AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1095438220
Éditeur : L' Iconoclaste (19/10/2016)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Ce livre est le résultat d’un travail colossal. Durant des mois, conservateurs et historiens ont exploré les Archives nationales avec pour objectif de rassembler pour la première fois les minutes de procès faits aux femmes. Des sorcières aux empoisonneuses, des communardes aux tondues de la Libération, ce sont les extraits les plus saisissants qui sont remis en scène.

Sur des procès verbaux d’interrogatoires ou des "auditions de bouche", face à des ju... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
mimo26
  22 août 2019
En novembre 2016, les Archives nationales présentent une exposition exceptionnelle : « Présumées coupables » donnera à voir et à entendre des
femmes confrontées à leurs juges de la fn du MoyenÂge au XXe siècle.
Sorcières, empoisonneuses, infanticides, pétroleuses de la Commune de Paris ou femmes tondues de la Libération… de nombreux documents,
reproduits pour la première fois, rendent la parole à ces femmes que l'Histoire a bâillonnées pour avoir enfreint des règles. En style direct ou indirect, sur des procès-verbaux d'interrogatoires ou des « auditions de bouche », face à des juges ou des témoins, leurs mots jaillissent à nouveau. Derrière la froideur de la procédure judiciaire se dessinent les fgures de
femmes condamnées avant même d'avoir été jugées.
Aux côtés des très nombreuses anonymes, on trouvera également des condamnées célèbres comme Jeanne d'Arc, Louise Michel, Violette Nozière ou Arletty.
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-Flore
  12 février 2017
Je suis assez mitigée par cette lecture. le sujet m'intéresse énormément mais j'ai trouvé que c'était assez grossièrement fait.
Les auteurs de ce livre, des historiens et des chercheurs pour la plupart, s'appuient sur les archives nationales. le concept est intéressant et le sujet des femmes "criminelles" percutant. Oui mais voilà, si certaines parties sont bien traitées, les propos étant clairs et organisés, d'autres parties, particulièrement celles sur le Moyen-Âge, sont un peu brouillonnes, un peu bâclées. J'ai trouvé qu'il y avait pas mal de redondances et que le style adopté était parfois indigeste. C'est vraiment dommage.
Ce livre aurait pu être passionnant. Malheureusement, la forme des propos laisse un peu à désirer pour certains auteurs qui sont un peu trop scolaires. Ils manquent de pédagogie et de simplicité.
Commenter  J’apprécie          22

critiques presse (1)
NonFiction   27 février 2017
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   10 février 2017
Le corps de ces femmes devient une métaphore du territoire national qui a été envahi et souillé par l'occupant.
[...]
Alors que la sexualité des hommes collaborateurs n'intéresse personne, car elle demeure une affaire privée, celle des collaboratrices est une affaire publique qui doit être châtiée d'un point de vue patriotique.

[p240]
Commenter  J’apprécie          40
mimo26mimo26   22 août 2019
Mais outre l’exécution de la sentence, on ajoute une peine particulière à leur sexe : l’humiliation des corps, par leur représentation dénudée et/ou obscène. Ce sont les sorcières à cheval sur un balai ; Jeanne d’Arc qui monte sur un bûcher, revêtue d’une robe transparente ; Marie-Antoinette, accusée d’inceste, représentée dans des positions pornographiques. Au xxe
siècle encore, on a puni les femmes coupables de « collaboration horizontale » avec les Allemands en leur rasant la tête. Comme si il ne suffisait pas de condamner, mais qu’il fallait aussi anéantir la dignité de la personne. Pour être bien sûr de lui ôter tous ses pouvoirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-FlorePixie-Flore   06 février 2017
Qui plus est, un imaginaire puissant a de tous temps été à l'oeuvre: une femme criminelle est - forcément - un monstre, petite-fille de Pandore, de Médée, d'Eve et de tant d'autres figures de la subversion du monde dont on recherche la marque du diable. Et notre époque, comme les précédentes, s'interroge toujours: comment celle qui donne la vie peut-elle tuer, trahir, détruire ?
Commenter  J’apprécie          20
mimo26mimo26   22 août 2019
Le second enjeu est de l’empêcher à tout prix d’empiéter sur les pouvoirs de l’homme, voire de le dominer. Sans quoi, c’est le monde à l’envers, l’anéantissement de la virilité, bref le diable qui a pris le dessus sur son rival. Les sorcières furent accusées de détenir des pouvoirs surnaturels, donc diaboliques, comme de faire reculer la mort par leurs soins ou de la donner, par leurs sorts et leurs poisons. Jeanne d’Arc est coupable de s’être emparée du pouvoir militaire ; Marie-Antoinette, du pouvoir politique. Autant d’atteintes aux pouvoirs masculins qui méritent une condamnation sans appel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
mimo26mimo26   22 août 2019
Le premier enjeu est donc la possession et la maîtrise du corps de la femme, dont on craint tant le pouvoir érotique et la puissance sexuelle. Sa beauté est redoutable car elle invite à la tentation, au péché et donc à la chute de l’homme.
Qu’on le veuille ou non, toute femme a partie liée avec le démon de par sa filiation avec Ève ou Lilith. C’est donc une créature maligne qui appelle une stricte surveillance de l’homme qui la possède et la répression impitoyable des institutions qui la jugent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Pierre Fournié (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pierre Fournié et Sophie de Sivry : Aventuriers du monde
Depuis le Cap de Bonne Espérance en Afrique du Sud, Olivier BARROT présente l'ouvrage "Aventuriers du monde: les explorateurs français au temps des premiers photographes", de Pierre FOURNIE et Sophie de SIVRY. La présentation est illustrée par des photos anciennes publiées dans ce livre.
autres livres classés : sexismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre