AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020987523
168 pages
Éditeur : Seuil (26/02/2009)

Note moyenne : 3.03/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Largués par nos parents qui disparaissent, par nos enfants qui quittent la maison, c'est le plus souvent au même moment de la vie que nous sommes confrontés à ces séparations : nos parents meurent, nos enfants grandissent. Coincés entre deux générations, ceux à qui nous devons l'existence, ceux à qui nous l'avons donnée, qui sommes-nous désormais ? Les repères vacillent, les rôles changent. Comment faire de cette double perte une métamorphose intérieure, un nouveau ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
anlixelle
  25 décembre 2016
Les parents disparus, les enfants quittant le nid, les changements qui s'opèrent au coeur de la famille sont majeurs, indélébiles.
Coincés entre deux générations, ceux à qui nous devons l'existence, ceux à qui nous l'avons donnée, qui sommes-nous désormais ?
Quel sens donner à notre existence quand les repères vacillent, quand les rôles changent ?
Comment faire de cette double perte une métamorphose intérieure, un nouveau départ ?
C'est le sujet de cette psychobiographie que nous offre là l'auteure psychanalyste Lydia Flem et ça se laisse lire. Gentiment....
Commenter  J’apprécie          121
janemar
  30 janvier 2012
Pour moi ce serait plutôt : « comment on peut être déçue d'un autre livre de Flem ».
Autant la « Reine Alice » m'a touché et j'ai apprécié la démarche littéraire alliant conte et vie personnelle ( ?) autant ce récit qui utilise encore et encore le conte de Lewis, et les diverses ficelles psychanalytiques (Mélanie Klein et consort) m'a fortement déçu. Je l'ai trouvé fade, à la limite de l'insipide malgré les nombreuses références littéraires. La démonstration de la « bonne mère » qui force le départ de son enfant pour qu'elle s'ouvre à la vie… Quelqu'un n'a-t-il pas dit « nos enfants ne nous appartiennent pas ….. ». le titre est à moitié loupé puisqu'il n'est pas ou presque question du « quasi-fils ». Et puis je voudrais bien que l'on m'explique pourquoi les psy qui deviennent écrivains (ou l'inverse) se font un malin plaisir de décortiquer les mots pour y trouver un sens caché, une étymologie utile souvent uniquement pour leur démonstration… Et enfin j'ai trouvé ce qui manque le plus à ce petit livre : un soupçon d'humour….un tout petit soupçon d'humour…
Mais que cela ne vous empêche pas de le lire : sait-on jamais je changerai d'avis ? pour l'instant je vais mettre en veilleuse la prose de Madame Flem.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Emylit
  22 octobre 2016
Un amas de généralités. L'auteur nous raconte sa vie sans rien nous apprendre et sans que l'on ressente l'ombre d'une émotion. le style d'écriture est quelconque et l'utilisation des contes pour illustrer ses propos vue et revue. Une déception.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NotaBeneNotaBene   04 décembre 2012
Je me demandais aussi pourquoi la mère du Petit Chaperon Rouge l'envoyait dans les bois alors qu'elle devait bien se douter que le grand méchant loup l'y attendait. (...)

Et si la mère du Petit Chaperon Rouge savait que vient un jour où les petites filles devenues grandes doivent se promener dans les bois pour courir le guilledou et flirter avec les loups ? (...)

Une mère se sent-elle toujours impuissante – cruelle – en voyant son enfant s'éloigner vers la forêt sachant qu'elle ne pourra pas le protéger de tous les dangers qui l'attendent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ladycobaltladycobalt   23 novembre 2016
De la littérature, on ne sort jamais indemme. On y parcourt la planète sans son ombre, on hume la cuisine de la sorcière, on trébuche sur le pavé inégal d’une cour de Paris en pensant à Saint-Marc, on traverse les plaines de Russie ou les rizières de Chine, avec des mousquetaires, des princes, des mendiants et des aventurières, on y combat des moulins ou quelque baleine blanche, on s’enfonce dans la jungle, le vieux Londres, on survit sur des îles oubliées, on répète maladroitement une phrase au conditionnel : « Je préfèrerais pas ».
L’art nous transforme. On se surprend à n’être plus tout-à-fait pareil, en lisant page après page, ces histoires qui deviennent notre intimité extrême, épousant les plis de nos propres pensées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jabjab   28 juin 2014
Comme tous les parents, j'aurai aimé que mes enfants soient dotés de tous les talents, de toutes les grâces, qu'ils soient droits, tolérants, généreux. Mais surtout, surtout, qu'ils possèdent cette intelligence sensible, qui permet de rebondir, de se faufiler dans les situations les plus improbables de l'existence, de se bricoler une vie bonne à vivre.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Lydia Flem (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lydia Flem
Sous les feux de la Critique cette semaine, deux romans :
"Paris Fantasme" de Lydia Flem (Seuil) "Le Silence" de Don DeLillo (Actes Sud)
Pour en parler aux côtés de Lucile Commeaux : Elisabeth Philippe, journaliste et critique littéraire à "L'Obs" et Marie Sorbier, rédactrice en chef de "I/O Gazette" et productrice à France Culture.
https://www.franceculture.fr/emissions/la-critique/litterature-le-silence-de-don-delillo-et-paris-fantasme-de-lydia-flem
autres livres classés : psychobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
346 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre