AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Annie Saumont (Traducteur)
ISBN : 2226169970
Éditeur : Albin Michel (26/01/2006)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Récit envoûtant d’une initiation sentimentale, Le Mage est un chef-d’œuvre de la littérature moderne.
Nicholas, un jeune professeur, quitte Londres et part enseigner dans une île grecque. Il fait la connaissance d’un vieil homme, mi-grec mi-anglais, qui le fait participer à des expériences étranges. Fasciné par Conchis, ce Mage mystérieux qui lui envoie des sœurs jumelles pour le séduire, Nicholas est mené, à travers une sorte de Jeu Suprême, aux frontières m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
ERSKINE
  20 août 2014
Récit à l'écriture très maîtrisée. J'ai adoré la première partie, cet exil d'un professeur anglais sur une île grecque, le mystère qui entoure le personnage de Conchis, la figure de femme évanescente, mi-ange mi démon, incarnée par les soeurs jumelles. Toutefois la seconde partie m'a parue trop longue, l'enchaînement des tableaux peinant à maintenir mon intérêt. Comme si l'écrivain ne voulait pas lâcher son chef d'oeuvre et le faisait durer. Un roman qui aurait gagné à être plus court à mon sens, mais on ne peut qu'être admiratif devant l'écriture et la maîtrise formelle de John Fowles.
Commenter  J’apprécie          61
Oeil_de_Giok
  01 juin 2008
Exemple type du livre inclassable ! Je l'ai découvert par hasard, attiré par le titre. Ce n'est pas du tout de la fantasy, mais un roman très très étrange. Un homme jeune..un peu en marge de sa vie décide de faire un voyage dans une île grecque retirée et , habitée en grande partie par des moines. Lors d'une de ses ballades, il découvre une maison luxueuse et ouverte.. Il va rencontrer alors un étrange personnage.
J'ai beaucoup aimé ce livre et les thèmes qu'il aborde. Tout comme l'auteur, on est balloté par le Mage.
Commenter  J’apprécie          60
Johnbelmond
  22 novembre 2016
Le mage est un roman hypnotique, qui au fur et à mesure qu'on s'y enfonce, devient de plus en plus en plus sibyllin. Mais peu importe, il y a de ces livres qu'on aime bien ne pas comprendre, en se disant qu'il doit bien y avoir un truc là-dedans plus grand que soi, du genre de l'inconscient refoulé.
Nicholas d'Urfé, un jeune diplômé d'Oxford, coureur de jupons, fait une petite crise existentielle et s'embarque pour un poste d'enseignant sur l'île grecque de Phraxos. Là-bas, il rencontre un certain Conchis, mélange entre un Aristote Onassis un peu barré et un Raël manipulateur.
Et c'est là que les ennuis vont commencer pour le jeune professeur. Il va devenir la créature de Conchis, alias le Mage qui va lui en faire voir de toutes les couleurs : organisation de rencontres sexuelles pas simples, messes noires, etc. Et puis aussi, il y a cette histoire de soeurs jumelles très troublantes. Bonne chance. Une expérience de lecture unique.
Commenter  J’apprécie          00
nisefor
  13 décembre 2016
Un des meilleurs romans du XXe siècle. Un page turner qui vous déboussole à chaqque nouveau chapitre. Incontournable. Bonne traduction en français.
Commenter  J’apprécie          13
delitterys
  25 janvier 2011
Ma critique est à lire sur mon blog :

Lien : http://www.delitteris.com/in..
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
aleatoirealeatoire   06 décembre 2011
Puis elle posa sa tasse vide sur la table. Nous étions sur le seuil de la porte. Je voyais son visage, ses joues un peu bouffies, ses yeux gris cherchant les miens comme si il n'était pas encore trop tard, comme si ce n'était qu'un mauvais rêve. Ses yeux se remplirent de larmes. Elle allait parler, mais elle se pencha et maladroitement, désespérément, elle m'embrassa, si vite que je ne sentis qu'à peine sa bouche. Elle était partie. Elle ne se retourna pas. Son manteau en poil de chameau disparut au tournant de l'escalier. J'allai à la fenêtre, elle se hâtait de traverser la rue. Je vis son manteau clair, ses cheveux couleur de paille, presque du même ton que le vêtement. Sa main chercha dans son sac, elle se moucha. Elle n'eut pas un regard en arrière. Elle se mit soudain à courir, j'ouvris la fenêtre, me penchai, et la regardai disparaître au tournant de la rue, dans Marylebone Road. Même tout à la fin, elle ne se retourna pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
aleatoirealeatoire   05 décembre 2011
Je me souviens d'un jour où nous étions arrêtés dans une des salles de la Tate Gallery. Alison s'appuyait légèrement contre moi, tenant ma main, regardant un Renoir avec l'air d'un enfant qui suce un bonbon. Je sentis soudain que nous n'étions qu'un seul corps, qu'un seul être, même dans cet endroit public. Si elle avait disparu j'aurais perdu la moitié de moi-même. Je fus envahi d'un trouble mortel que quelqu'un de moins cérébral et de moins égoïste que j'étais alors aurait su reconnaître. Je ne vis que désir dans ce qui était de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
aleatoirealeatoire   25 mai 2012
Elle est silencieuse, elle ne parlera pas, ne pardonnera pas, ne tendra pas la main, restera à jamais dans ce présent glacé. Tout est en attente : les branches d'automne, le ciel d'automne, les promeneurs anonymes. Dans les saules, au bord du lac, un merle un peu fou chante hors de saison. Un vol de pigeons au-dessus des maisons ; des fragments de liberté, de hasard... une algèbre incarnée. Et venant d'on ne sait où, l'odeur âcre des feuilles qui brûlent.

"cras amet qui numquam amavit - quique amavit cras amet"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
moklosmoklos   07 mars 2008
J’étais une espèce parasitaire qui a besoin, pour réaliser une symbiose précaire, d’une situation d’un genre particulier… Je ne considérais pas les filles comme des proies. Je n’avais accès à l’humanité normale, je ne pouvais connaître une vie sociale décente, une vie sentimentale satisfaisante que par l’intermédiaire des femmes. C’est en cela que j’étais une victime.
Commenter  J’apprécie          60
moklosmoklos   07 mars 2008
Sentimentalement c’était le désert. La trahison de Lily me rendait incapable d’aimer. J’étais guéri de Lily ; mais mon désappointement de n’avoir pas réussi à la conquérir se changeait en dégoût de moi-même, et je ne pouvais m’empêcher de penser qu’elle allait désormais pour moi hanter, corrompre toute relation avec une autre femme, son fantôme apparaissait derrière tout manque de goût, toute réaction stupide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de John Fowles (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Fowles
The French Lieutenant's Woman (La Maîtresse du lieutenant français) (trailer)
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre