AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Gratias (Autre)
ISBN : 2869300174
Éditeur : Payot et Rivages (01/09/1986)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Rien, voilà à quoi son existence se résumait. Pas de boulot, pas d'argent, pas de petite amie. Il grappillait quelques pièces de monnaie à droite et à gauche, jouait au billard et buvait du mauvais whisky. Les jours se traînaient, gris, interminables, remplis de la douleur sourde des désirs refoulés. Jusqu'au jour où il la rencontra. Elle vint à lui, surgie du froid glacial et de la pourriture des ruelles étroites. Opulente, sensuelle et consentante, et brusquement,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sociolitte
  28 avril 2017
En 1936, dans une banlieue pauvre de Philadelphie, quatre hommes trentenaires attendent au coin d'une rue. Quatre copains qui vivent chez leurs parents et se retrouvent pour passer le temps en mangeant des pistaches et en fumant des cigarettes. Ils ne savent pas s'ils pourront en acheter demain, car ils sont au chômage. Il n'y a pas de travail pour eux, à part un petit boulot de temps en temps, dans lequel eux, les "visages sales", se feront exploités par les "cols durs". Alors à quoi bon chercher ?
Il faut pourtant bien "faire quelque chose". Ken compose des mélodies, sur lesquelles Ralph écrit des paroles. Phillip, dit Dingo, organise des soirées avec des filles en les contactant par téléphone. George suit le mouvement.
Partir, tout quitter, dans l'espoir de devenir riche, c'est la seule solution.
Et puis il y a Lénore, la belle-soeur de Dingo, qui en pince pour Ralph. Plantureuse et désirable. Tentatrice de l'assouvissement du désir sans lendemain. Une liaison sans attache qui évite de s'installer dans un "bonheur conjugal" vu ici comme une oppression, puisqu'il est conditionné à l'argent qu'ils n'ont pas. Ralph succombera-t-il à "la blonde au coin de la rue" ?
Mais, dans le "gris" et le "terne" de leur ville, dans "l'alignement des maisons toutes semblables" où les violences familiales sont sans limites, ces quatre hommes trouveront-ils la force psychologique et les armes sociales pour s'enfuir ? Tenter sa chance, n'importe où, au risque de perdre la seule chose qu'ils possèdent : l'espoir.
Une vision désabusée du rêve américain, dont la prégnance des thèmes reste très actuelle. Écrit dans un style simple, mais percutant, je reste envoûté par l'écriture de David Goodis, dont c'est le premier livre que je lis, mais certainement pas le dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          368
Renod
  14 mars 2017
Philadelphie, 1936. Les Etats-Unis sont en pleine crise économique, une période qui sera nommée « la Grande dépression ». Ralph vit toujours chez ses parents à l'âge de trente ans. Il travaille occasionnellement mais ses contrats sont d'une durée assez courte. Alors il traîne avec ses amis ; aujourd'hui, nous dirions qu'ils « tiennent les murs ». Ils discutent, de tout et de rien, surtout de rien, et dépensent les dollars grattés auprès de leurs parents en pistaches et en cigarettes. Un de ses amis surnommé Dingo brise parfois la monotonie de leurs soirées par ses initiatives loufoques. Il téléphone à des inconnues trouvées dans l'annuaire et se débrouille pour faire inviter la bande à des soirées. Ralph apparaît aux yeux de sa mère et de ses soeurs comme un fainéant. Il est dépourvu de toute ambition et n'attend rien de particulier de la vie. Les places sont rares en ces temps de crise mais il ne se bat pas vraiment pour trouver un emploi. Ralph va se trouver face à un dilemme qui rappelle celui développé dans un autre roman de Goodis : « Cassidy's girl ». Il doit trancher entre deux choix de vie incarnés par deux femmes : l'une est sensuelle et assume ses formes généreuses, l'autre est sage et est issue d'un milieu très modeste. Quel sera le choix de Ralph ? La question serait plutôt, qui le choisira ? tant la fatalité se montre tyrannique dans l'univers de Goodis. le roman a une dimension très sociale puisqu'il traite de ces « millions de types au coin des rues, dans les grandes villes. Plantés sur le trottoir, les mains dans les poches, en attendant qu'il se passe quelque chose. » Une génération désoeuvrée qui ignore que quelques années plus tard, la Seconde guerre mondiale bouleversera le cours de l'Histoire. La bande de copains potaches amuse le lecteur sans véritablement parvenir à masquer la rudesse de leurs conditions de vie. Les disputes au sein des familles sont violentes, les personnages sont minés par la pauvreté et surtout Goodis offre une vision très sombre du « bonheur conjugal ». Ses personnages semblent subir la vie et être écrasés par une fatalité contre laquelle ils ne luttent pas. Ils ne partagent pas les aspirations de leur génération. Un roman qui pourrait facilement être transposé à notre époque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Errant
  02 décembre 2017
On ne peut échapper à son destin, telle semble être la morale, en autant qu'on puisse parler de morale dans ce cas-ci, de ce livre. On passe quelques jours avec un groupe de paumés de Philadelphie au temps de la Grande Dépression. Chaque membre se ment à lui-même pour pouvoir endurer sa vie de raté. Ça donne un roman déprimant où le rêve illusoire tient lieu d'antidote à la réalité, où la violence est l'exutoire quasi quotidien. Bizarrement le titre fait référence à un personnage presque secondaire mais dont les agissements, surtout lors de la finale, sont implacablement révélateurs du propos central. Les préoccupations et le style dépouillé mais terriblement efficace de l'auteur attisent ma curiosité envers ses autres oeuvres.
Commenter  J’apprécie          40
ERSKINE
  13 août 2014
Très bien écrit. du bon David Goodis, un roman noir comme on les aime.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   26 avril 2017
Ralph sentit son souffle sur son visage, comme une vapeur chaude qui chassait le vent de l'hiver. Laissant son regard dériver, il contempla l'interminable rangée de maisons identiques qui se louaient pour quarante dollars par mois, et dont la valeur n'atteignaient pas trois mille dollars. Ralph ne savait pas très bien ce qu'il pensait, et c'est à peine s'il s'entendit murmurer :
- J'en ai assez de ce quartier. J'en ai ma claque de traîner dans ce coin en attendant qu'il se passe quelque chose. Il faut que je me tire, c'est la seule chose à faire. Il faut que je réagisse. Que je trouve une solution. Il y a sûrement mieux ailleurs.
- Mieux que moi ?
Ralph continua de regarder au loin, les yeux fixés sur l'alignement des maisons toutes semblables qui se répétait à l'infini pour se perdre dans la nuit.
- Il y a forcément mieux que cette vie-là. Ça ne peut pas continuer comme ca éternellement, jour après jour, la même routine minable, sans rien à faire, nulle part où aller, sinon rester planté au coin de la rue, à attendre, attendre...
- Attendre quoi ?
- Si seulement je le savais.

Page 13
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SociolitteSociolitte   26 avril 2017
Finalement, il se dit qu'il était plutôt mieux loti que les types qui avaient du travail. C'étaient des esclaves. Ralph était bien placé pour le savoir. Il savait ce que ça voulait dire de travailler dans un service d'expéditions à se crever la paillasse, à écouter les gros bonnets vous traiter d'imbéciles, vous montrer ci, vous monter ça, vous dire de faire ceci et de faire cela, et vous demander où vous étiez le jour de la distribution de matière grise. Et les paquets, et les colis, et les jurons, le papier, la ficelle. Et la poussière, la sueur, et tous les employés fatigués, déprimés, marmonnant des injures, haïssant le patron, se détestant les uns les autres, qui attendent et espèrent seule chose : l'heure de la sortie, et qui prient pour qu'il soit cinq heures et demie le plus tôt possible, parce qu'il y a des limites à ce qu'un homme peut supporter.
Et c'était cela, avoir un emploi.
C'était ce qu'on appelait "faire quelque chose".

Pages 52-53
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SociolitteSociolitte   26 avril 2017
Dans la minuscule salle à manger, ils s'installèrent autour de la petite table et se jetèrent sur leurs assiettes. Ils avaient tous faim. Sans dire un mot, ils enfournaient la nourriture avec le plus grand sérieux. Chacun d'entre eux était à peine conscient de la présence des autres , ou du vacarme de la radio qui diffusait de la musique à plein volume dans le salon.
Tous les autres mangeaient vite, mais Mr. Creel prenait son temps. Son travail à l'usine frigorifique exigeait bien assez de célérité à lui tout seul. Cela ralentissait toutes ses autres activités, le faisant manger moins vite, parler moins vite, marcher et penser moins vite.

Pages 48-49
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SociolitteSociolitte   26 avril 2017
Et elle hurle après lui, il ne sait pas trop pourquoi. Elle est bonne celle-là. Comme si sa femme avait le droit de lui crier dans les oreilles. Il pose son couteau et sa fourchette. Il a déjà perdu l'appétit. Il est prêt à tout, parce qu'il en a par-dessus la tête. Et elle continue d'aboyer, encore et encore. Tout à coup, il explose, et il lui dit de la fermer, sinon il va lui casser toutes les dents. Finalement, il se lève et il sort, et elle se met à pleurer. Et tout ça, c'est ce qu'on appelle une belle histoire d'amour. C'est ce qu'on appelle le bonheur conjugal.

Page 56
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SociolitteSociolitte   27 avril 2017
- Je suis sûre que tu ne saurais pas où aller. Tu ne sais pas ce que tu vas faire ce soir. Ni ce que tu feras demain. Ou après-demain. Qu'est-que tu es ? Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Tu traînes au coin de la rue. Comme tous les autres minables. Tu as trente ans, et qu'est-ce que tu possèdes ?
- Rien.
- Et c'est ça que tu veux ?
- Ça ne me donne pas beaucoup de soucis. Je n'ai pas à m'inquiéter de perdre ce que j'ai. Puisque je n'ai rien à perdre.

Page 234.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Video de David Goodis (2) Voir plusAjouter une vidéo

La Collection Cinéma Cinémas : épisode 7
Sommaire : - Ferreri tourne "I love you"- Fragments d'un scénario : Eurstache- Cassavetes : "Loves streams"- Trois camarades- Apparitions : le ciel est à eux- Rencontre : Ben Gazzara- Petits papier : Pascale Ogier- Sur les traces de... David Goodis1. Ferreri tourne I love youà 22:30:43:00 - 00:01:57:00Reportage consacré au tournage du film "I love you" de Marco FERRERI dans les studios...
autres livres classés : classes populairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1621 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre