AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2376540275
Éditeur : Mosesu (06/07/2017)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Les célibataires contre les hommes mariés, a-t-on idée ? Quelle mouche a donc piqué Hubert d'accepter ce match au village ? Lui, quadragénaire hypocondriaque, consultant en ressources humaines et... bancal du sentiment. Mais on ne se méfie jamais assez lorsqu'on se retrouve à la merci d'une nièce astucieuse et aux bons soins d'un ami moins débonnaire qu'il n'en a l'air... Car Hubert aime, mal, et ne sait le dire.
Quelle plus belle phrase, pourtant, que " Je ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Taylor
  10 juillet 2017
Ce roman est un petit bijou de tendresse et une vraie et belle célébration de l'Amour avec un grand A.
Hubert quadra fringant est ce que l'on appelle un vieux garçon. Il a du succès auprès de la gente féminine ce n'est pas la question mais lui et l'amour ça fait deux. L'exemple de ses parents ne lui a pas donné envie de se lancer dans l'aventure. Pourtant il les aime ses parents mais comme il est difficile de dire ces quelques petits mots qui font pourtant tant d'effet : je t'aime.
Comme il faut se sentir en confiance face à la personne aimée (mari, femme, père, mère, soeur...) avant que ces mots franchissent le seuil de nos lèvres.
Vousme direz : à quoi peut bien servir un concombre dans ces cas là ? sous ses airs débonnaires, le concombre alias Joseph, veille sur tout ce petit monde et les aide à y voir plus clair. On dit que les carottes sont bonnes pour la vue mais il faut croire que le concombre aussi.
Henri Girard a signé un roman tendre et poétique, les situations dans lesquelles il met ses personnages sont à la fois très droles et très touchantes.
Moralité pour avancer dans la vie, il faut avoir un papa, une maman et un concombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SophieSonge
  10 juillet 2017
Hubert est l'archétype du célibataire libre et affranchi qui ne sait pas quoi faire avec les sentiments. À quarante ans, à l'heure des bilans et des remises en question, lui faudra-t-il un électrochoc ou un tacite coup de pouce du destin pour changer la donne ?

C'est un roman tout court et extrêmement pudique sur l'expression des sentiments. Hubert a été très marqué par la séparation de ses parents et par les mots que l'on ne se dit pas dans cette famille... On ne se dit pas"je t'aime", on ne s'étreint pas, on ne se divulgue pas non plus. Est-ce l'héritage de cette éducation qui l'a rendu inapte à l'amour, à l'épanchement, à la tendresse ?
Hubert nous séduit, nous fait sourire, nous interroge, nous émeut sur notre rapport à la communication, à transmettre les émotions sans les étouffer ou les brider. L'écriture est fanfaronne, joyeuse. On se faufile entre les pages de ce roman d'abord avec force, entrain et amusement, pour à mesure tendre vers quelque chose de plus profond, de plus touchant.
On parle ici de liens familiaux, d'amitié, d'amour, de sincérité, de démonstration d'affection, de non-dits et de mal-dits aussi. Parce que l'amour est parfois si fort qu'il ne s'exprime qu'avec discrétion, il faut le chercher, le débusquer derrière les petites attentions...
L'auteur a vu juste, a touché un point sensible. On aime cette histoire toute douce en apparence, mais qui recèle une myriade de couleurs, de sentiments. N'est-ce pas celle de la vérité et du coeur tout simplement ?
Un roman à lire, à éprouver, à disséquer : vous n'en aurez certainement pas fini de l'aimer.
Lien : http://www.sophiesonge.com/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ladoryquilit
  20 juillet 2017
Hubert est un célibataire endurci. Ce quadragénaire consultant en ressources humaines plaît pourtant à beaucoup de femmes, mais il ne s'attache à aucune d'elles. Hubert ne sait pas dire, je t'aime, ne sait pas montrer ses sentiments, peut-être est-ce dû au fait que l'exemple de ses parents ne lui donne pas envie de se lancer. Hubert est vraiment ce qu'on appelle, un bancal du sentiment.
Sous l'aile du concombre, quel drôle de titre n'est-ce pas ? Et que pouvait donc se cacher derrière ce titre d'Henri Girard ? Et bien une histoire touchante qui fait réfléchir sur cette simple petite phrase qu'est "Je t'aime".
Hubert est en fait un "vieux garçon", un homme qui semble être un célibataire endurci, mais quand on gratte un peu sa carapace, on découvre finalement presque un mal-être, et surtout un véritable blocage avec ce qu'on appelle l'amour. En grattant un peu plus et au fil des pages, on en découvre l'origine, on comprend mieux ce personnage haut en couleur auquel on s'attache.
Sous l'aile du concombre, c'est l'histoire de l'amour, pas une histoire d'amour non, l'histoire de quelqu'un qui ne sait pas dire, je t'aime, qui ne sait pas exprimer ses sentiments et qui pourtant en cache beaucoup au fond de lui. Hubert nous fait sourire, nous émeut aussi et fait qu'on se pose également quelques questions. En plus de l'amour, sont abordés les liens familiaux qui sont parfois des plus complexes, l'amitié qui se cache parfois dans des personnes à qui on ne pense pas vraiment ou encore des non-dits qui sont parfois blessants et empoisonnent l'existence.
Henri Girard à travers son roman allie poésie, humour et tendresse. L'auteur joue avec les mots pour parler des petits ou grands maux du quotidien et de l'amour. Il cache dans les pages de son roman une histoire plus profonde qu'elle n'en a l'air, plus tendre qu'on le pense et qui finit par nous toucher (les dernières phrases m'ont personnellement très émue).
Sous l'aile du concombre saura vous faire apprécier les petites attentions qui cachent parfois beaucoup plus de choses qu'un "Je t'aime" et vous plongera dans une histoire qui vous touchera plus que vous ne pouviez l'imaginer. Et le concombre dans l'histoire ? Et bien le concombre est bienveillant, mais je vous laisse le découvrir pour l'apprécier pleinement...
Sous l'aile du concombre d'Henri Girard est disponible à L'Atelier Mosésu.
Lien : http://ladoryquilit.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fuji
  12 août 2017
Personnellement je ne suis pas adepte des préfaces, postfaces etc.…Mais là, lecteur ne rate pas la lecture de la préface signée Rufus, tout y est dit avec humour, chaleur et amitié, écrite cache sans fioritures.
Hubert célibataire quadragénaire, revient au village le temps d'un week-end. Dans sa vie quotidienne il est maître de stages en professionnalisation, bien perçu et sûr de lui.
Dans sa vie personnelle c'est autre chose, pourquoi est-il toujours célibataire ? En fait Hubert est resté un « fils », l'exemple de ses parents ne l'a pas incité à franchir le pas...Pourtant Hubert est un homme qui aime les femmes « fessues », callipyges.
Donc un homme bien vivant, alors qu'est ce qui le retient ?
C'est à vous de le découvrir !
Les apparences sont souvent trompeuses.
L'auteur vous embarque dans une histoire tendre, pleine d'humour et d'amour avec un sens de l'écrit qui devient rare, oui une belle écriture de la langue française ; bien vivante et fleurie, qui sent bon la vie.
Ne vous étonnez pas si vous essuyez une petite larme en refermant ce roman, cela prouve que vous aussi êtes vivant.
Henri Girard est un auteur dont vous vous souviendrez...Il aime René Fallet, Jean Rouaud, Jacques Brel, Frédéric Dard , il leur ressemble et c'est tant mieux .
© Chantal Lafon-Litteratum Amor
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
StefEleane
  14 août 2017
Un petit roman qui a été lu avant mes vacances ..Et puis le temps passe et passe encore ..N'étant pas sérieuse du tout l'été, je vous donne mon humble avis que maintenant.
Hubert est un célibataire endurci qui ne se projette pas dans une vie de couple. L'histoire de ses parents, séparés, lui a appris que l'homme n'est pas fait pour vivre à deux. Célibataire donc et très satisfait de cette situation malgré l'espérance de sa mère et de sa soeur de le voir fonder une famille. Mais son petit monde va soudainement basculer lors d'un séjour dans la petite ville de ses parents.
Ce livre vous parle de la difficulté de vivre ou tout du moins de surpasser l'histoire d'amour catastrophique de vos parents. Comment en ayant pour exemple un fiasco, se projeter dans une histoire saine. Hubert, n'a jamais pu aimer tout simplement parce qu'on ne lui a pas appris. On ne lui a jamais dit "Je t'aime". Difficile dons pour lui de le dire.
Ce roman est une lecture sympathique, bien qu'il m'ait manqué un petit quelque chose d'immersion. Je suis restée spectatrice de cette histoire. Pourtant les livres générationnels comme celui-ci me plaisent particulièrement. Je suis une grande fan de Barbara Constantine qui pour moi est très forte dans ce type de roman. Ici, il y a trois générations, les parents D Hubert, Hubert et sa soeur et une nièce particulièrement filoute et intelligente. Je ne peux vous expliquer ce qui m'a laissé de côté. Peut-être ma lecture précédente lui a porté défaut ou ce n'était pas le moment pour lui.. Cela n'enlève rien au talent d'Henri Girard et à la tendresse de ce roman.
Lien : https://lesciblesdunelectric..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : relation père-filsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1067 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre