AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754824965
Futuropolis (05/02/2020)
3.64/5   29 notes
Résumé :
Paris, 1943. Justin a vingt-deux ans. Il aime Renée et voudrait l'épouser. Mais le gouvernement de Vichy, pour fournir à l'occupant la main-d'œuvre qu'il réclame, crée le STO, le Service du travail obligatoire. Comme des centaines de milliers de jeunes Français, Justin est alors contraint de partir en Allemagne.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
sevm57
  03 mai 2020
Au moment de remplir son dossier de retraite, Justin, un garçon de café parisien, refuse que soit comptabilisée son année de STO. Cela fait remonter de douloureux souvenirs, que retrace cet album émouvant.
Les dessins à l'encre noire reflètent bien la noirceur de l'époque, même si d'un point de vue purement esthétique, je ne suis pas fan.
Le contenu historique est de qualité, étayé par le dossier final.
J'ai également bien aimé l'allusion aux russfoffs de Cavanna à la fin de l'album.
Commenter  J’apprécie          250
jamiK
  05 juillet 2020
Cette bande dessinée témoignage nous raconte l'histoire d'un de ces ouvrier forcés d'aller travailler en Allemagne pendant la seconde guerre mondiale. le service du travail obligatoire qui n'a rien de réjouissant, qui s'apparente à une peine de prison déguisée. le témoignage ne s'attarde pas sur le point de vue politique, on suit la vie de Justin, un de ces travailleur déporté. le dessin est en noir et blanc, sobre, précis, avec beaucoup de contraste, mais qui manque parfois de vie. le récit est édifiant, mais il s'attarde beaucoup sur la vie de Justin et de ses proches, sans véritablement entrer dans la psychologie des personnages, il y a quelques beau moments, mais vite esquissé, j'ai eu du mal à entrer dans le récit, qui reste trop superficiel, qui se contente d'une suite de faits les uns à la suite des autres. Tout en étant d'un intérêt indéniable, on est loin de l'atmosphère intense recréé par Tardi dans sa série “Stalag IIB” ou de la force des évènement dans “Le voyage de Marcel Grob” de Sébastien Goethals et Philippe Collin. C'est un témoignage familial qui reste sur la retenue, qui manque de rythme, de prises de risque, de tension et d'intensité pour en faire un récit marquant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Erik_
  11 juin 2021
Voilà une BD signée par deux auteurs dont j'ai beaucoup aimé les dernières oeuvres. Julien Frey au scénario qui nous avait concocté l'excellent « Un jour, il viendra frapper à ta porte ». L'espagnol Nadar au dessin qui avait réalisé avec brio « Papier froissé » et « Salud ! ». Leur association en l'espèce fait merveille.
Le sujet est plutôt sérieux car il s'agit de raconter l'histoire d'un jeune homme qui a été obligé de travailler pour les nazis durant la Seconde Guerre Mondiale par l'instauration du STO qui touchait la tranche des plus jeunes sous la France de Vichy.
On va vite s'apercevoir que le STO est un juste comme un camp de concentration amélioré par quelques bonnes grâces. Et encore, cela dépendait des nationalités car les prisonniers russes étaient traités comme des animaux.
Ces victimes ont eu du mal à avoir une reconnaissance en tant que tel car on estimait qu'elles collaboraient avec le régime nazi. Au départ, c'était des volontaires mais il y en avait pas beaucoup. du coup, c'est le gouvernement de Vichy qui a crée le STO (Service du travail obligatoire) en février 1943. C'était soit cela, soit la fuite dans le maquis avec les risques inhérent de représailles pour toute la famille. Bref, ces personnes n'avaient pas vraiment le choix si elles voulaient rester en vie.
On va suivre la vie de Justin qui est aujourd'hui un vieux monsieur qui se reproche d'avoir fait le STO. Sa famille va heureusement l'aider à dépasser sa culpabilité. Il y aura toujours des gens moralisateurs qui les jugeront sans être passé par là et qui aurait fait sans doute la même chose. Par ailleurs, ces victimes ont été les grands oubliés de l'Histoire après la libération.
