand romancier, dont le style éclate particulièrement dans Tendre est la nuit, sans parler de Gatsby. Il est apprécié des lecteurs francophones (et lecteurs d'un éventail littéraire allant de Nerval à Stendhal, en passant par Balzac, Verlaine et Rimbaud, Radiguet, …) peut-être pour le côté romantique et dandy de son personnage, son regard transparent à la Rimbaud sur ses photos de jeunesse, sa sympathie pour les personnages mal à l'aise dans une société qui au fond ne veut pas d'eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Allantvers
  15 juillet 2020
Plus gros que le Ritz ce diamant, bien plus gros, au-delà du concevable et donc par-delà toutes les valeurs humaines pour celui qui le possède.
Cette nouvelle assez délirante est un petit bijou, à l'écriture ciselée, d'une construction redoutable jusqu'à son climax et serti dans l'expérience et les convictions de l'auteur, qui rhabille et règle leur compte avant l'heure aux 1%. Un régal!
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   16 mai 2012
C’était un rêve dit John tristement. A présent je n’en suis plus si sûr. Peu importe, passons quelque temps à nous aimer , vous et moi, un an peut-être. C’est une forme d’ivresse divine que nous pouvons tous connaître. Il n’y a de diamants que sur terre, des diamants et peut-être aussi le pauvre pouvoir de la désillusion. Celui-là, je le possède et je n’en fais pas grand-chose.(…) C’est un grand péché que d’avoir inventé la conscience . Perdons la pendant quelques heures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kuroinekokuroineko   25 mai 2017
Dexter parcourait les rues, le soir, lorsque l'obscurité était aussi humide que la pluie, et il se demandait pourquoi sa joie de vivre, lui qui avait si peu vécu, l'avait si tôt quittée. Un an plus tôt, en mai, c'était le joyeux tourbillon émouvant, impardonnable et pourtant pardonné que Judy provoquait autour d'elle - un an plus tôt, en mai, il avait pu croire que Judy l'aimait. Il avait dépensé tout un trésor de bonheur en un rien de temps et pour des joies bien vite envolées. Il savait qu'Irène ne serait rien de plus qu'un rideau tendu derrière lui, une main qui déplacerait de belles tasses à thé, une voix appelant des enfants... les grandes joies et la beauté étaient parties, parties aussi les nuits magiques, et le charme des heures et des saisons... et les lèvres minces, retournées, tendues vers les siennes, et le portant mystérieusement dans le ciel de ses yeux... Oui, rien de cela ne l'avait quitté. Il était trop fort et trop vigoureux pour que le souvenir de Judy s'éteignît en lui sans soubresauts et sans peine.

Rêves d'hiver
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TiboLexieTiboLexie   10 janvier 2021
Je vous ai proposé une exécution sans douleur pour tous ou pour ceux qui le souhaitent. Je vous ai proposé de faire enlever vos femmes, fiancées, enfants et mères et de les faire venir ici. J'agrandirai l'endroit où vous êtes, là en bas, et vous serez nourris et habillés le restant de votre vie. S'il existait un moyen de provoquer une amnésie permanente, je vous ferais tous opérer et je vous relâcherais immédiatement, quelque part en dehors de ma chasse gardée. Mais je n'ai rien d'autre à vous proposer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jmlire92jmlire92   10 août 2020
 ... J'ai une théorie sur les gens d'ici. Je pense qu'ils sont en train de se frigorifier.

   - Comment ? 

   - Je pense qu'ils sont de plus en plus semblables aux Suédois. Comme les personnages d'Ibsen. Ils sont de plus en plus sinistres et mélancoliques. C'est à cause de ces longs hivers. Avez-vous lu quelque chose d'Ibsen ?

   Elle secoua la tête.

   - On trouve chez ses personnages une sorte de rigidité songeuse ; ils sont francs, directs, étroits, tristes, dépourvus de capacités à éprouver de grandes joies ou de grandes peines.

   - Incapables de larmes ou de sourires ?

   - Exactement. C'est ma vieille théorie. Voyez-vous, il y a des milliers de Suédois ici. Ils y viennent sans doute parce que le climat est proche de celui de leur pays, et le mélange des races s'est fait peu à peu. Il n'y en a pas plus d'une demi-douzaine ici ce soir - mais... nous avons eu quatre gouverneurs d'État suédois. Est-ce que je vous ennuie ?

   - Vous m'intéressez énormément.

   - Votre future belle-sœur est à moitié suédoise. personnellement, je l'aime bien, mais je pense qu'en général les Suédois nous marquent beaucoup trop. Les Scandinaves vous savez, ont le plus fort taux de suicide du monde.

   - Pourquoi restez-vous dans un pays aussi déprimant ? 

   - Oh, ça ne m'atteint pas. Je suis presque tout le temps enfermé, et je crois que les livres m'importent plus que les gens.

   - Mais les écrivains disent tous que le Sud est tragique, si, vous savez bien : les señoritas espagnoles, les dagues et la musique envoûtante.

   Il secoua la tête.

   - Non, les races nordiques sont les races tragiques - elles ne se permettent pas le luxe des larmes..

Dans la nouvelle "Le palais de glace"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
oiseaulireoiseaulire   24 septembre 2019
Nous sommes tous des gens bizarres, bien plus bizarres derrière nos visages et nos voix que nous n'aimerions à le laisser paraître - voire à le penser nous-mêmes. Quand j'entends quelqu'un se présenter comme "un brave type, honnête, moyen, franc", j'ai aussitôt la certitude qu'il est affligé de quelque tare bien définie, et peut-être affreuse, qu'il a décidé de dissimuler.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Francis Scott Fitzgerald (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Francis Scott Fitzgerald
« L'histoire de ma vie est celle du combat entre une envie irrésistible d'écrire et un concours de circonstances vouées à m'en empêcher. […] Puis, mon roman a été publié. Puis, je me suis marié. Maintenant, je passe mon temps à me demander comment tout cela est arrivé. Selon les mots de l'immortel Jules César : « Tout est dit ; il ne reste plus rien. » (Francis Scott Fitzgerald, « Qui est qui, et quoi? », paru dans le Saturday Evening Post du 18 septembre 1920.)
« […] En mai 1934, Fitzgerald [1896-1940] s'ouvre de son projet subtil à son éditeur, Maxwell Perkins [1884-1947] : « Comme vous le savez, je n'ai jamais rien publié de personnel sous forme de livre parce que j'ai toujours eu besoin de tout le matériel possible pour mes oeuvres de fiction. Toutefois, un certain nombre d'articles et de textes divers ont attiré l'attention d'un vaste public et pourraient le faire de nouveau si nous pouvions trouver, entre le titre et les textes, le lien qui puisse nouer l'humour à un soupçon de sagesse. » […] Perkins ne répond pas. Mais l'idée refait surface deux ans plus tard, en mars 1936, quand Fitzgerald lui propose « un livre de réminiscences, non pas une autobiographie, mais des réminiscences ». […] Fitzgerald, plus précis encore : « Il est plus triste de retrouver le passé et de s'apercevoir qu'il n'est pas à la hauteur du présent que de le voir s'échapper pour demeurer à tout jamais une construction harmonieuse de la mémoire. » Il s'agit donc, dans ce livre des réminiscences, au cours de cette délicate chasse aux papillons, de retrouver, en dépit de la tristesse et contre elle, un passé à la hauteur du présent, un passé qui tienne ses promesses à l'avenir. […] « Il se trouve que la plus grande partie de ces articles sont intensément personnels : alors qu'un journaliste doit trouver un sujet sur lequel écrire son article quotidien ou hebdomadaire, j'ai écrit ces articles uniquement lorsque l'impulsion venait de l'intérieur. En fait, j'ai les mains plus propres pour la non-fiction que pour la fiction. » […] le projet « Mains propre » était resté lettre morte. Que vive Un livre à soi. » (Pierre Guglielmina, Qu'est-ce qu'un « livre à soi »?)
« […]  […] Jamais la foi dans le destin de l'homme n'avait atteint les sommets auxquels elle est parvenue dans les années 1890 - rarement cette même foi a plongé aussi bas qu'aujourd'hui. Lorsque nous observons autour de nous un rapide déclin des idéaux de conduite, il existe nécessairement une cause fondamentale pour l'expliquer. Il est impossible d'être vicieux dans le vide. Quelque chose de sérieux (que seuls les évangélistes professionnels, les romanciers de gare et les politiciens corrompus prétendent comprendre) affecte le monde. Il faudra un coeur solide pour nager à contre-courant dans ces eaux troubles et ne pas être, comme ma génération, un peu cynique, un peu las et un peu triste. […] - doit-on s'étonner que nous redoutions presque d'ouvrir les journaux le matin de peur d'y découvrir une nouvelle dérive de la civilisation, une nouvelle infamie dans cette chambre obscure que nous appelons le coeur humain ! C'est sur ce monde que nos enfants ouvrent aujourd'hui les yeux. […] […] si mon enfant est un meilleur homme que moi, il viendra me voir enfin pour dire, non pas : « Père, tu avais raison concernant la vie », mais plutôt : « Père, tu avais complètement tort. » Et quand ce moment viendra, et il viendra, puis-je être assez juste et sage pour dire : « Bonne chance et adieu, car j'ai possédé autrefois ce monde qui t'appartient, mais je ne le possède plus. Suis ta voie à présent, avec vaillance dans le combat, et laisse-moi en paix, au milieu de tous ces torts passionnés que j'ai aimés, car je suis vieux et ma tâche est accomplie. » (Francis Scott Fitzgerald, « Attendez d'avoir des enfants à vous ! », paru dans Woman's Home Companion, juillet 1924)
« Crack-up (titre original de ce texte [Craquer]) signifie certes « craquer nerveusement », mais aussi, « rire » ou « faire rire ». Fitzgerald a certainement ce double sens en tête […] » (Note de Pierre Guglielmina)
0:04 - Craquer 13:51 - Générique
Référence bibliographique : Francis Scott Fitzgerald, Un livre à soi, traduit par Pierre Guglielmina, Éditions Les Belles Lettres, 2017
Image d'illustration : https://www.npr.org/2015/01/10/376118599/west-of-sunset-imagines-f-scott-fitzgeralds-last-years-in-hollywood
Bande sonore originale : Gotama - Inner Silence
Site : https://gotama-music.bandcamp.com/track/inner-silence
#FrancisScottFitzgerald #Craquer
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Gatsby le Magnifique

Comment s'appelle le personnage principal qui est également le narrateur du roman ?

Gatsby le Magnifique
Nick Carraway
Tom Buchanan
Francis Scott Fitzgerald

10 questions
549 lecteurs ont répondu
Thème : Gatsby le magnifique de Francis Scott FitzgeraldCréer un quiz sur ce livre