AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782841727650
381 pages
Éditeur : L'Atalante (23/06/2016)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Dans un univers de mondes parallèles à l’infini, la vie est une denrée fragile et l’humanité plus encore. Toutes les apocalypses sont possibles. Entre l’hiver volcanique, l’astéroïde dévastateur et l’épidémie ultime, qu’elle soit d’origine naturelle ou délibérément provoquée, le choix est sans limites.
Telle que racontée par lui-même, ce livre est l’aventure de Jerry Beche, le dernier homme d’une Terre ravagée où il sombrait dans la folie. Il est désormais un... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  28 juillet 2017
Un livre pour l'instant unique de l'auteur.
Jerry Breche est le dernier homme sur Terre. Proche du suicide d'ailleurs, quand il se fait repérer et intègre une équipe de récupérateur provenant d'un monde parallèle. Il a désormais le choix. Travailler pour une mystérieuse Autorité et surfer dans d'innombrables univers parallèles de mondes en ruine en compagnie d'une sympathique équipe. Mais qui cherche à gripper cette machine ?
Science-fiction, mondes parallèles, post-apocalyptique, zombies (abeilles), un joyeux mélange des genres qui fonctionne assez bien. le rythme est haletant à défaut d'être réellement prenant, les événements s'enchaînent et se lisent facilement dans un style simple et direct.
Mais on a du mal à s'attacher aux personnages qui restent un peu impersonnels. le roman manque un peu de complexité et/ou de rêve. le côté technique est totalement absent. L'autorité est décevante. Évidemment on n'a pas toutes les réponses, et ce tome sera probablement suivi d'un second. Sinon il serait réellement inachevé pour moi.
En fait, en fin de lecture, je pense qu'en remplaçant les adultes de l'équipe d'exploration par des « ados » on aurait pu classer ce tome dans la catégorie jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          634
Maks
  13 septembre 2016
Voilà mon gros coup de coeur de cette rentrée (sorti au début de l'été je l'ai depuis mi juillet car c'était un cadeau d'anniversaire mais je l'ai lu que ces derniers jours).
Édité dans la collection "La dentelle du cygne" chez L'atalante (une collection que j'affectionne particulièrement), je ne connaissais pas du tout l'auteur et avait juste trouvé la couverture et le synopsis sympa.
Je me suis donc plongé dedans sans aprioris en m'attendant à un bon post-apo classique. Il n'en est rien, l'histoire est bien plus profonde que cela et même si l'apparence et le décor tendent sur l'apocalypse, on est bien plus proche d'une enquête dans un pur roman de science-fiction alliant complot et action que dans la survie pure et simple.
On évolue dans des univers parallèles tous proche voir très proche les uns des autres mais qui se multiplient à l'infini.
Ces "multiverses" abritent chacun un seul survivant a l'apocalypse qui s'est déroulée différemment dans chaque réalités différentes, on peut avoir eu une guerre nucléaire sur une "Terre" alors que sur une autre ce sont des extra-terrestres ou une épidémie qui aura quasi éradiqué la population.
Une équipe de personnes vient récupérer sur les différentes "Terre" les seuls survivants pour en faire une équipe d'éclaireurs basé sur un des mondes parallèle et cela au beau milieu du Pacifique sur l'île de Pâques. Ils braveront tous les dangers pour mener à bien leurs différentes missions. Seulement ce n'est pas si simple, un complot se dessine et nos éclaireurs vont essayer de découvrir la vérité.
Vous trouverez quelques références littéraires et visuelles du genre SF à Julia Verlanger mais aussi à Stargate par exemple.
Les personnages on beaucoup de caractère et de profondeur et sont bien étudier, on a ici un roman qui pour une fois est sans discrimination, en effet la mixité est de mise avec des asiatiques, des noirs, métisses, des gros des maigres, des petits et dès grand, des homos et des étéros, dès sympa et des insupportables.
Je vous passe pas mal de détails afin de ne pas spolier et vous laisser le suspense du pourquoi du comment ainsi que pas mal de belles surprises sur les personnages et vous invite à vous procurer ce roman de toute urgence pour peu que vous adhériez à la SF, même s'il n'est pas connu, il mériterait d'être lu par un bien plus grand nombre de gens vu la qualité du scénario mais aussi des personnages et du reste.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : http://unbouquinsinonrien.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          271
Apophis
  22 avril 2016
Original sur certains aspects, pas du tout sur d'autres, mais en tout cas passionnant
Je tiens à remercier les éditions l'Atalante pour m'avoir permis de lire la version française de ce roman en avant-première.
Il s'agit d'un livre très riche, car mêlant d'une façon habile SF (post-apocalyptique, univers parallèles, et d'autres thèmes ou références dont je ne peux parler sans spoiler) et thriller. Ce dernier aspect est particulièrement réussi (au niveau des rebondissements, des scènes d'action / à grand spectacle et du rythme des révélations, on est sur du haut de gamme), plus, à vrai dire, qu'un aspect SF qui s'il est au final original, ne l'est que parce qu'il combine d'une façon plus ou moins inédite des thématiques ou références SF qui, prises individuellement, soit du déjà vu et revu.
Une autre originalité est, sans doute, de proposer une thématique post-apocalyptique (et même de multiples apocalypses) sans l'aspect pessimiste qui est une marque de fabrique du genre. Et une autre force est le rythme (haletant), la densité stupéfiante de rebondissements et d'informations pour un si petit roman (moins de 400 pages), donnant un peu la même impression que Replay de Ken Grimwood, et enfin d'excellents personnages.
Pour autant, ce livre est loin d'être dépourvu de défauts : le manque d'originalité que j'ai déjà évoqué (sur certains plans), le fait que, pour un vieux routard de la SF, certaines révélations se voient arriver des kilomètres avant, ainsi que certaines maladresses d'écriture, comme une narration assez mono-chromatique ou une façon pas toujours très habile d'apporter au lecteur des informations.
Au chapitre des points ni tout à fait bons ni totalement mauvais, j'évoquerais surtout la capacité de l'auteur à nous faire vivre les émotions des personnages, capacité qui est un peu sur mode courant alternatif : paradoxalement, je ressens plus d'émotions quand le chien d'un des personnages disparaît que quand un autre dit au revoir au « fantôme » de sa défunte femme, une hallucination qui lui a tenu compagnie durant ses années de survie solitaire sur sa Terre morte. Mais bon, par contre, quand le courant passe, il passe carrément (et l'auteur n'a aucun problème à installer une tension dramatique, il est même carrément à son aise pour ça). Et toujours au chapitre des points à double-tranchant, on peut évoquer la surabondance de McGuffin (motivations du protagoniste faisant avancer l'intrigue) qui, si elle alimente un rythme soutenu et des rebondissements passionnants, fait aussi frôler, parfois, l'overdose au lecteur, et ne me paraît pas forcément relever d'une technique narrative élégante ou habile.
Au final, et c'est bien tout ce qui compte, j'ai passé un moment haletant et excellent avec ce roman, et c'est avec une sincère impatience que j'attends la suite (il s'agit d'une duologie). Même si l'univers n'est pas original (du moins pour un vieux routard de la SF comme moi, il en ira probablement autrement pour certains d'entre vous), il est intéressant, et il reste quelques questions passionnantes en suspens après la fin (très réussie, car n'abusant ni du mystère qui plane de façon abusive, ni du cliffhanger facile) de ce tome, que j'ai hâte de voir résolues. Même si, pour être honnête, il manque clairement à Extinction Game un petit quelque chose pour passer du statut de bon roman totalement recommandable à celui de chef-d'oeuvre.
Vous trouverez une version beaucoup plus détaillée de cette critique sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
LecturesdeWicket
  14 mars 2017
Encore du « post-Apo » ! Si vous lisez cette critique, c'est que vous êtes déjà tombés sur le synopsis et sur d'autres avis de lecteurs, je me passerais donc de vous révéler la trame principale du roman. D'apparence, nous avons affaire à une oeuvre apocalyptique très conventionnelle, respectant précisément les codes du genre. de prime abord donc, rien de bien original en comparant à « I am Legend », les oeuvres de Philip K. Dick, la récente trilogie du « Silo » ou encore « la Route » de Cormac Mc Carthy.
S'y ajoute ensuite une couche de science-fiction avec des univers parallèles, semblables au notre d'ailleurs, et accessibles par des portes de technologie inconnue. Ici, c'est Stargate qui est spolié. Bon…. ! Même si le sentiment de « déjà-vu » est tenace, on sera ravi de voir la qualité des références de Gary Gibson.
Le plus surprenant finalement, est la capacité de l'auteur à rebondir au moment où on ne l'attend pas. En partant d'une cuisine maison avec des thématiques plus éculées les unes que les autres, il accomplit l'exploit de l'originalité.
Je m'explique ! Malgré un décor post apocalyptique classique, Mr Gibson transporte aisément le lecteur dans des mondes parallèles subtilement décrits, il maitrise l'exercice à la perfection. Au-delà, il instille un parfum de thriller, ajoutant une enquête à l'intrigue principale. S'y ajoutent des scènes de psychose humaine inspirées de célèbre huis clos. le lecteur passe des « dix petits nègres » au roman d'espionnage dans un contexte de science-fiction, lui-même dans un décor apocalyptique.
Sans révéler la teneur de l'intrigue, l'auteur ne s'arrête pas au décor morbide et à l'esprit de survie, il intègre une enquête et révèle des personnalités. Il va plus loin en creusant ses personnages, en révélant les facettes d'icônes survivalistes : trahison, amour, violence, espoir…tout y passe, et ce n'est pas une mince affaire.
Bien conscient que cet exercice ne peut plaire à tout le monde, il convient d'avouer que maitriser ces différentes approches littéraire dans un unique roman est un tour de force.
Une oeuvre ultra originale et inspirée dans une thématique éculée, bien joué !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          44
BlackWolf
  19 février 2017
En Résumé : J'ai passé un bon moment de lecture avec ce roman qui pourtant aux premiers abords avait eu du mal à me convaincre de me laisser tenter. L'histoire offre ainsi un mélange de récit post-apocalyptique, d'aventures et de mondes parallèles intéressant, solide et plutôt bien construit le tout mené à un rythme haletant et efficace alternant de façon réussie des phases plus d'action avec des phases plus explicatives sans jamais non plus tomber dans la lourdeur ou l'ennui. Les questionnements que soulève l'Autorité par son côté mystérieux s'avère, certes par certains aspects assez classiques, mais qui ne manque pas non plus d'un minimum d'intérêt plus on avance dans le récit et que se dévoile la vérité. Alors après l'auteur en fait parfois un peu trop, tirant un peu trop sur quelques scènes ou développant mal, pour moi, certains aspects, mais rien de non plus bloquant. Concernant les personnages j'avoue je suis un peu circonspect, l'auteur offre bien des héros plutôt soignés et intéressants à découvrir dans leurs envies de vivre et leurs histoires, mais voilà d'un autre côté il manque parfois quand même de subtilité et surtout d'un aspect émotionnel. Cela rend ainsi certaines scènes parfois légèrement déroutantes. Les personnages secondaires malgré un côté assez binaire remplissent parfaitement leurs rôles je trouve. La plume de l'auteur n'a rien de révolutionnaire mais s'avère simple, efficace et un minimum entraînante. Je ne jugerai pas certains points car ils restent ouverts et pourraient être développés dans le second tome que j'espère voir publier en France.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
fnitterfnitter   29 juillet 2017
Les gens intelligents sont aussi susceptibles que n’importe qui de finir dans un culte. Et ils ne sont jamais très doués pour comprendre leurs congénères. Ils sont peut-être seuls, ou pas très sociables, ou ils posent peut-être des questions spirituelles auxquelles aucune Eglise, selon eux, ne peut répondre. Après ça, c’est la longue et lente pente savonneuse proverbiale qui les conduit à croire les conneries les plus débiles. L’intelligence n’a rien à voir là-dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
MaksMaks   13 septembre 2016
Dans toute autre circonstance, je reconnais, pareil projet aurait paru terriblement morbide. Mais j’étais seul dans un monde dépourvu de vie humaine. Je craignais de me retrouver trop vieux ou trop malade, ou si faible que je ne pourrais plus prendre la décision d’en finir avec la vie comme je le voulais. La seule certitude qui me restait, c’était que je sortirais ce pistolet de son tiroir et rejoindrais mon espèce éteinte. Je me collerais le canon dans la bouche, contre le palais, incliné de telle façon que la balle me ressorte carrément par la calotte crânienne. J’ai fait des cauchemars, voyez-vous, dans lesquels je ratais mon coup. Je rêvais que je m’arrachais la moitié de la figure, puis que je me réveillais dans une mare de sang et d’éclats d’os, toujours en vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
fnitterfnitter   30 juillet 2017
Et toi, Jerry, tu aimes ton café noir, je crois me souvenir.
Sauf si tu as un vache planquée dans le coin, j’imagine que je n’ai pas vraiment le choix.
Commenter  J’apprécie          240
LenocherdeslivresLenocherdeslivres   28 juillet 2018
Allez, sale hippie, marmonnai-je en faisant mon possible pour supporter son poids, il est temps de se tirer de ce monde à la con.
Commenter  J’apprécie          10
SollyraSollyra   26 janvier 2020
J’aurais facilement pu accepter l’idée qu’on m’avait transporté sur une planète extraterrestre, sauf que la lune en dehors de son accroc monstrueux, était sans conteste celle que je connaissais depuis toujours.
page 33
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Gary Gibson (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3244 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..