Au final, une excellente BD sur un sujet méconnu de l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale. Il ne faut pas oublier que l'histoire, c'est aussi le poids du passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Shabanou
  07 juin 2020
BD
" L'oeil du STO" de Nadar et Frey (200p)
Ed. Futuropolis
Bonjour les fous de BD....
STO= Service de Travail Obligatoire
Instauré en 1943 par le régime de Vichy
Des milliers de français iront travailler, contre leur gré, en Allemagne.
C'est l'histoire de Justin qui quitte sa famille et son amoureuse en pleine guerre.
Le STO n'est pas un camp de concentration, même si la vie y est moins rude, cela n'est pas une partie de plaisir.
A la moindre incartade, pas de pitié, ce sont les camps d'où on revient rarement.
Justin va s'enfuir, retrouver sa belle et poursuivre le cours de sa vie .
Mais il n'est pas si facile de tourner la page.
Justin se reprochera longtemps d'avoir travaillé pour l'Allemagne.
Excellente BD au dessin noir qui traduit bien l'ambiance de l'histoire et les états d'âme de Justin.
On parle peu du STO. Les hommes qui en sont revenus étaient partagé entre soulagement de s'en être sortis et honte du travail effectué pour l'ennemi.
Tout le monde n'a pas le courage d'entrer en résistance.
Beaucoup ont subi la guerre.
Beaucoup comme Justin se retrouveront de l'autre côté de Rhin.
Beaucoup seront jugés par la suite pour "collaboration passive avec l'ennemi"
N'oublions jamais que tous ces travailleurs étaient des "prisonniers " et aucun ne s'est retrouvé au STO de façon volontaire.
A lire ...
Pour ne pas oublier
Pour mieux comprendre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Vexiana
  19 décembre 2020
Une BD sur un sujet très intéressant et, souvent, plutôt méconnu : le service du travail obligatoire.
Nous suivons Justin, jeune garçon de café qui se retrouve contraint de partir en Allemagne pour travailler pour l'occupant.
Souvent, à tord, assimilés à des collabos, leur retour au pays est souvent difficile.
Cette BD a donc le mérite de lever le voile sur ces hommes souvent restés dans l'ombre. le dessin est plutôt sympa, traité dans un noir et blanc franc et efficace.
Je suis, par contre, un peu déçue par la façon dont l'histoire est racontée, centrée uniquement sur le vécu de Justin, sur quelques anecdotes, alors qu'il y aurait eu tant à dire sur le STO en lui même.
La dimension psychologique est à peine évoquée et de façon plutôt maladroite.
Dommage.
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (4)
Bedeo   26 janvier 2021
Le trait de Nadar peut sembler parfois trop vif, comme s’il s’emportait, mais cela possède un avantage : le dessin est au diapason de la dynamique impulsée par le scénario. Sorti juste avant le confinement du printemps 2020, cet album précis et sensible est important par les faits relatés et par la manière dont il les transmet.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi   31 août 2020
Terriblement humain et attachant, le récit raccroche aux thèmes chers au scénariste: la transmission, l’héritage, la filiation. Que laisse-t-on à ceux qui restent, que faire des traumas de l’Histoire dans les vies des membres d’une famille ?
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   04 mars 2020
Cette nouvelle collaboration entre Julien Frey et Nadar tient toutes ses promesses, grâce à un récit rythmé, évitant tout pathos, un dessin vif et servi par un noir et blanc très élégant, qui laisse parler avec sensibilité les silences. Une œuvre aussi belle qu’utile !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan   24 février 2020
Le scénario, bien construit, aborde un thème rarement traité et plus particulièrement dans un roman graphique. L’écriture concise et sobre du scénariste Julien Frey convient parfaitement au sujet grave qu’est l’enrôlement d’une jeunesse.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sevm57sevm57   02 mai 2020
Nous sommes accueillis avec de la musique allemande, un truc qui fait bien peur.
Commenter  J’apprécie          100
Erik_Erik_   11 juin 2021
Je n'étais pas volontaire.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Julien Frey (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julien Frey
Fatty le premier roi d'Hollywood
autres livres classés : stoVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4355 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre