AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Daniel Defert (Éditeur scientifique)François Ewald (Directeur de publication)Alessandro Fontana (Directeur de publication)
EAN : 9782020860246
336 pages
Éditeur : Gallimard (10/02/2011)
3.25/5   2 notes
Résumé :
résentation de l'éditeur
Voici le premier cours de Michel Foucault, professé au Collège de France en 1971. Foucault fait
suite ici à l’annonce de sa leçon inaugurale dans laquelle il déclarait vouloir établir une généalogie
du savoir. Le véritable thème de ce cours est moins la possibilité de cette entreprise que ses effets
sur notre conception de la vérité depuis Platon, c’est-à-dire sur la philosophie elle-même. D’Hésiode à Nietzsche, F... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   07 octobre 2012
On le voit: l'analyse des sophisme par Aristote se situe tout entière au niveau de la matérialité du discours. Le sophisme est une tactique interne à cette matérialité. Mais, on le voit aussi, cette matérialité spécifique du discours qui apparaissait au premier regard comme inégalité numérique des mots et choses, comme rareté des noms, apparaît maintenant selon des dimensions plus nombreuses:
-d'abord ce n'est pas seulement la rareté des mots mais la succession nécessaire et les déplacements possibles, les uns par rapport aux autres, des éléments du discours -caractère linéaire;
-c'est plus largement le fait que tout énoncé s'inscrit dans une série immense et, à vrai dire, jamais tout à fait maîtrisable de discours antérieurs - caractère sériel;
-c'est plus largement encore le fait que le discours est constitué d'un certain nombre d'événements réels (de choses dites) qui, une fois qu'ils sont produits, ne peuvent pas être changés. Dit c'est dit. Tu l'as dit, tant pis pour toi- caractère d'événement ;
-c'est enfin le fait que cette matérialité du discours est liée à la lutte, la rivalité, à la situation de combat des hommes qui discutent - caractère de stratégie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hupomnematahupomnemata   07 octobre 2012
Le modèle nietzscgéen veut, au contraire, que la volonté de savoir renvoie à autre chose qu'à la connaissance, que derrière la Volonté de savoir il y ait non pas une sorte de connaissance préalable qui serait comme la sensation, mais l'instinct, la lutte, la volonté de puissance. Le modèle nietzschéen veut, en outre, que la volonté de savoir ne soit pas liée originairement à la vérité; il veut que la Volonté de savoir compose des illusions, fabrique des mensonges, accumule des erreurs, se déploie dans un espace de fiction où la vérité ne serait elle-même qu'un effet. Il veut, de plus, que la Volonté de savoir ne soit pas donnée sous la forme de la subjectivité et que le sujet ne soit qu'une espèce de produit de la volonté de savoir, dans le double jeu de la volonté de puissance et de la vérité. Enfin pour Nietzsche, la Volonté de savoir ne suppose pas le préalable d'une connaissance déjà-là; la vérité n'est pas donnée d'avance; elle est produite comme un événement.
