AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070353873
Gallimard (17/02/1978)
4.05/5   20 notes
Résumé :
Ce volume réunit plusieurs textes de Jean Giono et en particulier "Refus d'obéissance" et "Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix". Le ton et le message frappent par leur actualité-et pérennité -, par les préoccupations de l'auteur qui sont aujourd'hui celles de toute une jeunesse.
"Je trouve, écrit Jean Giono, que personne ne respecte plus l'homme. De tous les côtés on ne parle que de dicter, d'obliger, de forcer, de faire servir. On dit encore cette ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
OverTheMoonWithBooks
  24 avril 2016
Écrits pacifistes regroupe trois textes rédigés par Jean Giono, un de nos écrivains nationaux ayant connu la Première Guerre mondiale.
Le premier, "Refus d'obéissance" est un texte de fiction inspiré de ses souvenirs. Si les descriptions très crues qui décrivent un chaos qui ressemble à une représentation de l'enfer , c'est, pour moi, le texte qui des trois est le moins puissant et que j'ai le plus "traîné".
Le deuxième, "Précisions", est une lettre (j'imagine fictive) adressée à Edouard Daladier en septembre 1938, moment où beaucoup comprennent que la France s'apprête à entrer dans une nouvelle guerre, alors que les plaies de la précédente n'ont pas été pansées.
"Recherche de la pureté", le dernier texte, est une préface.
Ces deux derniers sont des textes très forts et puissants, dans lesquels Giono parle de son expérience de la guerre et démoli toutes les idéologies qui en découlent. Ces discours sur les héros, sur la guerre, sur la paix auraient de quoi en choquer plus d'un.
Bien plus que la puissance de ces mots, c'est l'engagement et la passion de cet ancien soldat qui a vécu la réalité des beaux discours et des belles idées que je retiens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
ATOS
  07 février 2014
Le pacifisme. En voilà une idée.
Une idée pure et éclairante lorsque la paix est au foyer.
Une idée de braise lorsque la guerre sonne son tocsin.
Pacifistes. Nous le sommes tous. du moins devrions nous l'être tous naturellement.
Giono avait vingt ans en 1917. Il aura traversé Verdun, le chemin des Dames.
Et cette horreur là, il ne leur pardonnera jamais.
Mensonge, trahison, esclavage, ses mots ne cesseront jamais de gifler les hommes en galons.
Une génération de gueules cassées, d'âmes brisées qui engendrera des générations de traumatisés. En 1917, il ne savait pas, il est parti. Il sait tout ce qu'il a perdu, ce qu'il a laissé, ce qu'on lui a volé, au nom d'un combat qui n'était pas le sien.
Il est parti, il avait vingt ans. Il ne savait pas.
1938. Vingt ans de plus. Il les prévient : cette fois ci il ne partira pas.
Ils peuvent le passer par les armes. Il est prêt. Il ne partira pas. Et il lance à toute la jeunesse cet appel à la désobéissance.
1938. Mobilisation ou désobéissance. Son choix est fait. La guerre détruit et annonce le chaos.
1938, pacifiste. 1943 ?...pacifiste. Une idée ? Un choix ? Aucune guerre. Aucune guerre n'est juste. Vrai. Mais la paix ce n'est pas seulement renoncer à la guerre. le calme et la paix sont deux choses différentes. L'ordre règne....à Berlin.
Giono aura eu le courage de tenir sa promesse jusqu'au bout. Il a tenu. Aucun fusil.
Mais devait il avoir certains amis ? Est ce défendable ?
Nous sommes tous des enfants de l'Histoire. Alors, je me rappelle l'histoire. Et l'histoire fait apparaître deux hommes. Mes grands pères. L'un a accepté de porter l'uniforme, il a fait le choix d'obéir aux ordres. Il a gardé son uniforme, et les ordres qu'il avait suivi l'ont envoyé quatre ans dans un camp de prisonniers à Berlin. L'autre a jeté son uniforme. Il a désobéi et a rejoint les forces libres. Ni l'un ni l'autre n'aimait la guerre. Oui il fallait désobéir, évidement oui, tôt et vite.
La désobéissance est une valeur, le pacifisme est une idée.
Le traité de désobéissance de Giono est un texte magnifique, magnifique par la valeur qu'il transmet aux hommes.
La désobéissance est le refus d'obéir à l'ordre, mais il convient de préciser : elle n'exclut pas le combat.
Désobéir et écouter sa conscience.
Le fait que nous soyons nombreux à être pacifistes me réjouit parce que nous sommes en paix, mais ce qui me rassurerait vraiment serait d'avoir l'assurance de notre commune désobéissance afin que l'histoire ne se répète pas.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
kathel
  14 décembre 2013
Ce recueil réédité tout récemment en Folio regroupe un article intitulé « Je ne peux pas oublier », quatre chapitres inédits du « Grand troupeau », des précisions sur la position de pacifiste de l'auteur…
Ce regroupement de textes informatifs et de fiction rend encore plus frappants les chapitres relatant avec le très beau style de Giono, lyrique et imagé, des scènes guerrières. Combien saisissante est la marche en direction de Verdun, où des hommes tombent et meurent d'épuisement… Comment l'humidité, le froid qui coupe les jarrets, les bruits sourds, les blessures, les odeurs putrides, les maladies, sont décrites avec autant de poésie que de répulsion pour cette horreur… Comme est terrible la folie qui saisit certains de ces hommes si jeunes et si fragiles…
"Ce qui me dégoûte dans la guerre, c'est son imbécillité. J'aime la vie. Je n'aime même que la vie." J'avoue que je ne connaissais pas le côté pacifiste de Giono, ce qui aurait dû m'apparaître à la lecture de certains de ses romans, mais peut-être n'ai-je pas lu ceux dont la guerre était le sujet principal, comme le grand troupeau. De plus ces lectures datent ! J'ignorais tout aussi du manifeste des Ajistes (membres des Auberges de Jeunesse) de septembre 1938 ainsi que de celui du Syndicat national des Instituteurs, à la même date, moment où la guerre avait été sur le point d'être déclarée une première fois. Les précisions sur les contradictions des discours de Romain Rolland, Alain, Daladier m'ont aussi été fort éclairantes sur cette période. L'inutilité de la guerre, le courage d'être pacifiste sont fort bien démontrés par l'auteur, et il va sans dire que cette opinion n'était pas facile à exprimer…
Ce livre est à lire pour qui s'intéresse à la Première Guerre mondiale ou aux prémisses de la Deuxième et pour les amateurs de la prose de Jean Giono. Ce ne sont pas des textes faciles, mais forts et qui laissent pétrifié. Pour ma part, je sens qu'il faudra que je lise le feu de Henri Barbusse ou le grand troupeau, qui semblent incontournables de la littérature pacifiste engagée.
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gorhorg
  27 janvier 2012
Bien, très bien mais difficile d'accès, probablement parce que le sujet ne nous touche plus vraiment. Il n'empêche que voilà enfin une vision de la guerre, la première guerre mondiale, qui sort de l'ordinaire.
Giono ni va pas avec le dos de la cuillère et on y sent de la sincérité. C'est toute l'horreur du conflit qui est mis en avant et le patriotisme aveugle et décérébré y est battu en brèches ; on ne peut que s'en féliciter. L'auteur fait preuve d'un courage rare, rien de surprenant avec Giono, et assume des positions difficiles. Il affirme dans son premier texte qu'il n'est pas un lâche, force est de constater que c'est vrai.
Il faut donc un peu de courage pour entrer dans le livre mais, mon avis, est qu'il devrait être étudié dans les classes de nos lycées.
Commenter  J’apprécie          50
air7
  05 janvier 2020
Rien à rajouter au résumé si ce n'est que la description de la guerre de 14 ébranle toute conviction militariste plus encore que les multiples raisonnements pacifistes qui suivent.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   20 février 2016
On dit encore cette vieille dégoûtante baliverne : la génération présente doit se sacrifier pour la génération future. On le dit même de notre côté, ce qui est grave. Si encore nous savions que c'est vrai ! Mais, par expérience, nous savons que ça n'est jamais vrai. La génération future a toujours des goûts, des besoins, des désirs, des buts imprévisibles pour la génération présente. On se moque des diseurs de bonne aventure. Il faut sinon se moquer, en tout cas se méfier des bâtisseurs d'avenir. Surtout quand pour bâtir l'avenir des hommes à naître, ils ont besoin de faire mourir les hommes vivants. L'homme n'est la matière première que de sa propre vie.
Je refuse d'obéir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SZRAMOWOSZRAMOWO   03 février 2015
Ce qui me dégoûte dans la guerre, c’est son imbécillité. J’aime la vie. Je n’aime même que la vie. C’est beaucoup, mais je comprends qu’on la sacrifie à une cause juste et belle. J’ai soigné des maladies contagieuses et mortelles sans jamais ménager mon don total. À la guerre j’ai peur, j’ai toujours peur, je tremble, je fais dans ma culotte. Parce que c’est bête, parce que c’est inutile. Inutile pour moi. Inutile pour le camarade qui est avec moi sur la ligne de tirailleurs. Inutile pour le camarade en face. Inutile pour le camarade qui est à côté du camarade en face dans la ligne de tirailleurs qui s’avance vers moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   23 avril 2016
Il est à constater qu'au moment où le peuple est livré à ses bourreaux, une sorte de justice proprement dite le délivre de toutes ses chaînes, et c'est nu et libre qu'il monte sur l'échafaud.
Commenter  J’apprécie          90
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   06 mars 2016
Et depuis vingt ans, malgré la vie, les douleurs et les bonheurs, je ne suis pas lavé de la guerre. L'horreur de ces quatre ans est toujours en moi. Je porte la marque. Tous les survivants portent la marque.
Commenter  J’apprécie          70
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   24 avril 2016
[...] au fond de l'armée, l'individu a touché l'immonde.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Jean Giono (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Giono
Le miracle est arrivé ! Il se nomme Mirèio, le poème que Frédéric Mistral, le fondateur du Félibrige, publie en 1859, au mitan du siècle des nationalités. À partir de là, et jusqu'à aujourd'hui, va fleurir, au Sud, une immense renaissance des langues et des littératures. En Provence, mais aussi dans le Languedoc, la Gascogne, le Limousin et l'Auvergne. C'est cette saga culturelle du Midi que raconte ici, avec science et style, Stéphane Giocanti.
Qui sont ces rebelles en butte au jacobinisme et à la stigmatisation des « patois » ? Quelle a été leur fabuleuse aventure héroïque et collective ? Quel rôle l'occitanisme a-t-il joué au sein de ce réveil ? Comment ce renouveau a-t-il influencé Alphonse Daudet, Jean Giono ou Marcel Pagnol ? Que reste-t-il de ce rêve à l'heure où les locuteurs naturels connaissent un crépuscule ? Et que nous dit cette résistance alors que la France s'interroge sur son avenir ?
Avec ce panorama inégalé, complet et clair, alerte et accessible, Stéphane Giocanti nous initie comme jamais au Sud, à sa terre et à son ciel, à ses peuples et à ses parlers. Une célébration lumineuse.
Essayiste et romancier, Stéphane Giocanti est, entre autres, l'auteur de T. S. Eliot ou le monde en poussières, C'était les Daudet, Une histoire politique de la littérature ainsi que de Kamikaze d'été.
+ Lire la suite
autres livres classés : pacifismeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus






Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
362 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre