AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Lady Helen tome 3 sur 4
EAN : 9782070663491
656 pages
Gallimard Jeunesse (20/06/2019)
4.34/5   294 notes
Résumé :
Bath, décembre 1812...
Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs: sa mission de Vigilant Suprême n'est pas encore accomplie. Cette double vie met Helen au supplice: non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique Lord Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses pouvoirs. La confrontation finale avec leur grand ennemi, l'Abuseur Suprême, est imminente...
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
4,34

sur 294 notes
5
41 avis
4
16 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

Avec ce tome , se clôt une trilogie qui a beaucoup de charme.

Tout d'abord , l'époque dont je suis friande, l'Angleterre du XIX siècle, puis la qualité de sa retranscription, des menus, aux toilettes, en passant par le vocabulaire et les moeurs, tout est divinement réaliste. Alison Goodman a accompli un travail de titan et les éléments fantastiques qui viennent troubler cette bonne société n'en ont que plus de saveur.

Cette série se clôt sur de l'action et répond à toutes les questions qu'on se pose au début.

1802 , Lady Helen s'apprête à se marier avec le duc de Selburn, mais sa future nouvelle vie l'empêchera d' honorer ses missions de Vigilante Suprême. Aussi , il faudrait que l'Abuseur suprême soit mis hors d'état de nuire... Mais Helen et Lord Carlston ne maîtrisent pas encore toutes les subtilités de leurs dons, alors que du côté des Abuseurs, ils ont eu plusieurs vies pour se préparer à l'affrontement final et "au débarquement " de leur monde dans le notre (ou plus exactement dans nos corps...).

En plus de cette guerre invisible au commun des mortels, Helen doit faire face à sa jeune protégée qui vole tout ce qui brille, à sa famille qui déteste lord Carlson, au peu d'attirance qu'elle éprouve pour son futur mari par rapport à celui qui fait battre son coeur de moitié de dyade surnaturelle, à son rôle d'hôtesse dans son futur château ... Bref, Lady Helen est so buzzy !

Le mot "action" pourrait résumer ce tome , tant les événements s'enchaînent.

C'est une série qui me séduit surtout par son cadre historique et le décalage entre les moeurs et les combats qu' a à mener lady Helen, jeune fille bien née, dans un monde où les femmes n'étaient bonnes qu'à être mariées et à enfanter. Une héroïne qui dépote, cette lady Helen !

Et si on ajoute , la poésie qui se dégage de leurs dons surnaturels ( halo bleu clair ou outremer, autour des personnes selon la qualité de la créature et les tentacules des "méchants" qui claquent comme des fouets meurtriers ...), le potentiel esthétique de ces deux "mondes", devrait intéresser le cinéma ou la télévision, cela ferait une superbe série...

Mais ce n'est que mon avis et mon souhait...

Challenge mauvais genre.

Commenter  J’apprécie          510

C'est avec une petite appréhension que j'ai commencé ce dernier tome de la saga Lady Helen. Un peu déçue par le pacte des mauvais jours, j'avais peur de voir la conclusion de la trilogie ne pas être à la hauteur de mes espérances. Fort heureusement, Alison Goodman a su conclure son histoire de manière tout à fait satisfaisante et avec de nombreuses révélations, ne laissant la place à aucune question.

Nous reprenons l'histoire alors que tous nos héros se trouvent à Bath. L'Abuseur Suprême est dans les esprits de tous, et l'entraînement d'Helen et Carlston qui sont désormais le Vigilant Suprême se poursuit. Non sans danger car le Ligatus commence à prendre le dessus sur notre héroïne et que de anciens ennemis font leur apparition. Ce dernier tome se veut trépidant et surtout met le lecteur dans une certaine angoisse digne d'une conclusion de saga. Entre confrontations, révélations et mondanités, Lady Helen nous lance dans des aventures où la suspicion et l'action font très bon ménage.

Si dans l'ensemble, j'ai beaucoup apprécié ma lecture, il y a cependant des points négatifs. Trop de répétitions pour moi. Si vous n'avez pas compris qu'Helen et Carlston était le Vigilant Suprême... Je ne sais pas ce qu'il vous faut. Des tergiversions aussi qui durent depuis un petit moment, et des longueurs avec des passages qui pour moi coupent la fluidité du récit et nous perdent dans des détails sans trop d'importance. J'ai aussi trouvé que peu de personnages trouvaient grâce aux yeux de l'auteur. Les défauts pullulent et mis à part les quatre personnages principaux... le reste de nos troupes est sacrément malmené... Je trouve cela dommage, car on a une sensation de mis en avant des héros qui est trop "flagrante". D'autres points m'ont hérissé le poil, mais à contrario, je les ai trouvé réaliste par rapport à l'époque et donc nécessaires.

Mis à part cela, j'ai été charmée par ce dernier tome. Il y a de l'action, assez régulière sans étouffer le reste, des révélations que je n'avais pas vu venir, et surtout une bonne évolution dans les relations des personnages et aussi de l'intrigue. le déroulement de l'enquête est progressif, avec des fausses pistes mais aussi des échecs dans le camp des héros. Tout est en nuances. Les Vigilants ne sont pas des mis sur un pied d'estale, ils ne sont pas des surhommes qui sont exempts d'erreurs. Cette notion de réalisme est fort appréciable. C'est d'ailleurs de nos échecs que l'on apprend et c'est cela qui se déroule tout au long de l'histoire. La victoire, si elle a lieu, n'en sera que plus méritée. L'entraînement et l'exploitation des pouvoirs d'Helen, ainsi que les liens qu'elle a tissés avec Darby et Carlston sont aussi beaucoup exploités. J'ai aimé cette partie de découverte et le fait d'explorer encore plus en détail l'univers des Abuseurs.

Côté personnages, il y a beaucoup à dire ! Commençons par Helen. Elle a beaucoup changé, et prend de plus en plus d'assurance. On sent qu'elle est encore ancrée dans son éducation, où la femme n'est qu'un objet qui se doit de se taire et de faire ce qu'on lui dit. Mais en même temps, elle prend des initiatives et du fait que ses paires la reconnaissent enfin pour ce qu'elle est, on sent qu'elle prend vraiment conscience de qui elle est et que sa mission se doit d'être menée malgré les déconvenances. J'ai été un peu irritée par contre par son attitude vis-à-vis de Selburn... C'est en contradiction avec son "nouveau" caractère. Elle agit aussi pour le bien de sa famille, je ne l'oublie pas, mais quand même... Cette manie de trouver des excuses à cet arrogant, égoïste, pédant et manipulateur de Selburn... J'avais envie de la secouer et de lui donner des baffes à lui pour être aussi insupportable. Carlston est, bien évidemment, beaucoup plus mis en valeur avec son côté ténébreux et intouchable. Team Carlston depuis le début ! Darby est aussi un personnage qui prend de l'ampleur et qui est montré sous un très bon jour. C'est l'amie et la confidente qu'on rêve d'avoir. Je ne reviendrais pas sur les protagonistes irritants à cause de la société et de l'époque, mais plutôt sur une touche bienveillante. La reine et le prince régent, tout comme certains membres de l'armée et des Vigilants ont cette présence apaisante et ce respect envers Helen qui donnent un souffle agréable en reconnaissant combien elle comme Carlston méritent d'être félicités et soutenus pour leurs actions. C'est peut-être un détail, mais j'ai trouvé ces passages "positifs" et apportant de la lumière à ce tome plutôt sombre au final.

La fin est riche avec deux affrontements intenses, et la grande révélation de la dyade de l'Abuseur Suprême. J'ai été happée sans avoir envie de lâcher le tome dans le dernier tiers de l'histoire. J'ai surtout beaucoup aimé que nous ayons droit à une conclusion plus que satisfaisante pour de nombreux personnages. du moins, ceux pour lesquels j'avais de l'affection. J'avoue que certaines morts dans L'Ombre des Mauvais Jours m'ont laissée totalement de marbre, rapport au traitement des personnages et de leurs défauts fort nombreux, et que le côté tragique ne m'a prise que vers la fin avec les réponses à nos questions. Lady Helen restera une saga que je conseille de part son originalité, malgré quelques petits défauts, et par la richesse de son univers. Je vais d'ailleurs me pencher sur l'autre série de l'auteur en espérant y retrouver le même plaisir de lecture.

Commenter  J’apprécie          310

Et voilà, c'est fini… Je viens d'achever « L'ombre des mauvais jours », qui est le troisième et dernier tome de la série de Alison Goodman intitulée « Lady Helen ».

Je reconnais avoir beaucoup aimé cette trilogie se déroulant en pleine période de la Régence anglaise matinée de fantastique.

Donc, oui, retrouver Helen future jeune mariée avait tout pour me plaire…Quoique, finalement, pas tellement, puisqu'elle ne s'apprête pas à épouser forcément celui que j'aurais choisi pour elle…Mais à cette époque, on ne plaisante pas avec la bienséance (surtout pour les femmes) et une réputation est plus facile à défaire qu'à reconstruire…. Et donc voilà Helen qui est sur le point d'épouser le plus que parfait duc de Selburn. Jeune, beau, riche, ouvert puisqu'il accepte le rôle de la jeune femme dans le club des mauvais jours et ses missions de Vigilante. Il est d'ailleurs tellement open à ce sujet qu'il va jusqu'à adhérer à ce club…

Mais malgré le mariage qui se rapproche avec ses préparatifs, Helen a d'autres préoccupations : avec l'assistance de lord Carlston, elle doit trouver l'Abuseur Suprême pour l'empêcher de mener son oeuvre de destruction à terme.

Oserai-je le dire ? J'ai préféré la partie romance historique à la partie fantastique, même si je dois reconnaître à l'auteur d'avoir réussi à faire un mix sympathique des deux genres….Peut-être parce qu'effectivement, l'écriture est de qualité et nous ramène irrésistiblement à ce monde si délicieusement croqué par Jane Austen.

En conclusion, je ne peux rajouter que ceci : une trilogie fort sympathique à lire….

Challenge Séries 2021

Challenge Pavés 2021

Challenge Mauvais Genres 2021

Challenge A travers l'Histoire 2021

Commenter  J’apprécie          370

Terminé hier soir, je peux dire que j'ai lu d'une traite cette trilogie du club des mauvais jours. Un roman fantastique original dans son traitement. Les Vigilants vs Les Abuseurs. On en apprend un peu plus sur ces derniers. D'où ils viennent, ce qu'ils veulent et leur ascendant sur les humains. Tout n'est pas si simple que ça pour Lady Helen et Lord Carlston. Qui est qui, à qui faire confiance, heureusement il y a Darby sa fidèle terrène pour Lady Helen et Mr Quinn pour Carlston.

Dans ce dernier tome, nous découvrons la ville de Bath, ville thermale et ville de plaisirs pour la bonne société. Nous évoluons la plupart du temps parmi les nantis. le petit peuple est peu représenté.

L'histoire est comme les précédents tomes, assortie de nombreuses descriptions de la ville de Bath et de ses attractions. de la manière dont tout un chacun bénéficie des soins thermaux.

Et bien sûr dans la réalisation des projets des uns et des autres. Qui s'en sortira indemne et victorieux de l'affrontement entre les deux camps ? Mais surtout qui est le grand méchant. J'avais déjà ma petite idée et je ne me suis pas trompée ;-)

Je dois dire que la première partie de ce tome, comme les autres, traîne en longueur. Beaucoup d'évènements, de faits sont repris et ressassés. Cela alourdit l'histoire qui aurait mérité à être plus courte.

J'ai ressenti de l'agacement à voir comment les femmes étaient traitées comme des petites choses fragiles à qui l'on doit tout épargner et traitée comme des enfants. Bon, il faut se dire que c'est l'époque qui le voulait, aucun droit, toujours sous la dépendance d'un père, d'un frère ou d'un tuteur.

Par contre quand l'action se met en route, on se laisse porter par le dynamisme et la volonté des héros. L'écriture et le style de l'auteur sont fluide et agréable.

En somme un bon petit moment de détente avec cette histoire Young Adult à la fois romance et fantastique.

Commenter  J’apprécie          276

Dans ce tome 3, on retrouve Helen, qui n'est plus une débutante mais bel et bien formée à son statut de Vigilante et en voie de débusquer l'Abuseur Suprême. On la trouve aussi fiancée à Selburn, personnage qui m'a semblé bien manipulateur tout au long de ce tome 3 et encore plus irritant que dans le tome 2. Entre sa mission de Vigilante et ses fonctions de future mariée, duchesse de surcroît, Helen tente de concilier l'impossible.

Alison Goodman continue à nous présenter son monde, tout en le rendant très technique même si cela se lit plutôt bien. On découvre un à un les réponses aux différentes questions que l'on pouvait avoir, qu'elles nous conviennent ou non. Cela donne lieu à beaucoup de rebondissements et son lot de trahisons qui surprend le lecteur dans le bon sens.

