AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253107880
448 pages
Éditeur : Préludes (27/09/2017)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 483 notes)
Résumé :
LOUISE
Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron.

DAVID
Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante

ADÈLE
L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise… Fascinée par... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (204) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  26 avril 2019
♫Un signe, une larme, un mot, une arme
Nettoyer les étoiles à l'alcool de mon âme
Un vide, un mal, des roses qui se fanent
Quelqu'un qui prend la place de quelqu'un d'autre
Un ange frappe à ma porte, est-ce que je le laisse entrer?
Ce n'est pas toujours ma faute si les choses sont cassées
Le diable frappe à ma porte, il demande à me parler
Il y a en moi toujours l'autre attirée par le danger♫
Un ange frappe à ma porte - Natacha St-Pier - 2006
Me pincer, et me dire Je suis réveillé
Une fois par heure
Regarder mes mains
Compter mes doigts
Regarder une horloge (ou une montre)
Détourner les yeux
la Regarder de nouveau
Rester calme, concentré
Penser à une..... Porte (p115)
Rêves lucides, je dis ce que je crois
Sous la surface une forme chatoie
mes mots n'ont plus de poids
Les mains dans l'eau qui ondoie
c'est assez apaisant
plus besoin de dormir à présent
plus besoin de nuage
une ombre a changé mon visage

Quand les lumières s'éteignent
d'autres s'illuminent quoi que tu feignes
Je ne vois pas ce que tout ça signifie
toute vérité est relative, c'est ta théorie
à l'écart de ma propre vie, triste et je lis vide
Ta stratégie atteint son apogée
Ne pas faire braire contre leur volonté
Trop de bruits, rumeurs quit cons d'ânes
la vérité alors tu dis six mules
la part cachée de ce que l'on accumule
la part obscure quand tu déambules
tu tends les mains triste somnambule
Qui frappe à la porte du pénitencier ?
Je maudis mon impétuosité
L'amour est une variante de la folie
Tu déprimes, tu pries, t'erres Happy !
j'ai Ado ray ☼

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          861
ange77
  21 août 2019
Mon amie Adèle - titre original « BEHIND HER EYES »
Je vais tenter de rester le plus objective possible pour cet avis, mais autant vous prévenir directement : ça va être dur !! > Y a qu'à voir le nombre d'étoiles ^^

« Comment ma vie est-elle devenue soudain si compliquée ? »
Alors pourquoi j'ai ouvert ce livre plutôt qu'un autre... ? - ce « fichier » serait plus juste puisqu'il s'agit d'un des nombreux ebooks émaillant ma liseuse (mon doudou devrais-je dire... : étant donné que je m'endors assez souvent avec. Mais au moins, je n'abîme pas les pages d'un « vrai » livre !). Enfin, tout ça pour dire qu'il m'arrive souvent de choisir un titre, comme ça un peu au hasard (...en l'occurrence, ici, je me suis souvenue du premier Pinborough que j'ai lu, il y a un peu plus d'un an ; « La maison des Morts ». Et je me suis rappelé l'énorme engouement ressenti pour cette lecture, alors quand au hasard de mon scrolling je suis tombée sur Mon amie Adèle, il ne m'a pas fallu bien longtemps pour me décider ; un coup d'oeil sur la très intrigante quatrième, et c'était parti !!).
Et très vite,
j'ai su que ce récit, à l'instar de son prédécesseur cité supra et bien que les thèmes divergent quelque peu, ne rejoindrait pas la [- déjà trop longue ^^ -] liste des bouquins que j'ai un jour entamé, sans jamais aller vraiment plus loin...
« Le passé est aussi éphémère que le futur - il n'est que perspective, fumée et miroir. Comment pourrait-on s'y fier ? »
Cette histoire, narrée sous des regards différents, ce triangle de personnages principaux (que j'ai trouvé un chouïa « cliché », trop proche de la caricature peut-être, mais que j'ai néanmoins apprécié pleinement, sans véritable attachement cependant, ou à l'inverse puissamment haï et ce, bien plus facilement), le style, la construction particulière du texte avec ces retours dans le passé disséminés comme autant d'indices,... bref, tout ça me bottait. Terriblement.
(Ceci étant dit, je mentirais en prétendant ne pas avoir par moment levé les yeux au ciel devant l'exceptionnelle naïveté d'une des protagonistes en particulier...)
Quoiqu'il en soit, il m'était juste impossible, inenvisageable, de me détacher de l'emprise que Mon amie Adèle exerçait sur moi...
«
- Si seulement ils pouvaient te voir comme moi je te vois.
- Et comment me vois-tu ?
- Comme un phénix qui renaît de ses cendres.
»

Pourtant, je remarque sur quelques-unes des critiques une certaine propension à l'irritation. Que je peux en effet très bien comprendre, même si pour ma part ce n'est pas ce qui m'a le plus énervée - mais de cela en revanche, je ne peux m'ouvrir à vous pour des risques évidents de spoilers...

« L'amour, le vrai, n'a jamais été un long fleuve tranquille »
est la citation que j'ai envie de mettre en exergue pour ce livre dans son entièreté, pour cette simple raison que c'est l'effet que ça m'a fait. Pas dans le sens où celui-ci aurait été compliqué, loin de là, mais davantage pour souligner le nombre de rebondissements, d'amalgames et de révélations qui viennent vous retourner le cerveau comme une vulgaire crêpe tout au long de cette terrible et malsaine histoire.
Histoire qui fait froid dans le dos...
Histoire dont on contemple le défilement en passant par toutes sortes de sentiments, emplis que nous sommes des mots prégnants de l'écrivaine britannique.
« Grands rêves, petites vies. »
L'on ressent un esprit acéré, qui allié à une écriture simple mais chevronnée, nous offre de vrais bons moments de lecture où l'on se surprendra même de temps à autre à sourire en coin, malgré le fond de noirceur que l'on ne peut s'empêcher de pressentir...
Bien sûr, on s'interroge également, on tergiverse, énormément... et l'on pourrait presque être déçu.e.s par certains aspects relativement plus prévisibles que d'autres (encore que!), mais ce serait compter sans les derniers chapitres qui viennent enfoncer le clou, nous scotchant à notre fauteuil pour de bon !
Et vas-y que je te retourne le couteau dans la plaie... - Doux euphémisme !!
« C'est peut-être lui le psychiatre, mais moi je sais comment les gens fonctionnent. Et je m'adapte. »
Jusqu'ici, croyez-moi, vous ignoriez le sens profond du mot manipulation...
Après ce bouquin, vous saurez ce que cela signifie réellement. Car si c'est bel et bien ce dont il est question, entre autres sujets évidemment, on se rendra rapidement compte que le plus manipulé finalement dans tout ça, c'est soi-même !
Sarah Pinborough fait preuve d'un esprit si retors, d'une telle ignominie - sans pour autant verser une goutte d'hémoglobine (ou si peu) ; nous sommes au coeur du « thriller noir et psychologique » au sens propre des termes - , que l'on ne peut que s'incliner devant autant de perversité.
Du pur machiavélisme mis au profit de la littérature tragique et obscure que peuvent représenter les lectures du genre.
« L'atmosphère est remplie de non-dits. »
Le cheminement est original, inhabituel.
On démarre avec ce qui ressemble à une romance ; on sombre rapidement dans les méandres du roman noir, et psychologique ; et on se laisse soudainement surprendre et emporter par les touches d'un tout autre genre, qui viennent doucement asséner une fin comme on voit peu... - notre estomac se tord irrémédiablement et l'on appréciera (ou non) cette incursion, ce mélange des genres [il suffit de jeter un regard aux étiquettes attribuées à cet ouvrage].
Avec ce titre, vous passerez, littéralement, par différentes portes (!) pour accéder au dénouement d'une intrigue extrêmement bien ficelée, efficace et addictive.
Moi j'ai juste A-DO-RÉ ! (C'est peut-être dû à un certain éclectisme littéraire... mais c'est principalement un jugement de valeur, avec ce que cela implique de subjectivité)
« Qui sait ce qui se passe réellement derrière des portes closes. »
L'auteure me laisse donc complètement pantoise, chancelante et sans voix, les bras ballants, à la sortie cet abyssal roman. J'ai été littéralement submergée par tant d'émotions viscérales et contradictoires au fil des pages que je ne suis pas encore sûre d'en être revenue !
Et la fin... pff!! Elle m'a simplement mis K.O.
« Vérités et mensonges ne sont qu'une question de perspectives. »
C'est de fait une réussite totale à mes yeux - malgré d'insignifiants bémols que je ne prendrai même pas la peine de relever ici.
Je recommande bien évidemment et vivement Mon amie Adèle...
... mais méfiez-vous ! Elle ne plaira certes pas à tout le monde ; pour autant, elle ne vous laissera en aucun cas indifférent ;-)
« Tout ce qu'elle dit est charmant, avec un petit côté timide et désarmant. Elle est adorable. (...) Le genre de personne qu'on ne peut s'empêcher de regarder. »

Pour conclure, je me permets d'ajouter quelques mots de Sarah Pinborough :
'' Mon roman explore donc les secrets au coeur des relations amoureuses et la fascination que des femmes peuvent excercer sur d'autres femmes.
Tout cela peut sembler très cynique, mais je sais qu'il existe des mariages heureux, que deux personnes peuvent être faites l'une pour l'autre. Seulement, si j'écrivais là-dessus je serais l'auteur de comédies sentimentales, et non de thrillers sombres et dérangeants.''
***
Je rapporte également le résumé sur ce billet, car c'est aussi une des raisons pour lesquelles j'ai choisi Mon amie Adèle - si vous n'étiez pas encore totalement décidé.e.s... :
LOUISE
Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu'il est son nouveau patron.
DAVID
Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s'empêcher de tomber amoureux de son assistante
ADÈLE
L'épouse de David semble n'avoir aucun défaut. Si ce n'est de vouloir à tout prix devenir l'amie de Louise… Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles.
David est-il l'homme qu'il prétend être ?
Adèle, aussi vulnérable qu'elle y paraît ?
Et par quel secret inavouable sont-ils liés l'un à l'autre ?
***
« On peut garder un secret à trois, à condition que deux soient morts. [Benjamin Franklin] »


Vous êtes encore là ??
Allez vite vous procurer ce petit chef-d'oeuvre ! Hop hop hop !!
(Vous ne serez peut-être pas autant convaincu.e.s que je l'ai été... mais je suis certaine que Mon amie Adèle vous marquera, d'une façon ou d'une autre !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          659
iris29
  05 avril 2018
Ça démarre comme un roman à suspens psychologique et puis ça bascule dans autre chose avec une fin éblouissante et glaçante.
Un trio :
Louise , jeune maman qui a du mal à trouver un équilibre après un divorce qu'elle n'a pas vu venir...David, qu'elle embrasse dans un bar sans savoir , un , qu'il est marié et deux, que c'est son nouveau patron...
Et Adèle, la sublime épouse qui devient l'amie de Louise ...
Vous êtes d'accord, ça ne peut pas fonctionner harmonieusement ?
C'est ce qui m'a gênée, le comportement de Louise qui accepte cette situation, tout en voulant y mettre un terme , tout en voulant la changer . Ce personnage est un peu trop naïf... . Vous et moi, on a compris qu'il ne sortirait rien de bon de cette situation ...
L'histoire se met en place très lentement (ça peut agacer ...). Et on adhère ou pas pour la suite car elle est surprenante si vous n'avez pas été spoilé...
C'est la fin qui fait tout le succès de ce roman , le style étant assez simple, un peu trop....
Sur la même trame de départ, j'aurais préféré l'écriture nerveuse du couple Nicci-French...
Je ne peux pas dire que je sois séduite , le" virage" n'étant pas à mon goût, ne correspondant pas à mes attentes, me sortant de" ma zone de confort" littéraire , mais ce roman mérite le détour, car des lecteurs plus "souples" adoreront .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          746
Annette55
  19 mars 2019
Tout a été dit déjà, peu importe :
Voici un thriller psychologique épatant, troublant, redoutable d'ambiguïtés, un récit à trois voix tissé de nombreux retours en arrière : après—-avant——maintenant.——
L'intrigue est complexe entre flashbacks et narration et le lecteur attentif se pose des questions : à qui faire confiance , entre mensonges, montages et semi- vérités .
Qui est le malade ?
Qui est la victime ?
Qui est le meneur ?
Qui est fou?
Une histoire à dormir debout qui exaspère et intrigue.
Nous , lecteurs , nous laissons balader avec étonnement, plaisir et énervement .
On veut savoir ...
On navigue constamment entre mensonges et semi- vérités , faux - semblants et mise en scène soigneuse, léchée , la tension augmente sans cesse , les mystères aussi ...
Machiavélique !
A qui faire confiance ?
A Louise, mère célibataire , adepte du vin( toutes les cinq pages , elle boit) , à la vie bien réglée et qui s'ennuie , à Adèle, une épouse psychorigide à la beauté froide, manipulatrice , à David , médecin psychiatre avec qui couche Louise , l'amie d'Adèle ?
Des individus dotés de lourdes failles....
Soupçons, nervosité , suspense , vérités à demi - cachées, refoulement , colère, emportements, manigances , machiavélisme, manipulation glaçante, et surtout une fin parfaitement maîtrisée qui bluffe le lecteur , une fin de folie , surnaturelle , fantastique ?
Bizarre ?

Au final, un livre irritant , exaspérant mais agréable à lire malgré tout.
Merci à Marylin, mon amie de la médiathèque qui l'a choisi pour moi !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          646
sabine59
  15 mars 2019
Un livre déconcertant, à la fois irritant et addictif! En tout cas, il ne laisse pas indifférent!
On passe par toutes les étapes: au départ, une banale histoire d'adultère entre David, le si charismatique psychiatre qui semble malheureux dans son mariage et Louise, divorcée. Bref, embarquerait-on dans une histoire guimauve? Où cela semble un peu tordu déjà , c'est quand Louise devient comme par hasard amie avec la femme de David, la magnifique Adèle...
Surtout que cette dernière , bien énigmatique, semble mener un double jeu. On entre alors dans le domaine du thriller. Entre vérité et mensonges de chacun, qui croire? Qui est fou? Qui est victime? Qui est un danger ou en danger? La confusion du lecteur est encore accrue par les trois niveaux temporels qui alternent : avant, maintenant, après... L'aspect psychologique est en tout cas prenant.
Cependant, certaines remarques me faisaient tiquer, je ne comprenais pas où l'auteure voulait m'emmener, je ne vais évidemment rien en dire, mais sachez que la fin de ce roman est complètement inattendue, bien loin des codes habituels du genre policier!
Et en raison de cet épilogue si hallucinant, je reste mitigée : j'ai eu l'impression, après lecture, d'avoir été flouée, car ce livre n'est pas ce qu'il parait être, à savoir un thriller, il est tout autre chose. En même temps, tromper son lecteur est aussi très malin et c'est toujours excitant d'aller vers l'inconnu.... A lire, pour cet aspect déroutant, machiavélique...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   23 septembre 2020
Il faisait presque jour quand ce fut enfin terminé. Une traînée de gris sur la toile du ciel. Des feuilles mortes et de la boue accrochées à son jean. Son corps si faible et douloureux tandis que sa sueur refroidissait dans l’air humide. Une chose avait été faite, qui ne pouvait plus être défaite. Un acte terrible et nécessaire. Une fin et un commencement désormais à jamais noués ensemble. Il s’attendait que le monde reflète ce changement, mais la terre et les cieux gardaient les mêmes tons voilés, les arbres ne tremblaient pas de colère. Le vent ne gémissait pas. Pas de sirène au loin. Les bois n’étaient que les bois, la terre n’était que la terre. Il poussa un long soupir qui – et ce fut une surprise – lui fit du bien. Propre. Une nouvelle aube. Un nouveau jour.
Il marcha en silence vers les restes de la maison au loin. Il ne regarda pas derrière lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolarcollectifpolar   23 septembre 2020
J’avoue, j’adore manger. Quelle que soit mon humeur. Que je sois effondrée, énervée, éplorée ou simplement parce que c’est bon. Je mange. Certaines divorcent et perdent dix kilos. Moi, c’est le contraire.
Commenter  J’apprécie          00
ange77ange77   15 août 2019
Il faisait presque jour quand ce fut enfin terminé. Une traînée de gris sur la toile du ciel. Des feuilles mortes et de la boue accrochées à son jean. Son corps si faible et douloureux tandis que sa sueur refroidissait dans l’air humide.
Une chose avait été faite, qui ne pouvait être défaite.
Un acte terrible et nécessaire. Une fin et un commencement désormais à jamais noués ensemble. Il s’attendait que le monde reflète ce changement, mais la terre et les cieux gardaient les mêmes tons voilés, les arbres ne tremblaient pas de colère. Le vent ne gémissait pas. Pas de sirène au loin. Les bois n’étaient que les bois, la terre n’était que la terre.
Il poussa un long soupir qui - et ce fut une surprise - lui fit du bien.
Propre. Une nouvelle aube. Un nouveau jour.
Il marcha en silence vers les restes de la maison au loin. Il ne regarda pas derrière lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
verobleueverobleue   05 septembre 2018
- Pourquoi le trompes-tu?
[... ]
- Mes besoins sexuels sont plus importants que les siens, finit-elle par dire. Et, de toute manière, le mariage n'a rien à voir avec le sexe. Le mariage, c'est vivre avec son meilleur ami. Jay est mon meilleur ami. Cela dit, ça fait quinze ans. Le désir ne peut pas perdurer. Je veux dire, on le fait encore, de temps en temps, mais c'est plus ce que c'était. Et un enfant, ça change la donne. On passe tant d'années à se voir l'un l'autre comme des parents et plus comme des amants que c'est dur de retrouver la passion.
- Je trouve ça un peu triste.
Et ça l'est.
- Parce que tu crois au véritable amour et au bonheur perpétuel comme dans les contes de fées. La vie n'est pas comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   15 août 2019
[ clinique psy ]
- Tu es la fille qui peint des feux, dit-il. Je t'ai vue en salle d'art. (…) J'y ai réfléchi, reprend-il. Peut-être que tu devrais peindre de l'eau. Ça pourrait être thérapeutique. Tu pourrais leur dire que les feux représentent tes ennuis, tout ce qui t'est arrivé, et que l'eau, c'est ton effort pour t'en débarrasser. Pour les éteindre.
Il parle vite. Son cerveau doit penser vite. Alors que le sien lui fait l'effet d'être englué dans de la mélasse.
- Pour quoi faire ?
Elle ne peut imaginer éteindre quoi que ce soit.
- Pour qu'ils arrêtent de te demander de "t'ouvrir", dit-il avec un sourire et un clin d'œil. Donne-leur quelque chose et ils te laisseront tranquille.
- Tu as l'air de savoir de quoi tu parles.
- J'ai déjà séjourné dans des endroits comme ça avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Sarah Pinborough (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Pinborough
Il y a des secrets qu'il vaudrait mieux ne jamais voir ressurgir. Et des fautes qu'on ne peut pas oublier... Lisa, Ava, Marilyn. Un instant aura suffi à bouleverser l'existence de ces trois femmes. Découvrez sans tarder le nouveau suspense diabolique de Sarah Pinborough : "Si je mens, tu vas en enfer".
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..