AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070379941
192 pages
Gallimard (15/05/2009)
4.08/5   174 notes
Résumé :
" Sur le mur, la robe est accrochée comme un tableau de chasse. Elle est belle, sans doute un peu sage mais, qu'importe, c'est le jour d'Anna. Aujourd'hui, 21 avril, je marie ma fille, je laisserai de côté mes pensées de vieille folle, je serai comme elle aime que je sois : digne, bien coiffée, bien maquillée, souriante, prête à des conversations que je suivrai avec un enthousiasme feint et qui ne me laisseront aucun souvenir, parée pour butiner d'invité en invitée,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 174 notes

Ladybirdy
  28 septembre 2018
Voilà un livre magique qui enveloppe le coeur et le couvre de douceurs...
Juste un cri silencieux d'amour.
Anna se marie, décision prise brusquement après six mois de relation avec Alain, un huissier rencontré en vacances. C'est soudain pour Sonia, maman célibataire. Elle a peur, parce que le mariage emprisonne deux êtres dans la vie et dans la mort. Parce que sa fille est jeune, l'avenir devant elle.
Alors cette maman se souvient. Elle caresse les souvenirs avec sa fille, son premier et seul amour avec le père d'Anna. Elle redessine sa fille de tout l'amour qu'elle lui porte.
Ce livre est plus qu'une petite merveille, c'est un livre-câlin, un livre-soleil qui embrasse les contours, le fond, les côtés de la relation entre une mère et sa fille. C'est beau, doux, profond, intense, sincère, intime.
C'est pour toutes les mamans, des mots qui rassurent, qui comprennent, un roman pour elles, pour la mienne qui a tant pleuré elle aussi le jour du grand départ de ses filles.
Commenter  J’apprécie          13124
Marmara
  27 septembre 2020
Pardon d'être si longue, mais il y a des choses qu'on ne peut ni ne doit laisser passer.
Quand ça veut pas, ça veut pas. La mayo ne prend décidément pas entre cette auteure et moi. Si bien que je voudrais pouvoir dire que sa plume ne vaut rien, mais non, je serais de mauvaise foi, sa plume est magnifique.
Dans ce roman, "La noce d'Anna", Natacha Appanah brosse le portrait de deux femmes. Celui de la narratrice, quadragénaire, comme elle née à l'île Maurice, le cheveu noir et la peau foncée, et celui de sa fille Anna, jeune fille à la peau blanche et aux cheveux noirs qui furent blonds dans sa petite enfance. Anna convolera bientôt en justes noces, ce qui amènera sa mère à faire le bilan de sa vie, avec, forcément, les états d'âme qui viendront s'y greffer. Voilà donc pour le résumé.
J'ai à coeur que tous mes amis (es) et autres lecteurs qui ont bien noté ce livre, sachent que j'ai pour leur opinion le plus grand respect. Cependant, je crois, et je suis même certaine, d'avoir posé sur cet ouvrage un regard d'ultra-marine, et sans doute est-ce la raison pour laquelle je suis à contre-courant.
J'ai été profondément choquée par le choix de l'auteure, concernant la position qu'elle donne à cette mère par rapport à sa fille. Une fille qu'elle aime, mais d'un amour inquiet, empreint d'un respect équivoque, de peur, et d'une crainte obsessionnelle de lui déplaire.
Je cite : "J'ai toujours peur d'affronter ma fille, comme si je me sentais en état d'infériorité, incapable de soutenir ses arguments. Je n'arrivais jamais à en placer une, paralysée que j'étais par mon amour, et par ma crainte". Plutôt lamentable, vous en conviendrez. Je poursuis, et la suivante ne manque pas d'épices...
"Moi qui ai tant pesté contre les communautés la couleur de peau, les types de cheveux, voilà que moi-même, j'ai d'une façon simple et évidente, écarté ma fille de moi. Parce qu'elle est pâle, parce qu'elle aime les chiffres, parce qu'elle aime l'ordre et les agendas".
Nous y voilà ; "parce qu'elle est pâle"... Étant donné l'entrée en matière, je considère que ce fameux amour des chiffres, de l'ordre et des agendas n'est que fioriture. L'essentiel est dit. Mais je n'étais pas au bout de mes surprises, car, cerise sur le gâteau, Anna, qui tient à ce que le jour de ses noces ne soit entaché d'aucune fausse note, veillera, tenez vous bien... à ce que sa mère n'enfreigne surtout pas les règles de bienséance. Que s'est-il passé dans la tête de l'auteure, elle seule sait...
On peut certes me rétorquer que ce n'est qu'une fiction, mais un écrit en dit long sur celui qui en est l'auteur. La narratrice, qui a quitté son île natale, et qui, vous l'aurez compris, a eu cet enfant d'un homme de race blanche, parle de son lieu de naissance en ces termes :
"Ce pays magnifique et raciste, ce pays où le travail est une vertu et le mensonge un art de vivre". Si cette dernière a vent d'un pays où il n'existe ni racisme, ni mensonges, qu'elle me mette au parfum, et demain aux aurores je plie bagage et m'en vais sans même me retourner, m'établir au pays des bisou
nours !
Qu'elle ait pareille opinion de son pays, soit. Mais ce qui pourrait prêter à sourire si ce n'était si inconséquent, c'est qu'elle n'a pas sitôt gratifié son île de propos on ne peut plus assassins, que ni une ni deux, là voilà qui s'attaque au... racisme à Paris. Difficile de ne pas y voir une obsession !
Anna est encore une enfant lorsque, un jour au supermarché, elle lâche la main de sa mère et s'égare. Retentit alors une voix invitant la maman d'une petite fille blonde à la récupérer à l'entrée du magasin. Mais comme pour cette "femme des îles", décidément rien n'est simple, le méchant vigile ne consent à lui rendre sa... petite tête blonde, qu'après moult tergiversations et regards suspicieux.
"Et quand j'ai tenu ma fille dans mes bras, j'ai vu ce que ce vigile avait vu : Une blonde bouclée, à la peau fine, une petite Française, et une femme hystérique, les cheveux noirs, une étrangère". On ne pourrait voler plus bas...
"Traumatisée" par cet évènement, elle quitte Paris pour la ville de Lyon. Mais qui prend-elle pour des imbéciles ? S'il suffisait de parcourir quelques centaines de kilomètres pour vivre dans un monde meilleur, il me semble que ça se saurait, et que personne n'aurait attendu les élucubrations de Natacha Appanah !
"Six mois après notre arrivée, les cheveux de ma fille fonçaient". Voilà une auteure qui a le don de vouloir faire ingurgiter au lecteur des pilules indigestes. "Alors aujourd'hui, quand je la vois si pâle, si Française, si d'ici, j'ai peur qu'elle redevienne différente de moi, au point où les gens m'écarteront d'elle parce que je ne serai qu'une étrangère à la peau brune". Que de propos affligeants... Je ne peux qu'espérer que madame Appana s'est inspirée de sa propre personne pour créer un personnage aussi caricatural, dans lequel peu de femmes ultra-marines se reconnaitront. Je suis consternée...
J'ai lu 3 livres de cette auteure, et si la beauté de sa plume ne peut être contestée, je crois pouvoir dire qu'il est bien dommage qu'elle ne la mette pas au service d'ouvrages plus pertinents. Natacha Appanah tente de traiter certaines thématiques, mais elle n'en n'a pas l'envergure. L'esprit d'analyse lui fait cruellement défaut. Elle ne sait que survoler les sujets, et se contente de traiter ses personnages sans aucune nuance.
Il serait bon qu'elle s'assure du bien fondé de ses récits, ou qu'elle laisse à de plus fins observateurs ces sujets qu'elle traite avec beaucoup trop d'amateurisme. L'idée de la relation filiale ne manquait pourtant pas d'intérêt, celle du métissage non plus, puisqu'il en est très largement question, mais Natacha Appanah s'attaque à des thématiques qui requièrent un esprit critique et une finesse d'analyse, or, elle ne possède ni l'un, ni l'autre.
Chacun sait que cette auteure évoque des îles qui ont été le théatre d'une époque peu glorieuse de notre Histoire, à savoir, la colonisation, dont une grande partie de la population porte encore les stigmates. Entre descendants d'esclaves, descendants de colons, descendants d'Indiens et métis de toutes sortes, le "vivre ensemble" n'est pas toujours chose simple. Que cet asservissement ait pu impacter la construction ou l'estime de soi des générations qui ont suivi, et ce, quelle que soit la couleur de la peau, n'est pas chose impossible non plus.
Mais madame Appanah, ne vous attaquez pas à des sujets si complexes, si sensibles et épineux, car vous n'êtes pas à la hauteur de vos prétentions. Personne ne vous en tiendra rigueur, mais de grâce ! Épargnez nous ce genre d'ouvrages, car votre personnage n'est ni plus ni moins qu'une affligeante caricature de la femme ultra-marine, et je referme ce livre en n'ayant qu'un seul espoir, c'est que vous vous soyez inspirée uniquement de votre propre personne.

"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7257
NathalC
  14 octobre 2021
Il était une fois une lectrice en vacances. Et c'est au cours d'une balade que cette lectrice découvre une boîte à livres dans un petit village désert. Et dans cette boîte à livres, CE LIVRE : Les noces d'Anna de Nathacha Appanah. Pourquoi pas ? A l'occasion... Au pire, le livre retournera dans une autre boîte à livres...
Mon avis sur ce livre commencera exceptionnellement par la conclusion. Ce livre, je le garde. Je le prêterai, le conseillerai, le relirai certainement, mais surtout, je l'adopte !!
Un petit délice à lire, à découvrir, à déguster.
Il s'agit ici d'une rétrospection intérieure d'une femme. le rapport d'une mère à sa fille, à son propre passé, à ses origines, un retour sur ces souvenirs. Une remise en cause, une image que l'on peut avoir de soi. Un évènement (ici le mariage de sa fille) qui au final positionne une femme à un tournant de sa vie. de maman, elle se redécouvre femme, même si elle n'a jamais vraiment quitté cet état, il est maintenant remis sur le devant de sa vie.
Une écriture magnifique. Je découvre Nathacha Appanah et je suis conquise par sa simplicité et son style.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          822
ordinary_reader
  29 octobre 2017
Je remercie canel et Sabine59 de m'avoir conseillé de lire La noce d'Anna !
C'est donc avec grand plaisir que j'ai accepté la proposition de latina de "lecture commune" de ce roman.
L'on pourrait imaginer une mère dans tous ses états à la vieille du jour le plus important de sa fille unique.
Eh bien non, Sonia semble étrangement calme, étrangement spectatrice, mais est-elle pour autant intérieurement sereine ?! Car Anna s'est souciée de tout planifier, au millimètre près, sans laisser la possibilité à sa mère de s' "impliquer" dans l'évènement le plus important de sa vie.
Ce mariage va-t-il pouvoir leur permettre de faire tomber enfin les masques, les barrières ?...
Ce récit introspectif, tout en sensibilité et acuité psychologiques, m'a profondément touchée. Il parle de la relation mère-fille, de non-dits, de regrets, de culpabilité, de pudeur, de retenue et de frustrations.
Une femme, une mère célibataire, livre ses failles, sa fragilité, son manque de confiance en elle, sa crainte du jugement, cette impression d'être à côté de la plaque.
En face, sa fille est "trop" lisse, mature, responsable, dans le contrôle, sans doute pour pallier le manque de réponses auquel sa mère se dérobe depuis toujours (?).
Une lecture émouvante et rassurante à la fois. Une mère n'est pas une personne parfaite, seulement "perfectible" !
Maintenant, j'ai hâte de lire les impressions de mon amie latina.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8014
latina
  29 octobre 2017
C'est difficile d'être une maman.
Difficile parce qu'on a tout le temps peur. Peur de mal faire, peur de ne pas assez aimer, peur d'étouffer. Peur aussi d'une toux persistante, peur d'une poussée de fièvre, peur de laisser son enfant prendre le vélo pour la première fois, peur qu'il tombe, qu'il se fasse mal, qu'on lui fasse mal, qu'il ne soit pas aimé, pas reconnu. Peur que son amoureux/se le laisse tomber. Peur qu'il ait peur.
Sonia sait tout ça. Sonia est mère célibataire, et aujourd'hui elle marie sa fille Anna.
Elle est mauricienne, a habité Londres quelques mois où elle a connu le jeune homme qui deviendra, sans le savoir, le père d'Anna. Un amour fou, tendre, vrai, mais libre. Et puis elle déménage à Paris avec sa petite fille où elle essayera tant bien que mal de l'éduquer le « mieux possible ».
Mais qu'est-ce qui est bien ? Qu'est-ce qu'une mère parfaite ? Est-ce que cela existe, les mères parfaites ? Jamais, par exemple, elle ne voudra entamer une relation suivie avec un homme de peur que sa fille ne se sente délaissée.
Et pourtant, en grandissant, Anna se montre beaucoup plus rigide, beaucoup plus carrée qu'elle. Ses « maman ! » désobligeants la clouent, souvent. C'est vrai que Sonia est romancière, son esprit s'échappe souvent, flirte souvent avec les nuages. Anna, elle, préfère les chiffres ...
Sonia marie aujourd'hui sa fille Anna.
D'heure en heure, son esprit s'échappe et revit le passé. Elle repense à l'enfance d'Anna, à sa propre enfance, à sa manière de voir la vie. Et elle a peur. De la solitude proche, inévitable. De n'avoir pas assez aimé sa fille. Et puis elle voudrait tant être aimée par elle, et plus jugée continuellement.
« Combien de temps passons-nous à compliquer notre vie ? Combien de temps gaspillons-nous à nous occuper du monde, de notre image, des semblants et des faux-semblants et oublier, ainsi, de regarder ceux qui nous sont chers ? »
Avec une immense tendresse, une immense douceur, une immense franchise, Natacha Appanah met en scène une maman pleine de désarroi, à un moment crucial de sa vie.
Ce petit roman sensible m'a ébranlée, m'a bousculée.
Parce que je suis une maman.
Merci à Canel et à Rabanne pour la proposition de lecture commune, une lecture qui restera ancrée en moi, une lecture qui puise dans les racines de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7623

Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
jeje_gandhijeje_gandhi   07 septembre 2015
Certes, j'avais de l'appréhension mais de celle qui donne du courage, de l'envie. Le trac, peut-être, celui qui fait aller plus loin, qui fait sortir ce qu'on a profondément enfoui dans les tripes. Mais quitter mes parents, ma famille, mon pays, mon si beau pays - ne le dit-on pas régulièrement, dans les magazines, dans les reportages à la télé, dans les récits de voyages de touristes béats, gagas devant tant de beauté et qui, ensuite, vous regardent en redemandant encore encore, comme si vous deviez représenter partout votre pays, en être le digne ambassadeur, payé par l'office du tourisme, dire "Oui, c'est magnifique, je souffre d'être ici, oui, oui, quel beau pays que l'île Maurice", et surtout leur trouver une réponse convenable à la fameuse question "Mais que faites-vous ici, loin de la mer et du soleil ?" - partir, quitter tout cela me semblait normal, un acte évident, un juste emboîtement des choses de la vie, de ma vie. Je sautillais d'impatience ce jour-là. Je n'avais que dix-sept ans et je sautillais d'impatience d'aller dans un pays étranger, de prendre le métro, de sentir le froid me mordre le nez, d'avoir froid tout court, de grelotter, ah comme j'aimais ce mot grelotter, toucher la neige, la goûter, mettre des gants, boire du chocolat chaud, voir les feuilles virer à l'orange, écouter les musiciens les nuits d'été dans les squares, manger des viandes en sauce, des pâtisseries à la fraise et à la framboise, embrasser un étranger à pleine bouche dans la rue, lire les journaux insolents, acheter des vieux livres sur les quais de la Seine, toutes ces choses que j'avais lues moi-même dans les livres, écoutées dans les chansons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ordinary_readerordinary_reader   28 octobre 2017
À côté d’eux, il y a une vieille dame avec un visage très doux. Parfois l’âge réussit cela, au lieu de creuser les traits, il les adoucit, les rides font des sourires aux yeux, la peau devient duveteuse et douce comme celle d’un bébé avec simplement les sillons en plus, les paupières se sont un peu affaissées sur les yeux mais juste assez pour effacer la dureté du regard.
Commenter  J’apprécie          595
santorinsantorin   23 juin 2019
Anna m'appelle maman. J'aurais aimé qu'elle me donne un petit nom, quelque chose qu'elle aurait inventé pour moi, qui ne serait qu'à moi et si, par hasard, un jour, elle m'appelle alors que j'ai le dos tourné dans une grosse foule, si ce jour-là elle m'appelle à tue-tête de ce nom qu'elle m'aurait donné, je me retournerai, forcément, je saurai. Mais dans une foule, si quelqu'un crie maman, des centaines de femmes se retournent. Anna m'appelle maman, solennellement, gravement. Elle y met de la force, elle articule, elle fait des angles droits à ce mot-là, des falaises abruptes et des rochers affûtés en dessous, elle y met de la distance parfois, de la réprobation souvent. Elle me somme aussi, ai-je quelquefois l'impression, puisque je me raidis à ce mot-là. Une ou deux fois, au lieu de maman j'ai entendu madame et ça m'a rempli le cœur de larmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          256
santorinsantorin   30 juin 2019
Aujourd'hui quand je lis les articles sur le baby blues, cette dépression postnatale, je suis de tout cœur avec ces femmes-là, ayant bien connu ce désarroi face à un bébé. Ce trou qui semble vous aspirer à la nuit tombée, quand le silence se fait, que votre bébé s'est endormi enfin. Ce corps qui n'est plus le vôtre, que vous lavez sans plus rien ressentir, cet engourdissement permanent, cette façon de se couper de tout, de ne plus s'intéresser à rien, rien d'autre que son enfant et lui en vouloir un peu pour cela.
Mais alors, toutes ces déceptions, ces pleurs, ce découragement permanent qui m'a collé à la peau, tout cela s'envolait quand Anna me souriait. Alors et alors seulement, ce cirque de bruits et de gestes prenait un sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
LadybirdyLadybirdy   28 septembre 2018
J’avais trente ans à ce moment-là, et je pensais souvent à la mort aussi, comme une adolescente. Non pas que j’étais particulièrement malheureuse, non. Je trouvais l’idée de mourir jeune assez séduisante. Dire stop, avouer que l’avenir fait trop peur et que je n’ai pas trouvé la recette pour sautiller gaiement tous les jours. Je ne sais plus qui a dit que nous naissons tous en croyant à tort être ici sur terre pour être heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380

Videos de Nathacha Appanah (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathacha Appanah
VLEEL & LIBRAIRES EN SEINE, Nathacha Appanah, Julie Ruocco, Maggie O'Farrell, 20/05/2022
autres livres classés : relations mère-filleVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4615 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre