AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1093552557
Éditeur : la Rémanence (10/10/2017)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Gérard Lacour est un poète timide et réservé. Il aime profondément sa femme Nathalie, chanteuse de jazz lumineuse et fantasque. Ils sont heureux ensemble depuis dix ans quand un cancer, diagnostiqué chez Nathalie, fait irruption dans leur vie. le couple se retrouve devant le seuil, face à la maladie...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
krol-franca
  04 janvier 2018
Quelle écriture ! Poétique, suggestive, pudique et crue.
Ce livre a un thème douloureux mais il est évoqué avec à la fois une telle grâce et un tel réalisme poétique que je n'ai pu qu'y adhérer.
J'ai aimé avant tout la narration, cette focalisation simultanément externe et interne m'a littéralement emportée, comme une vague. Je, tu, il, elle, nous, se confondent, s'absorbent, se mêlent pour nous livrer un récit authentique.
Elle a une voix, elle est fantasque, il est son homme-poème, elle est amoureuse, il est amoureux, « nous avons un cancer ».
Le narrateur ne se cache pas derrière les mots, il se dit tel qu'il est, un homme, avec ses doutes, ses craintes, ses lâchetés mais aussi son amour, et sa volonté de faire corps avec elle contre la maladie.
La magie des mots. le choc des images qu'ils produisent en nous. La puissance de l'évocation littéraire, loin des clichés. Devant le seuil est un petit bijou de sensibilité, de poésie, de tristesse, et en même temps, il est une ode à la vie.
Lien : https://krolfranca.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
yv1
  04 décembre 2017
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce texte, pas particulièrement enjoué. J'ai un peu forcé pour les vingt/trente premières pages et puis la suite a coulé naturellement et je n'ai pas pu lâcher l'ouvrage jusqu'à la fin. Philippe Godet alterne les passages poétiques, imagés avec d'autres directs voire crus. Sa plume est belle et originale, oscillant entre le "il" du narrateur, le "je", le "tu", le "nous" sans que jamais le lecteur ne se perde, il faut même faire un peu attention pour remarquer ces changements. Gérard rempli des carnets et un blog qu'il alimente avec ses poèmes et j'ai beaucoup aimé cette phrase : "Nous avons un cancer", qui résume tout le livre. C'est Natalie qui est malade, mais c'est ensemble, tous les deux qu'ils luttent et se soutiennent. Elle révèle également la force de l'amour qui les lie.
Quelques autres personnages apparaissent : les musiciens du groupe de Natalie, quelques amis, la fille de Natalie, née d'un premier lit, mais c'est quasiment un dialogue entre Gérard et Natalie. le texte est fort, puissant. Il pousse au questionnement : que ferions-nous en pareil cas ? Aurions-nous cette réserve de patience, de vitalité, cette énergie que dégagent les deux ?
Philippe Godet décrit admirablement ses sujets, dans leurs forces comme je le disais plus haut mais aussi dans leurs faiblesses, leurs doutes, leurs peurs, leurs petitesses parfois, leur générosité mais aussi leur égoïsme nécessaire pour lutter, ... Ils sont humains avant tout et donc en proie à tout ce que je décline ci-dessus. Chaque parcours est individuel et chaque personne est unique et seule face à la maladie car c'est elle qui la ressent, mais un entourage présent, aimant et attentionné, même s'il ne suffit pas, insuffle de l'énergie et l'envie de vivre. C'est tout cela qu'aborde Devant le seuil, qui, malgré un thème pas réjouissant est un hymne à la vie et à l'amour, pas plombant du tout, même si certains passages peuvent être durs.
Un très beau texte, édité par les éditions de la Rémanence dont le -déjà très beau, j'en ai chroniqué plusieurs- catalogue s'étoffe de belle manière. Un extrait -presque- au hasard pour finir :
"Natalie a coupé les cheveux épars qui lui restaient. Elle porte désormais sa perruque pour sortir. Dans l'intimité, elle la remise sur son support. Je la vois à nu. Elle se montre ainsi à moi, dans toute sa vérité de femme blessée. Toi seul me vois telle que je suis, dit-elle. Elle se regarde dans la glace. Que c'est moche, ces cheveux éparpillés ! Crois-tu que je doive me rase la tête ?" (p.103)
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : cancerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
260 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre