AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070362806
160 pages
Gallimard (13/04/1973)
3.53/5   110 notes
Résumé :
Les trois nouvelles présentées dans ce livre sont extraites de Men Without Women (Hommes sans femmes), recueil dans lequel Hemingway réunit en 1927 quelques-uns de ses écrits, dont certains ont déjà été publiés dans des revues.
Dans une lettre à son éditeur en date du 14 février 1927, il s'explique sur ce titre : «Quand au recueil d'histoires pour l'automne [...] je voudrais l'intituler : Hommes sans femmes. Dans toutes ces histoires, ou presque, l'influence... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
BurjBabil
  19 août 2020
Il en est des écrivains comme des acteurs, certains ne font que répéter les mêmes histoires, jouer les mêmes rôles (et si elles sont bonnes pourquoi pas, tant mieux) et d'autres passent d'un univers à l'autre en renouvelant les thèmes abordés.
Hemingway est de ceux-là. Ces nouvelles sont regroupées dans ce recueil pour des raisons difficiles à comprendre sauf au début : Boxe, course hippique, corrida : le sport et ses aléas, ses tragédies.
La première nouvelle, 50 000 dollars, le titre du recueil, suit un boxeur qui, fatigué, lassé, finit par parier sur la victoire de son adversaire.
La deuxième, Mon vieux, est le portrait haut en couleurs fait par un fils d'un père jockey.
La troisième, L'invincible s'attarde sur un toréro qui, après s'être blessé, tente de retrouver une place dans le métier. C'est beau, touchant par le sujet toujours polémique et si bien traité ici.
Les suivantes sont autant d'instantanés de vie.
Le village indien raconte un accouchement vu d'un enfant qui sera confronté aux notions de vie et de mort.
Le Champion et les tueurs s'attachent à des personnages, saisi des moments fugaces, auraient pu (dû?) s'inscrire dans des romans.
Chaque personnage parle son propre langage mais tous sont criant de vérité : c'est un phrasé populaire que nous livre l'écrivain engagé. Pas de longs discours, de superlatifs : c'est le rythme et le choix percutant des mots et des répliques, les silences aussi, qui fabriquent nos images mentales.
C'est vachement chouette à lire, pour peu que ce style d'écriture convienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
majero
  10 octobre 2018
J'adore le style 'Hemingway' de ces six nouvelles. Aussi consistant que de la pâte à modeler, aussi visuel qu'un scénario.
Dans la peau de Jack le boxeur has been, dernière course de son vieux aux champs de course de Maison Laffitte, dernière corrida de Manuel, qui refuse de raccrocher, et trois nouvelles de Nick Adam, accouchement par son père au village indien, le noir Bugs qui veille un vieux boxeur fou le long de la voie ferrée, les tueurs attendant le suédois Olsen dans l'estaminet de Georges.
Commenter  J’apprécie          290
momotombo
  17 mai 2022
C'est pas de l'Ernest de la meilleure tournure, mais ca se boit sans sourciller.
Des gars qui jonglent d'un malaise à l'autre, qui récidivent dans leurs erreurs, des fins des parcours difficiles...Bref toute une humanité désespérément attachante pour ses failles et errances.
Commenter  J’apprécie          20
Surbookee
  09 août 2012
50 000 dollars est un recueil de six nouvelles : Cinquante mille dollars, Mon vieux, L'invincible, le champion, le village indien, Les tueurs.
Chacune de ces nouvelles est un instant de vie, une brève plongée dans l'existence de divers protagonistes d'horizons très différents. Boxeur, torero, médecin de brousse, jockey, fugitif ou tueurs, ils nous offrent une partie de leur histoire sans révéler d'où ils viennent ni où ils iront ensuite dans la droite ligne du style épuré d'Hemingway.
Deuxième livre que je lis de cet auteur, je ne suis toujours pas sûre d'adhérer à son style que je ne trouve pas toujours très fluide et trop peu travaillé. Certaines tournures de phrase sont bancales mais il est fort probable que la traduction y soit pour beaucoup. Peut-être que pour saisir toute la beauté de la plume d'Hemingway, il faut le lire dans la version originale...
Commenter  J’apprécie          10
Hardiviller
  30 mai 2015
Une des nombreuses nouvelles d'Ernest Miller Hemingway , jointes à quelques autres constituent ce recueil . Ce genre littéraire dans lequel il excelle est souvent très savoureux car allant à l'essentiel sans trop de bavardage .
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BurjBabilBurjBabil   19 août 2020
– J'ai téléphoné à ma femme que je retiendrais une chambre au Shelby pour cette nuit, me dit-il. Je rentrerai à la maison demain matin.
– C'est une bonne idée, dis-je. Ta femme t'a déjà vu matcher ?
– Non, dit-il. Jamais.
Il faut qu'il s'attende à recevoir une fameuse volée, pensais-je, pour ne pas vouloir rentrer chez lui après le match.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Ernest Hemingway (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ernest Hemingway
Ernest Hemingway : Le Soleil se lève aussi lu par Michel Bouquet (1957 / France Culture). Photographie : L'écrivain américain Ernest Hemingway (1898-1961). • Crédits : Bettmann / Contributeur Editorial - Getty. Diffusion sur France Culture le 30 septembre et les 1er et 2 octobre 1957. Émission "Lecture du soir". Traduction de Maurice-Edgar Coindreau. Lecture par Michel Bouquet. Dans le Paris des années 20 et aux fêtes de San Fermín de Pampelune, Jake Barnes, le narrateur du roman, ainsi que Lady Brett, Robert Cohn, Mike Cambpell et Bill Gorton prennent vie grâce à une lecture de Michel Bouquet. Édité en 1926, "Le Soleil se lève aussi" d'Ernest Hemingway fut publié chez Gallimard dans la traduction de Maurice-Edgar Coindreau en 1933. Dans la préface qu'il donnait à cette édition française, Jean Prévost écrivait ceci : « Ce roman dont les héros – y compris la femme – boivent et sont ivres à presque tous les chapitres ; ce roman dont presque toutes les descriptions offrent les voiles de l'ébriété agréable, ou les terribles feux tournants de l'ivresse emportée, ne le prenez pas comme le récit de vacances de quelques Américains en France et en Espagne, ni comme un livre pittoresque. Ce narrateur si bref et si désinvolte lorsqu'il parle de lui, et qui raconte à mots couverts un accident de guerre dont il jure à tous ne pas se soucier, ne le prenez pas au mot un instant. Le ton dégagé avec lequel il parle de cette femme et de ses amants, écoutez-le avec plus de soin, et devinez enfin ce qu'il cache. Ce que peint cette voix indifférente, et de temps en temps éraillée, c'est l'enfer. »
00:00 : 1ère partie : Lecture partielle du roman d'Ernest Hemingway par Michel Bouquet dont nous écoutons la première des trois parties, constituée des cinq premiers chapitres du roman.
57:14 : 2ème partie : Lecture partielle du roman d'Ernest Hemingway par Michel Bouquet dont nous écoutons la deuxième des trois parties, entre les premières pages du treizième et la fin du seizième chapitre du roman.
01:57:55 : 3ème partie : Lecture partielle du roman d'Ernest Hemingway par Michel Bouquet dont nous écoutons la troisième et dernière partie, qui s'ouvrait sur une bagarre que l'on trouve au chapitre 17 du roman. Curieusement, si cette lecture se poursuivait très logiquement par le chapitre 18, elle s'achevait là. Les auditeurs étaient donc privés du dix-neuvième et dernier chapitre, et des derniers mots qu'Hemingway avaient laissés à Brett et Jake :
« — Oh, Jake, nous aurions pu être si heureux ensemble ! — Eh oui ! C'est toujours agréable à penser. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le vieil homme et la mer

En quelle année est paru ce texte ?

1951
1952
1953

10 questions
186 lecteurs ont répondu
Thème : Le Vieil Homme et la Mer de Ernest HemingwayCréer un quiz sur ce livre