Côté Régence, on est toujours bien immergé dans cette bonne société. Après Londres et Brigton, on met le cap sur une autre station balnéaire bien connue de l'époque : Bath. Lower Rooms, Upper Rooms, Buvette... L'autrice nous prend par la main et nous emmène dans ces lieux si célèbres. Elle a continué à bien se documenter, nous offrant ainsi un contenu très fourni sur les habitudes sociales de l'époque telles que les coutumes de Noël ou de l'Epiphanie, le déroulé d'un mariage anglican, etc. On sent donc ici le poids des convenances qui est une pression supplémentaire pour lady Helen et la tâche qu'elle tente d'effectuer et c'est ce qui fait le charme de ce roman au parfum féministe.

L'action est sensiblement identique aux premiers tomes. Elle a eu du mal a démarré au début de cet opus, plutôt focalisée sur le contexte Régence, le mariage. On commence vraiment à rentrer dans le vif du sujet qu'à partir du deuxième tiers et à partir de là, page-turner à l'horizon. Les pages se tournent, les chapitres se succèdent, le contenu est plein de révélations et de trahisons. le duo Carlston-Lady Helen nous fait vivre également de belles montagnes russes émotionnelles. Je n'aime pas particulièrement les triangles amoureux mais il faut reconnaître qu'Alison Goodman a bien su mener celui-ci.

Le tout nous emmène donc à une fin peut-être convenue mais au moins qui répond à toutes nos attentes.

Une formidable série !

Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation

– Pendant toute mon existence, dit-il enfin, presque tout mon entourage, qu’il s’agisse de mes relations, de mon Église, de la société où je vivais, m’a répété que ce que j’éprouvais n’était pas réel. Pire encore, que c’était une abomination. Une maladie de l’âme, qui finirait par me vouer à l’enfer. Pourtant, ce que j’ai appris, c’est que l’amour est un acte de foi. Un acte qui vous mène non seulement à la personne que vous aimez, mais à la vérité de ce que vous êtes. Les gens que vous aimez et la façon dont vous les aimez vous en apprendront davantage sur vous-même que n’importe quoi d’autre au monde.

Commenter  J’apprécie          210

- Moi aussi, je sais ce que je désire, lança Carlston.

Il la regarda, et elle sentit leurs deux coeurs s'emballer presque comme s'ils battaient dans la même poitrine.

- Je veux divorcer de la comtesse de Carlston ou, mieux encore, que notre mariage soit annulé.

Helen en eut le souffle coupé. Il n'y aurait plus besoin d'années d'attente pour obtenir un décret du Parlement. Du jour au lendemain, tous ses liens avec Lady Élise seraient rompus, il serait libre. Ce serait comme s'il n'avait jamais été marié. Cela signifiait-il ce qu'elle pensait ?

Elle lut la réponse sur le visage de Carlston. Dans l'espoir dont son regard interrogateur était chargé : "Vous voulez bien ?"

Cela provoquerait tant de souffrances, tant de reproches. Mais la seule réponse était : "Oui."

Commenter  J’apprécie          120

- Les gens comme Mr Quinn et moi ne font pas de voyage de noce, milady. Je me souviens que lorsqu'un des fermiers de mon village s'est marié, lui et sa nouvelle épouse sont retournés traire les vaches deux heures plus tard.

Commenter  J’apprécie          242

– Êtes-vous certaine de vouloir en parler, lady Helen ?

Il rejoignit le sofa et s’assit sur la soie damassée bleue, en écartant soigneusement les basques de son frac.

– Je ne voudrais pas vous inquiéter sans nécessité.

– Je vous assure que je trouve l’ignorance nettement plus inquiétante, répliqua-t-elle.

Commenter  J’apprécie          170

La cuisinière s' était vraiment surpassée en préparant toutes sortes de mets délicats pour le petit- déjeuner : des petits pains frais, des rôties beurrées, des oeufs au plat et des oeufs mollets, de la langue de boeuf au vinaigre, un jambon, du gâteau de carvi, du café, du thé, des cruches de chocolat chaud et crémeux et, bien entendu, le gâteau de mariage, rempli de fruits et glacé avec du sucre blanc.

Commenter  J’apprécie          120

Videos de Alison Goodman (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alison Goodman
Lors de sa venue à Paris en juin 2019, Alison Goodman, l?auteure de la fascinante trilogie "Lady Helen", a accepté de se prêter à un petit jeu de questions/réponses.
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus




Quiz Voir plus

Lady Helen tomes 1, 2, 3

Le club des mauvais jours : Comment appelle-t-on les personnes possédant la capacité d’affronter les Abuseurs ?

Les Attentionnés
Les Vigilants
Les Sauveurs
Les Terrènes

15 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Lady Helen, tome 3 : L'ombre des mauvais jours de Alison GoodmanCréer un quiz sur ce livre