La tâche proposée était d'éprouver l'utilisabilité du modèle nietzschéen et de mettre en oeuvre les quatre principes repérés dans l'analyse nietzschéenne:
1- Le principe de l'extériorité: derrière le savoir, il y a tout autre chose que le savoir;
2- Le principe de la fiction: la vérité n'est qu'un effet de la fiction et de l'erreur;
3- Le principe de la dispersion: ce n'est pas un sujet qui est porteur de la vérité, mais la vérité elle-même passe par une multiplicité d'évènements qui la constitue;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hupomnematahupomnemata   10 septembre 2012
a- Mais quand on regarde de plus près, on s'aperçoit que l'affirmation posée ou concédée ne concerne pas fondamentalement la vérité de la proposition, mais la volonté du sujet parlant de tenir ce qu'il a dit. L'affirmation est plutôt de l'ordre du serment que de l'ordre de la constatation. La déclaration n'énonce pas un fait, elle ne pose pas un rapport entre l'énoncé et une réalité extérieure à cet énoncé, qui serait capable de le vérifier. Elle lie le locuteur à ce qu'il dit. C'est une affirmation de fidélité plus que de réalité. Tenir pour vrais, dans le sophisme, c'est s'engager à tenir. De là le fait important que le sophisme emporte avec lui une ontologie bizarre, partielle, limitative, discontinue et boiteuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
hupomnematahupomnemata   24 août 2012
On pouvait s'étonner tout à l'heure que le désir de connaître donné à tous les hommes par la nature trouve comme preuve la satisfaction des sensations inutiles (alors que les sensations sont utiles par nature). C'est que la nature dont il était question était en réalité une certaine nature de l'homme destinée à une connaissance sans autre fin qu'elle-même. Et c'était cette fin dernière qui tirait déjà à soi la simple activité de sentir et la rendait déjà plaisante, quand se dénoue un instant autour d'elle la preuve de l'utilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
hupomnematahupomnemata   07 octobre 2012
Cypsélos, ayant été polémarque et ayant remporté des victoires grâce à l'armée hoplitiquede petit paysans, aurait chassé la vieille aristocratie des Bacchiades. Et il aurait procédé à une redistribution non point de toutes les terres mais de certaines d'entre elles. (Aucun texte ne le dit précisément mais Solon, un peu postérieur à Cypsélos, fait allusion à un tyran démagogue qui aurait effectué le partage du sol.)
Or cette redistribution partielle des terres ne résolvait pas le problème des dettes existantes et surtout de celles qui allaient de nouveau apparaître. D'où le prélèvement de dix pour cent non pas sur les propriétés mais sur les revenus les plus élevés, prélèvement qui permit ensuite: des distributions directes aux pauvres, le financement de grands travaux, des avances aux artisans - et ainsi l'acquittement des dettes envers les riches.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michel Foucault (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Foucault
Michel Foucault et Arlette Farge : Le désordre des familles (1983 / Les lundis de l’Histoire). Diffusion sur France Culture le 10 janvier 1983. Par Roger Chartier. Photographie : Michel Foucault vers 1980. © Jerry Bauer/Opale/Leemage et Arlette Farge/DR. Avec Michel Foucault, Arlette Farge, Michelle Perrot et André Béjin. Cette émission était l’occasion d’un débat autour du livre de Michel Foucault et Arlette Farge, "Le Désordre des familles. Lettres de cachet des Archives de la Bastille au XVIIIe siècle". Présentation du livre par les éditions Gallimard : « Les idées reçues ont le cuir dur : la lettre de cachet, sous l'Ancien Régime, passe aujourd'hui encore pour l'exemple même du bon plaisir royal servant à enfermer nobles infidèles ou grands vassaux désobligeants. Symbole de l'arbitraire, elle serait un acte public cherchant à éliminer l'ennemi du pouvoir sans autre forme de procès – au point que l'histoire a fait d'elle le symbole de la prise de la Bastille. Mais de la mémoire se sont enfuies les innombrables lettres servant à tout autre chose qu'aux affaires d'État. Il ya celles pour affaire de police, instrument le plus simple pour enfermer discrètement et secrètement la forte tête qui crée du désordre dans l'atelier, mais aussi les prostituées, les voleurs à la tire, les filous ou les comédiens – tout un monde de migrants, mouvant, fugitif. Plus encore, il y a les lettres de famille, lorsque le comportement d'un conjoint ou d'un fils paraît troubler l'ordre intime dont la tranquillité participe à l'ordre public. Arlette Farge et Michel Foucault nous proposent une lecture différente des Archives de la Bastille : où l'on n'avait voulu voir que la colère du souverain, ils dévoilent les passions d'un menu peuple ; où l'on était obnubilé par l'ordre monarchique, ils discernent, entre parents et enfants, dans les disputes des ménages, la trame fine de la vie privée et le désordre des familles. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
358 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre