AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811219064
Éditeur : Milady (19/05/2017)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Je ne suis pas sûr qu'un homme seul fasse la différence. On m'a déjà donné de nombreux noms. Le Faiseur de veuves. L'Épée de glace. Le Danseur Rouge. Je suis Rekk. Le Boucher. Je fais toujours la différence. Lorsque Deria, fille d'un obscur baron du Nord, est retrouvée assassinée dans la capitale, les plus puissants de l'Empire font tout pour cacher sa mort à son père. Les deux amis les plus proches de la jeune fille, Shani, sa servante, et Mahlin, un garde du palai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  01 septembre 2016
Livre lu dans le cadre de la pioche d'Août 2016 et du challenge ABC 2015-2016.
Je remercie Cronos pour son choix car ce tome a été une agréable découverte. J'avais repéré ce titre lors de sa parution papier en intégrale par Bragelonne. Lors de l'OP Bragelonne, j'ai sauté sur l'occasion et je n'ai pas été déçue du voyage. Avec la reprise du boulot, j'ai lu moins vite que je le pensais mais d'après la liseuse, il a quand même été lu en 14h (mais sur une semaine avec seulement 2h de lecture par jour...).
Voici enfin une histoire de capes et d'épées comme je les aime, qui se tient de bout en bout et qui se lit très bien. Contrairement à « La première Loi » de Joe Abercrombie, malgré les différents personnages prenant la parole, on n'est jamais perdu car le fil rouge de cette histoire est la mort tragique d'une jeune noble dans les rues sombres de la cité impériale. Malheureusement pour le meurtrier, le père de cette jeune femme est le pire guerrier que cette terre ait jamais portée, il n'aurait pas dû tenter le diable et ainsi faire sortir ce monstre de son antre. Intrigues de cour, enquêtes, aventures et meurtres vont donc se mêler dans ce roman très noir et glauque à souhait mais tellement humain par bien des aspects. le Boucher est un homme torturé à cause de son passé militaire et s'est fermé aux gens et aux sentiments normaux suite à la réputation qu'il se traîne. Par contre, il ne faut pas toucher à la prunelle de ses yeux au risque de déclencher une véritable tornade meurtrière et sans état d'âme pour qui que ce soit se trouvant en travers de son chemin.
L'univers créé est sombre et très violent, il met bien en avant les différentes facettes des gens, qu'ils soient issus du peuple ou de la noblesse. Il ne faut pas se fier aux apparences et cela est très bien appliqué dans cette histoire. L'auteur a fait s'alterner différents personnages n'ayant aucun lien entre eux mais tous sur la même longueur d'onde, à savoir le meurtre de la jeune noble, bien que pas forcément dans le même état d'esprit ni avec le même débouché... Au fur et à mesure de l'histoire, l'auteur nous dévoile des bribes du passé du Boucher ainsi que des personnages plus complexes qu'il n'y paraît au premier abord. L'histoire est très bien construite de bout en bout et mêle beaucoup d'intrigues grâce aux différents personnages dans leur quête désespérée de cacher ou de découvrir la vérité sur cette mort tragique...
Comme vous l'aurez compris, une excellente découverte a été au rendez-vous de cette lecture. Malgré un univers sombre et sanglant, la lecture s'est faite rapidement tellement j'étais curieuse de savoir comment tout cela allait se terminer. La fin est d'ailleurs telle que j'étais bien loin de l'imaginer et surtout elle donne très envie de lire rapidement le second et dernier tome de cette mini-série. Je veux en connaître la fin !! Si vous êtes amateurs de capes et d'épées en littérature, je vous conseille très fortement de découvrir cette série sous forme de diptyque très sanglant où la vengeance est un plat qui se mange très froid... Pour ma part, dès que j'ai clôturé le challenge ABC en cours, je finis ce diptyque.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Saiwhisper
  31 juillet 2018
Nouvelle plongée dans la plume d'Olivier Gay avec, cette fois-ci, une binôme de taille : Les Fantasy d'Amanda qui est une adepte de tout ce qui appartient à l'Imaginaire. J'étais curieuse de découvrir cette nouvelle saga qui m'avait été chaudement recommandée par les filles de Plumesdelune. de plus, j'avais hâte de retrouver Rekk, un personnage que j'avais découvert dans la saga « La main de l'empereur ». Or, Les Fantasy d'Amanda n'a pas encore lu ce préquel. Nous trouvions donc intéressant le fait de comparer nos points de vue et d'échanger dans le cadre de cette première lecture commune. Pour ma part, j'ai globalement apprécié cet ouvrage. Il n'a pas été aussi bon que le premier tome de « La main de l'empereur » toutefois, je ressors assez conquise et avec l'envie de découvrir le second tome bientôt. de son côté, ma binôme a aimé, mais n'a pas accroché au dénouement de cet opus. Je vous invite donc fortement à découvrir nos deux avis afin d'avoir une meilleure vision d'ensemble ! Quoi qu'il en soit, il me tarde de replonger dans la suite avec Les Fantasy d'Amanda afin de voir si elle saura nous convaincre l'une comme l'autre !
L'ensemble de l'ouvrage est plaisant cependant, on reste majoritairement sur une trame classique : une introduction assez lente et progressive, une épopée ponctuée de combats, des personnages qui passent de personne lambda à bons escrimeurs et une grosse bataille finale. Les antagonistes se repèrent dès leur apparition et les héros sont très manichéens excepté Rekk qui va plutôt être un anti-héros badass. Cela fait à la fois la force et la faiblesse de « le sang sur la lame » : on ne sort pas des sentiers battus toutefois, cela reste divertissant à lire. La plume d'Olivier Gay est toujours de qualité : fluide, efficace et avec une pointe d'humour dans les dialogues. Ici, on est sur la thématique de la vengeance puisque Deria, la fille de Rekk le baron, a été retrouvée violée et tuée dans une ruelle. Mahlin, un garde du palais, et Shani, une servante qui a été la domestique de la défunte, ont développé une amitié avec cette jeune femme autrefois impétueuse, malicieuse, sarcastique, battante, belle et sympathique. Alors, par respect pour elle, ils se sont rendus sur les terres de Rekk, puis ont décidé de le suivre dans sa quête de vérité. En effet, rongé par la haine et le deuil, le Boucher compte bien mettre la main sur celui qui a assassiné sa fille… Une quête dans le sang, la douleur et les représailles. Les duels sont nombreux, ce qui fait que l'on ne s'ennuie pas. Cela dynamise beaucoup l'épopée et permet au tandem d'apprendre l'art de l'épée aux côtés de Rekk. En revanche, on ne peut pas parler de suspense ou d'enquête, car les protagonistes vont vraiment peiner à obtenir des réponses à cause de chasseurs de primes, de bandits et de nobles désirant avoir le pouvoir. de plus, on distingue plusieurs moments de calme qui permettent à chacun de s'exprimer, tisser des liens ou faire part de son point de vue sur la situation. En revanche, l'ambiance est assez tendue, car on sent que l'auteur pose peu à peu ses personnages sur un échiquier. Nul doute que certains individus sauront agir dans l'ombre afin de parvenir à leurs sinistres desseins…
J'ai beaucoup aimé retrouver la pimpante Dareen qui avait su me charmer avec sa gouaille dans « La main de l'empereur »… Même si elle a pris quelques rides entre les deux sagas, elle a gardé son mordant ainsi que son franc-parler. Rekk m'a paru plus froid, hautain, colérique et moqueur. Je l'ai connu candide dans le premier tome de l'autre saga. Ce n'était qu'à partir de la moitié du livre qu'il s'était révélé plus puissant, peu loquace et stratège. J'étais donc surprise de voir l'aboutissement de son caractère dans cet ouvrage. Heureusement, il lance toujours autant de piques, ce qui permet au lecteur de s'attacher un peu à lui. Sa puissance est toujours inégalée, ce qui permet de grosses batailles dignes de David Gemmell avec plus de sang et de tripailles. Mahlin ne m'a pas spécialement marquée, car je n'ai pas toujours adhéré à son comportement. J'ai eu l'impression qu'il changeait souvent d'avis ou qu'il était indécis au point de s'entêter sur certaines choses pour des broutilles… Ce qui a plutôt eu pour effet de m'agacer. À l'inverse, Shani est une héroïne attachante, déterminée, assez faible mais pleine de ressources. C'est typiquement un personnage classique qui va progresser au fil de l'aventure jusqu'à devenir une femme émancipée, combattante et sûre d'elle. Même si on est sur du déjà vu, j'ai apprécié cette demoiselle et suis curieuse de voir quels seront ses progrès aux côtés de Rekk… J'ai également eu une bonne surprise avec Theorocle, le fils de l'Empereur qui m'a fortement fait songer à Joffrey Baratheon de GoT. Leur tempérament est similaire : ce sont deux fouines sadiques, odieuses, arrogantes, folles et capables du pire. Ce type d'antagoniste me plaît beaucoup, car ils sont toujours fourbes et capables de chambouler le scénario sans que le lecteur s'y attende. J'attends donc beaucoup de ce personnage, surtout après ce que l'on a entrevu dans le dernier quart du roman !
Ce fut donc une bonne lecture avec quelques défauts malgré tout. Reste à voir si la suite corrige ces points négatifs et apporte son lot de surprise. Il me tarde de découvrir cela avec Les Fantasy d'Amanda. En attendant, je remercie cette dernière pour cette lecture commune très agréable et nos échanges vraiment sympathiques.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Aryia
  27 décembre 2017
J'ai toujours énormément apprécié le principe des intégrales : vous achetez un seul livre, et vous possédez aussitôt une saga entière sans avoir besoin de faire des suivis alambiqués du type « Alors, j'ai déjà les tomes 1, 2, 4 et 7, il ne me reste plus qu'à trouver les autres pour pouvoir enfin débuter ma lecture ! » … Parce que oui, je déteste commencer une série sans avoir en ma possession tous les tomes, j'ai besoin de savoir qu'une fois le premier tome terminé, je pourrais enchainer sur le second et ainsi de suite. Il m'arrive ainsi d'attendre des années et des années avant de me lancer dans la lecture d'un premier tome car j'attends que tous les tomes soient sortis pour tous me les procurer et pouvoir ainsi « marathonner » la saga ! Les intégrales, malgré leur taille généralement très impressionnante, font donc mon bonheur … d'autant plus quand la série ainsi regroupée est tout simplement époustouflante, ce qui est le cas aujourd'hui !
Mahlin a toujours été trop impulsif, et cela finit toujours par lui retomber dessus. Ce soir-là ne fait pas exception à la règle : en décidant soudainement de parier ses tours de garde avec le soldat le plus chanceux du palais, il s'est retrouvé à surveiller la porte la plus désolée du royaume tandis que gronde un terrible orage nocturne. Et les choses ne s'arrangent pas lorsque débarque une jeune fille aussi belle que charismatique, Deria, qui demande à rencontrer séance tenante l'Empereur. Mahlin n'aurait jamais dû tomber sous le charme de la jeune noble sauvageonne … Puisque lorsque celle-ci est retrouvée assassinée dans la Basse-Ville, il n'y a que Shani, une jeune servante, et lui-même qui jugent nécessaire d'en avertir le père de Deria … sans savoir sur qui ils allaient tomber après cet éprouvant voyage dans les confins de l'Empire. Lorsque les légendes les plus terrifiantes refont surface, lorsque les démons qui hantent les mythes reprennent vie, il n'est plus question de simple vengeance mais bien d'une véritable boucherie.
Que dire sur ce premier tome, hormis qu'il est tout simplement exceptionnel ? J'y ai trouvé tout ce que j'aime : des personnages complexes (mention spéciale à Rekk, dit « le Boucher », qui semble au premier abord atrocement sanguinaire et impitoyable mais qui est bien plus profond et sensible qu'il ne veut bien le montrer …), des complots politiques emberlificotés et entremêlés (la distinction manichéenne entre le Bien et le Mal n'a plus court dans ce récit, tellement on ne sait pas qui est « gentil » et qui est « méchant » ... si tant est qu'il y est des gentils et des méchants !), de l'action, des rebondissements, une bonne dose d'humour … Tous les ingrédients sont là, mais Olivier Gay a su inventer une recette qui lui est propre pour faire du premier tome de ce dyptique un ouvrage exceptionnel qui m'a captivée du début à la fin (et quelle fin, quelle fin, j'en suis restée « comme deux ronds de frites », pour reprendre l'expression de la grand-mère de mes cousins !). Ce livre était tellement passionnant que je suis passée outre la fatigue oculaire liée à la police de caractère minuuuuscule pour savoir ce qui allait se passer dans le chapitre suivant … puis celui d'après, et encore celui qui suit … jusqu'à la fin. Impossible de me détacher de ce roman !
Comme je viens de le dire, j'ai énormément apprécié les personnages de ce roman. Alors certes, il est vrai que certains (bonjour Mahlin !) sont insupportables, arrogants, égoïstes, que d'autres (bonjour Rekk !) sont sanguinaires, presque barbares, et que d'autres enfin (bonjour Laath !) sont lâches, faiblards et semblent ne pas avoir leur place dans cet univers impitoyable … mais c'est justement cela qui fait leur particularité, et c'est pour cela que je les aime ! J'ai eu envie de donner des baffes à Mahlin pour le faire descendre de son petit nuage de supériorité, j'ai eu envie de secouer Laath pour qu'il cesse d'être aussi naïf et aussi candide, j'ai eu envie de botter les fesses de l'Héritier Theorocle pour compenser la mauvaise éducation qu'il a eu … et j'ai adoré ressentir tout cela contre les personnages, parce qu'on ne trouve pas assez de personnages de cet acabit dans les récits de fantasy. Ici, pas d'Elu, pas de prophétie, juste une vengeance en marche, juste des complots en préparation, juste la promesse d'une effusion de sang.
A côté de ces personnages masculins qui n'ont rien de héros respectables, trois personnages féminins tirent leur épingle du jeu : Deria, libre et digne héritière du caractère de son père, qui nous quitte bien trop vite, Shani, jeune servante au départ discrète et fragile qui décide de prendre sa vie en main et qui est probablement le personnage le plus intéressant de l'histoire de par son évolution, et Dareen … Ha, Dareen, que je l'aime cette bonne femme ! Elle est capable de ficher un carreau d'arbalète dans le coeur de quelqu'un puis de vous inviter à venir boire le thé sans se préoccuper du cadavre qui trône dans le salon, elle n'hésite pas à ordonner au Boucher lui-même d'essuyer ses bottes sur le paillasson pour ne pas salir la maisonnée (même si un cadavre sanguinolent est encore sur le tapis) avec l'aplomb de celle qui a la certitude de se faire obéir des Démons des Enfers eux-mêmes. J'aime les récits qui présentent des personnages féminins qui ont la classe et ne se contentent pas de suivre aveuglément leurs confrères masculins comme des petites choses fragiles !
Quant à l'intrigue … bah je n'ai honnêtement rien à lui reprocher. Certains y verront peut-être quelques lenteurs, quelques schémas stéréotypés ou que sais-je encore, mais pour ma part, je suis conquise, tout simplement. Il y a un fantastique entremêlement de sous-intrigues qui rend l'ensemble merveilleusement explosif ! Il y a de l'instabilité politique, un Empereur que l'âge commence à rendre fragile, un Héritier pourri-gâté qui n'a pas l'étoffe d'un dirigeant avisé mais qui convoite le trône, une Impératrice qui tente de concilier la chèvre et le chou (ou plutôt le Lion et le Loup), des nobles qui cherchent à acquérir plus de pouvoir … Un vrai nid de vipères que ce palais ! Rien qu'avec ça, il y a de quoi faire, alors si vous ajoutez à cela la véritable croisade vengeresse d'un père dévasté par la mort de sa fille, qui cherche l'assassin pour lui faire payer ce crime dans le sang et la douleur … vous vous doutez bien que le mélange sera détonnant ! Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, mais je n'ai pas fait d'overdose d'actions et de rebondissements non plus : quelques passages plus calmes, plus introspectifs, étaient placés ci et là pour permettre au lecteur de reposer son petit coeur éprouvé par tant d'émotions ! On sent que l'auteur tient à garder ses lecteurs en vie … sauf à la fin. Là, je crois qu'il voulait m'achever. Bon sang, heureusement que j'ai la suite à disposition, sinon je serai morte d'impatience ! Pour tout avouer, je suis présentement morte de peur car je ne sais pas du tout ce que va m'apprendre le début du second tome … C'est cruel de faire ça ! Une fin digne de Gabriel Katz dans Aeternia, ça se sent qu'ils sont copains ces deux-là !
Encore un petit paragraphe pour évoquer la plume d'Olivier Gay, car elle a également eu son rôle à jouer dans ce véritable coup de coeur ! J'ai vraiment énormément apprécié le style d'Olivier Gay, à la fois très riche et très fluide, à la fois très expressif et très descriptif … le genre de narration que je cherche vainement à mettre en place dans mon propre roman, pour tout vous dire ! J'aimerai tellement que ma plume sache fait rire, sursauter, pleurer, grogner … les lecteurs autant que celle d'Olivier Gay a su me faire rire, sursauter, pleurer, grogner … Des petites traces d'humour pour « dédramatiser » un peu la situation lorsque celle-ci devient trop tendue pour les nerfs des lecteurs, un vocabulaire suffisamment riche pour satisfaire les lecteurs exigeants mais toutefois compréhensible, une tension dramatique parfaitement maitrisée qui se ressent jusque dans la rythmique des phrases, c'est tout simplement du génie je dis ! Les dialogues sont vivants, les descriptions sont évocatrices, les explications sont à la fois suffisantes sans devenir envahissantes, je suis vraiment tombée sous le charme de cette plume qui a absolument tout de la narration parfaite à mes yeux ! C'est un vrai régal littéraire que de lire cet ouvrage !
En bref, je pense que cela ne sert à rien de poursuivre, vous aurez bien compris quel est mon verdict puisque je l'ai déjà énoncé ci et là : ce premier tome a été un véritable coup de coeur intersidéral ! Une intrigue captivante et bien menée, des personnages atypiques, certains attachants en dépit de leurs défauts, d'autres insupportables, mais dans tous les cas particulièrement complexes et intéressants, une plume fantastique … tout est bon dans le cochon ce livre ! Franchement, que vous aimiez la fantasy ou non, lisez ce livre, je suis certaine que tout le monde peut y trouver son compte ! de plus, l'objet-livre en lui-même est superbe : l'illustration est magnifique, les détails de la couverture (on dirait un grimoire !) sont sublimes … Qu'il est beau ce livre, de l'extérieur comme de l'intérieur ! Sur ce, je vous laisse et je vais dévorer le second tome !
Lien : https://lesmotsetaientlivres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Tachan
  16 août 2018
Je continue dans ma dynamique de découvertes de nouveaux auteurs cet été avec celle d'Olivier Gay, un auteur français de Fantasy assez traditionnelle mais qui a une plume légère et enlevée qui permet de dévorer ses titres. Pour commencer, j'ai choisi sa saga en deux tomes : Les épées de glace qui se déroule dans un univers à mi-chemin entre l'Antiquité et le Moyen-Âge dans laquelle nous suivons la quête, l'enquête, puis la vengeance d'un ancien gladiateur dont on a assassiné la fille.
J'ai d'emblée trouvé le titre très attirant. L'auteur a une écriture qui nous embarque rapidement. Elle est simple, précise et efficace. On tourne les pages à toute vitesse pour découvrir ce qui va se passer. L'histoire est très rythmée. On traverse différents lieux tambours battants et les événements s'enchaînent sans temps morts. C'est très rapide et efficace, ça va à l'essentiel. On découvre rapidement les enjeux de cette histoire et on sait toujours où on va.
On suit d'abord, la jeune Deria qui vient d'arriver dans le palais de l'Empereur et qui a un caractère qui détonne. Elle se lie avec un jeune garde et avec une humble servante. le jour où il lui arrive quelque chose, ces derniers décident de partir prévenir le père de cette dernière, le mystérieux Baron Froideval. Ils partent ainsi à l'aventure mais leur tête est mise à prix parce que personne ne veut que le Baron sache ce qui s'est passé. Celui-ci va les prendre sous son aile dans sa quête de vengeance quand il va revenir dans la capitale. L'histoire va alors mêler complot politique, vengeance, passé douloureux et quête d'émancipation aussi bien dans les bas que les hauts quartiers de la ville, ainsi que les couloirs du palais.
L'ambiance est sombre, rude, brutale. Aucun personnage n'est tout blanc ni tout noir. Les héros que l'auteur a su si bien développer sont forts ambigus, le Baron en tête. J'ai beaucoup aimé le travail qui a été fait sur eux. On démarre par exemple, avec une servante douce et soumise, pour arriver à une Shani entreprenante qui veut prendre sa vie en main et apprendre à se défendre. On découvre un Baron froid, brutal et sanglant, mais qui révèle peu à peu des failles dans sa cuirasse et sait défendre les gens qui comptent pour lui. Nous suivons un Empereur qui fait beaucoup pour le rayonnement et le bien être de son pays mais qui semble faible du point de vue politique, et il révèle plus de caractère mais aussi d'honnêteté que prévu. Son fils, Theorocle est certes une ordure de la pire espèce mais l'auteur cherche à nous montrer aussi les blessures qu'il cache derrière. Je pourrais ainsi parler de bien d'autres personnages qui se révèlent au fil du tome. Ma seule déception vient du jeune garde, Mahlin, que je trouve assez imbuvable et dont je ne trouve pas l'évolution/le changement flagrant pour le moment. Il m'agaçait aux débuts, il m'agace encore ^^!
Mélangez donc narration dynamique, personnages fouillés et ambigus, cadre original et histoire mélangeant politique et vengeance, vous aurez tous les ingrédients pour me plaire comme c'est le cas ici. J'ai très envie de découvrir la suite des aventures de notre trio mais aussi de lire ensuite la préquelle sur le passé du mystérieux Baron, intitulée : La main de l'Empereur.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LesFantasydAmanda
  31 juillet 2018
--- Un retour aux sources ? ---
De temps à autre, j'aime renouer avec la classic fantasy, raison pour laquelle j'ai acquis l'intégrale des Épées de glace l'an dernier. le seul hic, c'est que je m'en lasse très vite, car les codes préétablis laissent peu de marge à l'originalité, à la surprise.
Par conséquent, j’attendais le bon moment pour débuter ce gros pavé. L’occasion s’est présentée grâce à Saiwhisper, une blogueuse qui partage (en partie) ma passion dévorante pour la fantasy et dont les avis m’intéressent tout particulièrement, puisqu’elle m’a proposé une lecture commune.
C'est donc ensemble que nous avons plongé dans le premier tome, le sang sur la lame, qui n'est pas sans rappeler les histoires de David Gemmell. Cependant, Olivier Gay revendiquant pleinement ses inspirations, j'étais prévenue ! Et comme je suis une grande fan de Druss, le héros de Légende…
--- Classique, mais plaisant ---
Les débuts de l'histoire ne sortent pas des sentiers battus. Qui plus est, l'auteur nous propulse dans un univers médiéval traditionnel où l'empereur gouverne ses terres depuis son château. Rien de bien dépaysant à l'horizon, en somme !
Toutefois, des changements subtils surviennent assez rapidement. Mine de rien, Olivier Gay tisse son intrigue, et celle-ci n'est pas aussi simplette que je l'ai cru au premier abord. Ouf !
Alors certes, j'ai deviné quelques rebondissements – pour un amateur de fantasy, ils paraissent évidents -, mais certains mystères n'ont fait que s'épaissir. Je n'ai donc pas eu de réponse à toutes mes questions, néanmoins cela ne saurait tarder. Avec Saiwhisper, nous avons en effet prévu de lire le second tome le mois prochain.
--- Des clichés ? Pas tant que ça ! ---
Dans le sang sur la lame, nous suivons essentiellement trois personnages : Malhin, Shani et Rekk, le très célèbre Boucher. Au départ, chacun d'entre eux m'a semblé un peu cliché – nous restons dans des schémas très classiques, tout de même ! Cependant, et je tiens à le souligner, l'auteur prend le temps de creuser leur personnalité, d'approfondir leurs relations grâce à un style assez fluide, en dépit de quelques répétitions malheureuses.
Ma préférence va naturellement à Shani, dont l'évolution est tout simplement incroyable. Servante timide aux courbes trop généreuses dans les premiers chapitres, elle se transforme peu à peu en une combattante inflexible. Je suis plus mitigée concernant Malhin, car il ne sait jamais ce qu'il veut – une vraie girouette ! -, ce qui le décrédibilise fortement à mes yeux.
Enfin, il y a Rekk. le Boucher. le Faiseur de veuves. J'avais hâte de rencontrer ce personnage légendaire, je l'avoue. Verdict ? Anti-héros par excellence, il est conforme à toutes mes attentes. Pas de surprise de ce côté-là, donc.
Bien sûr, l'histoire comprend d'autres protagonistes plus ou moins stéréotypés. Je pense notamment à Theorocle, qui ne m'a pas entièrement convaincue. Mais que serait de la classic fantasy sans un héritier avide de pouvoir ?
--- Une note négative ---
Avant de découvrir le dénouement, j'étais assez étonnée de la qualité de ce premier tome. Malgré une intrigue convenue sous certains aspects et une romance peu convaincante, je suivais les aventures de nos compagnons avec plaisir.
Malheureusement, la fin n'a pas eu l'effet escompté. Pour moi, l'auteur est inutilement retombé dans les clichés, ce qui m'a poussée à revoir ma note à la baisse. Dommage !
Lien : https://lesfantasydamanda.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
WitchbladeWitchblade   24 mai 2017
Les courtisans s'amassaient autour de lui, tournant, regardant, palpant. Ils étaient encore plus nombreux et plus déterminés qu'au cours de ce fameux bal (…). Maintenant que l'Empereur semblait atteint, tous devaient vouloir savoir qui était ce mystérieux baron surgi de nulle part, intime avec Marcus et si habile avec une épée. Dans leur monde, l'information était le pouvoir, et ils en étaient tous avides.

Ils tournaient comme des vautours, des sangsues, un nuage de mouches au vrombissement exaspérant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
WitchbladeWitchblade   18 mai 2017
Il avait des yeux terrifiants, des yeux de meurtrier, des yeux de tueur. Deux épingles de nuit qui restaient fixées sur eux, leur ôtant toute énergie et tout espoir. Deux puits sombres, deux torrents d'obscurité prêts à les engloutir, qui les jaugeaient, le jugeaient, les pesaient, les appréciaient, les mettaient à nu, comme pour déceler s'ils représentaient un danger ou non, s'il convenait de les tuer ou non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
WitchbladeWitchblade   20 mai 2017
Jusqu'à maintenant, vous connaissiez le palais en tant que petites gens. Maintenant que vous vous êtes fait remarquer, les enjeux sont différents. Vous allez vous rendre compte rapidement que c'est une autre bataille, plus subtile et plus venimeuse que celle qu'on mène l'épée en main, mais parfois tout aussi mortelle. Les gens chercheront à s'en prendre à vous, à en savoir plus sur moi, sur votre voyage, sur vos motivations. Ne faites confiance à personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
WitchbladeWitchblade   21 mai 2017
(…) le noble irradiait une autorité sans commune mesure pour une charge si distante. Lobstan l'avait pris de haut en arrivant, mais un simple regard avait suffi à le faire ployer en une parfaite révérence. L'homme avait un visage de tueur ! Le serviteur s'était senti prisonnier de ses yeux sombres, une fourmi gigotant sous une pierre de plus en plus lourde.
Commenter  J’apprécie          120
WitchbladeWitchblade   19 mai 2017
Ce que Shani détestait, chez les hommes, c'était leur capacité à culpabiliser sur des détails qui ne les concernaient pas ; et, inversement, à refuser d'admettre quand ils avaient indubitablement tort.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Olivier Gay (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Gay
La vidéo de la soirée qui s'est tenue à la librairie Decitre de Grenoble dans la cadre du mois de l'imaginaire avec Grégory Da Rosa, Brice Tarvel et Olivier Gay.
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Le Noir est ma couleur, tome 1

1. Combien y a t'il de couleurs dans le Spectre ( sans le Noir ) ?

5
6
7
8

5 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Le noir est ma couleur, tome 1 : Le pari de Olivier GayCréer un quiz sur ce livre
. .